Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Le MNLA sur le point de voler en éclats!

Le dimanche 07 octobre un haut responsable du MNLA affirmait que son mouvement renonçait à l’indépendance de l’AZAWAD pour revendiquer le droit à « l’auto-détermination », immédiatement d’autres responsables du même mouvement démentent cette affirmation, en indiquant que telle n’était pas la position du MNLA. Assistons-nous directement à une division entre les membres du mouvement concernant la question de « l’indépendance de l’Azawad » ? Ou est-ce un problème de leadership ou de coordination au sein du MNLA ? En tout cas la situation reste perplexe.

Le MNLA, depuis son éviction des régions du Nord par les extrémistes, s’engouffre dangereusement dans la merde. En son sein, on dénombre plusieurs tendances. Ainsi, parmi ceux qui veulent un rapprochement avec Ansar Dine, il y’a le Colonel Hassan AG FAGAGA non moins chargé de la Sécurité intérieure du virtuel CTEA (le Conseil transitoire de l’Etat de l’AZAWAD) et le Colonel Bah Moussa Diarra.

Toujours au compte des nouvelles tendances, on peut citer le Front Populaire de l’Azawad, qui se veut un mouvement de l’AZAWAD, opposé à l’option d’indépendance. Du coup, rien ne va plus au MNLA, il ya deux fronts majeurs actuellement :

Le premier, est composé de l’aile dure du mouvement et comprend les membres tels que Mossa AG ASSARID, Nina Wallet INTALOU, Mossa AG ATTAHER etc. Pour ces derniers il est hors de question que le MNLA renonce à l’indépendance de l’AZAWAD. D’ailleurs c’est cette position qui ressort blanc sur noir dans un communiqué laconique diffusé le dimanche 7 octobre par le site officiel du MNLA en ces termes : « Le MNLA ne renonce pas à l’indépendance de l’Azawad. La question concernant l’indépendance ne sera traitée qu’autour de la table des négociations ni avant ni ailleurs ».

Pourtant c’est tout le contraire qui est défendu de nos jours par Ibrahim AG ASSALEH, haut responsable du MNLA et Chargé des Azawadis de l’Extérieur, des Droits de l’Homme et de l’Action Humanitaire du CTEA. Ibrahim Ag ASSALEH est pourtant un représentant légitime du MNLA, par le fait qu’il fut le chef de la première délégation du mouvement à être reçu par le médiateur Blaise Compaoré. Il est le leader de la tendance modérée du MNLA et qui prône plus une large autonomie des régions du Nord. C’est dans cette logique qu’il déclarait que : « Nous revendiquons notre droit à l’autodétermination qui ne veut pas dire sécession. C’est le droit à la vie, à la sante, à l’éducation, les droits politiques et le droit à l’expression ». Cette déclaration reste tout du moins très ambigüe, mais elle opère un changement radical dans la position du MNLA qui s’est tout le temps cramponné à l’indépendance de la chimérique Azawad.

 

Pour certains observateurs avertis, la question de l’indépendance ne fait plus l’unanimité au sein des membres du mouvement, plusieurs membres influents, dont Bilal AG Chérif, auraient été ainsi convaincus par Blaise Compaoré et la communauté internationale de renoncer a l’idée « irréaliste » d’une quelconque indépendance.

 

Dans tout les cas , cette question continue à diviser sérieusement le MNLA et que dans les jours à venir on risque d’assister à un éclatement du MNLA en deux ou plusieurs groupuscules, ce qui risquerait de porter un coup fatal à la notoriété du mouvement au près de la communauté internationale.

 

Mohamed Ag Assory

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct