Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Le Chef d’état Major Général du MUJAO se confie à la radio « Nièta »

Dans cet entretien exclusif, le premier du genre accordé à une radio privée de la capitale, le patron de la sécurité du MUJAO, M. Oumar Ould Hamaha, parle sans détour de leurs forces, de la cohabitation avec les populations, de la vie moins chère, de l’équité, de la justice. Et pour l’application de la charia, l’homme est on ne peut plus claire : elle sera totale. Parlant des non musulmans, le chef d’état major général du MUJAO est plus conciliant et parle même de frères et non d’ennemis. Entretien.

Oumar Ould Hamaha

« A mes nos frères non musulmans, qu’ils sachent que nous sommes tous fils d’Adam et ne sont pas nos ennemis », dixit Oumar Ould Hamaha

Radio « Nièta » : Vous êtes aujourd’hui chargé de la sécurité du MUJAO. Est-ce que la sécurité des populations et des villes que vous occupées sont réelles, voire garanties ?

M. Oumar Ould Hamaha : Gao est en sécurité par ce que nos éléments y patrouillent. Il y a des patrouilles permanentes de  jour comme de nuit. Dieu merci, les Moudjahidines s’entendent bien avec la population. Je vous invite à demander aux populations, elles sont bien placées pour vous répondre.

Radio « Nièta » : Est-ce que la population est d’accord avec l’application de la charia ?

M. Oumar Ould Hamaha . La charia est une imposition divine. Nous nous sommes des serviteurs y compris les Jihaddistes ainsi que les populations et toute l’humanité. Et c’est aux esclaves de se soumette à son seigneur. La charia est une imposition divine. Si la population l’accepte ou pas, nous sommes là pour l’appliquer comme Dieu l’a dit dans le Coran qui est une imposition divine. Je sais qu’il y’a des bonnes personnes, pieuses qui l’acceptent, mais par contre, il y a d’autres qui vivent de vols, de pillages, de cambriolages qui ne l’acceptent parce que c’est contre leur mode de vie.

Radio « Nièta » : Nous avions reçu ici à Bamako des gens dont le pied ou la main a été amputé et qui soutiennent qu’il n’ya pas de preuve contre elles. Quand dites-vous ?

M. Oumar Ould Hmaha : D’abord, il faut savoir que nous pratiquons la charia après avoir eu des preuves concrètes ainsi que des témoins. Et lorsque nous vous prenons la main dans le sac, l’application de la charia sera indiscutable. Nous n’avons jamais pratiqué la charia sans jugement et il faut la personne reconnaisse les faits.  Vous savez tous ceux qui ont été châtié selon la religion musulmane l’oint été avec des preuves irréfutables contre eux.

Radio « Nièta » : Des rumeurs persistantes font état que les éléments du MUJAO ne sont pas des maliens, y compris vous. Que répondez-vous ?

« Je suis malien. Cela ne souffre d’aucun doute »

M. Oumar Ould Hamaha : Demandez à l’administration territoriale, elle me connaît car depuis le régime du Général Moussa Traoré, à ceux sont là-bas, tous me connaissent.  En clair, je m’appelle Oumar Ould Hamaha. Je suis né le 5 juillet 1963 à Kidal. Et j’ai obtenu mon BAC en 1984 à Tombouctou. Vous pouvez demandez aux membres du gouvernement ainsi qu’à mes promotionnaires. Ils sauront vous répondre.  Je suis un malien cela ne souffre d’aucun doute.

Radio « Nièta » :  EST-CE vous êtes prêts pour le dialogue ?

« Nous sommes prêts pour le dialogue… »

M. Oumar Ould Hamaha : Bien sur que nous sommes prêts pour le dialogue. Ce que nous avons toujours prêché et sommes prêts à dialoguer avec qui que ce soit ou même négocier et même si Obama venait nous voir, nos portes lui seront ouvertes à plus forte raison nos frères musulmans du Mali.

 Radio »Nièta » : Etes-vous pour la partition du pays comme els gars du MNLA le demandent ?

Oumar Ould Hamaha : Nous sommes contre la division du Mali. Je l’ai toujours dit et vous pouvez écouter tous mes discours notre position n’a pas changé et changera pas sur ce sujet. Pas de partition du Mali qui demeure et demeurera indivisible.

 Radio « Nièta » : Qu’en est-il de vos rapports avec le MNLA ?

M. Oumar Ould Hamaha : Ce sont des gens qui tiennent un double langage, ils sont pour un mali un et indivisible, tantôt, ils veulent une partition du pays. Ce qui est archi faux. Et c’est la raison pour laquelle nous els avons chassé de Gao  avec 67 victimes qui ont été recensées dans leurs rangs. Idem pour nos frères Berabich du FLA ainsi que ceux du « Ganda-Izo » à Douentza. Tous ces gens-là prônaient la désunion. Ce qui est contraire à notre vision, celle de l’Islam. C’est pour cela que nous avons décidé qu’il n y ait plus de milices armées afin que tout le ponde soit sous un  seul commandement. Il s’agit en fait que tout le monde soit uni sous le couvert de la religion. Vous voyez que ceci est un travail d’unicité.

 Radio « Nièta » : Y-a-t-il des contacts avec les autorités à Bamako ?

« NOUS SOMMES prêts à affronter n’importe quelle armée terrestre ou aérienne »

M. Oumar Ould Hamaha : Le week-end dernier, j’ai reçu un contact téléphonique du Ministère de la Défense, me disant qu’ils ont prêts pour le dialogue. Ce que j’ai accepté  mais à condition que tout le monde se soumette à la charia (la loi divine). Le Ministre de la défense m’a répondu que : « le Mali est un pays laïc et que chacun est libre de choisir sa religion ». Je lui ai dit que seule la charia pourra nous unir qui demeure l’unique solution. Dans le cas contraire, c’est le sabre qui nous opposera.

A notre grande surprise, il va le même jour à Abidjan donner le feu vert pour l’arrivée des troupes de la CEDEAO. C’était le comble et la déception pour nous. Un acte que nous regrettons parce que les pays de la CEDEAO ne peuvent pas affronter les jihhadistes,  même s’ils sont épaulés par ceux de L’OTAN. En clair, aucun pays du monde ne peut s’arrêter devant lesDjihadistes. NOUS SOMMES prêts à affronter n’importe quelle armée terrestre ou aérienne.

Radio « Nièta » : Est-ce que vous avez les moyens et les hommes pour l’application de la charia dans tout le Mali et dans tout le reste de l’ouest africain ?

« C’est une promesse divine révélée que nous sommes entrain de concrétiser »

M. Oumar Ould Hamaha : Oui s’il le faut même sur toute la planète, s’il plait à Dieu. C’est une promesse divine révélée dans le coran depuis 1400 ans  que nous sommes entrain de réaliser en la pratiquant.

Radio « Nièta » : Ici dans certains milieux, on accuse votre mouvement d’être en relation avec certains pays arabes comme le Qatar et l’Irak. Que répondez-vous ?

« Nous avions plus de 45% de l’arsenal de l’armement  libyen »

M. Oumar Ould Hamaha : Ce n’est vrai. Nous n’avions aucune relation avec aucun pays. Notre relation est avec Dieu. Dieu nous suffit. Nous avions suffisamment  d’armes et nous avions plus de 45% de l’arsenal de l’armement  libyen et toutes les casernes du nord Mali  sont sous nos mains puisqu’abandonnées par l’armée.

Radio « Nièta » D’autres sources persistantes font état du soutien de certains pays voisins du Mali (La Mauritanie, le Burkina Faso et l’Algérie) à votre mouvement. Quand est-il ?

« Le nombre d’armement que les jihhadistes disposent est 20 fois à eux »

M. Oumar Ould Hamaha : Vous savez pourquoi la Mauritanie  s’est rendue compte qu’elle ne peut pas nous affronter après avoir vécue l’expérience des jihhadistes depuis plus longtemps, à plus forte raison qu’on est maintenant surarmé. Le nombre d’armement que les jihhadistes disposent est 20 fois plus supérieur que le nombre des jihhadistes eux mêmes.

Radio « Nièta » : Est-ce à dire que sous votre occupation, les populations vivent mieux que sous l’administration ?

« Chaque jour, il ya plus de 50 camions qui viennent décharger à Gao, »

M. Oumar Ould Hamaha : Je vous confirme que nous sommes en très bonne entente d’autant plus que avons aidé la plupart des cultivateurs pour la  semence, appuyer pour le paiement des factures pour tous les indigènes ainsi que les plus faibles sans compter l’aide aux démunis.  Il va de soi que la population nous accepte. D’abord nous leur avons déchargé du fardeau de la douane, parce qu’elle vivait sur le dos de la population, les affaires économiques, les taxations. De nos jours, il n’ya ni douane, ni taxes à payer. Les camions chargés depuis Niamey, Algérie et la Mauritanie, débarquent leurs marchandises sans payer de taxes de douane. Chaque jour, il ya plus de 50 camions qui viennent décharger à Gao, et les produits sont vendus moins chers qu’au paravent.  Et dieu merci il ya la sécurité totale, la prospérité et la bienséance, pourquoi on s’attendrait pas avec la population ? et aussi, nous avions les moyens de contrôler la quasi-totalité du nord du Mali.

Radio « Nièta » : Est-ce à dire qu’aujourd’hui vous maitrisez la gestion d’état et que vous aviez les moyens de  votre politique, n’avez-vous pas d’autres appuis extérieurs ?

« Dans le pays islamique tout le monde vient en aide au gouvernement islamique « 

M. Oumar Ould Hamaha : Nous n’avons pas besoin de partenaires. Il faut savoir que c’est une bénédiction divine qui nous dirige et nous encourage. Nous avions  suffisamment d’armements que nous pouvons d’ailleurs vendre. Demandez à l’armée malienne qu’est ce qu’elle a laissée derrière elle ? Ici, c’est la solidarité agissante de façon permanente qui constitue nos ressources. Et rien d‘autre.  Nous avions l’intervention de tout le monde, ce n’est pas comme dans un gouvernement ou chacun  cherche à prendre l’argent du gouvernement. Chez nous, la plupart vient avec leur véhicule et leur arme. Dans le pays islamique tout le monde vient en aide au gouvernement islamique : les éleveurs, les cultivateurs, les commerçants etc. D’ailleurs,  tous les marchés et les ONG sont donnés  aux gens  du milieu et les bénéfices reviennent aux autochtones. Pourquoi la population ne s’entendrait pas avec nous, elle ne paye pas l’électricité ni l’eau ?

Radio « Nièta » Est-ce à dire que la presse peut venir couvrir les événements du nord, sans aucun problème ?

« Le Mali a une armée sans morale »

M. Oumar Ould Hamaha : Je le signal qu’il ya la paix et la sécurité totale partout au nord. Pourquoi à la police à Bamako les gens sont entrain de s’entre tuer par ce qu’il ya une mauvaise gestion et parce qu’actuellement il n’ ya pas de gouvernement crédible. Le Mali a une armée sans morale et est sous équipée. Les hommes qui sont au pouvoir n’ont pas été choisis, ils se sont imposés  de force à la population. Ce qui est contraire à la religion musulmane qui parle de justice, d’équité.

Radio « Nièta » : Parlant des initiatives du Haut Conseil Islamique du Mali et des frères musulmans qui sont au sud, est ce que vous êtes prêt à discuter avec eux  pour trouver un terrain d’entente ?

« Oui au dialogue mais par le canal du HCI »

M. Oumar Ould Hamaha : Nous préférons que ce soit le HCI au nom du gouvernement de venir vers nous. Sinon toute autre personne, nous ne le reconnaitrons pas. Comme vous el savez, c’est par le canal du Haut Conseil Islamique qu’on peut dialoguer et négocier avec les autorités. Sans le HCI, nous n’allons pas  les reconnaître  parce qu’il  n’ya aucune relation entre nous. Et c’est un honneur qu’on donne parce que, ce sont nos frères musulmans.

Radio « Nièta » : Est-ce que vous êtes prêts  à appliquer les différents consensus qui pourront éventuellement se passer avec le Haut Conseil Islamique du Mali ?

M. Oumar Ould Hamaha : Bien sur qu’on est prêt à les appliquer, tant qu’ils ne sont pas hors de la charia, c’est-à-dire quand ils ne sortent pas du cadre de la religion.

Radio « Nièta » : Qu’est ce que vous avez à dire à vos frères musulmnas et non musulmans du Sud ?

« Nous ne sommes pas des ennemis »

M. Oumar Ould Hamaha : J’ai un message particulier à donner à tous mes frères sans tenir compte de la langue ni de la race, qu’ils soient peulh, bambara dogon, sonrai de comprendre que nous ne sommes pas leurs ennemis et nous ne sommes pas  venus pour leur faire souffrir. Bien au contraire que nous sommes des frères et que nous devons nous entraider  à honorer la religion, à nous soumettre à la loi divine et que dieu nous agrée tous et qu’Allah fasse du Mali un pays uni en paix, sécurité et bienfaisance sous la couverture  de la loi divine.

Radio « Nièta » : Par rapport à votre appartenance au Mali, vous avez des frères non musulmans, quel est votre message à leur endroit ?

« Nous sommes tous fils d’Adam »

M. Oumar Ould Hamaha : Bien sur il y a des maliens qui ne sont pas musulmans, à titre de respect d’abord même s’ils ne sont pas musulmans, nous sommes tous fils d’Adam. C’est dieu qui va juger et chacun sera juger selon  ses actes et sa foi. Parce que, il n’ya point de contrainte  dans la religion. D’ailleurs les chrétiens sont des hommes du livre, nous les respectons, ils peuvent vivre sous une domination musulman

 Radio « Nièta » : Avez-vous un appel ?

M. Oumar Ould Hamaha : Je m’adresse à tout le monde, y compris le gouvernement, l’armée et la population, pour se soumettre à dieu et qu’Allah nous agrée tous !

Propos recueillis par Diossé Traoré « radio Nièta » et Bokari dicko « Mali Demain »

avatar
  Subscribe  
Notify of
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct