Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Le chanteur guinéen Takana Zion lance un appel pour la paix au nord Mali

Le chanteur de reggae guinéen Takana Zion, qui a sorti fin novembre son quatrième album, « Kakilambe », a lancé un appel à « la paix au Mali », secoué par l’instabilité politique et l’implantation de l’islamisme.

« En tant qu’Africain, ce qui se passe au Mali fait vraiment mal. La Cédéao (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest) et l’Union africaine tardent à trouver une solution pour le peuple malien. On doit s’occuper de son destin », a expliqué à l’AFP l’artiste de 26 ans, de passage en France à l’occasion d’une tournée de promotion de son disque.

« Le peuple malien est innocent et ne se rendait pas compte à quel point ces islamistes étaient dangereux. Dieu est une affaire personnelle et intime. L’homme ne doit pas dire à l’homme quelle vision de Dieu il faut avoir, car chaque être humain doit chercher à rencontrer la divinité à l’intérieur de lui », souligne cet adepte du rastafarisme.

Takana Zion, benjamin d’une famille de 12 enfants, a grandi à Conakry, où il allait « au bord de la mer chanter avec une guitare plutôt que d’aller en classe », raconte-t-il. A 16 ans, il part à l’aventure à Bamako, au Mali, « avec un tee-shirt, un pantalon et deux livres, dont un dictionnaire d’anglais ».

Dans la capitale malienne, il fait une rencontre décisive: l’Ivoirien Tiken Jah Fakoly, une des plus grandes voix du reggae africain, extrêmement populaire en Afrique de l’Ouest.

« Pour trouver ma personnalité, j’ai quitté ma famille. Je ne savais pas ce que j’allais devenir à Bamako, Tiken Jah Fakoly m’a permis de me faire connaître en France », dit-il. Le public parisien de l’Elysée Montmartre découvre sa voix en juin 2006. Il est dès lors surnommé le « Sizzla africain » en référence à une puissance vocale similaire à celle de la star jamaïcaine du style Dance hall.

Après un troisième album, « Rasta Government », enregistré en Jamaïque, qui a fait le bonheur des amateurs de reggae, Takana Zion a décidé de se tourner dans « Kakilambe » vers un style plus éclectique, où le reggae côtoie la musique traditionnelle et l’électro-africanisme, avec une volonté affichée de promouvoir la culture et la langue soussou (population mandingue établie principalement en Guinée).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct