Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

L’An I de EUCAP Sahel Mali : UN BILAN FLATTEUR

Ibrahim Boubacar Keita president malien ibk inauguration siege residence maison locaux union européenne eucap sahel

Le chef de la mission « European Union Capacity » (EUCAP Sahel Mali), Albrecht Conze, a animé un point de presse à l’occasion du premier anniversaire du lancement des activités de la mission. C’était jeudi à l’École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye, en présence des ministres de la Défense et des Anciens Combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, et de la Sécurité et de la Protection civile, le colonel-major Salif Traoré. De nombreux diplomates assistaient aussi à l’événement.
Lancée le 15 janvier, la mission EUCAP Sahel Mali assiste et conseille la police, la gendarmerie et la garde nationale. Elle s’attache à améliorer leur efficacité opérationnelle, rétablir leurs chaînes hiérarchiques respectives, renforcer le rôle des autorités administratives et judiciaires en matière de direction et de contrôle de leurs missions, et faciliter leur redéploiement au nord du pays.
Eucap Sahel Mali, auquel 13 États contribuent au sein de l’Union européenne, compte un personnel de 140 agents (100 Européens et 40 Maliens). Le budget 2016 de la mission s’élève à 15,25 millions d’euros (un peu plus de 10 milliards de Fcfa). L’Union européenne a décidé de lancer cette mission de formation des forces de sécurité, parallèlement à la mission de formation militaire (EUTM), après avoir fait le constat que la crise a révélé les difficultés de l’État à instaurer son autorité sur l’ensemble du territoire national dans un contexte d’instabilité accrue dans le Sahel. L’UE se propose donc de répondre au besoin d’améliorer les pratiques de gouvernance et la capacité des institutions pour que les Maliens bénéficient pleinement de leurs droits, notamment le droit à la sécurité et à la justice. L’UE estime, en effet, que le rétablissement de la sécurité et d’une paix durable au Mali est un enjeu majeur pour l’Afrique et l’Europe.
La mission Eucap Sahel Mali œuvre en complément des actions de l’EUTM qui a déjà formé 7 des 8 GTIA inscrits à son programme de formation. Eucap Sahel Mali s’inscrit pour sa part en soutien à la volonté des autorités nationales de procéder à la restructuration des forces de défense et de sécurité.
La mission vient aussi en appui à la dynamique malienne de restauration de l’autorité de l’État et en étroite coordination avec les autres acteurs internationaux, notamment la MINUSMA.
La mission comprend une équipe de conseillers et de formateurs qui travaillent avec les forces de sécurité intérieure et les ministères en charge de la Sécurité et de la Défense pour améliorer le système des ressources humaines, réorganiser la formation et donner des formations à une masse critique de cadres d’avenir.
Les autorités maliennes et la mission se sont conjointement fixé un premier objectif de 600 cadres officiers et sous-officiers formés durant la première année 2015. L’objectif final est de former à terme un tiers des cadres de la gendarmerie, de la garde et de la police. Chaque cadre bénéficie d’une formation de 4 semaines correspondant à 100 heures de cours sur des sujets comme le commandement du service, la police judiciaire, la police de proximité, la police technique et scientifique, les droits de l’homme et le genre, etc.
Eucap Sahel Mali forme également des experts en techniques policières, dans la lutte contre le crime organisé et le terrorisme, en contrôle et audit des services, en soutien aux ressources humaines et logistique. En plus de coopérer et de se coordonner de manière très étroite avec la MINUSMA, la mission travaille avec la société civile qui est un acteur primordial pour accompagner les réformes décidées par le gouvernement afin que les réformes soient comprises par la population.
John Veneau, le chef des opérations, a révélé qu’au terme de cette première année d’action, EUCAP Sahel Mali a formé près de 700 cadres des trois forces de sécurité intérieure.
Ces formations couvrent tout le spectre des savoir-faire et savoir être nécessaires au bon fonctionnement des forces de sécurité intérieure : du management des ressources humaines au management opérationnel, en passant par l’éthique, la déontologie, les droits de l’homme et le genre ; de la police judiciaire et du contre-terrorisme à la sécurité publique générale, en passant par la police technique et scientifique et la sécurité des frontières ; de l’intervention professionnelle au maintien de l’ordre en passant par la protection des hautes personnalités. Elles comportent également des sessions de formation des formateurs maliens visant à compléter leurs connaissances en matière de méthodes pédagogiques afin de doter les forces de sécurité d’un réseau de formateurs prêts, dans l’avenir, à prendre le relais de la mission européenne.
Au cours d’une cérémonie marquant l’anniversaire de EUCAP Sahel Mali, toujours à l’École de maintien de la paix jeudi après-midi, Albrecht Conze a assuré que « la mission restera aux côtés des forces de sécurité maliennes pendant une période de 4 années » et qu’elle ne quittera le Mali qu’en ayant la conviction que notre pays n’a plus besoin d’elle.
Le chef de la délégation européenne Michel Holeville a annoncé que l’UE allait accorder un don de 615 millions d’euros (plus de 40 milliards de Fcfa) cette année dans le cadre de l’appui à la réforme des forces de sécurité. Il a réitéré l’engagement de l’UE aux côtés de notre pays.
Le colonel-major Salif Traoré a salué l’engagement européen et confirmé la grande satisfaction des forces de sécurité sur la qualité de la formation des Européens. Il a aussi remercié l’UE pour son appui précieux lors d’événements comme l’attaque contre le restaurant la Terrasse et contre l’hôtel Radisson Blu.
A. DIARRA

source: Essor

avatar
  Subscribe  
Notify of
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct