Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

L’AMM au rouge : Plus de 7 mois d’arriérés de salaire du personnel

Dans l’ombre de la crise politique et sécuritaire que connaît notre pays depuis le 17 janvier 2012, l’Association des Municipalités du Mali (AMM) joue sa survie. Ses indicateurs sont aujourd’hui au rouge. L’actuelle équipe dirigée par Boubacar Bah dit Bill a du mal à mobiliser les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) et les cotisations des adhérents pour faire face aux urgences, notamment aux salaires (7 mois d’impayés) du personnel technique.

«Envoyer nos enfants à l’école et tomber malade sont devenus des luxes pour nous et nos familles, car les frais d’études et les frais médicaux ne sont plus à notre portée depuis plusieurs mois». Tels sont les propos d’un cadre de la structure, très remonté contre le président Bill. Débordant d’énergie au temps d’Abdel Kader Sidibé, le personnel de l’AMM fait aujourd’hui pitié. Imposée à la tête de cette structure par l’Adéma-PASJ et ses alliés, le Maire de la Commune V brille malheureusement par son incompétence notoire et son indifférence totale face à la situation critique du personnel technique de sa structure.

Héritant d’une Association en pleine croissance, l’équipe de Bill est en train de faire sombrer l’AMM. Depuis l’intrusion des partis politiques qui a abouti à des élections bâclées et taillées sur mesure, les PTF, déçus, ont décidé de bouder l’AMM. Aucune perspective reluisante n’est en ligne de mire.

Pis, avec plus de 7 mois d’arriérés de salaire, le personnel de l’AMM fait office de parents pauvres des collectivités maliennes. Dans l’indifférence générale, ces hommes et femmes qui ont pourtant tout donné à la structure, ruminent très mal leur colère. Sont-ils victimes d’un règlement de compte ou de la crise ?

Pour la plupart des observateurs, le personnel est victime d’un règlement de comptes qui ne dit pas son nom. Selon eux, la guerre fratricide qui a opposé le président sortant Abdel Kader Sidibé à Bill, justifierait les conditions précaires du personnel technique. Selon cet autre cadre de la structure, le président cherche à se venger du personnel jugé proche d’Abdel Kader Sidibé.

Aujourd’hui, il est triste de constater que tous les acteurs de l’AMM regrettent amèrement le départ anti-démocratique du Maire de la Commune III.

Pour ne pas disparaître, l’AMM a aujourd’hui besoin d’un coup de pouce de l’Etat. Dans un premier temps, il urge de régler le problème du personnel dont le moral est au talon. Ensuite, améliorer la gestion clanique, voire opaque de l’équipe de Boubacar Bah dit Bill.

A suivre !!!

Sékou COULIBALY

 

SourceLe Guido

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct