Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

La transition entre Obama et Trump tourne à la guerre froide

Alors que les deux hommes avaient, au lendemain de l’élection, affiché un souci d’unité, leurs divergences sont depuis apparues au grand jour.

donald-trump-rencontre-conference-barack-obama-president-etats-unis

La conversation promet. Le futur président des Etats-Unis, Donald Trump, devait rencontrer, vendredi 6 janvier, à New York, le directeur u renseignement national, James Clapper. Au programme, la présentation du rapport présenté la veille au président Barack Obama à propos du piratage, à des fins politiques, d’informations confidentielles liées au Parti démocrate. Les dix-sept agences du renseignement accusent, depuis le 7 octobre, les autorités russes, qui l’ont toujours nié, d’avoir interféré dans la campagne présidentielle américaine. Une analyse validée par M. Obama.

Deux jours plus tôt, sur son compte Twitter, son principal canal d’expression, M. Trump avait assuré, sans en apporter la preuve, que ce briefing « sur le supposé “piratage russe” » avait été repoussé, parce que « le renseignement” » avait, selon lui, « besoin d’un peu plus de temps pour constituer un dossier ». « Très étrange », avait ajouté le milliardaire. « Je sais des choses que d’autres ne savent pas », avait-il affirmé pendant le Nouvel An, avant de lancer : « Aucun ordinateur n’est sûr. J’ai un fils de 10 ans, il peut tout faire avec son ordinateur ».

Une défiance « qui inquiète »

Cette posture n’a guère de précédent. Entendu à ce sujet par la commission du renseignement du Sénat, jeudi, M. Clapper, qui va quitter ses fonctions à la fin du mandat de M. Obama, a déploré une défiance « qui inquiète certains de nos partenaires étrangers ». Il a ajouté à propos des critiques de M. Trump…
Source: lemonde

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct