Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

La France a-t-elle lâché IBK ?

C’est un secret de polichinelle dans les milieux diplomatiques. La France d’Emmanuel Macron, qui surveille comme le lait sur le feu l’évolution de la situation dans notre pays, a longtemps considéré IBK et son régime comme « un moindre mal ». Même si le courant n’est jamais passé entre les deux hommes. Leurs rapports étaient courtois mais crispés. Rien à voir avec les effusions chaleureuses qui étaient en cours du temps du socialiste François Hollande, l’anti-modèle de Macron. Dès son premier voyage au Mali, en juin 2017, le patron d’En Marche a volontairement instauré de la distance, en choisissant, au mépris de tous les usages, de débarquer à Gao, où le président « fou du Mali », tout penaud, a dû venir l’accueillir sur le tarmac pour passer en revue les troupes françaises.

Les diplomates français, en privé, ne cachaient plus leur consternation au sujet du bilan IBK. Bruno Joubert, l’ancien patron de la cellule Afrique sous Nicolas Sarkozy, qui reste une voix très écoutée, a même signé une tribune remarquée, dans le journal Le Monde, en décembre 2017, pour dire que les responsables maliens « ne donnaient pas le sentiment d’être concernés par la réconciliation ». Joubert dénonçait « l’incroyable inertie » des dirigeants maliens et pointait le risque d’un « enlisement » de Barkhane.

Malgré tout, la nomination de SoumeylouBoubèyeMaïga à la Primature avait rassuré les Français. Du moins au début. Le Sphinx pouvait être l’homme de la situation, la béquille d’un président paresseux et dépassé par les événements. On voulait le croire à Paris. Le caractère d’homme à poigne de Boubeyeétait vu comme une garantie. L’illusion n’a plus cours maintenant. La condamnation par le Quai d’Orsay de la répression de la marche de l’opposition, le 2 juin, à Bamako, a laissé entrevoir des signes d’exaspération côté français. Les exactions imputées aux FAMA à Nantaka et Kobaka, dans la région de Mopti, et l’attentat contre le QG du G5 Sahel, à Sévaré (le 29 juin) ont été les gouttes d’eau qui ont fait déborder le vase.

Paris et ses alliés du G5 ne font plus confiance à IBK ! Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, n’a pas caché son agacement aux journalistes qui l’accompagnaient en Mauritanie, le 2 juillet, pour le sommet extraordinaire du G5 Sahel de Nouakchott. Le remplacement du général malien Didier Dacko, commandant de la force conjointe du G5 Sahel, par le Mauritanien HannenaOuld Sidi, décidé pendant ce sommet et officialisé le 13 juillet a été undésaveu cinglant pour IBK. Les images de ce dernier, visiblement contrarié à Nouakchott, ne trompaient d’ailleurs pas. Il n’est jamais plaisant de se faire chapitrer par ses pairs, même à huis clos !

Les jugements les plus mordants sont cependant venus des députés tricolores. Réagissant à l’attentat de Sévaré et à une attaque ayant visé des soldats de Barkhane, Jean-Jacques Bridey, le président de la commission de la Défense de l’Assemblée nationalea estimé au micro de RFI le 2 juillet que le pouvoir malien actuel n’était « pas à la hauteur des enjeux ». Très proche de Jean-Yves Le Drian, ce député d’En Marche a ajouté : « Nous sommes à 4 semaines d’élections présidentielles, on ne sait toujours pas si ce scrutin pourra se tenir. J’ai l’impression qu’il n’y a pas de véritable volonté de tenir ces élections de la part du pouvoir malien. C’est très préoccupant. » Difficile de faire plus clair : aujourd’hui, pour la France, IBK n’est plus un moindre mal, mais une épine dans le pied. Une carte brûlée. Le locataire du Palais de Koulouba aurait tort de considérer le soutien de la France, et, par ricochet, celui de ses alliés, comme lui étant acquis, notamment en cas de crise post-électorale. Aucun dérapage ne sera toléré.

 

Source: Le Républicain

avatar
  Subscribe  
Notify of
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct