Regarder ORTM sur vos téléphones et tablettes

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

La BDM –sa à la conquête de l’espace UEMOA : Après la BDU-Guinée Bissau, la BDU- Côte d’Ivoire, voici la BDU-Burkina Faso

La BDM-sa, la première banque du Mali, sous le leadership affirmé de son directeur général, Amadou Sidibé, lauréat du prix « Oscar du leadership et de l’Excellence 2016 », poursuit son expansion dans la zone UEMOA, avec succès

banque-developpement-mali-bdm

La salle des banquets de Ouaga 2000 a refusé ce jour là du monde. Et du beau monde constitué entre autres d’opérateurs économiques, de diplomates, de banquiers, des hauts cadres du pays des hommes intègres, des autorités coutumières, des députés. Le médiateur du Faso, le vice-président de la BOAD, notre compatriote Bassari Touré et  Amadou Soulalé, l’Ambassadeur du Mali au Burkina Faso étaient également là.

On y notait aussi la présence d’une forte délégation venue de Bamako constituée du PCA de la BDM-sa, l’ancien Premier ministre, Mohamed Ahmed Ag Hamani, le vice-président de la CCIM, Tieni Konaté, le DG de la BDM-sa, Amadou Sidibé et son adjoint, Mamadou Kondo. Ce n’est pas tout. Le richissime notaire de la place, Mamadou Kanda Keïta et le très réputé architecte Djiré étaient aussi de la fête. Sans oublier les cadres compétents et discrets de la BDM-sa, membres de la délégation, sans lesquels, cette commémoration n’aurait pas eu lieu.

La cérémonie, riche en couleurs, entrecoupée par une animation musicale et humoristique, était présidée par le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat du Burkina Faso, représentant le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, drapé dans une tres jolie  tenue traditionnelle.

A 16 H la fête commence avec le mot de bienvenue du représentant du maire de la commune de Ouagadougou. Suivra l’intervention du Directeur Général de la BDU-BF, Karim Bagayogo, Dr en sciences économiques.

Ce dernier a expliqué aux invités que la filiale burkinabé a démarré ses activités le 15 janvier 2015 avec un capital initial de 5,5 milliards de FCFA porté à 8,750 milliards de nos francs avec une ouverture à des investisseurs nationaux. Il a aussi expliqué que l’actionnariat comprend outre la BDM-sa, la BOAD,  la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM), de nouveaux actionnaires que sont la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso, la SONAPOST et divers privés burkinabé portant ainsi la part des nationaux à environ 35% du capital qui certainement ira crescendo dans les mois à venir.

Le DG de la BDU-BF a lancé un appel aux burkinabé en ces termes : « Venez nous donner votre argent à la Banque de l’Union-Burkina pour qu’on le garde pour vous afin de rehausser le taux de bancarisation dans notre pays qui demeure encore très bas car en deçà de 15% ».

Une modeste contribution à la réussite de l’intégration sous-régionale : Ce fut ensuite au tour du PCA de la BDU-BF, également  DG de la BDM-sa, Amadou Sidibé, de livrer son discours. Comme à son habitude, avec l’humilité et sobriété qu’on lui reconnait, il a dit l’essentiel dans un langage clair et précis en quelques mots.

Après les salutations d’usage et après avoir rendu grâce à Dieu, Amadou Sidibé s’est réjoui de «  procéder au lancement officiel de notre filiale au pays des hommes intègres, à savoir le Burkina Faso. Le choix de notre présence dans ce pays envié par le sérieux de son peuple, participe de la volonté des actionnaires du Groupe BDM –sa d’apporter leur modeste contribution à la réussite de l’intégration sous régionale dans toutes ses dimensions.

Il a également donné l’assurance, en sa qualité de PCA, que la BDU-BF, malgré sa jeunesse, ne ménagera aucun effort pour jouer pleinement sa contribution dans le financement de l’économie burkinabé ».

Pour sa part, le PCA de la BDM-sa, Mohamed Ahmed Ag Hamani, avec son calme olympien, muni d’un petit chapelet, dont il ne se sépare jamais depuis peu, a d’abord loué la qualité des relations entre le Mali et le Burkina Faso, unis, selon lui, par l’histoire, la géographie et la volonté commune de renforcer leur coopération bilatérale et l’intégration au sein de l’UEMOA. L’ancien Premier n’a pas manqué de mettre en exergue les opportunités et les garanties qui s’offrent à la BDU-BF, notamment une « jeunesse ambitieuse, dynamique et créatrice, engagée à contribuer à l’émergence dans nos pays à travers les domaines de la croissance et de l’innovation au moyen des start-up et des PME/PMI ».

Enfin, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, représentant le Premier ministre, Paul Kaba Thieba, a lu le discours de lancement de la cérémonie, dans lequel  une mention exceptionnelle est faite à la qualité des relations des deux pays. Avant d’exhorter les responsables de la BDU-BF à « accompagner tous les secteurs d’activité et à accorder une attention particulière au financement des PME/PMI, communément appelés secteurs informels, car elles contribuent à près de 80%, à la formation du PIB du Burkina ».

Chahana TAKIOU,

 Envoyé spécial

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct