Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Journée africaine de service public: vers une gouvernance publique responsable

Notre pays a célébré, hier jeudi, la Journée africaine du service public, placée sous le thème : ‘’enraciner la culture de prestation de services centrée sur les citoyens : partenariat avec les jeunes pour la transformation de l’Afrique’’. Les activités ont eu lieu dans un hôtel, sis à Hamdallaye ACI 2000.

diarra racky talla ministre fonction publique charge Relations Institutions

Deux temps forts ont marqué cette commémoration.
Il y a eu d’abord, une cérémonie officielle, placée sous la présidence du Directeur de Cabinet des services de la Primature, en présence des membres du Gouvernement ; des représentants des institutions, de l’administration, de la mairie de la commune IV ; de la famille des travailleurs…
Il y a eu ensuite une conférence-débat sur le thème retenu et dont le modérateur était l’ancien Premier ministre, Mohamed Ahmed Ag HAMANI.
La cérémonie officielle a été ponctuée de deux interventions, à savoir celles du ministre du Travail, de la réforme de l’État, chargé des relations avec les instituions, DIARRA Racky TALLA, et du Directeur de Cabinet de la Primature.
Selon, le ministre, la célébration de la journée africaine du service public est devenue une tradition qui a été soutenue par les chefs d’État et de Gouvernement de l’Union africaine, afin de renforcer les réformes et favoriser la bonne gouvernance et les systèmes de gestions performants au sein de l’administration publique en Afrique.
Le ministre a indiqué que fonction publique était par excellence le réceptacle de l’administration publique, autrement dit, de l’ensemble des autorités, agents et organismes chargés, sous l’impulsion du pouvoir politique, d’assurer les multiples interventions de l’État.
Mme DIARRA a expliqué que la Fonction publique a pour mission de traduire en actes concrets les décisions des pouvoirs politiques. Elle est d’autant plus importante, a-t-elle souligné, qu’une carence à son niveau peut conduire à un dysfonctionnement de l’État. D’où, une réflexion qui est en cours pour l’adapter à un environnement mondial.
Parlant des objectifs de la journée du service public, le ministre du Travail, de la fonction publique, chargé des relations avec les institutions a énuméré la valorisation de l’éthique, de l’intégrité, de la redevabilité, de la transparence. Toutes choses qui concourent à l’amélioration de la prestation du service public. Pour Mme DIARRA, nous avons en perspective une administration publique transfigurée. La refondation des administrations publiques est un impératif, a-t-elle affirmé.
Le ministre du Travail est convaincu que l’amélioration du service public passe par des défis qu’il nous faut relever. Ce, d’autant plus que les citoyens sont de plus en plus exigeants. Dès lors, a-t-elle poursuivi, il ne saurait être question de s’installer dans la médiocrité, mais au contraire de servir avec professionnalisme. Car pour elle, si avant il s’agissait dans le service public d’assurer la continuité, aujourd’hui l’heure est à la performance. Ce qui a pour piliers : l’égalité de tous les citoyens devant les services publics ; le professionnalisme et le dévouement…
L’occasion était bonne pour Mme DIARRA Racky de citer certaines mesures et actions menées dans le sens de cette performance de l’administration : création de Bureaux d’accueil et d’orientation, de DFM ; production de Manuels de procédure, de Codes de conduite…
Nonobstant les efforts déployés, constate Mme DIARRA, l’impact est faible sur les citoyens.
C’est pourquoi les défis à relever, selon elle, sont relatifs à la mise en œuvre de la gestion axée sur les résultats (GAR) ; la promotion de l’éthique ; le renforcement des actions de formation ; la simplification des procédures administratives.
Le ministre pose trois conditions pour relever ces défis : la disponibilité de l’offre de service ; l’adaptation du service proposé ; le professionnalisme et le dévouement avec lequel le service est offert.
Parlant du partenariat avec les jeunes, elle a usé de métaphore : les jeunes ne sont pas que l’arbre que nous nous plantons pour demain ; ils sont la force vive capable d’entretenir dans la durée ce que nous plantons. D’où, son plaidoyer pour leur accès aux nouvelles technologies, à l’innovation…
Le Directeur de Cabinet de la Primature a rappelé que c’est à l’issue de la conférence Panafricaine de la fonction publique tenue le 21 juin 1994 à Tanger, au Maroc, que l’Union africaine a dédié une journée au service public. Selon lui, il y a de grands chantiers pour la performance, l’accès au service. Mais, a-t-il mis en évidence, cela exige plus de responsabilisation et de transparence de la part des agents.
Il a soutenu l’institutionnalisation de la gouvernance publique responsable et d’expliquer que le lien culturel entre le service public et la culture porte sur l’amélioration de la pensée, des outils.
En ce qui est des jeunes qui représentent la majorité de la population, et qui représentent une chance pour l’Afrique et pour le Mali, il a indiqué que rien de durable ne peut se construire sans eux. Aussi, faudrait-il mettre l’accent sur leur formation, leur implication.
Le second temps fort de la journée a concerné la conférence-débat sur le thème retenu.

Par Bertin DAKOUO

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct