Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Investissements des collectivités en 2017: plus de 42 milliards de FCFA mobilisés

Le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’Etat, Mohamed Ag ERLAF, a présidé hier lundi, les travaux de la 23è session ordinaire du Conseil d’administration de l’Agence nationale d’investissement des collectivités territoriales (ANICT) au Grand Hôtel de Bamako. C’était en présence du directeur général de l’ANICT, Modibo CISSE; des représentants des Agences de coopération technique et financière ; des administrateurs, etc.

mohamed-ag-erlaf-ministre-administration-territoriale-decentralisation-reforme-etat-reunion-conference

A l’Ordre du jour de cette session : l’examen et l’adoption de l’état d’exécution des délibérations de la 22è session ordinaire, de la 3è et 4è session extraordinaire. Les administrateurs se sont également penchés sur les états financiers de l’exercice 2016 ainsi que le rapport d’audit des comptes de la même année. Enfin, ils ont procédé à l’examen et l’adoption du document de prévision 2017.
A l’ouverture des travaux, le président du Conseil d’administration, le ministre Ag ERLAF, a rappelé que la présente rencontre se tient à un moment où il procède au renouvellement des mandats des conseils communaux et à la mise en place des autorités intérimaires.
Aussi, a-t-il souligné, le choix d’instituer des collectivités territoriales s’administrant librement sous le contrôle des représentants de l’Etat, procède de ferme volonté du gouvernement malien de réorganiser profondément les pouvoirs publics afin de mieux ancrer la démocratie et de lutter efficacement contre la pauvreté.
C’est pourquoi, soutient Mohamed Ag ERLAF, ce processus a enregistré des progrès incontestables.
Toutefois, a-t-il noté, outre la nécessaire modernisation de l’administration publique et des services déconcentrés et décentralisés, le processus de décentralisation se heurte à des écueils tenaces, dont entre autres : le manque de ressources financières et humaines ; l’insuffisance de la déconcentration des services de l’Etat.
Dans cette perspective, a fait savoir le ministre en charge de la décentralisation, le déploiement dans la Fonction publique des collectivités territoriales est en cours pour renforcer les capacités de ces dernières dans leur gestion quotidienne.
Par ailleurs, le ministre Ag ERLAF a soutenu que la mise en place des Agences de développement régionales (ADR), qui ont pour mission première d’appuyer la maîtrise d’ouvrage des collectivités territoriales, participe de la vision de son département de permettre de réajuster le rôle de l’ANICT. Le tout, indique-t-il, selon une logique de recentrage vers ses missions premières et dans un souci d’efficacité de la structure et de conformité avec la dynamique de régionalisation.
A l’issue de cette cérémonie, le directeur de l’ANICT, Modibo CISSE, a souligné que sa structure a eue à réaliser plusieurs activités en 2016, marquée par la contribution de certains PTF qui ont accompagné l’ANICT tout au long de l’année. Il en est de même, pour la plupart des collectivités qui ont mobilisé leur droit de tirage de 2016, à l’exception des régions de Ménaka et Taoudéni.
Pour lui, les travaux de cette session doivent permettre aux administrateurs d’adopter le budget prévisionnel pour 2017 qui se chiffre à plus de 42 milliards FCFA, soit une nette progression de 59% par rapport à 2016, qui était de plus de 23,627 milliards de FCFA.
«Nous sommes fiers de constater que l’Etat a bien voulu mettre un peu plus la main à la poche cette année par rapport à 2016 ; nous avons une contribution de l’Etat d’à peu près de 36 milliards FCFA, soit 60% d’augmentation», a dit M. CISSE.
A son avis, cet engagement financier conséquent marque la volonté des plus hautes autorités du pays d’accélérer le processus de décentralisation.
Ainsi, le budget de 2017 alloue 92,76 % des ressources aux investissements des collectivités territoriales en vue d’améliorer l’offre de services aux populations et de consolider le processus de décentralisation dans le contexte de la régionalisation.
«En 2017, nous souhaitons une plus large mobilisation de ces ressources», a conclu M. CISSE.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct