Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Insécurité alimentaire au Mali : Plus de 3,8 millions de personnes menacées pendant la période de soudure

L’analyse du cadre harmonisé montre que plus de 3,8 millions de Maliens seront en insécurité alimentaire durant la période de soudure. L’information a été par la chargée à la communication du Programme alimentaire mondial (Pam), Cecilia Aspe, au cours d’une rencontre avec les journalistes, le mercredi 26 avril, au siège de l’institution.

Oumar Ibrahima Toure commissaire securite alimentaire parti apr conference discours

La revue régionale de l’analyse du Cadre harmonisé du programme alimentaire mondial (Pam) en mars 2017 a permis d’ajuster les prévisions nationales de la situation alimentaire dans les pays d’Afrique de l’Ouest durant la période de soudure de juin à août.

Pour le Mali, les chiffres indiquent une dégradation de la situation alimentaire par rapport à l’année dernière avec près de 800.000 personnes supplémentaires dans le besoin cette année, en dépit de productions agricoles globales moyennes à bonnes. Durant la période de soudure, plus de 3,8 millions de personnes seront en insécurité alimentaire dont 601.000 en phase de crise ou d’urgence, nécessitant une assistance alimentaire et agricole immédiate.

L’analyse du cadre harmonisé, un outil pour prévenir et gérer les crises alimentaires

Le cadre harmonisé d’analyse et d’indentification des zones à risque et des populations en insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest permet d’estimer les populations en insécurité alimentaire, et de renforcer le cadre de collaboration entre les acteurs locaux dans les différentes pays et au niveau régional pour une gestion plus efficace des crises.

Il couvre 16 pays de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel et se fonde sur 4 indicateurs dits de résultats de la sécurité alimentaire qui caractérisent directement l’état de sécurité alimentaire du ménage ou de la zone considérée : consommation alimentaire, état nutritionnel, évolution des moyens d’existence et mortalité. Sont également pris en considération les facteurs contributifs, à savoir : les dangers et vulnérabilité, la disponibilité alimentaire, l’accessibilité alimentaire, l’utilisation et la stabilité. L’analyse permet de classer la population en insécurité alimentaire en 5 phases. Il s’agit du stade minimal (phase 1) à la famine (phase 5).

Le cadre harmonisé utilise les données recueillies grâce aux systèmes d’information existants dans les pays. Chaque année, une première analyse est réalisée en octobre et permet d’évaluer les populations en insécurité alimentaire, en situation courante et en période de soudure. Les analyses nationales sont conduites par les cadres nationaux et leurs partenaires avec la facilitation du comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel. Une seconde analyse conduite en février-mars fournit une évaluation de la situation courate et permet d’ajuster les prévisions pour la soudure.

La dégradation de la situation alimentaire au Mali liée à plusieurs facteurs

Au niveau régional, les perspectives du cadre harmonisé de mars 2017 pour la période de soudure sont meilleures que lors de l’analyse précédente, mais qui se sont dégradées en ce qui concerne le Mali. Plus de 3,8 millions de personnes seront en insécurité alimentaire pendant la période de soudure, alors qu’elles étaient estimées à 3,5 millions lors de l’analyse précédente du cadre harmonisé.

Parmi ces personnes, 601.000 seront en phase 3 et plus (crise et urgence) et auront besoin d’une assistance humanitaire pour sauver des vies, protéger les moyens d’existence, prévenir la perte des actifs productifs et réduire les niveaux de malnutrition aiguë. 3,2 millions de personnes seront en phase 2 (sous pression) et nécessiteront des interventions pour améliorer leur résilience à travers le renforcement des moyens d’existence.

Cette dégradation de la situation alimentaire des populations au Mali est liée aux inondations, au déficit pluviométrique, au manque d’accès pour des raisons sécuritaires et aux déprédateurs qui ont affecté la production agricole et pastorale par endroits, notamment dans les régions de Ségou, de Mopti, de Tombouctou, de Gao et de Ménaka. La situation pastorale est également préoccupante cette année avec une soudure pastorale difficile pour les ménages les plus vulnérables dans les régions du Nord et du centre.

Par ailleurs, le Pam prévoit d’assister 260.000 personnes y compris 10.000 personnes touchées par une soudure précoce qui bénéficient d’une assistance depuis février et jusqu’en septembre et 160.000, qui seront assistées pendant la saison de soudure de juin à septembre. Le coût de cette assistance d’urgence s’élève à 34.2 millions de dollars américains. À cette date, le Pam n’a reçu que 21 millions de dollars, ce qui couvre 61% des besoins, soit un déficit de financement de 13.2 millions de dollars américains.

Diango COULIBALY

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct