Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

INPS: Plus de 129 milliards de francs CFA recouvrés en 2016 contre une prévision de 122 milliards

L’INPS a fait du chemin mais aussi mérité ses galons. D’où les félicitations des administrateurs à l’endroit du Directeur général Bréhima Noumoussa Diallo et à son équipe pour les résultats réalisés.

brehima noumoussa diallo directeur general inps

En 2016, dans le cadre de la diversification des ressources, l’INPS a encaissé 3,09 milliards FCFA au titre des produits financiers générés par les placements et les dépôts à terme. Vient ensuite, 2,02 milliards FCFA au titre des recettes de production, des prestations des structures socio-sanitaires, des frais de gestion AMO, des ristournes sur la taxe ANPE et des frais de gestion des Caisses de Sécurité Sociales étrangères.

Performances inégalés

Au cours de l’exercice 2016, l’INPS a traité 47.148 demandes de prestations. Les plus fortes augmentations concernent les nouvelles demandes d’affiliation d’employeurs et les nouvelles adhésions à l’AMO et à l’assurance volontaire. Ainsi, les prestations sociales servies au titre des branches de protection sociale gérées par l’INPS se sont élevées à  65,25 milliards FCFA pour 452 913 bénéficiaires directs et indirects. Dans cette dynamique 75% des bénéficiaires sont constitués des ayants droits.

Quant aux dépenses de pension, elles représentent 81% en 2016 contre 83% en 2015. Au même moment, les prestations familiales sont de 20,54% en 2016 contre 15% en 2015 et les ATMP 1,43% en 2016 contre 2% en 2015. Il apparaît que les parts des prestations familiales augmentent à cause de l’augmentation du taux des allocations familiales accordé en 2015. Ce taux est passé de 1 500 FCFA à 3 500 FCFA par mois et par enfant.

En effet, de l’analyse du tableau et du graphique, il ressort que les bénéficiaires de pension normale représentent moins de 35% des effectifs, mais perçoivent  près de 45% des dépenses annuelles de pension. S’y ajoutent les bénéficiaires de la pension de réversion qui représentent 45% des effectifs et perçoivent seulement 15% des montants. Ce n’est pas tout. Loin s’en faut.

Même les bénéficiaires des pensions anticipées représentent 18% des effectifs pour 26% des montants et le rapport démographique est de l’ordre de 4,6 actifs pour 1 retraité.

Aux grands maux, les grands remèdes  

En 2016, l’INPS a servi des allocations familiales à 88 012 allocataires pour le compte de 304 171 enfants, soit une moyenne de 3,456 enfants par allocataire.

Par ailleurs, les activités menées par les structures socio-sanitaires ont porté sur la prévention médicale, les actions en faveur des accidentés du travail et malades professionnels, les consultations curatives, les analyses biomédicales et les examens d’imagerie médicales. Ainsi, il a été enregistré 397 accidents du travail au cours de l’année 2016 dont 188 survenus sur le lieu du travail, 202 survenus sur les trajets et 07 ayant occasionné le décès de la victime.

Au titre des victimes d’ATMP des prestations ont été servies. Notamment, le Remboursement des frais médicaux des AT (300 en 2016  contre 333 en 2015)  et le remboursements des frais médicaux des rentiers de France (720 en 2016 contre 877 en 2015). S’y ajoutent, les avis sur les évacuations des AT (26 en 2016 contre 20 en 2015) ; les contrôles médicaux AT pour rentes (382 en 2016 contre 427 en 2015) ; les  visites médicales de mise en invalidité (59 en 2016 contre 65 en 2015) et les avis sur les taux d’IPP (322 en 2016 contre 473 en 2015).

Au total, les prestations ATMP se chiffre à 1,242 milliards FCFA en 2016. De même,  les consultations médicales curatives (médecine générale, ORL, ophtalmologie et cardiologie), les consultations médico-sociales (prénatales, postnatales, pédiatriques, gynécologiques, dentaires et surveillance des enfants), les analyses biomédicales et les examens radiologiques, ont concerné 176 612 assurés et ayants droits en 2016 contre 143 926 en 2015.

Dans le cadre de la convention spécifique INPS/CANAM,  les prestations médicales à l’adresse des assurés de l’assurance Maladie Obligatoire (AMO) sont  réalisées. Il s’agit des consultations médicales, les médicaments, les analyses biomédicales et les examens d’imageries médicales. Ainsi, les ressources générées par les structures socio sanitaires dans le cadre des prestations médico-sociales s’élèvent à 107, 54 millions en 2016 contre 105,91 FCFA en 2015.

En 2016, au titre des prestations payées au compte des caisses étrangères, 6.788 pensionnés ont perçu 9,25 milliards FCFA et 2.621 allocataires ont perçu 163,30 millions FCFA.

En outre, il a été dépensé 32 millions FCFA au titre des remboursements de soins à 353 familles de travailleurs maliens de France. Aussi, l’INPS a payé des prestations aux bénéficiaires des résidents à l’extérieur du Mali. Ainsi, 144 retraités maliens vivant hors du pays ont perçu 239 millions FCFA de prestations dans leurs pays de résidence.

Au cours de l’exercice 2016, la somme de192, 32 millions FCFA de cotisations sociales dont 34, 56 millions pour le compte de l’AMO a été encaissée. Les prévisions étaient fixées à 80 millions FCFA. Ces cotisations ont progressé de 135% par rapport à 2015.

Au titre des dépenses, Il a été payé en  2016 la somme de 37,56 millions de nos francs au compte de la branche des prestations familiales. Au 31 décembre 2016, l’Assurance Volontaire de l’INPS comptait 2652 adhérents. Le nombre d’assurés pré immatriculés pour le compte de l’AMO se chiffrait à 13 698 ouvrants droits dont 12130 actifs, 1227 pensionnés et 341 assurés volontaires. Ainsi, le nombre d’assurés directs à l’AMO relevant de l’INPS se chiffrait au 31 décembre 2016 à 145 493 personnes dont 53 819 retraités, 91 333 travailleurs actifs et 341assurés volontaires. Du coup, les recettes de cotisations AMO se sont chiffrées à 19,77 milliards FCFA en 2016 contre une prévision de 15,63 milliards. S’y ajoutent, les dotations techniques qui se sont élevées à 8 milliards de nos francs. Les feuilles de soins  reçues et traitées s’élèvent à 1 116 659. Les remboursements aux prestataires conventionnés sont de 6,67 milliards FCFA. Et le délai moyen de liquidation et de  paiement des feuilles de soins est inférieur à 10 jours.

Les encaissements de cotisations de l’INPS se sont élevés à 129,05 milliards FCFA au 31 décembre 2016 contre une prévision annuelle de 122.79 milliards, soit un taux de réalisation de 105% et le nombre d’assurés qui cotisent au régime général est de 279.165 travailleurs et La situation des encaissements de cotisations par nature au 31 décembre 2016  se chiffre à 129,05 milliards FCFA en 2016 contre 122,792 milliards en 2015. Quant aux recettes de cotisations de l’exercice 2016, elles sont en augmentation de 5% par rapport à celles de l’exercice 2015.  Mieux, les actions de relance des gros débiteurs comprenant l’État et certaines entreprises Publiques ou para Publiques ont permis d’optimiser le recouvrement des arriérés. Ainsi, les montants des recouvrements forcés se sont élevés à 3,20 milliards de nos francs.

Au cœur du programme présidentiel d’urgence

Un tel travail à abattre dans l’avenir à l’INPS, nécessite une main-d’œuvre adaptée aux besoins réels du terrain. Cependant, les ressources humaines étant au cœur de la vision du changement du président IBK, le DG Bréhima Noumoussa Diallo vient de doter l’INPS de nouveaux agents qualifiés et porteurs d’espoir à travers le recrutement d’environ près de 400 nouvelles recrues au terme d’un processus un peu long mais au finish porteur de résultat. Autorisés par le Conseil d’Administration depuis 2014, les recrutements réalisés à l’INPS ont été possibles grâce à un cabinet de recrutement qui a été sélectionné, conformément aux procédures de passations des marchés publics en toute transparence.

Pour l’opération de recrutement proprement dit, l’INPS a actualisé et exprimé ses besoins en personnel. Par la suite, une présélection des dossiers de candidature s’en est suivie puis deux tests écrits et des entretiens d’embauche ont été réalisés avant une proclamation définitive des résultats. Mieux, tous les candidats ont été formés aux métiers de la sécurité sociale puis insérer.

Du coup, un programme d’accueil et d’installation professionnel est actuellement en cours au niveau des services de l’INPS. C’est dire que l’avenir de l’institut est assuré, conformément, à la volonté des plus hautes autorités du pays.

Jean Pierre James

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct