Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Honneurs funèbres rendus au nom de son Excellence monsieur le président de la République, grand maitre des ordres nationaux au général Kafougouna Koné

(dimanche 12 mars 2017)// – Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’État, Grand Maître des Ordres Nationaux ;

ibk ibrahim boubacar keita lettre lecture ecriture livre condoleances deces

– Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement ;

– Honorable Président de l’Assemblée Nationale ;

– Excellence Messieurs les anciens Présidents de la République ;

– Madame et Messieurs les Présidents des Institutions de la République ;

– Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;

– Monsieur le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants;

– Messieurs les anciens Premiers ministres ;

– Monsieur le Chef d’État-major Général des Armées;

– Monsieur l’Inspecteur Général des Armées;

– Messieurs les Chefs d’État-major et Directeurs de services des Armées;

– Messieurs les Officiers de la 3ème promotion Mamadou SISSOKO de l’EMIA;

– Distinguées Personnalités en vos titres, rangs et qualités tout protocole observé ;

– Mesdames, Messieurs ;

Puisse Allah, en ces douloureux instants, accepter nos prières et raffermir notre foi en l’avenir du Mali!

Par la mort, comme l’écrivait Poul Anderson :’’Notre vie est perdue, mais ceci nous survivra. La mémoire ne tombe pas en poussière, et jusqu’à la fin du monde, protégé de l’oubli, le nom des héros vivra.’’

Il en sera ainsi mon Général, puisse l’Omnipotent, l’en a décidé, vous ne serez plus des nôtres ici bas car comme d’habitude, vous respectez l’engagement pris…mais cette fois avec l’Eternel.

Oui, l’enfant de Fourou, la mémoire de ce militaire sanglé dans sa tenue de combat, torse bombé dans un impeccable salut militaire, restera à jamais gravée dans l’esprit de vos concitoyens… c’était en 1985…on parlait de la guerre de Lagachère…de celui qui, fin stratège, brillant meneur d’hommes, avait réussi, de la mare de Soum à Benéna, à restaurer la fierté du Malien…

Jeune élève du Lycée Technique, vous n’aviez pas hésité un seul instant à vous engager volontairement dans l’Armée en 1966, pour suivre à L’EMIA une formation d’Officier, tant le métier des armes semblait déjà être votre vocation.

*Sous-lieutenant en 1969, à l’issue de votre formation à l’Ecole Militaire Interarmes, vous ne répugniez pas à la tâche. Elevé comme la plupart des enfants de votre âge et de votre contrée, à la dure réalité de la vie, le travail, l’abnégation, le sacrifice, ne signifiaient rien de nouveau pour vous, vous vous êtes nourri à ces mamelles mon Général ! Et cela s’est senti dans la progression de votre carrière où seuls les résultats obtenus sur le terrain et vos compétences avérées et reconnues par votre hiérarchie, ont motivé vos promotions et les différentes responsabilités qui vous ont été confiées.

Promu successivement aux grades suivants :

Lieutenant en 1971, Capitaine en 1976, Commandant en 1981, Lieutenant-colonel en 1985, Colonel en 1991, Général de Brigade en 1996.

Du Commandement de la 8ème CCP de Koulouba en 1974 à votre entrée dans le gouvernement en 2002, que de chemin parcouru par Feu le Général de Division Kafougouna KONE !

  • Commandant du bataillon des troupes aéroportées de Djicoroni;
  • Directeur du Centre d’instruction de Koulikoro et commandant de l’EMIA en 1981, (à partir d’où il fut désigné pour suivre un stage à l’École supérieure de guerre inter armée de Paris);
  • Commandant de la zone de Défense n°1 en 1984;
  • Chef de la Division des Études Générales de l’État-major des Armées en 1985;
  • Chef d’État-major de la Gendarmerie nationale en 1986;
  • Chef d’État-major de l’Armée de Terre en 1989 avec le grade de Lieutenant Colonel.

Feu le général de Brigade Kafougouna KONE, homme de conviction, très proche de son peuple, militaire imbu des valeurs républicaines, a joué un très grand rôle dans l’instauration de la démocratie et à l’avènement de la 3ème République à l’issue de événements de mars 1991. Toutes choses qui ouvrirent alors une carrière de diplomate, d’homme politique, à ce brillant officier, exigeant avec lui-même et avec les autres, juste et équitable, respectueux des valeurs républicaines et à cheval sur les principes qui fondent une armée digne ce nom. C’est ainsi qu’avec le grade de Colonel, il fut nommé en 1992 Ambassadeur Extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Mali en Chine, couvrant le Vietnam, la Thaïlande, la Nouvelle-Zélande entre autres.

Général de Brigade en 1996, Feu Kafougouna KONE est nommé Délégué Général aux Elections en 2000, avant d’entamer une longue carrière de Ministre en charge de l’Administration du Territoire.

La reconnaissance des mérites, de cet homme calme, discret, aux propos et aux gestes pondérés et précis, s’est manifestée par l’attribution de distinctions honorifiques :

*Médaille commémorative de campagne en 1976 ;

*Chevalier de l’Ordre national du Mali en 1977 ;

*Croix de la Valeur militaire en 1986 :

* Commandeur de l’Ordre national du Mali en 1995 ;

*Grand Officier de l’Ordre national du Mali en 2006.

C’est ce grand homme que cette foule nombreuse, silencieuse et digne dans sa tristesse et son recueillement s’apprête à accompagner pour sa dernière grande mission, celle qui le mène à la rencontre de son Créateur.

C’est cet homme de bien, dont le patriotisme, la bravoure, la dignité, le sens de l’honneur et le respect de la parole donnée ont été reconnus unanimement par ses compatriotes, qui nous laisse orphelins. Orphelins de son expérience, de sa sagesse, de sa connaissance profonde de l’être humain, mais aussi et surtout de son pays.

Feu Kafougouna KONE, est de la trempe de ceux que Confucius appelait hommes de bien ; ceux qui sont droits et justes, mais non raides et inflexibles ; qui savent se plier dans les situations contraires, mais qui ne se courbent pas…

Il en a administré les preuves, il est un héros pour le peuple malien, pour les Armées maliennes, pour toute cette génération qui aujourd’hui, à son image, lutte dans les pires difficultés, pour asseoir une République démocratique, unie dans sa diversité, digne et fière d’être une et diverse.

Le sort en est jeté, Feu le Général de Division Kafougouna KONE s’en est allé…sa troupe, en rangs serrés triste mais fière et digne, lui rend un dernier hommage. Lui, dit à ses hommes, à sa jeune armée : ’’Ce qui est difficile, ce n’est pas de mourir en héros, mais de résister sur le terrain avec des résultats concrets.’’ (Virginie Despentes)…

Voilà ce que peut être son dernier message à cette génération d’Officiers, de Sous- Officiers et d’hommes de rang, au moment où plus que jamais, la Nation a besoin de leur cohésion, de leur savoir faire et de leur patriotisme.

Au nom de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Grand-maître des Ordres Nationaux, au nom des membres du Conseil des Ordres nationaux et à mon nom propre, je présente à la famille, aux parents, amis, Alliés, Compagnons d’armes de l’illustre disparu, à toute l’Armée malienne, mes condoléances les plus attristées.

Pour vous mon Général, l’humilité faite homme, ’’Il n’y a rien de grand à être supérieur à une autre personne. La vraie grandeur comme le dit cet adage Hindou, réside dans le fait d’être supérieur à ce que l’on a été’’ vous avez toujours été ainsi. Le peuple malien tout entier vous l’a reconnu et souhaite par ses prières et ses bénédictions, que l’Omniscient, le Très Miséricordieux, dans son infinie bonté, vous le reconnaisse en vous acceptant parmi les Saints dans son Paradis Eternel.

Que la Terre vous soit légère, AMEN !

-Mesdames et Messieurs nous vous prions de bien vouloir vous levez s’il vous plaît !

AUX MORTS !

-Veuillez-bien vous rasseoir s’il vous plaît !

Je vous remercie.

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct