Installez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Haut Conseil Islamique du Mali : Deux Capitaines pour un bateau

Bismi-L-Lâhi-R-Rahmâni-R-Rahîm. Nous rendons grâce à Allah de nous avoir inspiré dans le but d’éclairer les lecteurs sur la mésentente chronique au sein de l’association faitière des musulmans. Il s’agit notamment du désaccord à ciel ouvert entre Mahamoud Dicko et Chérif Ousmane Madani Haïdara, respectivement président et vice président du haut conseil islamique. Il n’est pas rare de les voir ensemble, du moins physiquement, mais derrière, les esprits sont opposés et chacun mène sa politique pour détruire l’autre, même au moment où le pays a plus besoin d’unité des cœurs et d’esprits. Bonne lecture !
Mahmoud Dicko et Chérif Madani Haidara
Pour en parler, on dit, de faire attention, qu’il faut seulement assister aux scènes souvent obscènes. Alors que les présidents d’associations dites musulmanes, aiment dire qu’ils n’ont peur que de Dieu. Qu’ils disent la vérité au président de la république, aux ministres, bref aux autorités du pays. Mais, si eux-mêmes chefs religieux, nagent dans l’erreur voire la faute, qui leur dira la vérité ? En tout cas pas les talibés ou autres adeptes atteints par le lavage de cerveau.

Alors, question : doit-on aussi les regarder sans dire mot ? La réponse avoisine la négative. En » revenant à nos moutons », on s’aperçoit que le haut conseil islamique tombe lamentablement de plus en plus bas, à cause des divergences d’idées, voire d’intérêts personnels entre Dicko et Haidara.

Quand l’un affirme que le lait est blanc, l’autre infirme après qu’il y’a un peu de noirceur. Et si l’autre soutient la noirceur du charbon, l’un conteste quelques jours après, qu’il y’a peu de blancheur. Alors, que faire et que dire ? Les musulmans sont souvent ‘’ traumatisés’’ par les contradictions des deux hommes respectables et respectés. Au nom de la même religion, des oppositions flagrantes et souvent non fondées, sont constatées. Personne ne se base sur un verset coranique pour défendre sa thèse, chacun donne son point de vue, son opinion et non celle du Saint Coran. Les adeptes sont divisés, alors il faut prier pour éviter le pire entre les deux clans.

Par presse interposée, les avis personnels sont soutenus, la version de l’Islam pour lequel ils semblent luttés, est dans l’oubliette. Cette course pour le triomphe du Moi, est malheureusement une réalité à la quelle le monde musulman assiste, la main sous le menton. Des réunions secrètes sont faites ici et là pour déstabiliser l’autre. A vrai dire, nous avons une tonne de preuves concrètes confirmant que le torchon brûle entre les deux capitaines du même navire. Mais les raisons d’éthique professionnelle nous font taire pour le moment.

Rappels :

Tenter d’énumérer tous les points d’opposition des deux chefs serait un exercice fastidieux. Dans ce numéro, on se limite à trois :

Premièrement : L’année dernière, c’était le clash à visage découvert entre les deux personnalités très influentes. Ce fut à l’occasion de la fête de ramadan. Au moment où Mahamoud Dicko soutenait que la lune n’avait pas été aperçue, le célébrissime Chérif Ousmane Madani Haïdara insistait qu’elle avait été vue donc qu’il fallait fêter le lendemain. Et tardivement, Dicko apparaît à la télé, apparemment sous pression, rejoignant le Chérif. Certains fidèles se demandaient s’il s’agissait de la même lune de Dieu ou de la lune ‘’Made in Bankoni’’ ou ‘’Made in Badalabougou’’.

Deuxièmement : La gestion de la crise du Nord oppose aussi les deux présidents. Le déplacement de Mahamoud Dicko au Nord Mali pour rencontrer le chef rebelle d’Ançardine, a créé une atmosphère tendue. Le Chérif de Bankoni disait ne pas être associé à la démarche en tant que vice président. Aussi, la libération des militaires Maliens aux mains d’Ançardine d’Iyad, a-t-elle fait des mécontents dans le rang de l’autre clan pour la même raison. Actuellement, Mahamoud Dicko s’apprête à négocier avec les islamistes et nos sources affirment qu’Ousmane Madani est sur le banc des oubliés et ne serait pas prêt à accompagner son président, même si…

Troisièmement : Le récent remaniement ministériel a vu la création d’un nouveau département, à savoir le ministère des affaires religieuses et du culte. Un poste offert au haut conseil islamique, sous la pression de son président. Là aussi, existent des grincements de dents. Pour le vice président Ousmane Chérif, les religieux ne doivent pas se mêler de la politique. Il l’a dit, lors des assises de la coalition pour le Mali sur la crise du Nord. Concernant l’explication de la charia, l’unanimité est loin d’être trouvée. Chacun se croit au dessus de l’autre. Au même moment, l’ennemi avance. Impossible de faire une union sacrée autour du Mali, à cause des jeux politiques et personnels. L’affaire du directeur général de l’ORTM, Baba Daga, a aussi opposé les deux Imams : Dicko et Haidara. Le premier avait juré de tous les noms d’Allah qu’il allait faire partir Baba Daga. Cela n’était pas du goût du second, mais à la fin l’homme est resté à son poste, en tout cas jusqu’à maintenant.

Il serait bon, voire intéressant que les deux présidents enterrent définitivement le fusil de guerre pour arborer le drapeau de la victoire du Maliba au nom de l’Islam qu’ils prétendent défendre. Qu’ils servent d’exemple pour la jeunesse, si réellement le combat est religieux. Qu’ils se donnent la main pour de meilleurs lendemains et cela avant demain. Cette mésentente affaiblit la structure la mieux utile en terme de réconciliation nationale. Les deux Imams, s’ils sont unis, peuvent tout réussir sans aucun problème. On leur rappelle le hadith suivant : « Je garantie une demeure au Paradis à quiconque ne se querelle pas lorsqu’il est provoqué »

Acte I

Par Cheick Chérif Haïdara

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct