Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

G5 Sahel : à peine lancée, l’« Opération Hawbi » fait déjà face à des « problèmes logistiques »

Le lancement de la première opération de la force anti-terroriste du G5 Sahel ce 31 octobre au Mali, au Burkina Faso et au Niger, avait suscité beaucoup d’espoir. Mais c’était sans compter sur la dure réalité du terrain. Les 500 militaires mobilisés dans le cadre de cette opération baptisée « Hawbi » butent en effet sur de sérieux « problèmes logistiques ». Détails. 
securite sahel g5 logo

Des opérations ciblées aux conséquences désastreuses pour l’ennemi… Sur le papier, le plan d’attaque de la première opération de la force conjointe du G5Sahel, lancée ce 31 octobre au Mali, au Burkina Faso et au Niger, semblait facile et efficace. Mais hélas, la réalité est bien différente. Soutenue sur le terrain par la France avec notamment la force Barkhane et ses 4.000 hommes sur-équipés, un gros appui logistique et aérien comprenant des hélicoptères, des avions de chasse, entre autres, l’opération Hawbi ne s’est pourtant pas déroulée comme prévu.

De sérieux problèmes logistiques

Les hommes du G5 Sahel, sous le commandement du lieutenant-colonel français Marc-Antoine, se heurtent en effet à des obstacles. C’est en tous cas, la confidence du colonel-major nigérien Mahamadou Mounkaila, qui commande depuis Niamey la région « Centre » du G5 Sahel.

Le haut gradé de l’armée nigérienne qui s’est confié à la télévision française TV5Monde, parle de « problèmes logistiques » pour la toute première opération de la force conjointe G5 Sahel. Et pour cause, le théâtre des combats est un terrain désertique difficile ajoute le colonel major nigérien avant de nuancer ses propos : « C’est une première mission, nous avons beaucoup de leçons à tirer mais je ne pense pas que ce soit insurmontable ».

Le manque de financement, l’Handicap

Sauf que plusieurs équipements militaires, très pourtant indispensables à ce type interventions armées, ne sont pas encore disponibles. Le poste de commandement du G5 Sahel pour la région « Centre », par exemple, est toujours en construction.

Mais ces lacunes ne semblent pour autant pas inquiéter le colonel burkinabé Saidou Nya, chef d’état-major du fuseau « Centre » qui se félicite lui du déroulé des opérations.

« Par rapport à la modicité des moyens de nos pays, nous avons mené cette opération d’abord en comptant sur nos propres forces. En relation bien sûr avec un certain nombre de pays partenaires, notamment la France avec la force Barkhane », a indiqué le colonel burkinabé pour sa part avant de reconnaître néanmoins qu’« Il faut aussi arriver à une intégration parfaite de nos forces pour arriver à réagir de façon efficace ».

En attendant, les fonds promis tardent cruellement à arriver pour permettre à la force régionale africaine d’atteindre sa pleine capacité de 5.000 hommes. Pour l’heure, seuls 108 millions d’euros ont été promis, mais non encore débloqués, sur les 423 nécessaires pour mener à bien les opérations sur le terrain.

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct