Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

G5 SAHEL : 108 Millions d’euros acquis, beaucoup d’espoir pour le reste

La réunion extraordinaire des Ministres de la Défense des pays du G5 Sahel, tenue le vendredi 15 septembre dernier, à l’Hôtel Amitié de Bamako, a fait le point des financements obtenus. Sur un Budget de fonctionnement estimé à 423 millions d’euros, 108 millions d’euros ont été déjà mobilisés par l’Union Européenne, le G5 Sahel et la France

idriss deby itno tchad ibk ibrahim boubacar keita sahel

Le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants du Mali, Tiéna Coulibaly, en présidant la réunion extraordinaire des Ministres de la défense des pays du G5 Sahel, a affirmé que, déjà, pour le fonctionnement de la Force conjointe G5 Sahel, une enveloppe de  108 millions d’euros a été acquise par l’Union Européenne (50 millions), les Etats du G5 Sahel (50 millions) et la France (8 millions).

«Nous avons beaucoup d’espoir. Les Etats-Unis ont annoncé leur soutien. Le Président français, Emmanuel Macron, s’est engagé pour obtenir le soutien des autres Etats», s’est réjoui le Ministre Tiéna Coulibaly  tout en précisant que cette réunion des Ministres de la Défense du G5S s’inscrit dans le cadre de la bonne gestion des ressources financières disponibles.

Née de la volonté des cinq Chefs d’Etat du Mali, de la Mauritanie, du Tchad, du Niger et du Burkina Faso, la Force conjointe G5 Sahel a pour mission de lutter efficacement contre le terrorisme et les narcotrafiquants dans le Sahel.  Le Président malien, Ibrahim Boubacar Kéïta, a inauguré, la semaine dernière, le poste central de commandement de cette force antiterroriste, à Sévaré, dans la Région de Mopti, dans centre du pays.

Ayant pour but de lutter contre le terrorisme et les narcotrafiquants, la création de la Force antiterroriste G5 Sahel, indique le Ministre de la Défense malien, a été saluée et soutenue par l’Union Africaine, l’Union Européenne, les Nations-Unies, les pays amis et particulièrement la France.

Un atout important

La lutte contre le terrorisme n’étant pas un combat facile, Tiéna Coulibaly estime que la conjugaison des efforts des pays membres constituerait un atout important pour parvenir au bout de cette tâche ardue. Selon lui, le rôle principal des Ministres de la Défense consiste à assister les Chefs d’Etat par les idées pour que la Force Conjointe soit efficace.  «Nous allons continuer à avancer les choses ; car, nous n’avons pas le temps. Le terroriste continue d’agir sur le terrain », a-t-il indiqué.

Estimé à 5000 Hommes, tous des militaires des cinq pays membres, les Chefs d’Etat comptent de porter ce nombre à 10.000 Hommes y compris les Administrateurs civils.

En principe, le premier bataillon de la force conjointe sera opérationnel sur le terrain d’ici à la fin du mois de septembre. Il est entendu des opérations militaires transfrontalières dans la zone des trois voisins que sont le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

L’heure n’est plus au petit calcul mais aux actions concrètes

La présente rencontre des Ministres de la Défense du G5 Sahel intervient après que le Président IBK ait reçu son homologue mauritanien à Bamako et A effectué une mini-tournée à N’Djamena, Niamey et Ouagadougou auprès de ses pairs respectifs pour leur convaincre sur la nécessité de participer à la 72e session ordinaire des Nations-Unies, à New York. Objectif : parler d’une seule et vive voix aux pays du monde entier en vue d’obtenir de soutien pour le financement des opérations de la force conjointe G5 Sahel.

D’ores et déjà, 108 millions d’euros sont mobilisés sur 423 nécessaires. «Au niveau de son commandement, l’heure n’est plus au petit calcul mais aux actions concrètes et vigoureuses», estime un Officier Supérieur participant à la réunion extraordinaire des Ministres de la défense du G5 Sahel à Bamako.

Ousmane MORBA

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct