Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Front social : les services de l’inspection du travail sur pied de guerre!

Les travailleurs des services de l’inspection du travail menacent d’aller en grève illimitée dans les jours à venir. Du moins, si leurs revendications ne sont satisfaites par le gouvernement.

ibk-ibrahim-boubacar-keita-president-audience-yacouba-katile-maouloud-ben-kattra-syndicat-national-travailleur-malien-untm

Avant de déposer le préavis de grève illimitée, le comité syndical de l’inspection du travail sollicite l’implication personnelle du secrétaire général du Syntade et de l’UNTM, Yacouba Katilé. Une réunion entre le comité syndical et ce dernier a eu lieu dans ce sens le mardi 20 décembre au siège de l’UNTM. Les travailleurs de l’inspection du travail ont massivement pris part à cette réunion avec le patron de l’UNTM; toute chose qui dénote l’intérêt qu’ils accordent à leurs revendications qui sont en souffrance depuis 2011.

“Nous sommes venus, accompagnés des travailleurs rencontrer le secrétaire général de l’UNTM pour nous renseigner sur le sort réservé à nos revendications ; mais aussi solliciter son aide afin de trouver une solution pacifique et définitive aux différends qui nous opposent à notre département de tutelle. Si cette démarche pacifique échoue, nous serons dans l’obligation de déposer, la semaine à venir, un préavis de grève illimitée”, a expliqué Sekou Bagayoko, secrétaire général du comité syndical des services l’inspection du travail.

Les revendications de ces travailleurs sont d’ordre matériel et financier. Ils réclament depuis 2011, l’amélioration de leurs conditions de travail et surtout l’application de la convention internationale 87 de l’OIT qui exige le paiement de certaines primes et indemnités aux travailleurs des inspections de travail. Si cette convention a été signée par le Mali depuis 1964, son application est loin d’être une réalité.

Au Mali, les travailleurs des inspections du travail, sont en manque de tout ou presque pour mener à bien leur mission. Toutes choses qui justifient leurs revendications.

Des revendications qui concernent principalement des indemnités de monture, des primes de rendement et des primes de risque.

En avril 2016, le gouvernement et le comité syndical ont signé un protocole d’accord par rapport à la prise en charge de ces revendications et un projet de décret devrait être adopté en juin 2016 pour l’application du protocole, mais à ce jour, rien n’a été fait. D’où l’impatience et l’indignation des travailleurs.

” Dans l’espace Uémoa, le Mali est le seul pays qui n’accorde pas de primes de risque et de rendement aux travailleurs de l’inspection du travail. Nous travaillons dans des conditions inacceptables. Nous utilisons nos propres moyens de déplacement pour les besoins du service, faute de moyens de déplacement au niveau de nos structures. La direction de l’inspection du travail du district n’a pas un seul véhicule pour effectuer les missions d’inspection. Dans les bureaux, nous n’avons pas de chaises pour nous s’asseoir. Plus grave, nos bureaux sont nettoyés par nous-mêmes, ce qui est inacceptable”, a déploré Sekou Bagayoko.

Avant d’aller en grève illimitée, les travailleurs des services de l’inspection du travail privilégient la voie du dialogue avec le département de tutelle pour régler ce différend.

Rappelons qu’à cause des mauvaises conditions de travail, une cinquantaine de cadres ont déjà déserté la Direction nationale du travail et la direction de l’inspection du travail pour d’autres services.

 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct