Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Formation des candidats à la migration: une fondation au chevet du Mali

Une délégation de la Fondation pour l’égalité des chances en Afrique se trouve dans notre pays pour baliser le terrain en prélude de la mise en place d’un projet de formation des candidats à la migration. La délégation a organisé une table ronde avec le ministère des Maliens de l’Extérieur sur les objectifs dudit projet.

abdramane-sylla-ministre-maliens-exterieur

C’était le lundi 27 février dans la salle de conférence du département sous la présidence du ministre Abdramane SYLLA ; en présence des représentants du Haut conseil des Maliens de l’extérieur ; du Centre d’information et de gestion des migrations et des Centres de formation professionnelle.
La délégation de la Fondation pour l’égalité des chances en Afrique était composée par Louis Michelle, ministre d’État, député européen et coprésident de l’Assemblée parlementaire ACP-UE ; Georges Henri BEAUTHIER, administrateur de la Fondation et Marie Chantal UWITONZE, chargée des projets pour la Fondation pour l’égalité des chances en Afrique.
Dans ses mots de bienvenue aux partenaires, le ministre des Maliens de l’Extérieur, le Dr Abdramane SYLLA, a souligné que cette collaboration avec la Fondation pour l’égalité des chances en Afrique serait une véritable opportunité d’échanger et de trouver des solutions aux préoccupations des Maliens sur la question migratoire. Selon lui, avec cette implication de la Fondation, les efforts du CIGEM et les autres initiatives en cours dans notre pays aboutiront à des actions concrètes en vue de minimiser les dangers de la migration irrégulière.
Le ministre SYLLA a apprécié les promesses de formation, d’information, de sensibilisation et les équipements que la Fondation envisage au profit des migrants de retour et les potentiels candidats à la migration. Selon lui, cette collaboration sera de nature à promouvoir la diaspora malienne en renforçant les capacités des candidats à la migration.
Pour sa part, Georges Henri BEAUTHIER, administrateur de la Fondation pour l’égalité des chances en Afrique, a indiqué que leur objectif était de faire en sorte que le pouvoir soit transparent et que les droits de l’homme soient respectés. Selon lui, la Fondation se donne comme mission de soigner les migrants ; de dire stop aux dictateurs, aux biens mal acquis ; de revendiquer des choses en faveur des nécessiteux et d’assurer la formation des potentiels migrants dans certains pays africains.
Il a expliqué que les centres de formation que leur Fondation entendait mettre en place dans notre pays seraient de renforcer par des microcrédits les initiatives des migrants de retour et les potentiels migrants, non pas pour empêcher la migration, mais pour renforcer les capacités des candidats.
De son côté, Louis MICHEL a affirmé que la migration était un phénomène naturel aussi vieux que le monde. Il soutient que la question migratoire doit être traitée avec honnêteté et équité.
« Le Centre offrira aux jeunes migrants des possibilités de formation ; de renforcement des capacités ; des formations sur plusieurs métiers et leur équipement en matériels de travail », a affirmé Louis MICHEL.
Dans leurs interventions, les représentants du Haut conseil des Maliens de l’extérieur ; du Centre d’information et de gestion des migrations (CIGEM) et des Centres de formation professionnelle se sont dits satisfaits de la philosophie de la Fondation pour l’égalité des chances en Afrique au profit des jeunes maliens.
Selon les intervenants, pour trouver une solution à la question migratoire il est nécessaire de prendre en compte les volets formation, emploi, équipement et complémentarité entre l’Afrique et l’Europe.
Pour la mise en œuvre du projet, il a été proposé aux responsables de la fondation d’associer les acteurs sur le terrain ; de créer des centres d’incubateurs pour faciliter le financement des petites et moyennes entreprises ; d’appuyer financièrement la Politique nationale de migration que notre pays a adoptée et de soutenir le ministère des Maliens de l’extérieur qui n’a pas les moyens de ses ambitions. L’objectif recherché étant de donner la chance à tout le monde de se former et le choix de partir ou de rester au bercail.
Dans ses mots de clôture, le ministre des Maliens de l’Extérieur a regretté que certains ne voient dans la migration que la répression. Avant de saluer la collaboration des partenaires qui soutiennent notre pays dans le domaine de la migration pour minimiser les risques de pertes en vie humaine.
La délégation de la Fondation pour l’égalité des chances en Afrique présente dans notre pays ambitionne de rencontrer les acteurs pour jeter concrètement les bases de ce projet, en tenant compte des points de vue des acteurs les plus concernés. Aussi, la délégation a-t-elle saisi l’occasion pour prendre connaissance sur le terrain, identifier les besoins dans les secteurs porteurs afin d’effectuer un examen des besoins du public cible et établir avec les acteurs une estimation du budget.

PAR MODIBO KONE

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct