Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Fodié Touré, président de la Hac : « Si on laisse les radios illégales continuer, un avion va tomber ici…… »

Le président de la Haute autorité de la communication (Hac), Fodié Touré, était l’invité du Forum de la presse ce jeudi 20 avril 2017 à la Maison de la presse. Occasion pour lui de revenir sur la future fermeture des 47 radios qui émettent illégalement au Mali. Pour lui, il n’y a pas une autre alternative.

Fodie Toure magistrat juge Président haut Haute Autorité Communication hac

Le président de la Hac était interrogé par Alexis Kalambry des Echos, Chahana Takiou de 22 Septembre, et Bakary Cissé de la radio Klédu.

L’entretien s’est beaucoup focalisé sur le sujet qui défraie actuellement la chronique, à savoir la fermeture prochaine des 47 radios qui émettent illégalement. Sur la question, Fodié Touré a été clair : « il n’y a pas autre alternative à cette fermeture. Ces radios privées sont non conformes aux textes ».

Ce fut l’occasion pour le président de la HAC de souligner la nécessité de prendre des mesures rigoureuses pour l’assainissement du secteur de la communication. « Nous sommes venus pour permettre au paysage médiatique malien de regardez droit dans les yeux les autres pays de la sous-région ». Il faut, a-t-il dit, prendre des sanctions contre les services qui ne respectent pas la loi. Fodié Touré a révélé que des mises en demeure de fermeture ont été envoyées à des radios qui ne respectent pas les règles. Et depuis mars 2017, a-t-il ajouté, 47 radios privées ont reçu l’ordre de fermer.

« Si on laisse des radios illégales continuer, un avion va tomber ici, et la Hac ne sera pas responsable. Nous avons des radios pirates qui bouillent celles qui sont légales et perturbent les retransmissions aéroportuaires. Il n’y a pas de solution pour les 47 radios illégales ».

Dans les jours à venir, la Haute autorité de la communication devrait amorcer aussi la règlementation de la presse en ligne car, ce secteur évolue dans un cadre informel. Le secteur de la publicité sera également mieux régulé. En effet, sur la centaine d’agences de communication que compte le pays, seule une dizaine répond aux critères légaux.

D’autres mesures relatives à la carte de presse, à l’aide publique à la presse et à la convention collective pour les journalistes seront également prises.

Concernant les télévisions, le président de la Hac a précisé que seules Africable et Liberty TV sont autorisées à émettre. Là aussi, plus d’une vingtaine évolue dans l’illégalité. Fodié Touré d’indiquer qu’au moment opportun, il y aura un appel à candidature par rapport aux télévisions. Les télévisions qui émettent actuellement dans l’illégalité vont compétir au même titre que toute personne désireuse d’ouvrir une nouvelle chaine de télé.

 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct