Installez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Finances publiques : le projet de budget 2017 et le budget-programme 2017-2019 en préparation

docteur boubou cisse ministre mine L’atelier national de concertation pour le lancement des travaux de préparation du projet de budget d’Etat 2017 et du budget-programme 2017-2019, présidé par le ministre de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé, a eu lieu le mardi 3 mai 2016, à l’hôtel Salam de Bamako, en présence des PTF. Cet atelier sera l’occasion pour le Mali et ses partenaires d’évaluer le processus budgétaire de l’année passée, discuter des directives de la préparation du budget de 2017, mais aussi de présenter le cadrage budgétaire à moyen terme.

C’est aussi, l’occasion pour les parties d’échanger sur les préoccupations d’amélioration de la gestion budgétaire.
Ainsi, les principales recommandations de l’atelier seront intégrées dans une lettre circulaire du ministre de l’Economie et des Finances qui fixe les orientations pour la préparation du projet de loi des finances au titre de l’année à venir.

Pour le ministre Boubou Cissé, cet atelier est l’occasion de partager les aspects du processus décisionnel des choix budgétaires à travers 4 thèmes que sont : les orientations et les perspectives de la politique budgétaire pour 2017-2019 ; le Cadre de relance économique et de développement durable (Credd) 2016-2018 ; l’analyse et la transparence du budget à travers l’outil Boost (outil d‘analyse des dépenses publiques) ; et l’agenda du processus budgétaire pour le budget 2017.

Le ministre a expliqué que le Mali continue d’enregistrer de bonnes performances macroéconomiques avec une croissance forte pour les années 2014-2015. Il dira qu’en 2015, le taux de croissance a enregistré un ralentissement, mais il reste solide à 6%, lié à la performance des secteurs agricole et tertiaire. A ses dires, les perspectives pour 2017 sont favorables. La croissance du PIB réel devrait rester à 5,2%, tandis que l’inflation devrait se situer à 1,5%.

‘’Cependant, les perspectives sont sujettes à certains risques dus à l’environnement international marqué par la baisse des prix des matières premières et de la fragile situation sécuritaire du Mali, nonobstant la signature des accords de paix et de réconciliation’’, a estimé le ministre. Ces bons résultats macroéconomiques doivent être consolidés et renforcés à travers un budget qui améliore la qualité de la dépense, a-t-il prévenu.

Pour le patron des finances maliennes, il sera demandé aux départements ministériels de privilégier dans les choix budgétaires les actions qui auront plus d’impact sur l’atteinte des objectifs définis.

‘’C’est dans ce cadre que la politique sera orientée sur la mobilisation des ressources internes avec un objectif de taux de pression fiscale de 20% du PIB ; la maîtrise des dépenses courantes en vue de créer l’espace budgétaire pour financer les investissements et renforcer les secteurs sociaux pour une croissance forte et inclusive’’, a ajouté le ministre.

L’amélioration de la qualité de la gouvernance financière permet d’augmenter la capacité de résilience de notre économie, de créer les opportunités de production et favoriser la création de la richesse et de l’emploi au Mali. A ce niveau, il a promis que les reformes budgétaires seront faites.

B. B

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct