Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

FINAGRI : La 4 e édition s’ouvre

Le financement de l’agriculture est une préoccupation partagée au Mali. Les acteurs du monde agricole sont à Ségou pour remédier à cette problématique. C’est au autour du Salon de financement de l’agriculture (Finagri).

récolte agriculture agricole rizières office niger champs verge

Pour la deuxième fois, la ville de Ségou reçoit sur la berge du fleuve Niger, la 4 e édition du Finagri du 8 au 10 mars. Ce salon d’échanges, de partage et de mise en relation des acteurs du monde agricole, offre aux organisations de producteurs entrepreneurs agricoles et porteurs d’initiatives participants des informations adéquates ciblées par rapport au type de service existant, de même que les outils novateurs adaptés à l’évaluation des business plan entre acteurs impliqués et promoteurs agricoles, institutions de financements et business service provider. Aussi vise une meilleure compréhension des préoccupations et attentes des entrepreneurs agricoles par les institutions de financement. Le Réseau agri pro focus et Icco coopération, les organisateurs du salon, attendent de cette édition au moins 150 liens d’affaires concrets entre les porteurs et les institutions financières établis dont plus de 100 projets détenus par les femmes.

Dimension genre  à l’innovation

Le finagri sert de tribune de plaidoyer à plus d’accès aux ressources financières des acteurs de l’agriculture. Cette année, l’accent est mis sur le financement des chaînes de valeurs agricoles pour l’autonomisation économique de la femme. L’objectif, selon Oudou Bengaly, coordinateur du réseau Agri pro focus, est de permettre aux femmes de mettre en place des systèmes qui peuvent leur permettre d’accéder aux financements à travers l’appui et l’accompagnement des partenaires techniques et financiers.

« Les femmes produisent 60 à 80 % des aliments dans la plus part des pays en voie de développement et sont responsable de la moitié de la production alimentaire mondiale pourtant, c’est récemment que le rôle clé de productrice pourvoyeuse de vivre et leur contribution vitale à la sécurité alimentaire du  foyer ont reçu toute l’attention qu’il mérite »

Au regard de ce rôle combien déterminant, plaide-t-il « les stratégies de sécurité alimentaire durable devront prendre en compte leur accès limité aux ressources productives » car « la limitation aux ressources et l’insuffisance du pouvoir d’achats des femmes sont le résultat d’une série de facteurs socio-économique et culturel  interdépendant qui leur impose un rôle subalterne au détriment de leur propre développement et de celui de la sous région dans son ensemble »

La politique de développement agricole se fonde sur la promotion d’une agriculture durable, moderne et compétitive reposant sur des exploitations agricoles familiales et les organisations professionnelles agricoles.  Pour Lena Camara, représentante d’Icco coopération « Il ne saurait avoir un véritable développement agricole sans une implication de la dimension genre ». Elle ose croire que les acquis de ce salon apporteront des solutions pratiques aux contraintes qui freinent l’accès au financement des entreprises du secteur agricole.

Kadiatou Mouyi Doumbia

 

Source: lesechos

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct