Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

FESPACO 2017 « Félicité » remporte l’Etalon d’or de Yennenga

Le réalisateur Franco-Sénégalais, Alain Gomisse a remporté le samedi 4 mars, l’Etalon d’or de Yennenga à l’occasion du Fespaco 2017 avec son film « Félicité ».

Roch Marc Christian Kaboré president burkina faso alassane ouattara ivoirien trophee fespaco 2017

Le jury films fictions du Fespaco 2017 a décidé d’attribuer l’Etalon d’or de Yennenga à « Félicité » d’Alain Gomisse, réalisateur franco-sénégalais. Déjà primé au Festival de Berlin, « Félicité » est l’histoire d’une jeune dame de la RD-Congo qui avec courage  et bravoure tente de sauver son fils victime d’un accident de circulation. En proie à des difficultés financières, la mère chanteuse dans un bar, fait le tour de la ville à la recherche d’aide pour prendre en charge les frais médicaux de son fils menacé d’amputation d’un pied. Elle subit toute sorte d’humiliation de la part d’un richissime qui lui octroi une somme ajoutée à celle de ses camarades. La pauvre maman arrive à l’hôpital sur la pointe des pieds et trouva que le pire est arrivé. Son fils vient de perdre un pied. Alain Gomisse s’en tire ainsi avec le gros lot c’est-à-dire l’Etalon d’or de Yennenga. Il devient du coup le second réalisateur à remporter deux fois l’Etalon d’or après notre compatrioteSouleymane Cissé.

En l’édition 2013, en effet, Alain Gomisse a reçu son premier Etalon d’or avec le long-métrage « Tey ».

L’Etalon d’argent est revenu au film « L’Orage Africain » de Sylvestre Amoussou du Benin. Financé en grande partie par la Diaspora béninoise, « L’Orage Africain », une fiction où un chef d’Etat africain nationalise les entreprises occidentales aux dirigeants cyniques et racistes qui tentent vainement de le renverser par tous les moyens, mais échoue par la suite.

Le réalisateur en plus du trophée reçoit 10 millions F CFA.

Le Maroc avec 4 Etalons d’or s’en tire pour ce 25e Fespaco avec l’Etalon de bronze de Yennenga grâce au film «  A Mile in my shoes » de Said Khallaf. « A mile in my shoes » raconte l’histoire de Said, un adolescent qui a toujours vécu dans la misère et la souffrance, qui décide de se venger d’une société cruelle et intolérante.

Des prix à « Wùlu »

Le film évoque des problèmes sociaux qui, évidemment, ne sont pas propres à notre société : enfants de la rue, viol, exploitation humaine, violence contre les femmes, autorité parentale outrancière. Le long métrage avait remporté en février dernier la palme d’or du festival du film arabe et européen à Louxor, en Egypte.

Cinq millions de F CFA et un trophée c’est la récompense à lui octroyée par le Fespaco.

La cérémonie de remise des prix a eu lieu au Palais multifonctionnel de Ouaga 2000 en présence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et d’Alassane Dramane Ouattara de la Coté d’Ivoire dont le pays est l’invité d’honneur du Fespaco 2017. C’était en présence du secrétaire général de l’OIF, des présidents d’Institutions nationales et internationales. Le réalisateur a été longuement applaudi dans la salle.

Pour ce qui est du Mali, le long-métrage Wùlu de Daouda Coulibaly, s’est contenté du prix Sembene Ousmane de la Fondation Ecobank. Il a reçu 5 millions F CFA et un trophée. La meilleure interprétation masculine est allée à l’acteur Ibrahim Koma de Wùlu. Il a reçu un million F CFA.

Le film « Héritage » de Fatoumata Tioye Coulibaly, la fille du défunt Kandioura Coulibaly, costumier a reçu le prix spécial du jury dans la catégorie des films des écoles africaines du cinéma.

La remise de l’Etalon d’or à « Félicité » a été une surprise de la part des réalisateurs et des cinéphiles.

Amadou Sidibé

(Nous y reviendrons)

 

Source: lesechos

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct