Fatoumata Siré Diakité :cette grande corrompue

Parmi les cadres les plus virulents du Fdr contre le Premier ministre Cheik Modibo Diarra et certains ministres du gouvernement de transition figure Mme Fatoumata Siré Diakité. Elle ne cesse de tempêter à certaines  réunions du regroupement contre un Premier ministre qui agit en bamanan et des ministres de la rénovation. Pourtant, le modèle, nous dit-on, n’est pas adapté, car, des observateurs soutiennent qu’elle aurait plutôt du faire profil bas et laisser à d’autres le soin de s’adonner à de pareilles critiques.

 

Mme Fatoumata Siré Diakité

En effet, restituant des données du rapport de la Casca, le 14 juin 2010, dans sa rubrique corruption, un sérieux confrère d’un bi-hebdomadaire de la place écrivait :

 Parmi les structures épinglées par le rapport de la Cellule d’appui aux structures de contrôle de l’administration (Casca) figurent l’Ambassade du Mali à Berlin

Consommation abusive de téléphone, non – réclamation de la TVA

A l’Ambassade du Mali à Berlin où officie Mme Fatoumata Siré Diakité, il a été constaté entre le 1er juillet 2005 et le 31 juillet 2007, un déficit de 135 786,30 euros, soit 89 069 975 FCFA. La mission de contrôle signale, entre autres, une consommation abusive de téléphone, la prise en charge sur le budget de l’Ambassade des frais de consommation de téléphones (fixe et mobile) à la résidence de l’Ambassadeur et aux domiciles des 1er et 2ème conseillers et du secrétaire agent comptable pour un montant de 57 568 898,5 de FCFA. Et cela, contrairement au décret n°0099-334/P-RM du 03 novembre 1999.

La mission d’inspection établit la non – réclamation de la TVA d’un montant total de 100 303 315 FCFA. Il a été retiré une somme de 6 000 euros, soit 3 935 742, sur un compte bancaire par la seule signature de l’ambassadeur.

Le rapport fait cas également de l’existence d’une différence de 53 156 345 FCFA entre la masse salariale envoyée par la paierie générale du Trésor (PGT) et celle payée par l’ambassade, sans oublier d’autres irrégularités comme les travaux censés avoir été effectués à la résidence de l’Ambassadeur pour 1 008 205 FCFA. Le rapport signale aussi » La demande de fonds pour le règlement de loyers impayés d’une valeur de 137 088,14 euros, soit 89 889 073 FCFA, alors qu’il existe sur le chapitre frais de location bâtiments un disponible de 131.020.419 FCFA. »,  peut-on lire dans le bulletin de la Casca.

Au regard des insuffisances et irrégularités constatées, la Casca a suggéré la transmission aux autorités judiciaires de ces dossiers. Il appartient donc à la justice de faire la lumière sur les faits ainsi énoncés.

                      La Rédaction