Fait divers : Une grenouille dans la sauce

Par inattention, une nouvelle mariée a servi le diner avec une grenouille dans la sauce. Cela s’est passé dans un village de la commune rurale de blendio dans la région de Sikasso. Après avoir bien mangé le  ‘’tot’’ fait à  base de petit mil, accompagné de la sauce du gombo frais et de la viande, le chef de  famille a découvert, dans sa dernière tartine  de viande une grenouille bien grasse.

Le plat était tellement délicieux que le mari de la nouvelle mariée  qui a cuisiné  le plat, ne s’est pas rendu compte. Seulement, il imaginait un gros morceau de viande sans os. Malheureusement,  c’était une grenouille.  Le paradoxe pour ce dernier, était que les morceaux qu’il avait mangés étaient agréables à mâcher, mais le dernier gros morceau était immangeable, car plus musclé et mal cuit. C’est pourquoi, ce morceau a mis du temps entre ses dents avant qu’il ne sache ce  que c’était réellement.  Ainsi, le Monsieur a interpelé sa femme, la nouvelle mariée pour connaitre la nature de ce qu’il y a dans sa main. Tout de suite, la dame a amené un morceau de bois enflammée pour illuminer l’endroit afin de bien voir la chose. Il découvrit ainsi la grenouille. Très surprise,  la cuisinière  a failli  s’évanouir. Car  en tant que femme, elle a mesuré la gravité de la situation. Pour elle, c’est une raison de divorce. Séance tenante, elle commença à supplier son mari qui était déjà rouge de colère. Grâce  à l’intervention des uns et des autres, la nouvelle mariée a échappé au fouet de son conjoint ainsi que des villageois.

Selon les explications de la dame, c’est par manque d’inattention que cet incident s’est produit. A l’en croire, après avoir partagé les plats, elle s’est déplacée pour aller dans la cuisine prendre une tasse afin de compléter le nombre de plats à servir. Puisqu’il faisait très noir dans la cuisine, la dame en question a voulu partager le repas dehors. C’est  là qu’une grenouille a trouvé de refuge dans une tasse contentent la sauce et la viande devant à accompagner la sauce au gombo frais  accompagnant le to fait à base de la farine du petit mil.   Signalons que le village en question n’est pas électrifié. Cette bonne ménagère n’a pas eu le courage de vérifier les plats avant de les servir d’où l’inattention.

A force d’être paresseuse, la dame allait être une victime de son propre comportement.  Ce cas doit inciter toutes les femmes à être vigilantes, curieuses, courageuses et très engagées pour tenir  bon leurs foyers.

Cela dit, la propriété et l’attention sont des devoirs pour toute bonne ménagère afin de sauver son mariage.

Mariétou Konaté