Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Etat de la Nation: le constat reluisant de Me Tall

Le président du Parti Congrès national d’initiative démocratique (CNID-Faso Yiriwa Ton), Me TALL, a présenté, le vendredi dernier, ses traditionnels vœux de nouvel an à la presse. Il a saisi l’occasion pour passer au peigne fin les questions brulantes de l’actualité de notre pays. C’était à la Maison de la presse, en présence de plusieurs cadres du parti ; des représentants des organes de régulation de la presse ; des représentants des associations des médias publics et privés et des directeurs et représentants des organes médiatiques écrits et audiovisuels.

mountaga tall ministere enseignement superieur conference reunion parti cnid faso Yiriwaton

« Par la grâce de ALLAH Soubhana Wata’Ala, j’ai encore le grand privilège, l’honneur et l’immense plaisir d’adresser à vous tous, ainsi qu’à vos proches et à tous ceux qui vous sont chers, mes vœux de bonne et heureuse année. Puisse l’an 2017 apporter à notre cher Mali la sécurité et consolider la paix et la réconciliation entre Maliens. Amine ! ». C’est en ces termes que le président du CNID-FYT, Me TALL, a débuté la cérémonie de sa traditionnelle présentation de vœux à la presse.
Le président du CNID-FYT, a déploré le fait que selon Reporter sans frontière (RSF), la liberté de la presse aurait reculé dans notre pays en 2016.
Le conférencier, non moins ministre de la Communication, a affirmé que l’année écoulée, l’aide publique à la presse logée au niveau de son département a été doublée en respect d’un engagement du Président de la République. Il s’est réjoui de la nomination du Directeur de l’école supérieure de journalisme et des sciences de la communication. De même, de la loi sur la dépénalisation des délits de presse qui avance dans le circuit d’adoption gouvernementale ainsi que les textes portant sur la carte de presse.
Concernant la disparition de notre confrère Birama TOURE, Me TALL a rassuré que les investigations continuent pour faire la lumière sur cette affaire. Il a également réitéré son engagement et sa totale dédicace à une presse libre, formée, soutenue, responsable et respectueuse de l’honneur et de la dignité des autres.

La situation sécuritaire :
Parlant de la situation sécuritaire dans notre pays, Me TALL a évoqué avec amertume qu’en 2016 et en ce début 2017, notre pays a payé un lourd tribut au terrorisme. Il a souligné l’attentat suicide de Gao qui a endeuillé, il y a un mois environ, la célébration de la création de notre Armée. Aussi, a-t-il fait cas d’autres attentats qui ont causé des victimes et d’autres qui ont été déjoués.
« Les ennemis du Mali et de la paix voulaient coûte que coûte empêcher les patrouilles mixtes qui scellent la réconciliation entre frères qui s’affrontaient il n’y a pas si longtemps. La manœuvre, fort heureusement, a été mise en échec et les patrouilles ont repris à Gao. Elles s’étendront prochainement au reste du territoire », a informé le conférencier.
Le ministre TALL a soutenu que le gouvernement a déjà posé des actes concrets dans la lutte contre l’insécurité et dans la consolidation de la paix. Selon lui, le réarmement moral et la reconstruction des capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité sont en cours. Comme preuve, il a cité l’acquisition récente de moyens aériens. Aussi, le fait que depuis quelques mois des postes de sécurité avec véhicules et armes sont visibles aux grands carrefours de Bamako et dans certaines capitales régionales.
Cependant, soutient-il, nos forces de sécurité qui montent progressivement en puissance, ont besoin de la collaboration des citoyens. Tout en déclarant que les plus grands succès en matière sécuritaire résultent d’une franche collaboration des citoyens.
À propos des difficultés récurrentes entre éleveurs et agriculteurs, le président du CNID-FYT a largement sensibilisé les populations à ne pas confondre cette situation avec un conflit ethnique.

L’Accord pour la paix et conférence d’entente nationale
Concernant l’état de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation dans notre Pays, Me TALL a affirmé que chacun doit, sans calcul et sans surenchère, contribuer à sa mise en œuvre. Il a appelé à l’esprit de responsabilité de tous les partis politiques et de toutes les organisations de la société civile pour ce faire.
Prévu par l’Accord pour la paix et la réconciliation, le président du CNID Faso Yiriwa Ton a soutenu que l’organisation de la Conférence d’entente nationale doit permettre un débat approfondi entre les composantes de la Nation malienne sur les causes profondes de la crise qui a secoué le Nord. Il a précisé qu’à travers cette conférence, il ne s’agit pas de remettre en cause les institutions de notre pays dont la légitimité n’est contestée par personne.
« La conférence d’entente nationale ne saurait être considérée ou qualifiée de conférence (re)fondatrice qui n’a lieu qu’en cas de rupture de l’ordre constitutionnel ou de contestation des élections, donc de la légitimité du pouvoir. La finalité de cette Conférence étant l’élaboration d’une Charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale, le CNID-FYT ne comprend pas les réserves formulées par l’Opposition quant à sa tenue », a déclaré Me TALL.

L’organisation des élections communales
Abordant l’organisation des élections communales dans notre pays, courant 2016, le président du Parti CNID-FYT dira que certes ce scrutin n’a pas pu se tenir sur l’ensemble du territoire national, mais, apprécie-t-il, il a fallu trouver un compromis entre le respect des rendez-vous électoraux après plusieurs reports et les contraintes sécuritaires.
Comme enseignements à tirer de cette élection, il a souligné entre autres les efforts à mettre en place pour renforcer la sincérité du vote face à l’achat à ciel ouvert des consciences et le risque mortel de l’émiettement des forces politiques. Un phénomène qui, selon lui, a conduit à un recul quasi général de tous les partis politiques dont le CNID-FYT.
Sur le 27ème Sommet Afrique-France, le conférencier a indiqué que ce rendez-vous était une excellente opportunité pour notre pays de redorer son image en termes de fréquentation. Il était aussi, dit-il, un énorme défi pour tout le peuple malien.
« Le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, en acceptant l’honneur d’accueillir le Sommet au Mali, comptait sans aucun doute d’abord sur le peuple malien, son génie créateur, sa tradition d’hospitalité. Et au sortir du sommet, avec des appréciations unanimes, nous pouvons dire aujourd’hui, sans aucun doute, que le peuple malien a relevé le défi », a félicité Mountaga TALL.

La situation économique
Sur la situation économique de notre pays, le président du CNID-FYT a informé qu’à la suite de la discussion du Conseil d’administration, M. Min Zhu, Directeur général adjoint du FMI et Président par intérim, a fait la déclaration suivante: « Les autorités maliennes continuent de faire des progrès dans la mise en œuvre de leur programme économique. La croissance est robuste et l’inflation reste faible, même si les conditions en matière de sécurité continuent de poser des difficultés… La récente augmentation sensible des recettes fiscales reflète les efforts déployés par les autorités pour améliorer le civisme fiscal et élargir l’assiette de l’impôt… »
Selon Mountaga TALL, à la datte du 26 mai 2016, l’évaluation de la situation économique dans notre pays par le FMI était la suivante: « la reprise économique a maintenu son élan et les perspectives à court terme sont favorables. En 2016, la croissance a repris suite à de solides résultats dans le secteur agricole, tandis que l’inflation est restée maîtrisée. Les perspectives pour 2017 sont favorables, et la croissance ferme de la production est appuyée par l’amélioration des termes de l’échange et une forte croissance de la demande intérieure de même que par une inflation qui reste faible.
Tous les critères de réalisation et les objectifs indicatifs pour décembre ont été respectés, souvent avec de grandes marges, la plupart des repères structurels arrêtés pour la cinquième revue ont été mis en œuvre, quoiqu’avec quelques retards. Des progrès ont aussi été accomplis dans divers domaines des réformes structurelles, y compris l’administration fiscale, la gestion des finances publiques et le secteur financier. Il est essentiel que les résultats du programme restent solides pour maintenir la stabilité macroéconomique, accroître la crédibilité des politiques et continuer à améliorer les conditions de la croissance économique. »
Après avoir cité des exemples concrets comme la concrétisation du Programme d’urgences sociales du Président de la République avec déjà le financement sur budget national de près de 300 kms de routes bitumées pour environ 118 milliards de nos francs, le conférencier a reconnu que les difficultés sont également réelles dans bien de domaines.

PAR MODIBO KONE

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct