Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

En un mot : Justice sélective

En fin de semaine dernière, la police a mis le grappin sur 14 individus impliqués dans des affaires de mœurs, dont la plus retentissante concerne une fille mineure, victime d’un viol collectif à Bamako. L’agression a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux, ce qui a provoqué l’indignation de très nombreuses personnes.

Six autres personnes, dont une fille de 16 ans, ont aussi été arrêtées jeudi pour avoir enregistré et distribué une vidéo à caractère pornographique pour faire “chanter un homme”. Mais, on ne nous a pas dit pourquoi d’autres cas de diffusion de vidéo à caractère pornographique n’ont donné lieu à aucune poursuite comme celle d’un rappeur dont les ébats sexuels ont été diffusés l’année dernière sur le Net tout comme celle d’un diplomate d’une grande puissance chantée par des officiels et qui a fini par quitter notre pays.

Il en sera toujours ainsi dans un pays où l’argent-roi, la célébrité, le trafic d’influence, le copinage… imposent l’omerta pour certains, le citoyen lambda buvant le calice jusqu’à la lie. “Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir”, a dit Jean de la Fontaine.

DAK

Source: L’indicateur du Rénouveau

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct