Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Education nationale : le ministre Témé informe le Snec sur la crise financière

Profitant du 13 e congrès du syndicat national de l’éducation et de la culture (SNEC), le ministre de tutelle, Pr. Abinou Témé, a partagé avec les syndicalistes les informations sur la crise financière qui freine l’avancée dans les discussions entre les syndicats de l’éducation et le gouvernement.

C’est au carrefour des jeunes que se déroulent depuis hier les travaux du 14ème congrès du Syndicat national de l’éducation et de la culture. Placé sous la présidence du ministre de l’Education nationale, Pr Abinou Témé. Une occasion pour les responsables du bureau national du SNEC de faire le bilan de ses activités. D’ailleurs, ce bilan a été jugé satisfaisant par les militants. “Sur le plan pédagogique, les différents stages organisés par le Snec, notamment sur le VIH Sida, l’environnement, les Tics, le travail des enfants, l’économie solidaire attestent éloquemment que le Syndicat national de l’éducation et de la culture, en dehors de ses missions fondamentales est un syndicat qui se consacre à l’éducation pour l’amélioration des pratiques pédagogiques. Nous avons aussi organisé des activités de sensibilisations pour élargir la base”, a expliqué Seydou Koné, secrétaire général du SNEC.

Présent au congrès, le secrétaire général de l’UNTM, Yacouba Katilé, a salué les efforts faits par le Snec dans le cadre des revendications de l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants.

Pour sa part, le ministre de l’Education nationale, Pr Abinou Témé, a apprécié le choix du thème du congrès : l’intégration de tous les enseignants communautaires à la fonction publique de l’Etat d’ici 2021. Pr Témé en a profité de l’occasion pour informer les syndicats de l’éducation de la crise financière que connait notre pays. “Nous sommes dans une situation extrêmement difficile. J’ai partagé avec les enseignants les difficultés réelles que notre pays vit aujourd’hui sur le plan financier. Il faut équiper les forces de sécurité et de défense. L’école oui, mais nous avons plus de 700 écoles fermées. Nous ne pouvons pas aller l’ouvrir. Il faut que la sécurité soit pour que l’école soit aussi. C’est des tâches compromettantes que le gouvernement mène, mais avec une légère priorité”, a expliqué le ministre de l’Education nationale. Le premier responsable de l’éducation a conseillé les syndicalistes à retourner dans les classes.

Zié Mamadou Koné

Aumali.net

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct