Installez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Edito : Lorsque le Sauveur devient le bourreau !

J’établirai l’honneur des maliens, j’aimerai le bonheur que le malien mérité ! Je recouvrirai le nord, perdu par la lâcheté et le manque de patriotisme des dirigeants de l’époque. Un centimètre carré de notre territoire ne nous sera interdit d’accès. Je ne négocierai pas avec des hommes en arme. Je serai responsable devant le peuple malien. Si vous voulez que je ramène ATT pour le juger, je le ferai une fois à Koulouba. Je défendrai le malien où qu’il se trouve.

 logo editorial

Le peuple a cru en un sauveur venu pour le Mali. Désormais nous n’allons plus croire aux slogans de campagne. Dans le cas actuel du Mali, aucun de ses slogans n’a été réalisé. Au contraire l’honneur des maliens est devenu leur déshonneur, le bonheur des maliens est devenu leur malheur. Au lieu de récupérer le nord, on l’a perdu peut-être même pour de bon. Les négociations ont été bel et bien faites avec des hommes en arme, qui se sont même imposés foulant au pied les lois de la république. L’argent du contribuable et distribué aux hommes en arme à la pelle. Un premier accord qui tue le Mali a été imposé au peuple malien en ces termes : ‘’il n’y a pas d’accord parfait’’ oui il y a pas d’accord parfait, mais il y a des accords inapplicables.

La seule promesse tenue est celle de vouloir inculpée ATT pour des faits qualifiés de haute trahison, alors que lui-même  a fait pire  depuis son arrivée à la tête du pays. Mais cette tentative a été un fiasco, car l’Assemblée Nationale et la Haute Cour de Justice ne se sont pas laissées embobinées. Elles n’ont fait que respecter l’éthique et la morale humaine.

Un chef d’Etat doit évidemment assumer sa fonction avec la dignité et la hauteur de vue qui convient à sa responsabilité historique de rassembleur de la nation. Tel semble ne pas être le cas  au Mali. C’est vrai que nous avons cru qu’on ne peut pas aimer le Mali et mépriser les forces vives de la nation dans la résolution des problèmes nationaux. Pour cela nous avons été naïfs. A tout prendre pour soi-même, il vaut mieux être trahi par des gens en qui  on n’a pas confiance que trahir des gens dont on a la confiance.

Un deuxième accord signé en catimini, a mis le peuple malien aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur en colère contre celui qui leur a promis monts et merveilles. Lorsque les pieds et les mains inculpent quelqu’un il peut s’en sortir, mais lorsque la parole l’engage, il n’y a pas d’échappatoire.

Pour  encore une fois  la parole a enfoncé le chef de tous les Maliens fois alors !

D’après vous-même Mara était en mission du chef que vous êtes. C’est parce qu’il y a eu fiasco, que vous n’êtes plus responsable de sa venue  à Kidal   ?Une visite qui a tourné casaque

Ha ! Qu’il est difficile d’être un Mandé Mansa. Si le chef doit fuir ses responsabilités, au Mandé on lui conseille de les confier aux hommes d’honneuret plus valeureux. Les rebelles qui ont créé la rébellion en tuant un millier de malien et d’étrangers depuis quatre ans, sont ceux qui ont voulu tuer la République et qui sont reçus à bras ouvert pour les inviter à partager un dîner copieux  avec le chef  au Palais et remplir leurs poches de billets de banque aux frais du contribuable .Mara qui a voulu ramener Kidal dans la République, obtient en récompense une accusation devant la haute Cour de Justice.

Savez-vous que Mara était le préféré du capitaine Sanogo pour être président de la République ? Comme en 2007, il a accepté de vous laisser le chemin en attendant son heure, parce qu’il peut encore attendre, vu son jeune âge. Cette attitude mérite du respect à son égard. Le connaissant, si la visite s’était soldée par une victoire, Mara vous auriez attribué toute la portée de la victoire.

Aussi bien Mara et vous en tant que chef suprême, vous êtes tous des mortels heureusement. Prenez donc conseils avec ceux dont vous traitez d’ennemis ou d’adversaires. Il est fort à parier que la solution viendrait de là. Pour l’année 2017, que Dieu nous donne la force et la laïcité dans nos décisions. Que Dieu nous donne une bonne santé et longévité afin de nous permettre de raconter tout cela un jour.

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct