Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Don d’IBK à la presse : Ces 21 millions qui dégagent une odeur de magouille

Depuis quelques jours, des journalistes étalent sur les réseaux sociaux une scabreuse affaire de détournement de fonds.

journaux presse ecrite papier

Ces fonds seraient le don fait à l’ensemble de la presse par le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, à l’occasion de la fête du Tabaski. La destination des fonds à ce jour demeure inconnue ; en tout cas, pour l’écrasante majorité des journalistes.

21 Millions de francs CFA. C’est la rondelette somme que Koulouba a remis à la faitière des éditeurs de presse privée. Cette somme était destinée à l’ensemble de la presse pour soulager les journalistes en vue de la fête de Tabaski. Si ce don peut être perçu comme une tentative de soudoyer la presse, là n’est pas la question. Il se trouve que cette somme a pris des destinations outre que celles des vrais bénéficiaires que sont ces nombreux jeunes qui constituent la cheville ouvrière des canards de la place. Pour connaître la clé de répartition de cette somme, si elle est méconnue du grand nombre, elle ne l’est, cependant, pas pour certains. C’est le cas du Directeur de Publication de l’Hebdomadaire d’informations générales « L’espérance », Diakardia Yossi. Il a révélé sur sa page facebook que la Maison de la presse avait à elle seule reçu cinq millions de francs CFA. Très sûr de son information, il invitait quiconque a apporté un démenti. Suite à la divulgation de l’information sur ces fonds, beaucoup ont vite fait de passer à table avant qu’il ne soit trop tard. Ainsi, on apprend que l’URTEL, par la voix de son Président, Bandiougou Danté, a admis avoir perçu cinq millions de francs CFA. Il en est de même pour la presse en ligne dont la Présidente, Mame Diarra Diop, a aussi confirmé avoir perçu l’argent pour l’ensemble de la presse en ligne. Si, par le passé, de nombreuses sommes perçues au nom de la presse ont pris la direction de la poche de certains Responsables, cette fois-ci, cela va être difficile. Car, les autres n’entendent pas se laisser conter. Déjà, Diakardia Yossi invite tous les journalistes qui n’ont pas été pris en compte de se mobiliser et promet qu’ils «seront intégralement remis dans leurs droits». Ça promet de chaudes empoignades comme le dirait les journalistes sportifs.

Selon un autre confrère bien au fait de la situation, il aurait échangé avec un Responsable de la faîtière qui a admis que l’argent a été partagé entre cinquante journaux avant d’ajouter que tous les journaux qui « insultent » le pouvoir ont été exclus.

Mohamed Dagnoko

 

Source: LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct