Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Diéma : Attaque à Dioumara, des dégâts matériels mais sans perte en vie humaine

Les Sous-secteurs des eaux et forêts et de l’Opération pour la Protection et l’Aménagement de la Boucle du Baoulé (OPNBB), de la Commune rurale de Dioumara, située à environ 80 km de Diéma (Ouest), ont fait l’objet d’une attaque, par de présumés Jihadistes, dans la nuit du mardi 9 au mercredi 10 juillet 2019, aux environs de 22 heures, faisant des dégâts matériels importants mais sans perte en vie humaine, a appris l’AMAP sur place.

 

Les assaillants ont pillé, saccagé et mis le feu aux logements des forestiers. Des véhicules et des motos ont été incendiés. Ils ont emporté un véhicule qu’ils ont incendié, en cours de chemin, à 30 km de Dioumara, sur la route de Fallou, dans le Cercle de Nara.

Des panneaux solaires et des sommes d’argent ont été emportés. Des meubles et équipements ainsi que plusieurs autres objets ont été réduits en cendres.

Durant deux tours d’horloge, les assaillants ont régné en maîtres des lieux, en faisant parler leurs armes. Quand le renfort militaire est arrivé de Nioro du Sahel, vers 3 heures du matin, ils étaient déjà partis.

Selon des témoins, tout a commencé quand des coups de fusil ont retenti dans un ravin situé derrière la résidence du sous-préfet de Dioumara, créant une psychose au sein des populations. Subitement, toutes les rues se seraient vidées. Les boutiques, les magasins, les gargottes, les étals de marchands auraient fermé. Les gros porteurs et autres véhicules de transports stationnés aux abords de la voie principale sont partis en toute vitesse.

Les assaillants se déplaçaient à motos et à dos de chameaux. Un homme barbu, enturbanné, tenant une arme en bandoulière, se serait dirigé vers le domicile du chef du Sous-secteur de l’OPNBB, où l’adjudant-chef Mallé Diombana, qui nous a raconté sur place sa mésaventure, était en compagnie de son épouse, de ses trois enfants et un garçon qui surveillait du thé sur le feu.

Le présumé jihadiste se serait adressé à l’épouse du chef du Sous-secteur de l’OPNBB pour lui demander si le lieu était le camp des eaux et forêts. L’adjudant-chef, ayant vite compris,  aurait plongé à terre et a rampé jusque dans sa chambre. La femme et les enfants l’auraient suivi en courant. L’homme armé s’est donc mis à tirer, aveuglement, des rafales. Une balle a transpercé la cuisse gauche de Mme Diombana provoquant une hémorragie abondante. La petite famille s’est enfermée à double tour dans la chambre.

La blessée a été transportée au Centre de santé communautaire (CSCOM) de Dioumara pour y des soins.

Dès l’annonce de la nouvelle, le préfet Abou Diarra et sa délégation, composée du président du Conseil de Cercle, du chef de peloton de la Garde nationale, du chef du cantonnement des Eaux et Forêts et du correspondant de l’AMAP, ont effectué le déplacement pour constater les dégâts causés et assurer de tout leur soutien aux victimes.

M. Diarra a invité les populations de Dioumara à bien collaborer avec les forces de sécurité, à dénoncer aux autorités tous les cas suspects. Il a instruit au sous-préfet, Youssouf Ouattara et au maire de Dioumara, Fodé TraoréR, d’organiser sans délai des séances de sensibilisation pour calmer les esprits et mettre en confiance les populations, après cette violente attaque.

Avant de prendre congé, le préfet et sa délégation se sont rendus au CSCOM de Dioumara pour s’enquérir de l’état de santé de la dame blessée, et lui souhaiter prompt rétablissement. La blessée a été évacuée sur Bamako pour poursuivre ses soins.

OB/MD

(AMAP)

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct