Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Dialogue social : DES JOURNEES BIEN A-PROPOS

Association malienne gestionnaires ressources humaines AMAGRH

Les travaux de la 3ème édition des journées maliennes des ressources humaines ont débuté hier, à l’hôtel Radisson Blu, autour du thème : « le dialogue social : un outil de prévention et de gestion des conflits sociaux ». Organisé par l’Association malienne des gestionnaires des ressources humaines (AMAGRH), la rencontre qui s’achève aujourd’hui, vise principalement à contribuer à une meilleure connaissance du dialogue social. Il s’agit de connaître les missions et responsabilités des organisations patronales, les attributions des délégués du personnel et syndicats, les différences et les similitudes, le cadre de concertation entre l’Etat et les organisations syndicales, les mécanismes traditionnels de prévention et de gestion des conflits sociaux, la synergie entre les instruments modernes et traditionnels de gestion des conflits. Cette 3è édition constitue un cadre d’échange et de concertation entre la centaine de participants (autorités administratives et politiques de la gestion des ressources humaines, professionnels RH, chercheurs, experts nationaux et internationaux) venus du Bénin, du Burkina Faso, du Sénégal et de la France. Ceux-ci sont appelés à trouver des convergences de vue pour non seulement, développer l’esprit du dialogue social, mais aussi et surtout, améliorer la prévention des conflits sociaux pour un avenir sans conflits sociaux dans l’administration malienne. Le président de l’AMAGRH, Mohamadou Maguiraga a expliqué que la tenue des présentes journées s’inscrit en droite ligne des objectifs de l’association qui s’emploie à apporter des réponses idoines aux différentes problématiques qui se posent aux gestionnaires des ressources humaines au quotidien, tout en favorisant la promotion de la fonction ressources humaines dans nos différentes organisations. Il a regretté le fait que depuis un certain temps le milieu du travail est marqué par des conflits sociaux, dont les plus emblématiques sont ou ont été la grève illimitée des magistrats, qui a paralysé le système judiciaire entre janvier et février 2017 et celle des travailleurs de la santé, du développement social et de la Femme qui continuent de nos jours, dont personne ne peut mesurer les conséquences. Pour Mohamadou Maguiraga, au-delà du bien-fondé des revendications syndicales et des contraintes patronales, ces conflits présentent un désagrément important pour les usagers, les employeurs et les travailleurs. C’est pourquoi, il a expliqué que l’AMAGRH a choisi le thème du dialogue social afin d’apporter sa modeste contribution, non seulement à la résolution des crises cycliques qui frappent le monde du travail, mais aussi pour la recherche de solutions aux crises qui secouent le monde du travail au Mali. Biassoum Dembélé, conseiller technique au ministère du Travail et de la Fonction publique, chargé des Relations avec les institutions, a salué la tenue de ces journées qui constitue, « une véritable occasion de contribuer à l’édification d’un Mali, où règnera véritablement la paix, la cohésion sociale et l’émergence ». Il a, par ailleurs, indiqué que le président de la République et le gouvernement, accordent une importante place au dialogue social. Cet acte se traduit par l’annonce par le Premier ministre Modibo Kéita dans sa Déclaration de politique générale du 27 mai 2015, de l’élaboration d’un pacte de solidarité pour la croissance et le développement (2è génération) et la mise en place d’un Conseil national de dialogue social. Ces outils du point de vue de Biassoum Dembélé, permettront, sans aucun doute, de développer les capacités d’anticipation sur les conflits sociaux et de renforcer la confiance entre le gouvernement et les partenaires sociaux.

Seydou TANGARA

 

Source: Essor

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct