Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Dette intérieure du Mali: Le ministère de l’Economie et des Finances invalide 24 milliards de FCFA

Dette intérieure du Mali: Le ministère de l’Economie et des Finances invalide 24 milliards de FCFA

  • Le PM Abdoulaye Idrissa Maïga fuit ses créanciers

 boubou cisse ministre economie finances

Jugé faible face au puissant ministre de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé, le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga semble ne plus faire le poids pour résoudre la question de la dette intérieure du Mali. Après s’être saisi du dossier en recevant le 4 octobre, l’Association des fournisseurs et opérateurs, le Premier ministre a mis en place une commission qui a produit son rapport. Mais dès lors, d’autres choses le font courir et il n’a plus le temps pour ses créanciers, à savoir les opérateurs fournisseurs. Le Premier ministre aurait cependant donné une fausse impression, la réalité étant qu’il ne peut pas prendre une décision autre que celle du ministre de l’Economie et des Finances. C’est ce qui expliquerait les atermoiements dans la résolution de la question de dette intérieure et le paiement des fournisseurs, malgré la disponibilité depuis deux semaines, du rapport de la commission. Faisant ce triste et amer constat, l’Association des fournisseurs et opérateurs du Mali  a invité le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) à s’impliquer personnellement pour le paiement de leur dette.

Le mardi 31 octobre dernier, une rencontre a eu lieu à la Primature entre le Directeur de Cabinet du Premier ministre, Amadou Touré et l’Association des Fournisseurs et Opérateurs du Mali. Il ressort de cette rencontre qu’il y aura un remembrement de la Commission pilotée par le ministère de l’Economie et des Finances, pour faire adhérer les représentants du ministère du Commerce et ceux de l’Association des fournisseurs. Or cette commission a déjà produit son rapport qui se trouve d’ailleurs sur la table du Premier ministre.

Ladite commission a invalidé plus de 24 milliards sur les 36 milliards de FCFA, que réclame l’Association des Fournisseurs et Opérateurs, dont elle a rejeté des dossiers. Selon un responsable du département de l’Economie et des Finances, contacté par l’hebdomadaire Les Secrets bancaires, les motifs d’invalidation ou de rejet, sont des irrégularités dans les documents fournis ; « le bon de commande et la facture comportent la même date, dans certains cas, ce qui n’est pas normal », indique notre interlocuteur. Autres facteurs de rejet, « des factures sans numéro. Dans certains cas, le bon de commande est fait par le comptable matière, or c’est le Directeur Financier et du Matériel qui est habilité à le faire », souligne ce responsable du département. Avant d’ajouter que des poursuites seront engagées contre les DFM indélicats.

Pour lui, les dossiers extrabudgétaires, mais qui sont bons seront payés à 60%, et ceux qui ont répondu à tous les critères seront payés à 100%. Il a fait savoir que le contexte de crise a fait que certains n’ont pas pu être payés.

Notre interlocuteur au département est de ceux qui s’opposent catégoriquement au remembrement de la commission, qu’il considère comme étant contre nature. « On ne peut pas nous obliger à recevoir des gens au sein de notre commission. On peut démissionner. C’est contre nature. Ils peuvent mettre en place une commission », a-t-il martelé.

Certaines indiscrétions font remonter le problème à une équipe du département de l’Economie et des Finances, avant l’arrivée de Dr Boubou Cissé. Cette ancienne équipe aurait payé certains faux dossiers à hauteur de 42 milliards de FCFA, selon nos sources. Mais la nouvelle équipe dirigée par Boubou Cissé a refusé cette pratique, ce qui aurait provoqué des frustrations, s’il faut l’appeler ainsi.

Menaces de tensions sociales

Du coté de l’Association des fournisseurs et opérateurs du Mali, on place son dévolu au président IBK pour la gestion de la situation. Mais à défaut, les fournisseurs promettent de battre le pavé. « Le mardi 31 octobre 2017, nous avons été reçus par le Directeur de Cabinet de la primature, Amadou Touré qui nous a fait savoir qu’il y aura le remembrement de la commission pilotée par le ministère de l’Economie et des Finances dont nous seront membres. Ils ont promis de nous appeler d’ici mardi 7 novembre 2017. Mais dans le cas contraire, nous allons levés la suspension de notre marche en vue », a déclaré le secrétaire général de l’Association des Fournisseurs et Opérateurs du Mali, Mohamed Bah. Avant d’ajouter que le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga a donné des instructions fermes au ministère de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé pour le paiement. Mais, depuis le début de ce processus, aucun acte concret n’a été posé par les autorités. « Lors de notre première rencontre avec le premier ministre, on était optimiste pour le paiement de nos 36 milliards de FCFA mais, depuis que le Directeur de Cabinet de la primature nous a fait savoir que la commission pilotée par le ministère de l’Economie et des Finances doit continuer avec le processus, nous nous interrogeons si nous allons avoir satisfaction à 100% », indique Mohamed Bah. Pour lui, le refus de l’Etat de payer ses dettes, pourrait conduire à des révoltes, des tensions sociales qui ne sont pas souhaitables pour le pays. Il a invité le président IBK à s’impliquer personnellement pour le paiement de cette dette intérieure qui date de 1995 à 2012.

Les Secrets Bancaires

Source: Koulouba.com

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct