Dans les roches de l’Adrar de Tigharghâr, une bataille cruciale est engagée

Ceux qui ont eu l’occasion de s’y rendre s’accordent sur un point : l’Adrar de Tigharghâr semble avoir été spécialement créé par le dieu des rébellions pourabriter des combattants en guerre contre des forces conventionnelles. Dans le massif rocheux, il coule une eau abondante, qui fait pousser une végétation épaisse, des avantages déjà précieux dans cette région de soif et d’aridité où boireet se cacher sont une affaire de vie ou de mort.explosion attentat kidal

De plus, des rochers y ont judicieusement été creusés par la nature pour fournirde nombreux abris. Historiquement, l’Adrar de Tigharghâr a été un lieu de refuge pour les rébellions touareg combattant l’armée malienne ou la puissance coloniale, la France. Aujourd’hui, c’est dans ce massif que se livre une phase cruciale de l’opération militaire française en cours contre les rebelles islamistes alliés d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI).

RÉORGANISATION PARTIELLE DES REBELLES

La première partie de l’intervention française au Mali avait été un défi de logistique et de vitesse, une opération de mouvement de plusieurs semaines pour bousculer les alliés d’AQMI à travers le pays, jusqu’au fleuve Niger et aux villes principales qui se trouvent sur ses berges, de Tombouctou à Gao. Les combats dans cette période ont été marginaux. Les rebelles évitaient l’affrontement, abandonnant les villes après avoir subi des frappes aériennes. Une partie des hommes du Mujao (Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest), d’Ansar Eddine (mouvement qui a éclaté depuis) et de certains de leurs alliés d’AQMI se sont donc dispersés dans plusieurs zones du nord Mali, passant pour certains dans les pays voisins, tout en s’efforçant d’échapper à la surveillance aérienne.

Ils sont parvenus à se réorganiser partiellement, parvenant à monter des attaques à Gao et des attentats-suicides dans plusieurs villes, à partir de poches à l’intérieur du pays, où ils jouent des difficultés et de l’étendue du terrain pour serendre insaisissables.

ÉCHAPPER AUX DÉTECTIONS THERMIQUES

Comment combattre efficacement des groupuscules en mouvement presque permanent, camouflés dans le paysage, évitant de communiquer autrement que par messagers, de se regrouper pour servir de cible ou de faire chauffer trop de moteurs à la fois pour échapper aux détections thermiques ? Ces tactiques pesaient jusqu’à présent sur le futur de l’opération française Serval, menacée de dilution à l’échelle d’un territoire plus vaste que l’Hexagone. Mais l’Adrar de Tigharghâr a peut-être servi de capitale informelle à cette armée des ombres islamistes. C’est là que se joue la seconde phase, cruciale, de la guerre au Mali, menée par des troupes françaises et tchadiennes, avec l’aide de certains Touareg.

Pour Bilal ag Cherif, le chef de la rébellion touareg du MNLA, (Mouvement national de libération de l’Azawad), associée discrètement à l’alliance franco-tchadienne qui mène les combats dans le massif : « Il y a de nombreuses zones où se trouve AQMI, jusqu’à l’ouest de Tombouctou, mais Tigharghâr, c’est leur point d’ancrage. C’est là que se trouve le gros de leurs forces, humaines comme matérielles. Le combat en cours y est d’une importance capitale. »

PLATEFORME POUR DES OPÉRATIONS KAMIKAZES

Des combattants semblent avoir trouvé refuge dans le massif, où avaient été constitués des stocks de munitions, de vivres et de carburant en prévision d’une longue période de guerre de harcèlement. La zone, considérée comme inexpugnable, aurait pu constituer une parfaite plateforme de lancement pour des opérations kamikazes ou des attaques éclairs dans le nord du pays. Les forces françaises y sont désormais en opération avec des moyens terrestres et aériens au sujet desquels il n’existe pratiquement aucune information. Pour faire nombre et bloquer les issues du massif, les alliés tchadiens sont là en renfort. Aucun soldat malien n’a été associé à l’opération.

Un notable d’Aguelhok, de passage à Kidal, témoigne de l’importance des opérations en cours : « Il y a les troupes françaises et tchadiennes au sol, mais aussi beaucoup de frappes de Tigre « . Il explique que les forces tchadiennes sont entrées par deux axes différents dans le massif, pour prendre en tenaille les groupes rebelles. La taille de la zone où ces derniers opèrent aurait ainsi été diminuée par deux au cours des deux dernières semaines. « Les opérations, maintenant, c’est à peu près dans une zone de trente kilomètres sur trente », assure un responsable au sein des organes de sécurité du MNLA, très impliqué dans ce dossier. Selon le notable d’Aguelhoc, deux camps d’entraînement du Mujao ont été touchés par des frappes aériennes récemment. Plusieurs dizaines de recrues des environs de Gao y ont été tuées.

Dans les combats des derniers jours, les forces tchadiennes ont été au premier rang. Eux qui aiment tant les charges héroïques pied au plancher en milieu découvert, qu’ils appellent « la guerre au Sahara », menée à bord de leurs pick-up chargés jusqu’à la gueule de guerriers, de fûts d’essence et de munitions, tirant au RPG à bout portant sur l’ennemi, les voici dans un milieu qui s’est transformé en piège le 22 février. Sidi Mohammed ag Saghid, dit « Trois Trois », chef de la sécurité du MNLA, explique : « Les Tchadiens avançaient avec une grosse colonne de 200 véhicules environ. Ils sont tombés dans une embuscade et la colonne a été coupée en deux. Mais ensuite, ils ont lancé leur propre attaque et ils ont durement frappé les islamistes ».

Dans l’Adrar de Tighargâr, le renseignement joue un rôle clef. Les frappes aériennes françaises visent des dépôts, des abris ou des camps grâce à des informations précises recueillies au sol. Il y a quelques jours, un jeune garçon d’Aguelhok, la ville la plus proche, qui posait des dispositifs de pointage pour les frappes aériennes françaises, a été surpris par les rebelles islamistes et exécuté, selon le responsable de l’administration locale qui dit sa crainte en entendant les détonations sourdes dans le massif voisin, tout en reconnaissant que les tirs« s’éloignent ». Tigharghâr est-il en train de constituer une nasse rocheuse, finalement, où serait enfermé le plus gros des forces rebelles islamistes ? Aucun témoin extérieur n’a pu approcher de la zone pour s’en rendre compte. Cette bataille cruciale se livre loin des regards.

EXFLITRATION

On ne peut donc qu’ébaucher l’hypothèse qu’un tri est en train de s’effectuer entre les mieux organisés des combattants, capables de se faufiler vers l’extérieur, et les recrues moins affûtées. Une source locale bien informée, qui vient de passerquelques jours en brousse dans les abords de l’Adrar, témoigne : « La nuit, on entend des petits groupes de trois à cinq pick-up qui avancent, tous feux éteints, pour sortir des rochers et prendre la direction de l’Algérie ou de Taoudenni ».

Il existe des zones rebelles près de Gao, près d’Ansongo. Mais pour les forces qui quittent Tighargâr, c’est vers les zones arides du nord, où la chaleur qui monte de jour en jour rendra bientôt la vie et les opérations militaires particulièrement difficiles, qu’il est possible à des combattants isolés de s’exfiltrer. Cela revient pour eux à gagner des zones encore plus lointaines pour survivre. Cela ne règle pas le cas d’autres poches rebelles au Mali, mais cela pourrait casser une partie de l’architecture de la guérilla au nord Mali.

Jean-Philippe Rémy – Kidal (Mali) Envoyé spécial

LE MONDE | 28.02.2013 à 12h18