Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Cyclisme : LA FéDéRATION S’ACTIVE POUR LA RELANCE DU TOUR DU MALI

Cycliste course velo

Cela fait six ans que la Fédération malienne de cyclisme (FMC) n’a pas organisé de Tour du Mali. La dernière édition de la «Grande boucle du Mali» s’est disputée en 2010 et depuis, les amateurs du vélo n’ont plus assisté à cette course qui fait pourtant partie des épreuves reconnues par l’Union cycliste internationale (UCI). Pourquoi le Tour du Mali n’a plus été organisé depuis 2010 ? «Le Tour du Mali fait partie des victimes collatérales de la situation qui prévaut dans le Nord de notre pays depuis plusieurs années», répond le président de l’instance dirigeante du cyclisme malien, Amadou Togola. «Nous sommes tous affectés par cette situation qui nous empêche d’organiser le Tour du Mali, avouera le président de la FMC. C’est une grosse perte pour le cyclisme de notre pays qui doit être corrigée. La fédération est consciente de la situation, on fera tout pour une reprise du Tour du Mali cette année». Jusqu’en 2009, rappellera Amadou Togola, le Tour du Mali n’était pas inscrit au calendrier de l’Union cycliste internationale (UCI). Mais après l’édition de 2010 et les démarches effectuées par la fédération, la course intègrera le programme de l’instance suprême du cyclisme. La nouvelle formule du tour démarrer en 2011 sous l’égide de l’UCI, mais sera annulé à cause des événements survenus à l’ambassade de France. «C’est cette attaque de l’ambassade de France qui a poussé l’expert français qui devait venir pour aider la fédération à organiser la course, à annuler son voyage. L’UCI dira clairement qu’elle ne peut pas prendre le risque d’envoyer un expert au Mali pour l’organisation du tour», expliquera Amadou Togola en précisant que c’est pour la même raison que l’édition de 2012 sera également annulée. «Comme il fallait s’y attendre la décision de l’UCI a provoqué une grosse déception chez les cyclistes maliens et leurs homologues de la sous-région, regrette le premier responsable de la FMC. Mais tout cela fait partie désormais du passé, ce qui est important aujourd’hui, c’est l’organisation de la course», souligne Amadou Togola en précisant que la fédération a déjà entrepris des démarches dans ce sens. «Nous sommes en train de sensibiliser les partenaires et on travaille en partenariat avec le Français Laurent Bezault qui est un expert de l’UCI. Au plan national, on compte sur le soutien et l’accompagnement de quelques partenaires dont les Assurances bleues, Bramali-S.A. qui ont donné leur accord pour sponsoriser l’événement. Bien sûr, notre sponsor officiel, Sotelma-Malitel sera également de la fête», détaillera Amadou Togola. Il faut rappeler que la première édition du Tour du Mali, s’est courue en 2010 avec dix équipes. Le Mali était représenté par 3 équipes (CNAR, Masa+ et Agetype) tout comme la France, tandis que le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Maroc et le Sénégal ont aligné chacun une équipe. Plusieurs cyclistes de renom dont l’Ivoirien Eugène Kouamé, le Marocain Abdelatif Saâdoune triple vainqueur du Tour du Burkina Faso, du Rwanda et du Gabon et le Burkinabé Gérémo Ouédraogo avaient participé à l’épreuve. Pendant son séjour au Mali, l’expert français, Laurent Bezault l’expert Français auprès de l’Union cycliste international, a effectué une visite de terrain notamment en 3è Région qui fournit le gros contingent de la sélection nationale. «Je salue la volonté de la Fédération malienne de cyclisme de relancer le Tour du Mali. La course est arrêtée depuis quelques années, ensemble on va voir comment elle peut être relancée», avait confié Laurent Bezault. «Il faut admettre que le niveau du cyclisme malien n’est pas très élevé. Certes, la fédération organise plusieurs compétitions sur le plan national, mais cela ne suffit pour permettre aux cyclistes maliens de rivaliser avec l’élite continentale, avait expliqué l’expert français. Laurent Bezault martèlera que l’avenir du cyclisme malien passe par «l’organisation du Tour du Mali avec la participation des grandes nations africaines». Pour le président de la FMC, la venue du technicien français est un signal fort que l’UCI a envoyé à notre pays dans la perspective de la relance du Tour du Mali. «Nous n’aurons aucune excuse de laisser passer cette opportunité. Quel que soit ce qui va se passer, nous devons organiser la course cette année. Avec le soutien des autorités, nous allons relever le défi», dira Amadou Togola qui pense déjà à une réduction du nombre d’étapes de la course pour faciliter l’organisation. «On peut réduire les étapes à 6 ou 5, le plus important, c’est l’organisation de la course. Pour moi, cette année sera la bonne», conclura le président de la FMC. S. S. KAMISSOKO

Source : L’ Essor

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct