Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Crise d’eau potable à Ouélessébougou: Malick Alhousseini débloque la situation

En manque d’eau potable, depuis le 21 juin 2017, consécutive à la mauvaise gestion de la société Hydro-service aménagement, qui doit à EDM-SA, plus de 18 millions FCFA d’impayés, sur instruction du Président IBK, le ministre de l’Énergie et de l’eau, Malick ALHOUSSEINI, a ordonné, hier lundi, que l’approvisionnement de Ouéléssébougou en eau potable sera assuré par la Société malienne de gestion de l’eau potable (SOMAGEP-SA), au grand soulagement de la toute la population.

operation citerne eau potable dons pauvre population femme menagere

Outre le ministre et des membres de son cabinet, la délégation comprenait, entre autres, le directeur national de l’hydraulique, Yaya BOUBACAR ; les DGA de la Société malienne de gestion de l’eau potable (SOMAGEP-SA), Abdrahamane DEMBELE ; celui de la Société malienne de patrimoine de l’eau potable (SOMAPEP-SA), Aly DIALLO ; du représentant d’EDM-SA, Abdoul Karim NIAMBELE.
Dans la capitale du « Djitoumou », à savoir Ouéléssébougou, la délégation du ministre de l’Énergie et de l’eau a été accueillie par les autorités politiques et administratives de la localité et du cercle de Kati, notamment le préfet, Modibo DIARRA ; le sous-préfet et le maire de la commune de Ouéléssébougou, Yaya SAMAKE.
On y notait également la présence de l’honorable député Bourama Tidiane TRAORE ; ainsi que plusieurs jeunes et femmes, venus féliciter le ministre pour sa visite et le remercier pour avoir décidé de la reprise de la gestion de l’eau potable de la localité par la SOMAGEP-SA.
Après avoir visité les installations d’eau et d’électricité d’Ouéléssébougou (forages et centrale hydride), afin de s’enquérir de leur état de fonctionnement, et rendu une visite de courtoisie au chef de village, le ministre Malick ALHOUSSEINI a rencontré les responsables politiques, administratives, les jeunes et les femmes d’Ouéléssébougou, à la mairie.
Là, l’honneur est revenu au maire Yaya SAMAKE de souhaiter la bienvenue à la forte délégation ministérielle.
Selon M. SAMAKE, la crise d’eau est consécutive à des impayés de factures d’énergie, estimés à plus de 22 millions FCFA, que la Société Hydro service aménagement, à qui la collectivité a confié en 2011, la gestion de l’adduction d’eau, doit à l’EDM-SA.
« Lorsque nous avons hérité de cette situation, nous avons épongé cette dette grâce au soutien de l’honorable Bourama Tidiane TRAORE, que nous remercions au passage, la somme de 7 millions de FCFA. Nous nous sommes dit après que pour remédier définitivement au problème, qu’il fallait le transfert de la gestion de l’adduction d’eau à la SOMAGEP », a noté le maire.
C’est pourquoi, a-t-il fait savoir, il a saisi par correspondance en date du 26 avril, le ministre de l’Énergie et de l’eau qui lui a répondu favorablement.
À quelque chose, dira le maire, malheur est bon. Et pour cause ? Dans cette crise, Ouéléssébougou a bénéficié de la générosité du préfet de Kati, travers un château de 20 000 litres, dont les travaux ont débuté, le vendredi dernier.
Par ailleurs, le ministre a rappelé avoir saisi le ministre par correspondance, en date du 9 juin dernier, pour l’installation de l’éclairage public, notamment sur la RN7 par laquelle notre pays est ravitaillé en partie en produits de première nécessité ; des artères principales, pour promouvoir le petit commerce et lutter contre le banditisme à Ouéléssébougou ; du Centre de santé de référence, etc.
M SAMAKE a profité de l’occasion pour soumettre au ministre, une autre doléance, relative à l’extension du réseau électrique aux villages de Mana et Seguessona, ainsi qu’aux parties Est et Ouest de la localité de N’Tentoubougou.
Quant à l’honorable Bourama Tidiane TRAORE, il a rappelé que les abonnés payaient régulièrement leurs factures d’électricité. Cependant, c’est le promoteur de la société qui ne reversait pas l’argent à EDM-SA, jusqu’à accumuler des arriérés de 22 millions de FCFA. Ce qui a amené la société à couper l’électricité à la société Hydro service aménagement. Par conséquent, la ville d’Ouéléssébougou était privée d’eau, depuis le 21 juin dernier.
Après un bref rappel des démarches qu’il a entreprises, l’honorable a demandé non seulement la résiliation du contrat avec ladite société et l’engagement des poursuites judiciaires contre ses responsables pour le paiement des impayés dues à EDM-SA.
Les femmes et les jeunes ont exprimé les désagréments qu’ils ont subis suite à cette crise d’eau. Les deux couches ont tenu à remercier le maire et le préfet de Kati pour les avoir conseillés de rester derrière la loi jusqu’à une solution définitive au problème.
« À trois jours de la fête, on avait pris l’ultime décision de marcher pour que notre problème soit connu résolu, mais, suite aux conseils de nos dirigeants, nous avons laissé le cœur pour agir avec la raison », a témoigné la porte-parole des femmes.
Face au ministre, elles ont demandé à quand le retour de l’eau dans leurs robinets ?
Prenant la parole, le ministre de l’Énergie et de l’eau a fait savoir que conformément aux orientations et aux instructions fermes du Président de la république, Ibrahim Boubacar KEITA, depuis avant-hier soir (dimanche 2 juin, ndlr) la gestion de l’eau potable de la ville d’Ouéléssébougou est désormais confiée à SOMAGEP/SOMAPEP.
La nouvelle a été accueillie par un tonnerre d’applaudissements de la population, sortie très massivement.
« Il y a des problèmes d’eau Ouéléssébougou ; le Président de la république nous a instruit de les résoudre ; nous sommes venus les résoudre », s’est exprimé le ministre.
Et d’ajouter que ce qui est à Kati, Koulikoro sera désormais à Ouéléssébougou. « Les abonnés de Kolokani, de Ouéléssébougou seront facturés comme ceux de Bamako, Ségou, à savoir le m3 d’eau (soit 1000 litres ou 5 barriques de 200 litres) au prix subventionné de 113 FCFA », a martelé le ministre Malick ALHOUSSEINI.
Toutefois, il a invité les abonnés à payer régulièrement leurs factures pour garantir la fourniture du service public d’eau et d’électricité. À défaut, les Sociétés fournisseuses se réservent le droit de couper le service offert.
« C’est ça les instructions et les orientations du Président IBK : fournir aux populations les plus démunies les services publics d’eau et d’électricité à un coût plus abordable », souligne-t-il.
Il a profité de l’occasion pour rappeler que dans le cadre du programme présidentiel d’urgences sociales, désormais l’alimentation en eau et en électricité des chefs-lieux de cercles, des localités frontalières et stratégiques sera assurée par la société EDM et les sociétés SOMAPEP et SOMAGEP.
En conclusion, tout en donnant un avis favorable quant aux doléances du maire, le ministre de l’Énergie et de l’eau a demandé aux autorités politiques, administratives et coutumières de ne laisser habiter les alentours des sites abritant les installations d’eau et d’électricité par personne, pour des raisons de sécurité et d’hygiène publique.

Par Sékou CAMARA

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct