Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

CÔTE D’IVOIRE : ARRESTATION AVORTÉE D’ HENRI KONAN BÉDIÉ À DAOUKRO ?

Henri Konan Bédié a échappé de justesse à une arrestation programmée à son domicile de Daoukro, apprend-on de Jeune Afrique, l’hebdomadaire panafricain. C’est le moins que l’on puisse dire eu égard aux deux actions commandées dirigées contre le président du PDCI.

Henri Konan Bédié dans le viseur du pouvoir ?

 

Non seulement Henri Konan Bédié refuse d’adhérer au RHDP unifié, mieux, il s’est positionné dans une posture d’opposant systématique à la majorité présidentielle. Le 26 janvier dernier, alors que cette nouvelle formation politique présidée par Alassane Ouattara tenait son Congrès constitutif à Abidjan, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) présidait une cérémonie de la jeunesse de son parti à Daoukro.

À cette occasion, le « Sphinx de Daoukro » a tenu des propos on ne peut plus virulents contre les autorités ivoiriennes. L’ancien président ivoirien a tout d’abord qualifié les fondateurs du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) « de fils adultérins » du père fondateur Félix Houphouët-Boigny, avant de traiter leur formation de « Rassemblement des détourneurs de derniers publics ».

Outrée par ces propos, la ministre Kandia Camara, Secrétaire générale du RHDP, a aussitôt réagi en indiquant que de tels propos n’étaient pas « dignes du président Henri Konan Bédié ». Elle l’a par ailleurs mis en garde en lui demandant de « rester là où il est », car « s’il descend dans la poubelle, ce ne sera pas bon pour lui ».

Nous apprenons en outre que deux actions majeures étaient dirigées contre le Président Bédié. Il s’agit de son expulsion de la résidence d’ancien chef d’État qu’il occupe, et son interpellation pour les propos tenus à l’encontre des autorités ivoiriennes.

Cependant, à en croire le site d’information, le Président Alassane Ouattara aurait renoncé au dernier moment d’envoyer les ministres de la Défense Hamed Bakayoko, et de la Justice Sansan Kambilé, qui étaient d’ores et déjà prêts à accomplir cette mission. Et le confrère d’ajouter que le président ivoirien se gardait d’ouvrir un autre front après la retentissante démission de Guillaume Soro de la présidence de l’Assemblée nationale.

Mais quoi qu’il en soit, la tension reste toujours vive entre les alliés d’hier.

Afrique-sur7

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct