Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Controverse autour de la subvention de l’engrais: l’Etat aux trousses des fraudeurs

Avec la subvention des engrais, l’État perd 7 à 8 milliards de francs CFA, à cause de la fraude. Face à ce gaspillage inacceptable des fonds publics, le ministre de l’Agriculture, le Dr Nango DEMBELE, et son homologue de l’Économie et des finances, le Dr Boubou CISSE, se sont entretenus avec l’encadrement de l’agriculture et les fournisseurs sur la question. La réunion s’est déroulée, le vendredi dernier, dans la salle de conférence de l’Office du Niger à Ségou. Les deux ministres ont exprimé leur détermination à faire vérifier tous les circuits dans la distribution des engrais subventionnés par ceux qui ont des expertises en la matière afin de déceler les failles. Nous avons suivi la réunion pour vous !

Roger Nord fmi Boriana boubou cisse ministre finances economie

C’était en présence du Directeur national de l’Agriculture, Issiaka FOFANA ; du PDG de l’Office du Niger, le Dr Mamadou M’Baré COULIBALY ; le directeur général de l’Office riz Ségou, le Dr Salif SANGARE ; le directeur régional de l’agriculture de Ségou ; le représentant de l’APCAM local ; l’opérateur économique DOUCOURE et des paysans.

Trouver des réponses aux inquiétudes
Le ministre de l’Agriculture, le Dr Nango DEMBELE, a affirmé que cette réunion avec l’encadrement a été initiée pour trouver des solutions aux inquiétudes autour de la distribution de l’engrais subventionné. Il a noté que des innovations ont été faites dans le système de distribution des engrais avec la réduction du nombre de fournisseurs à 15 opérateurs économiques (12 pour les engrais minéraux et 3 pour les engrais organiques). En dépit de cet assainissement opéré, dans le secteur, le Dr DEMBELE a déploré le fait que beaucoup de rumeurs persistent toujours sur la distribution des cautions techniques et que les paysans n’arrivent pas à avoir les engrais en quantité dans certaines localités. Selon le ministre de l’Agriculture, les services d’encadrements du secteur agricole sont interpellés par cette situation. Car indique-t-il, la mauvaise gestion de l’engrais subventionné interfèrera sur le rendement agricole de la saison et jouera sur le taux de croissance de notre pays, d’une façon générale.
Aux dires du Dr DEMBELE, la préoccupation majeure du département de l’Agriculture et de celui des Finances est de vérifier si la subvention accordée et les quantités d’engrais effectivement livrées correspondent. Le ministre s’est dit convaincu que le problème se situe au niveau de la gestion des cautions techniques qui est comme un chèque à blanc pour certains afin de se faire de l’argent.
Son homologue de l’Économie et des finances, le Dr Boubou CISSE, a affirmé que sa présence sur le terrain a comme objectif de vérifier la réalité autour de la distribution de l’engrais subventionné et de trouver des réponses aux inquiétudes émises çà et là. Il a déclaré que l’Agriculture était un secteur essentiel pour notre pays où le Président de la République a décidé de mettre le paquet avec la subvention des engrais, des semences et des matériels agricoles.
Le ministre Boubou CISSE a révélé, pour sa part, que le budget de l’Agriculture pour l’année écoulée s’élevait à 308 milliards de FCFA et 340 milliards de FCFA cette année.
‘’ Si ces sommes ne sont pas utilisées à bon escient, ce serait comme si l’État était en train de jeter l’argent par la fenêtre. Alors que l’objectif de la subvention est de permettre à l’Agriculture de contribuer à l’économie du pays à hauteur de souhait pour impacter la croissance’’, a souligné le ministre de l’Économie et des finances.

Des irrégularités constatées
Il a rappelé que les remboursements des opérateurs au titre de la subvention de l’engrais pour la campagne écoulée, à hauteur de 45,5 milliards FCFA, sont actuellement en cours. Un remboursement qui a permis à l’hôtel des finances de déceler des irrégularités importantes. Le ministre CISSE a affirmé que malgré le fait que la liste des fournisseurs de l’engrais subventionné soit arrêtée à 15 opérateurs, son département a enregistré une liste de 39 qu’il doit rembourser. Après ces irrégularités constatées, le Dr Boubou CISSE a affirmé avoir pris la décision d’arrêter le remboursement de tout opérateur qui ne figure pas sur la liste établie par décision ministérielle.
Le ministre de l’Économie a déclaré qu’il y a trop de fraudes autour de cette question des engrais subventionnés. Par exemple, a-t-il informé, qu’un opérateur qui a mis 400 millions de FCFA veut se faire rembourser par le trésor à hauteur de 1 600 milliards.
Pour faire face à cette situation, le ministre a estimé qu’il faudrait que les évaluations des besoins soient mieux coordonnées et que la distribution ne soit pas disproportionnée. Il a indiqué que le département des Finances optait pour une répartition équitable et adaptée aux besoins.
Le ministre Boubou CISSE a saisi l’occasion pour poser des questions à l’encadrement sur les différences dans les chiffres. Il s’agit surtout des différences constatées entre les cautions techniques et la quantité d’engrais placée. À en croire le ministre des Finances, avec la subvention des engrais, l’État perd 7 à 8 milliards bon an mal an, à cause de la fraude. Il s’est dit déterminé à faire vérifier la distribution des engrais subventionnés par ceux qui ont des expertises en la matière.

Les éclairages de l’encadrement
Le directeur national de l’Agriculture, Issiaka FOFANA, a donné des éclairages sur la clef de répartition du budget alloué. Concernant la fourniture de l’engrais subventionné, il a déclaré que des garde-fous ont été mis en place pour sécuriser les cautions. Le DNA s’est dit convaincu que la distribution des cautions ne souffre d’aucune anomalie à leur niveau tant les précautions nécessaires ont été prises pour éviter la fraude autour de cette initiative présidentielle.
Le directeur régional de l’Agriculture de Ségou a donné lui aussi des explications sur les différences qui existent entre les cautions et les quantités d’engrais livrées. Il a fait comprendre que très souvent les paysans, pour des raisons financières, n’enlèvent pas la quantité totale en même temps. Ce qui explique la différence entre les cautions qu’ils détiennent et le nombre de sacs d’engrais enlevé.
L’opérateur économique DOUCOURE, présent à la réunion, s’est montré blanc comme neige avant d’apprécier la volonté des deux ministres de procéder à des vérifications pour déceler d’où vient la fraude.
Le représentant de la délégation régionale de la chambre d’agriculture et les paysans ont confirmé l’insuffisance d’engrais subventionnés à leur niveau. Ils ont invité les autorités à redoubler d’efforts pour mettre plus d’engrais à la disposition des paysans.

Boubou CISSE déterminé à faire la lumière
Après les éclairages donnés par l’encadrement, le ministre Boubou CISSE a affirmé avoir eu des réponses à certaines de ses préoccupations, mais pas à 100 %. Selon lui, ses inquiétudes sont fondées avec la comparaison des chiffres qu’il a à son niveau.
« Il ne faut pas se leurrer, l’État perd de l’argent, c’est pourquoi nous disons qu’il y a des choses à améliorer. Après le problème de qualité, les limites aujourd’hui, c’est la transparence. C’est la campagne prochaine qui m’intéresse et nous ferons tout pour fermer les poches de dépenses inutiles, à travers la fraude », a affirmé le ministre de l’Économie et des finances. Avant d’affirmer qu’il fera personnellement des investigations sur le terrain pour voir clair dans cette affaire de subvention des engrais.
Il a rappelé le cas de la bourse des étudiants où l’introduction des cartes bancaires a permis de déceler, la première année, une perte de plus de 6 milliards FCFA, à cause de la fraude.
Répondant aux préoccupations des paysans, le ministre de l’Économie et des finances a affirmé que des réflexions seront menées pour voir comment augmenter la subvention, car, dit-il, il s’agit d’un secteur essentiel. Il a souligné qu’il y a un problème de répartition, d’où la nécessité de faire des réaménagements pour doter les zones qui ont plus besoin de l’engrais.

PAR MODIBO KONE

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct