Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Conflit au Mali : le rôle de la France dénoncé pour la première fois

Au Mali, l’opération française Berkhane est de plus en plus décriée. Jeudi, une manifestation a eu lieu devant l’ambassade française à Bamako pour dénoncer le rôle de la France dans le conflit qui oppose le gouvernement central aux groupes rebelles dans le nord du pays. Les manifestants voulaient aussi alerter l’opinion internationale sur la situation sécuritaire dans cette région.

manifestation marche colere population rassemblement contre france cma

Une première

Selon La Tribune, des centaines de personnes se sont rassemblées devant la représentation diplomatique française suite à l’appel de plusieurs associations de la société civile malienne. Même si le rassemblement n’a pas réuni grand monde, il s’agit de toute évidence d’une première. En effet, jamais le rôle de la France n’a été dénoncé de cette façon sur la place publique malienne.

« Non au silence coupable de la France » ou encore « nous avons enfin compris : la France et Barkhane on en a marre ! » figuraient parmi les slogans scandés lors de cette manifestation. Pour les organisateurs, le but de ce rassemblement est de dénoncer « la partialité de la France dans le conflit qui oppose depuis des années le gouvernement malien et les groupes rebelles ».

« Le moment est venu pour la France de clarifier sa position. Elle est et restera le premier partenaire du Mali. Mais elle doit contribuer à la stabilité du nord, une région par qui la sécurité du Sahel passe », a pointé Mamady Dramé du mouvement Waati Serra (On a tout compris) à la presse locale.

Lors de ce rassemblement, les manifestants ont également réclamé plus d’implication de la Mission des nations unies pour la stabilisation du Mali (Minusma). « La force française Barkhane et la Minusma observent de façon passive les exactions contre les populations civiles qu’elles disent sécuriser », a regretté Adama Ben Diarra, le porte-parole d’un autre mouvement ayant pris part à la manifestation.

Une situation complexe

D’après La Tribune, la manifestation est intervenue quelques jours après des affrontements entre deux principaux groupes armés à Ménaka, située dans le nord-est du pays. Des affrontements qui se sont soldés par une défaite du Gatia, une milice d’autodéfense pro-Bamako, face aux combattants de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) qui regroupe plusieurs mouvements rebelles touaregs.

Globalement, la situation au mali reste préoccupante à tous les niveaux. Fin juillet, le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a reconnu des difficultés dans l’application de l’accord de paix d’Alger.

« La situation au Mali demeure compliquée et complexe, vu l’impact des conditions sécuritaires en Libye, les menaces terroristes du groupe Boko Haram au Niger, auxquels vient s’ajouter l’activité des réseaux du crime organisé et du terrorisme dans la région », a-t-il notamment déclaré.

Lundi, la ministre française des Armées, Florence Parly, a affirmé au Niger que la force des pays du G5 Sahel, fraîchement créée, « trouvera la solution aux problèmes » des attaques terroristes récurrentes dans la région et bénéficiera du soutien de l’opération française Barkhane, selon l’AFP.

« Nous sommes convaincus que c’est la force conjointe du G5 Sahel qui trouvera la solution aux problèmes (des attaques jihadistes) de la région », a-t-elle soutenu.

Lancée en août 2014, l’opération Berkhane a pour mission de lutter contre la présence des groupes terroristes dans le nord du Mali.

 

Source: tsa-algerie

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct