Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Confidentiel: Situation domaniale à Bamako: La mauvaise gestion des antennes spécialisées

Dans la gestion domaniale à Bamako, la vérification du Végal fait ressortir que les Antennes du Bureau Spécialisé ne respectent pas certaines dispositions du Décret n° 02-112/P-RM du 6 mars 2002 déterminant les conditions d’attribution des Concertations Urbaines d’Habitation (CUH), notamment les articles 3, 5 et 6. L’Antenne de la Commune IV a, par exemple, enregistré des attributions multiples de terrains. En effet, plusieurs personnes ont bénéficié à titre individuel de 5 à 14 lots à usage d’habitation de 2008 à 2010. L’Antenne a également permis l’enlèvement de 811 CUH par de tierces personnes sans mandat.

 

Concertation nationales

Une volonté délibérée de nuire à la IIIe République

Dans l’esprit qu’elles sont organisées par les hommes du « Tout puissant » PM de la Transition, les concertations nationales vont plutôt à la division du pays qu’à son union. La Commission d’organisation vient de montrer cela en prouvant au Président de la République Intérim sa souveraineté en refusant de prendre en compte ses propositions. Allons-nous vers la restauration du régime de GMT ?

 

Léré

Le MNLA chassé !

La ville de Léré est depuis la semaine dernière sous le contrôle des rebelles du groupe d’Ansardine. Selon nos sources, ces derniers ont chassé (sans combat) les hommes du groupe MNLA et se sont installés dans cette localité située à une soixantaine de kilomètres de notre frontière avec la Mauritanie. Pauvre MNLA !

 

Inscription à la FSEG

Cri de colère des Etudiants

Ce qui se passe en cette période d’inscription au niveau de la FSEG dépasse tout entendement. Il faut tout un parcours de combattant pour réussir à se faire inscrire au compte de l’année universitaire 2012-2013.

Ainsi, tout étudiant désirant s’inscrire avant la date butoir fixée au 23 novembre 2012, se devait de verser la somme de mille francs CFA aux agents du décanat en charge des opérations. Au fur et à mesure que la date butoir s’approchait, le montant ne cessait d’augmenter. Face à ce comportement ignoble des agents pilotant les opérations d’inscriptions, les étudiants ont fini par informer le Décanat de la Faculté.

Aussitôt informé, le Pr Papa Kanté, Doyen de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion, a procédé immédiatement au remplacement de l’équipe en charge des opérations d’inscription. Ensuite, il a prolongé le délai des inscriptions, et ce jusqu’à une date ultérieure.

 

Chic ou choc ?

L’Administration : le mal de l’Etat

Ce n’est plus un secret. Ni pour le gouvernement, ni pour le commun des Maliens. C’est presque, devenu un cliché de journaliste. Et surtout, une banalité pour le monde paysan. Tous s’accordent, aujourd’hui, à reconnaître que l’Administration malienne est malade. Très malade, voire agonisante. « Elle est cliniquement morte » diront les cyniques.

Elle est, non seulement, malade de l’absentéisme chronique de ses cadres, mais aussi et surtout, malade de la corruption et du népotisme.

Nombreux sont ainsi les cadres de l’Administration dont 90% d’ouvriers de la onzième heure qui consacrent leurs journées à leurs affaires personnelles ; plutôt que pour le travail pour lequel ils sont payés. Leur présence à leur bureau excède, rarement, deux heures d’horloge.

Conséquence : le fonctionnement de l’Etat est bloqué. Quotidiennement.

Les citoyens défilent, des jours durant, devant des bureaux vides ou presque.

Plus grave encore, cet absentéisme chronique, voire clinique, a transformé certains services publics en bâtiments fantômes.

Aucune présence, vers 12 heures ou 14 h 30 mn.

Les secrétaires, elles, ne sont là que lorsque la tante du cousin de… l’oncle n’a ni baptême, ni mariage. Seuls des margouillats y assurent la permanence. Le comble pour un pays dit pauvre.

Et lorsque les cadres sont présents comme par hasard, ce sera à la douleur de votre porte-monnaie. Aucun service ne vous sera rendu, pas même une indication sans que vous ne mettiez la main à la poche.

Pourtant, aucun fonctionnaire ne peut se plaindre du retard de son salaire.

Aucun d’entre eux ne peut mettre ce comportement odieux sur le compte du manque de salaire, comme c’était le cas au temps du régime de GMT. Aucun !

A tout cela s’ajoute l’insolence pathologique de certaines secrétaires de direction. Elles répondent, à peine, à vos salutations, si elles ne vous montrent pas la porte du regard. Pour mériter leur respect, il faut être en bazin brodé jusqu’à la nuque. Ou en costume, cellulaire dans une main et un gros attaché-case dans l’autre.

Autrement, tant pis pour vous !

Alors, à qui la faute ?

Au gouvernement, bien entendu. Lui seul peut remettre de l’ordre dans cette fourmilière, en revenant aux bonnes vieilles méthodes : l’ouverture d’un registre dans tous les services publics. Et que les absences non justifiées aient un impact sur les salaires. C’est ainsi, et seulement ainsi, que le gouvernement peut venir à bout de ce « cancer ». Car, quand on veut attraper un singe, on ne s’intéresse pas à ses grimaces, dit l’adage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct