Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Conférence d’entente nationale : Restitutions des travaux en plénière et synthèses générales.

La conférence d’entente nationale, sur laquelle tous les espoirs reposent pour un nouveau soleil levant pour le Mali se déroule depuis le 27 mars et entre dans son cinquième jour aujourd’hui vendredi 31 mars.

conference entente nationale mali

Hier déjà lors du 4ème jour des discussions, les thématiques abordées tournaient essentiellement sur la paix, l’unité et la réconciliation. Chaque groupe thématique travaillait dans une salle distincte. Mais ce qui a été remarquable c’est l’omniprésence du terme Azawad, qui n’a épargné aucune thématique ; un concept qui a d’ailleurs fait jaillir des discussions houleuses entre les participants. Cette atmosphère a provoqué la suspension pour un temps des travaux. Pour Abdoul Karim Ag Matta, membre de la CMA et participant à la conférence, «  Le Mali a été construit sans les Touaregs, sans les populations du Nord, sans les populations de l’Azawad, les Maures et les Arabes et aujourd’hui, on est venu dans cette commission pour construire un Mali dans lequel on se voit, dans lequel on a apporté notre touche… ».

Au niveau des groupes traitant le thème de la réconciliation, les travaux étaient dirigés par le Ministre de la réconciliation Mohamed El Moctar. Pour Fatoumata Wallet, femme leader et ancienne responsable des femmes du camp de réfugiés de Burkina Faso « l’Azawad, c’est comme le Wassoulou ou le Macina ». Poursuivant son intervention, Fatoumata Wallet a touché du doigt le problème du chômage des jeunes. Elle a suggéré que l’éducation, la santé, l’eau soit au Nord du Mali. Elle a aussi parlé des conditions difficiles des refugiés qui ont envie de revenir mais dont les conditions ne se sont pas réunies pour leur retour.

Beaucoup d’intervenants ont exposé leurs ressentiments aux rapporteurs ; une manière de contribuer à la décantation des causes profondes qui constituent un obstacle à la paix, à l’unité et à la réconciliation. Parmi les intervenants il faut noter l’intervention de Sabeydi Ag Akado, Président de l’Association malienne pour la sauvegarde de la culture Bellah. Pour lui « les Bellah sont victimes d’un déni d’existence », et «  les Bellah ne sont pas des Tamasheq » même s’il y a une volonté de comptabiliser les Bellah parmi les Tamasheq.

Au niveau de la commission consacrée à la Paix, les discussions ont porté sur la nécessité de parvenir à une paix franche et durable. Les intervenants ont fait des propositions de solutions pour le retour de la paix dans tous le pays. Des recommandations ont surtout porté sur l’accélération du DDR, le retour des réfugiés, la bonne gouvernance, et surtout le développement des régions du Nord. Les participants ont dénoncé l’insécurité régnante au niveau de plusieurs axes aussi bien au Nord qu’au Sud. Pour Haïdara Cissé dite Chato, l’une des solutions « c’est d’aller rapidement au désarmement pour que les gens ne soient plus armés. » La députée de Bourem a aussi parlé de la nécessité de faire revenir les réfugiés. Elle estime aujourd’hui qu’« on ne peut pas continuer à crier pour le retour des réfugiés sans créer les conditions de retour de ces refugiés. »

En ce cinquième des travaux, il était prévu que la restitution des travaux en plénière avec des synthèses générales et des recommandations se fassent. Mais seule la commission réconciliation a pu finir alors que les deux autres, notamment la commission paix et la commission unité, n’ont pas pu terminer. Les restitutions en plénière sont prévues pour demain 01 Avril. La Conférence d’entente nationale doit continuer jusqu’au 02 Avril 2017 au palais de la culture Amadou Hampâté Bâ.

 

Source: journaldumali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct