Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Comité de suivi de l’accord: la 19e session s’ouvre ce lundi sur fond de tension

Les travaux de la dix-neuvième session ordinaire du Comité de Suivi de l’Accord (CSA) débutent, aujourd’hui lundi, à l’ex-CRES de Badalabougou, sur fond de tension entre la CMA et la plateforme, consécutive aux récents affrontements entre les deux groupes armés, autour de Kidal qui ont fait une quinzaine de morts.

general mahamadou diagouraga haut representant chef etat conference reunion Comite suivi Accord CSA gouvernement plateforme cma

À la veille de cette 19e session du CSA, la CMA et la Plateforme renouent avec la violence. Vendredi dernier, des affrontements ont finalement éclaté à Kidal entre la coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme, deux coalitions, faisant au moins 15 morts.
« Il y a eu trois morts du côté Plateforme et 12 du côté CMA. Des blessés graves ont également été enregistrés » signalent des sources locales au correspondant de VOA Afrique sur place.
Selon des sources concordantes, les affrontements ont commencé par l’attaque d’un convoi de la Plateforme, qui était en patrouille dans les alentours de Kidal.
Le bilan est de 15 morts, des véhicules brulés, d’autres récupérés par la Plateforme, précise Sidi Ag Albaka.
Dans un communiqué signé de Moulaye Ahmed Ould Moulaye, la Plateforme reproche à la CMA, d’avoir violé l’accord de principe du 28 juin 217 qui interdisait aux deux parties de lancer un assaut contre l’un contre les positions de l’autre.
Cet accord, faut-il le rappeler, avait été obtenu sur la pression de la médiation internationale en raison des fortes rumeurs d’assaut imminent de la Plateforme sur Kidal.
En dépit de ces engagements, souligne le communiqué de la plateforme, le matin du 4 juillet 217, une patrouille composée de trois véhicules et de 20 motos de la CMA sortant de Kidal pour la zone de Tadjmarte a procédé à de multiples exactions sur d’innocentes populations civiles. Le même convoi, ajoute le communiqué, se retrouve à Telabite, le 5 juillet, le lendemain donc, fait arrêter un jeune homme de la Plateforme, lui faisant subir toutes sortes de sévices avant de l’abandonner, le laissant pour mort.
Pire, le 6 juillet 2017 ; à l’aube, une patrouille de la Plateforme a été la cible d’une embuscade de la part d’un autre convoi de la CMA qui quittait Kidal, Tahalte, 90 km au nord-ouest de la ville.
Selon le communiqué de la plateforme, les affrontements ont duré plusieurs heures et la Plateforme y déplore trois morts, six blessés et deux véhicules calcinés tandis que la CMA a subi d’énormes pertes matérielles (3 véhicules, plusieurs armes individuelles et collectives récupérées, d’importants morts et blessés).
La Plateforme reste convaincue que de telles manœuvres n’ont d’autres objectifs que de retarder et compromettre les dispositions et mesures en cours devant permettre un retour de l’administration et du MOC à Kidal.
La Plateforme tout en mettant en garde contre le risque réel de compromettre le processus de paix appelle à la retenue, à la poursuite et à l’arrestation des auteurs de ces crimes odieux afin qu’ils répondent de leurs actes devant les tribunaux.
La Plateforme enfin, avise cependant que si aucune disposition n’est prise pour abréger les souffrances des populations, elle ne pourra continuer à croiser les bras face à cette situation.
La CMA, dans un communiqué rendu public le 6 juillet, accuse, de son côté, la Plateforme d’être responsable de ces événements. Selon les termes du communiqué : « la CMA informe l’opinion nationale et internationale d’une attaque menée tôt ce matin du 06 juillet 2017 contre une de ses positions basées à une dizaine de Kilomètres à l’Ouest d’Intachdayt, par une colonne du GATIA venue d’Anefif sous la conduite d’un certain Akhmadou Ag ASRIW ».
Dans le même communiqué, la CMA exprime son regret et « condamne cette violence qui lui est régulièrement imposée depuis le début du processus de Paix par une organisation qui ne s’est jamais inscrite dans la logique de la Paix ».
De son côté, la MINUSMA appelle les dirigeants des deux groupes à faire preuve de sagesse et d’agir avec responsabilité.
Voilà la situation délétère qui prévaut sur le terrain, à la veille de cette 19e session du Comité de suivi de l’Accord qui s’ouvre ce lundi 10 juillet 2017 sur la colline de Badalabougou.
Au cours de cette session, si elle a lieu, le Gouvernement présentera à travers une communication les progrès réalisés dans de la mise en œuvre de l’Accord, notamment, en ce qui concerne la situation à Kidal : état de mise en œuvre du chronogramme intérimaire ; l’opérationnalisation des autorités intérimaires ; les mécanismes sécuritaires (MOC, patrouilles mixtes, CNDDR et CNRSS) ; la révision constitutionnelle ; la Charte pour la paix, l’Unité et la réconciliation nationale.
Par ailleurs, plusieurs autres communications seront entendues, notamment les rapports des sous-comités chargés des questions de Défense et de Sécurité ; Développement Socio-économique et Culturel ; Réconciliation, Justice et questions Humanitaires.
Au même chapitre, le Président du Groupe de travail chargé de conduire le processus de sélection d’un observateur indépendant(e), Pierre BUYOYA, fera le point sur les avancées enregistrées dans ce sens.
À titre de rappel, lors de la dernière session tenue les 5 et 6 juin dernier, Madame Frederica Mogherini, Haute Représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de Sécurité́ a pris part aux travaux et a annoncé une contribution de son institution à hauteur de cinq cent mille euros (500 000,00) au budget du CSA afin d’encourager les parties maliennes a la mise en œuvre rapide de l’accord.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct