Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Célébration de la journée mondiale des zones humides : « Le Mali est la deuxième plus vaste zone humide de l’Afrique après celle du Botswana » dixit Dr. Karounga Keita, coordinateur national du bureau de Wetlands international

Dans le cadre de la protection de l’environnement, Wetlands international en collaboration avec la Direction nationale des Eaux et Forêt a organisé le mardi 07 mars 2017 au parc zoologique, une conférence de presse.

carte-geographique-malienne-drapeau

C’était à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des zones humides. La cérémonie présidée par Dr. Karounga Keita, coordinateur national du bureau de Wetlands international a eu lieu en présence des personnels de la direction nationale des Eaux et Forêts ainsi que des invités de marque. Aux dires du coordinateur, la célébration de cette journée des zones humides au Mali à travers une conférence de presse consiste à informer le grand public dans le cadre de la protection de l’environnement. Il a poursuivi en expliquant que le Mali est la deuxième plus vaste zone humide de l’Afrique après celle du Botswana. Pour un pays sahélien comme le Mali, c’est une aubaine, a-t-il pensé. Mais, dit-il, ces zones se trouvent menacer dans son existence. Les zones humides sont menacées de beaucoup de point de vue, d’abord par le braconnage, ensuite par des activités nuisibles dans l’existence même du fleuve depuis sa source, à titre d’illustration, on peut citer l’exploitation des mines dans le lit du fleuve avec les produits chimiques qui sont toxiques pour les hommes ainsi que pour les animaux et qui détruisent tout l’environnement. L’objectif de Wetlands n’est pas de priver les hommes de l’utilisation de ses végétations mais c’est de prôner une utilisation durable pour que la future génération puisse trouver cette beauté de la nature préservée. La vision de Wetlands est de trouver un delta vivant, préservé et gardant sa beauté naturelle. En parlant de la préservation, le coordinateur a fait savoir que Wetlands seul ne peut y arriver sans le partenariat de l’Etat. Pour préserver les écosystèmes, le Wetlands a quatre stratégies, à savoir : moderniser le débit du fleuve pour que les écosystèmes puissent vivre et s’épanouir ; développer les outils aidant à la décision pour que les politiques et tous les investisseurs puissent prendre connaissance de ses éléments avant de prendre une décision, responsabiliser la communauté à la base et renforcer leur capacité et plaidoyer pour que les acteurs soient sensibilisés et qu’ils changent de comportement.
Source: lecombat

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct