AIGLES DU MALI : Qui est l’adjoint ?

Depuis la prise de fonction le 1er avril et même avant à la tête de l’encadrement technique des Aigles du Mali, d’Alain Giresse, la Fédération malienne de football maintient la confusion, certainement malgré elle, face à la question de savoir, qui de Mohamed Magassouba, Amadou Pathé Diallo et Cheick Diallo est-il réellement le selectionneur national adjoint des Aigles ? Si l’on s’en tient aux propos de l’entourage du staff technique, des intéressés et même à la Fédération malienne de football, ce n’est ni l’un, ni l’autre.

alain giresse entraineur coach sélectionneur nationale aigle mali

Lors de la conférence de presse qu’ils ont donnée au siège de la Fédération malienne de football, si le selectionneur national, Alain Giresse n’était pas indiqué pour répondre à la question de savoir qui sera son adjoint, en revanche le 1er vice-président de la Fémafoot, Boukary Sidibé avait clairement répondu qu’il reviendrait à l’employeur du coach de le décider. Interrogé par un confrère alors à M’Bour au Sénégal ne marge de la Can U-20 sur la question, le président de la Fédération malienne de football, Boubacar Baba Diarra, avait tenté de camoufler la rivalité entre les différents postulants au poste d’ entraîneurs adjoints en déclarant qu’il n’ ya pas tabou et que la Femafoot

Lors de la première conférence de presse qu’il a donnée à Yaoundé il y a quelques mois, Volker Finke avait tenté de camoufler la rivalité entre les deux entraîneurs adjoints en déclarant qu’il n’y a pas de hiérarchie entre ces deux hommes.

En réalité et en interrogeant les intéressés, on s’aperçoit que Mohamed Magassouba même étant cité comme le titulaire au poste au lendemain de la signature du contrat de Giresse, par la presse n’est pas l’adjoint d’Alain Giresse. Pareil pour Amadou Pathé Diallo. Dans les salons feutrés du pays, les bureaux, les restaurants, même sur les sites sportifs sans oublier les réseaux sociaux, les conversations tournent autour sur e nom de l’adjoint d’Alain Giresse.

Selon nos informations, le directeur technique national, Mohamed Magassouba semble décliner l’offre et s’accrocher à son fauteuil de la direction technique. Encore sur les réseaux sociaux, le nom du manager général des Aigles, Amadou Pathé Diallo revient. Pourtant, la guerre des entraîneurs adjoints existe bel et bien au sein de l’encadrement technique des Aigles du Mali.

De sources concordantes au stage des Aigles en France, il est clair qu’il avait de la rivalité entre les deux hommes. Mieux, lors de ce stage, toujours selon nos sources, on les a difficilement vus se parler ou travailler côte-a-côte », analyse un confrère. Toujours selon ce confrère, il y a lieu de se demander et de connaître à temps et de façon officiel le nom de l’adjoint d’Alain Giresse. Qui de Mohamed Magassouba ou Amadou Pathé Diallo a un contrat de travail avec le Mali. Si tel n’est pas le cas, le peuple a soif de connaître d’ici les prochains stages le nom du collaborateur du technicien français.« Après analyse et le désistement de Mohamed Magassouba, c’est le nom de Cheick Diallo, qui avait même travaillé avec Giresse avant d’être remplacé pour des problèmes de personnes, que la Fémafoot songe. Mais à ce jeu comme les intérêts personnels priment sur tout, il faudra attendre », confie une source fédérale.

Affaire à suivre

Bakary Diakité dit Sarr

Source: Les Echos

 

SOULEYMANE MAKAMBA ELU PRESIDENT DE LA LIGUE DES SPORTS EQUESTRES DE BAMAKO: Retour du 1er détenteur du grand prix de la nation au premier plan

Le renouvellement de la ligue des sports équestres de Bamako qui marque définitivement la fin d’une ère a eu lieu le samedi dernier au SNJ de Bamako. A l’issu des travaux surveillés comme du lait sur le feu par le comité national olympique, le comité régional olympique, la direction régionale de la jeunesse et des sports de Bamako et la mairie du district, les 54 propriétaires régulièrement inscrites dans le registre ont plébiscité Souleymane Makamba Doumbia.

De mémoire des pensionnaires du champ hippique jamais un renouvellement de la ligue de Bamako n’avait autant scrupuleusement respecté les textes. Avec la légitimité et la légalité si cher au ministre des sports qu’il vient d’avoir, le désormais président de la ligue des sports équestres de Bamako a désormais carte blanche pour agir pour le bonheur de la discipline sans coup férir. Avec une atmosphère familiale, les autorités ne pouvaient que se réjouir d’avoir assisté à une cérémonie qui concilie à la fois l’utile et l’agréable. Lors de la cérémonie d’ouverture, le 3er vice président de la fédération, Seydou Kida a salué les membres du bureau sortant pour le temps investi au service de l’hippisme. Dans le cadre de la réconciliation des cœurs et des esprits, Kida a exhorté les délégués à faire preuve de retenue pour la bonne marche de l’assemblée. De son côté, le représentant de la mairie du district,
Souleymane Oumar Diallo dit SOD n’a pas manqué de saluer la marque de considération de la fédération à l’égard de la mairie du district. Il a profité de l’occasion pour exprimer la disponibilité du Maire Adama Sangaré à accompagner le sport équestre à Bamako. Après, ce fut le tour du colonel Diarra, représentant du comité olympique de marteler la disponibilité du mouvement olympique pour accompagner le benjamin des disciplines à tous les niveaux. Dans son discours d’ouverture, Demba Dansoko, représentant de la direction régionale de la jeunesse et des sports de Bamako n’a pas manqué de saluer la bonne organisation des  travaux. Il a ensuite invité les délégués à privilégier l’intérêt supérieur de la discipline.
Après vérification des mandats, l’ordre jour édicté par les textes a été scrupuleusement respecté. A l’issu d’un bulletin secret avec bulletins de vote et urne, chaque délégué a fait son choix dans la transparence et la quiétude. Après dépouillement, le candidat Souleymane Makamba Doumbia, seul en lice a récolté 49 voix sur 52 votants et 54 inscrits contre 3 bulletins nuls. Ainsi, avec 92% des votants, Souleymane Makamba Doumbia a été déclaré président de la Ligue des Sports Equestres de Bamako. A la tête d’un bureau de 21 membres, les 1ers mots de celui qui a désormais la destiné du sport équestre de Bamako en main pour les 4 prochaines années, ont été des mots de réconciliation, de transparence et de détermination. Il n’a pas aussi manqué de saluer tous ceux qui ont contribué de prêt ou de loin à la réussite de cette assemblée générale. Il s’agit notamment du Ministère des Sports, du comité olympique,
du comité régional olympique de Bamako, de la Direction régionale des Sports, de la mairie du district et du comité de normalisation.
Après la présentation du bureau à la presse, le représentant de la direction régionale de la jeunesse et des sports a salué le professionnalisme qui a prévaut tout le long des travaux. Il a exhorté le tout nouveau président de la ligue des sports équestres à travailler avec les autorités, avant de l’envoyer à l’exercice de ses fonctions.
SD  

Source: Waati

Comité National Olympique et Sportif du Mali : Un chèque de 15 millions de FCFA pour soutenir l’athlétisme malien

Le Comité National Olympique et Sportif du Mali vient d’octroyer une dotation financière de 15 millions de FCFA à la Fédération Malienne d’Athlétisme. La remise officielle de ce chèque a fait l’objet d’une cérémonie, le mercredi 15 avril, au siège du CNOSM.

En l’absence du président Habib Sissoko, c’est le 1er vice-président Tidiane Niambélé, qui a présidé la cérémonie, en présence des responsables de la fédération dont le vice-président Danki Maïga.

Aux dires du représentant de la Fédération Malienne d’Athlétisme, cet appui financier permettra d’exécuter le programme de développement de l’athlétisme dans les six mois à venir  (avril  – septembre).  En d’autres termes, il s’agira de mener les activités dans le cadre de ce programme de développement la formation de 24 entraîneurs de niveau II/IAAF et 30 officiels techniques locaux de niveau I/IAAF. Sans oublier la préparation des athlètes et l’achat de matériels d’entraînement.

C’est pour toutes ces raisons que le vice-président de la fédération a salué à sa juste valeur cet appui.                                                                                    

 A. B. HAÏDARA

Source: L’Indépendant

Drogba et Feindouno à l’honneur pour le Match contre la pauvreté

Sollicités pour prendre part à la 12e édition du Match contre la pauvreté, Didier Drogba et Pascal Feindouno ont répondu à l’appel de Ronaldo et Zidane pour la rencontre du 20 avril à Saint-Etienne.
zidane ronaldo didier drogba joueur footballeur

Didier Drogba de retour sur les pelouses françaises le temps d’une rencontre. L’attaquant de Chelsea va rejoindre les rangs de la prestigieuse équipe de footballeurs internationaux qui prendront part à la 12e édition du Match contre la pauvreté, le 20 avril au stade Geoffroy Guichard de Saint-Etienne.

Ambassadeur de bonne volonté du Programme des nations unies pour le développement (PNUD), à l’instar de Ronaldo et Zinédine Zidane, l’ancien capitaine de la sélection ivoirienne s’associera à d’autres stars du ballon rond en vue d’affronter l’équipe all-Stars des Verts dans le cadre de cette rencontre amicale destinée à appuyer les efforts de relèvement à la suite de l’épidémie d’Ebola.

Je voudrai encourager toutes les personnes concernées à unir leurs efforts pour mettre fin à cette épidémie et l’empêcher de se reproduire une fois pour toutes“, a indiqué l’ancien Marseillais, qui croisera sur sa route Pascal Feindouno. Ancien joueur stéphanois, le milieu de terrain a également répondu à l’appel pour s’associer à l’initiative et portera les couleurs de l’équipe all-stars de l’ASSE, composée de plusieurs anciens joueurs du club.

A noter que les deux tiers de l’ensemble des recettes du match seront reversés au PNUD, au profit de l’effort de relèvement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, les trois pays les plus durement touchés par l’épidémie d’Ebola. Le dernier tiers ira à l’Association ASSE Cœur-Vert du club stéphanois, qui soutient des projets sociaux à Saint-Etienne.

Cafu, Clarence Seedorf, Edwin van der Sar, Eric Abidal, Christian Karembeu , Youri Djorkaeff et Fabien Barthez ont également répondu présent pour faire partie de l’équipe des amis de Zidane et Ronaldo. Du côté stéphanois, le Brésilien Alex, Jérémie Janot, Dominique Rocheteau, Lionel Potillon, Laurent Paganelli, Julien Sablé ou encore Laurent Batlles ont garanti leur présence.

Source: afrik.com

1/8 de finale des compétitions Africaines des Clubs : Les représentants maliens déterminés à prendre une bonne option à domicile

Les matches aller des huitièmes de finale des compétitions africaines des clubs se disputent ce weekend. Les trois représentants maliens engagés sont déterminés à prendre les trois points à domicile

En ligue des champions, le Stade Malien de Bamako affronte le Tout Puissant Mazembé de Lubumbashi, ce samedi à partir de 17h00.  Les Blancs de Bamako sont en train de tout mettre en œuvre afin de venir à bout de l’équipe congolaise.  Un match qui s’annonce très alléchant.  En coupe de la Confédération,  le Djoliba AC croise le fer avec les Hearts of Oak d’Accra, cet après-midi à partir de 17h00.  Une rencontre plutôt ouverte que les Djolibistes prennent à cœur. Le technicien Belge du Djoliba AC,  Ivan Minnaert est très confiant pour un résultat positif de son club.  » Nous sommes armés d’une grande volonté pour battre les Hearts of Oak d’Accra. La tâche s’annonce rude, mais nous avons les moyens de faire la différence et de nous imposer « , a-t-il déclaré.

Ses joueurs affichent le même  optimisme avant cette première  confrontation avec  les Ghanéens. Le deuxième représentant malien engagé en coupe Caf, à savoir l’équipe des Onze Créateurs est également décidé  à prendre une bonne option. Elle en découdra avec l’Asec Mimosas, le dimanche 19 avril à partir de 17h00.

Notons que les trois rencontres se disputeront au stade Modibo Kéita de Bamako.

Sory Ibrahima Coulibaly 

Source: L’Indépendant

Coordination AJSM Sikasso : Me Jean Claude Sidibé et Bakary Togola parrains de la 2ème Nuit prévue ce samedi à l’hôtel du cinquantenaire

La coordination de l’Association des journalistes sportifs du Mali (AJSM) de Sikasso organise ce samedi 18 avril à l’hôtel du Cinquantenaire à partir de 20h, la deuxième édition de sa Nuit. Au cours de cette soirée de gala, les meilleurs sportifs et journalistes sportifs de la région  seront récompensés.

jean claude sidibe president federation malienne basket ball

Des diplômes de reconnaissance  seront également décernés aux anciens sportifs de la région. A cet effet, plus  de 150 personnes du monde sportif malien sont attendues  dans la capitale du Kénédougou. L’évènement est placé sous la haute présidence du ministre des sports Housseini Amion Guindo et coparrainé   par Me Jean Claude Sidibé (président de la Fédération Malienne  de Basketball) et Bakary Togola (président de l’APCAM).

Cette soirée sera agrémentée par la prestation d’artistes notamment la cantatrice  Bakoro Sidibé et le rappeur Harley.

                   Sory Ibrahima Coulibaly

Source: L’Indépendant

Ligue des champions d’Afrique : LE STADE MALIEN A UN COUP A JOUER

Défaits trois fois en autant de confrontations avec le TP Mazembé, les Blancs se doivent de vaincre le signe indien pour valider leur ticket pour la phase de poules

equipe football stade malien bamako blanc sotuba tp mazembe

Les choses sérieuses commencent demain pour le Stade malien. Après avoir écarté l’AS Garde nationale du Niger lors des préliminaires et Mangasport du Gabon en 16e de finale, le Stade malien sera opposé au TP Mazembé pour les 8e de finale aller. Le match se dispute demain au stade Modibo Keïta et le 1er mai, les deux équipes se retrouveront à Lubumbashi pour la manche retour.
Arrivés à Bamako depuis dimanche, les Congolais ont fait leur séance de reconnaissance du terrain mercredi. Habituellement, cette séance se fait la veille du match mais elle a été avancée en raison des trois matches de coupes d’Afrique des clubs prévus ce week-end au stade Modibo Keïta.
Cette affiche Stade malien-TP Mazembé promet une belle empoignade quand on sait que les deux équipes se sont déjà affrontées trois fois à ce niveau de compétition, c’est-à-dire en coupes africaines des clubs. Pour le moment, ce sont les Corbeaux qui tiennent le bon bout de la corde puisqu’ils ont toujours damé le pion aux Blancs.
Le passé du TP Mazembé plaide également en faveur de l’équipe qui a été sacrée quatre fois championne d’Afrique, alors que le plus haut fait d’armes du Stade malien dans cette compétition, reste la finale perdue en 1965 contre Oryx de Douala (2-1). Mais malgré l’avantage psychologique dont peuvent se prévaloir les Corbeaux, l’entraîneur du club, Patrice Carteron se méfie beaucoup des Blancs.
«On a un bon effectif et une bonne équipe, mais on est très irrégulier. Si on était à domicile porté par notre public je sais qu’on est capable de tout. Mais à l’extérieur ce n’est pas toujours le cas», confiait il y a quelques jours le technicien français. Cependant, l’ancien sélectionneur des Aigles veut y croire pour cette première manche.
«Les raisons d’y croire, c’est le potentiel de l’équipe, mais à ce niveau, tous les adversaires doivent être respectés. Nous sommes trop inconstants aujourd’hui pour avoir plus de certitude que ça», insistera Patrice Carteron, qui n’a pas oublié les difficultés rencontrées par ses joueurs lors de la dernière confrontation entre les deux équipes.
«Abdoulaye Sissoko est un excellent joueur qui nous avait déjà posés des problèmes. Je sais qu’il nous en posera encore. La richesse du football malien, par rapport à l’expérience que j’ai vécue ici, c’est la capacité qu’ont les clubs de régénérer de manière permanente leurs effectifs et d’arriver à être toujours performant.
On aura une équipe de grande qualité face à nous», soulignera Patrice Carteron qui doit se passer des services de deux cadres de l’équipe : le gardien Robert Kidiaba et le défenseur Jean Kasusula qui sont suspendus. Côté stadiste, le groupe sera au grand complet et le coach Kamel Djabour pourra compter sur Abdoulaye Sissoko pour semer encore le trouble dans la défense congolaise. En tout cas, l’attaquant de Sotuba est en grande forme en ce moment et peut-être la clé de ce match contre les Corbeaux de Lubumbashi.
Une chose est sûre, les Blancs ne se présenteront pas en victimes expiatoires face aux quadruples champions d’Afrique et les pensionnaires de Sotuba auront tout le stade Modibo Keïta derrière eux pour les pousser vers la victoire.
Le TP Mazembé est un grand club du continent mais comme l’admet volontiers Patrice Carteron, les Corbeaux sont inconstants et n’arrivent pas à enchaîner surtout lorsqu’ils jouent hors de leur base. En atteste la défaite (1-0) de l’équipe en 16è de finale aller contre Mamelodi Sundowns d’Afrique du Sud. C’est au match retour que les joueurs de Lubumbashi ont renversé la situation en s’imposant 3-1 devant leur public.
Le TP Mazembé occupe actuellement la 2è place du championnat congolais avec 14 points (2 matches de moins) derrière Don Bosco (15 points) alors que le Stade malien est leader de la Ligue malienne avec 25 points.

L. M. DIABY

Samedi 18 avril au stade Modibo Keïta
17h : Stade malien-TP Mazembé
Arbitrage du Marocain Bouchaib Ahrach assisté de ses compatriotes Redouane Achik et Mohamed Lahmidi.

source : L Essor

Coupe de la confédération : LE DJOLIBA POUR VAINCRE LE SIGNE INDIEN, LES ONZE CREATEURS POUR MARQUER L’HISTOIRE

Les Rouges ouvrent le bal aujourd’hui contre les Hearts of Oak du Ghana et 48h plus tard, les Créateurs de Niaréla affronteront l’ASEC d’Abidjan

djoliba ac equipe club bamako logo

Nos trois clubs, le Stade malien, le Djoliba et les Onze Créateurs jouent ce week-end pour le compte des huitièmes de finale aller de la Ligue des champions et de la coupe de la Confédération. Les Stadistes se frotteront au TP Mazembé, tandis que les Rouges et les Créateurs affronteront, respectivement les Hearts of Oak d’Acrra et l’ASEC d’Abidjan. Toutes les trois rencontres se jouent au stade Modibo Keïta qui va ainsi vibrer au rythme des compétitions africaines des clubs pendant 72h, c’est-à-dire de vendredi à dimanche. L’honneur reviendra au Djoliba d’ouvrir le bal aujourd’hui contre les Hearts of Oak d’Accra.
Une rencontre que l’équipe de Hérémakono abordera le mental gonflé à bloc quand on sait que les Rouges restent sur trois succès consécutifs en championnat face, respectivement à l’AS Bakaridjan, au Nianan et à l’Avenir club de Tombouctou. Mieux, les Djolibistes ont inscrit 7 buts au cours de ces trois rencontres, contre seulement 1 but encaissé, soit une moyenne de 2,33 buts par match. Si le Djoliba parvient à retrouver toutes ses marques aujourd’hui au stade Modibo Keïta, il peut parfaitement prolonger la série contre les Hearts of Oak d’Accra.
En tout cas cette manche aller est très importante pour les Rouges qui doivent impérativement gagner pour éviter toute éventuelle pression dans la perspective du match retour prévu dans deux semaines au Ghana. «Nous abordons ce match avec un seul objectif, gagner. Nous voulons gagner et prendre une option sur la qualification avant le match retour qui sera sans doute difficile, prévient l’entraîneur du Djoliba, Ivan Minnaert. Nous tous, encadrement technique, joueurs, dirigeants et supporters, sommes aminés de réaliser quelque chose de grand devant nos supporters.
Si une équipe joue à ce niveau de la compétition, elle doit se donner les moyens. Je pense que nous avons réuni certaines conditions pour préparer ce match dans la plus grande sérénité afin d’atteindre au moins la phase de barrage pour ensuite viser plus haut», ajoutera le technicien.
Même si les Hearts of Oak peinent à reconquérir leur réputation d’antan sur l’échiquier continental, voire national (le dernier titre du club en championnat remonte à 2009), Ivan Minnaert se méfie beaucoup de son adversaire. «C’est une équipe qui vient d’un grand pays de football, le Ghana est une grande nation de football, souligne-t-il. C’est vrai que depuis plusieurs années, l’équipe n’arrive pas à faire son trou sur le plan continental, mais pour moi, un club qui a déjà remporté la Ligue des champions d’Afrique (2000) ne doit et ne peut être négligée. Nous devons être prêts, performants et jouer à notre meilleur niveau pour espérer avoir un bon résultat contre les Hearts of Oak», insistera Ivan Minnaert.
Contrairement au Djoliba et aux Hearts of Oak dont les chemins se sont déjà croisés, les Onze Créateurs et l’ASEC ne sont jamais affrontés à ce stade de la compétition. Dimanche, les Créateurs et les Mimos vont donc s’affronter pour la première fois de leur histoire et cela donne forcément un caractère particulier à la rencontre au delà de l’enjeu principal qui est la qualification aux barrages de la coupe de la Confédération. Cette confrontation sera une opposition de style quand on sait que le jeu des Créateurs est basé sur un football indirect et souvent technique, alors que celui des Ivoiriens repose sur la puissance physique et le mental.
Les Onze Créateurs manquent souvent de vitesse d’exécution dans les grandes rencontres comme on s’en est aperçu en seizièmes de finale aller contre Sahel FC du Niger (2-1), mais l’équipe peut toujours compter sur certaines individualités capables de faire basculer un match à tout moment. Entre autres on peut citer Souleymane Dembélé, Souleymane Sissoko, Abdou Kanouté et Bourama Sidibé. Pour l’entraîneur adjoint des Créateurs, Demba Traoré, il faut impérativement gagner cette première manche, avant de se rendre en Côte d’Ivoire pour le match retour. «Nous devons négocier les deux rencontres pour pouvoir se qualifier. Mais comme la première manche se joue à Bamako on a une obligation de résultat. Je ne sais pas ce que l’ASEC va faire mais nous on va tout faire pour gagner», promet le technicien. Demba Traoré ajoutera que «l’équipe a bien préparé ce derby surtout sur le plan offensif pour pouvoir marquer plus de buts dès la manche aller».
D. COULIBALY

Aujourd’hui au stade Modibo Keïta
17h : Djoliba-Hearts of Oak
Dimanche 19 avril au stade Modibo Keïta
17h : Onze Créateurs-ASEC d’Abidjan

source : L Essor

”La Somalie à la CAN 2019”

Le président de la fédération somalienne de football Abdi Qani, espère que son pays participera à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019, afin de mettre fin à une absence qui remonte à 1974.

supporteur footballeur somalien

Cette absence est, en grande partie, justifiée par l’instabilité politique, le manque de financement et l’absence d’infrastructures.

Mais Abdi Qani estime qu’avec un nouveau stade national, qui doit être achevé au plus tard à la fin de cette année, le pays pourrait participer à nouveau à une CAN.

Source: BBC

Quand le Tout Puissant Mazembé se prépare à Kabala pour affronter le Stade Malien de Bamako

Pour le compte des matches aller des huitièmes de finale de la Ligue Africaine des clubs champions, le Stade Malien de Bamako croise le fer avec le Tout Puissant Mazembé, ce samedi 18 avril au stade Modibo Kéïta

Depuis dimanche, l’équipe congolaise est arrivée à Bamako. Malheureusement ou heureusement, le Tout Puissant Mazembé, qui joue contre un club malien, a été accueilli comme  » Roi « . Cela avec la complicité de certains cadres maliens.

Le hic est que le club congolais s’est même entraîné, mardi dernier, sur le terrain du Centre Ousmane Traoré de Kabala à l’insu de certains dirigeants, dont  le ministre des Sports Housseini Amion Guindo.  Cette attitude a suscité beaucoup de débats dans les milieux sportifs.

La question qui est sur toutes les lèvres est de savoir qui a autorisé le Tout Puissant Mazembé à s’entraîner à Kabala. En tout cas, c’est une grande première dans les annales des compétitions des interclubs. Puisque le Centre de Kabala est réservé uniquement pour la préparation des équipes nationales, peut-être, certains clubs maliens. Pour ce faire, la Fédération Malienne de Football doit adresser une correspondance à la Direction Nationale des Sports  pour la mise à disposition du terrain. Tel n’est pas le cas pour le Tout Puissant Mazembé. Le chargé des compétitions internationales de la fédération, Moussa Kanouté que nous avons joint au téléphone, hier, n’a pas été informé que le Tout Puissant devait s’entraîner à Kabala. Selon le programme établi, le club devrait, tout simplement, s’entraîner hier au Stade Omnisports Modibo Kéïta pour la reconnaissance du terrain.

Toutefois, dans cette affaire des têtes doivent tomber. Le premier responsable du département, qui se soucie du football malien, doit prendre ses responsabilités.

Certains supporters estiment que c’est un complot contre le Stade Malien de Bamako. Le moins que l’on puisse dire, est que cette décision de nos autorités sportives de loger le TP Mazembé à Kabala a été très mal perçue par le monde sportif malien. Par conséquent, Poulo est sommé de faire la lumière sur cette situation qui indigne les supporters de Sotuba.

Aux dernières nouvelles, l’équipe congolaise est en train de faire le tour de différents terrains d’entraînement de la capitale comme si elle se trouvait en terrain conquis. C’est dommage ! Malheureusement, le ridicule ne tue plus au Mali.

Le Stade Malien de Bamako, leader du championnat national, se prépare activement sur son terrain à Sotuba. L’ambition pour les dirigeants stadistes est la qualification pour la phase de poule. Espérons que cette année sera la bonne pour le plus grand bonheur des supporters.

                                  A.B.HAÏDARA

Source: L’Indépendant

Eliminatoires des Jeux africains 2015: Les Aigles Dames et Hommes, éliminés !

Comme il fallait s’y attendre le miracle n’a pas eu lieu pour les Aigles Dames et Hommes à l’occasion de leurs matchs retour joués respectivement au Nigéria et au Sénégal. Si l’élimination des Aigles Dames était prévisible malgré le résultat obtenu à l’aller (1-1) face au Nigéria par contre l’élimination des Aigles Hommes face au Sénégal laisse un goût amer pour le public sportif malien.

match amicale aigle dame football feminin

Balayés par 8 buts à 0 au retour après avoir tenu en échec au match aller par les Super Eagles du Nigéria(1-1), les Aigles Dames n’ont pas à rougir de cette lourde défaite même si elle est synonyme d’élimination pour les Jeux africains de 2015. Par contre l’élimination des Aigles Hommes par le Sénégal est un coup dur pour le football malien. Si l’équipe s’est bien comportée au match retour au Sénégal (1-1) force est de reconnaitre que c’est à Bamako que l’entraineur Cheick Oumar Koné a failli en faisant appel à des joueurs évoluant en 2e division alors que le potentiel ne manque pas du tout en première division.  Conséquence directe son équipe a été tenue en échec à Bamako deux buts partout.  Ce qui a été fatal au match retour avec le 1 but partout au match retour. On comprend maintenant pourquoi Cheick Oumar Koné a été toujours marginalisé par Henry Kasperczak au sein de l’équipe première. La question qui se pose aujourd’hui  c’est de savoir si Cheick Oumar Koné sera aux côtés d’Alain Giresse ou bien il restera à la tête de l’équipe Espoirs pour les éliminatoires du CHAN où le Mali affrontera la Guinée Bissau.

Rassemblées par Saïd      

Source: Mutation

AFRIQUE: ISSA HAYATOU TRAVERSE UNE ZONE DE TURBULENCE

Critiqué pour l’attribution de la Can 2017 au Gabon, le président de la Confédération africaine de football (Caf) reste serein et n’entend, sous aucun prétexte, quitter le navire qu’il pilote depuis 27 ans.

Issa Hayatou president caf

La désignation, il y a une semaine, du Gabon, comme pays organisateur de la Coupe d’Afrique des nations 2017 est certainement la goutte d’eau de trop. Le petit état d’Afrique centrale se relève à peine après avoir organisé la Can en 2012, conjointement avec son voisin, la Guinée équatoriale (qui récidive également en 2015). Et pourtant, le bureau exécutif de la Confédération africaine de football vient à nouveau de décider que la phase finale de la prochaine Coupe des nations senior se jouera au Gabon.

Si Libreville, du chef de l’État Omar Bongo Ondimba aux responsables sportifs, en passant par des joueurs et les populations très euphoriques à l’annonce de cette nouvelle, salue à tout rompre cette décision, il s’avère, par ailleurs, que d’autres capitales africaines crient au scandale, à la manipulation et même à la corruption des responsables de la Caf. En clair, beaucoup de personnes voient d’un mauvais œil le choix du Gabon, alors que la Can 2019 a déjà été attribuée à son voisin Cameroun, pays d’origine du président Issa Hayatou.

En comparaison, le Nord du continent fait figure de parent pauvre. Déjà recalée pour les éditions 2019 et 2021, l’Algérie malgré des infrastructures sportives de qualité, un réseau de communication ultra moderne, des sites d’hébergement futuristes, des moyens de transport futuristes, bref un dossier en béton, voit celle de 2017 lui filer sous le nez, après que la Libye et le Maroc, pour des raisons diverses, aient jeté l’éponge.

Surprenant eu égard à la qualité supérieure du dossier algérien. Le choix des 14 membres du Comité exécutif de la Caf étonne à plus d’un titre. Présentée comme la grande favorite pour l’organisation de la Can 2017, l’Algérie s’est inclinée face au Gabon qui a n’a pas hésité à invoquer la menace djihadiste. Un argument sécuritaire qui a influencé les votes. Un ressortissant d’Afrique du Nord rencontré à Yaoundé mardi déclare à ce titre: «la Coupe d’Afrique élit domicile en Afrique centrale, la région de son président».

Tensions sportives.

Cette tension est née il y a quelques mois. En invoquant le risque lié à la propagation du virus Ebola, le Maroc renonce à l’organisation de la Can du 17 janvier au 8 février 2015. Le changement de date exigé par le Royaume chérifien oblige la Caf à choisir, au pied levé, la Guinée équatoriale. Frappé lourdement sur les plans sportif (une suspension pour les Can 2017 et 2019, après avoir manqué de facto celle de 2015) et financier d’une amende de 1 million de dollars (500 millions de Fcfa environ) et une autre de 4 milliards environ pour dommages et intérêts), le Royaume a contesté ces sanctions devant le Tribunal arbitral du Sport et obtenu gain de cause, infligeant par là même un terrible camouflet à la Caf, accusée d’avoir pris des décisions arbitraires.

Menacée également d’exclusion de la Can 2017 pour avoir mis en doute la probité de l’arbitrage de son quart de finale face au pays organisateur lors la récente Can en Guinée équatoriale, la Tunisie avait vu la Caf passer l’éponge après avoir présenté des excuses. Mais la guerre des communiqués entre la Fédération tunisienne et l’instance avaient laissé des traces. Quant au club algérien de la JS Kabylie, exclu des compétitions africaines pour deux ans suite à l’assassinat dans les vestiaires de l’attaquant Albert Ebossé, il avait également eu gain de cause devant le TAS.

Le décès tragique du buteur camerounais de la JS Kabylie tué par un de ses propres supporters dans l’enceinte du stade de Tizi Ouzou le 27 août 2014, aura apporté un argument inespéré au Gabon. Quitte à insister dans l’analyse sur l’insécurité autour des matchs de championnat . Cet agenda judiciaire chargé n’aura pas contribué à la popularité des pays maghrébins auprès de la Caf. Les rapports entre Issa Hayatou et le président de la Fédération algérienne de football Mohamed Raouraoua sont nettement refroidis ces dernières semaines.

La décision prise par Raouraoua de ne pas briguer de nouveau mandat au comité exécutif de la Fifa, début avril (la Caf a élu le Tunisien Tarek Bouchamaoui et le Congolais Constant Omari) aurait ainsi été mal perçue par Issa Hayatou. A ce jour, le divorce semble définitivement consommé avec ses anciens partenaires. Ces derniers estiment qu’après 27 ans de présidence, le Camerounais devrait renoncer à son strapontin. Ce que n’envisage même pas le concerné.

© Source : La Météo

Athlétisme : LE CNOS OFFRE 15 MILLIONS DE F CFA A LA FEDERATION

Il y a quelques mois, la Fédération malienne d’athlétisme (FMA) avait sollicité le Comité national olympique et sportif (CNOS) pour le financement de son programme de développement de la structure nationale. Hier, le CNOS a répondu favorablement à la demande de la FMA en débloquant une enveloppe de 15 millions de F cfa pour la formation et l’achat de matériels sportifs. La cérémonie de remise du chèque s’est déroulée au siège du CNOS en présence de plusieurs personnalités dont le 2è vice-président de la FMA, Danki Maïga, le vice-président du Comité national olympique et sportif, Tidiani Niambélé et le Directeur exécutif du comité, Oumarou Tamboura.

athlete malien stade omnisport modibo keita
Avant de remettre le chèque à Danki Maïga, Tidiani Niambélé rappellera que le choix de la FMA fait suite au projet de développement de la structure nationale qui a été présenté au CNOS il y a quelques mois par l’instance dirigeante de l’athlétisme national. «Nous avons beaucoup apprécié le projet de la Fédération malienne d’athlétisme, elle a élaboré un bon plan de développement, soulignera le vice-président du Comité national olympique et sportif. Cet appui financier, indiquera-t-il, vient de la Solidarité olympique qui, tous les deux ans, apporte son soutien aux associations sportives à travers les Comités nationaux olympiques».
«L’athlétisme, poursuivra Tidiani Niambélé, est à la base de toute la pratique sportive, c’est la discipline la plus importante du mouvement olympique. Le Comité national olympique et sportif mettra tout en œuvre pour la réussite de ce programme de développement de la structure nationale».
Auparavant, le 2è vice-président de la Fédération malienne d’athlétisme avait témoigné sa reconnaissance à la Solidarité olympique et précisé que les 15 millions octroyés par le CNOS serviront à la formation de 32 entraîneurs de niveau IAF et 30 officiels et à l’achat de matériels sportifs.
«Le programme que nous avons soumis au Comité national olympique et sportif s’étend d’avril à septembre 2015. Grâce à cet appui, beaucoup d’activités pourront être menées comme la formation des entraîneurs et d’officiels de niveau IAF et la fédération envisage également d’acheter quelques matériels sportifs», indiquera Danki Maïga.

S. B. TOUNKARA

source : L Essor

TP Mazembé : CARTERON, «J’AI BEAUCOUP DE SOUVENIRS ET D’AMIS AU MALI»

Arrivé à Bamako depuis dimanche avec ses joueurs, l’ancien sélectionneur des Aigles annonce que son ambition est de prendre une option pour la qualification à la phase de poules dès cette première manche

patrice carteron entraineur selectionneur aigles tp mazembe

Le Stade malien et le TP Mazembé s’affrontent samedi au stade Modibo Keïta au compte du match aller des 8e de finale aller de la Ligue des champions. Les Corbeaux (surnom du TP Mazembé) sont arrivés à Bamako depuis dimanche c’est-à-dire une semaine avant la rencontre. Les «Mazembiens» martèlent à qui veut l’entendre que leur objectif est d’obtenir un bon résultat dès cette manche aller.
Les protégés du coach Patrice Carteron se trouvent dans un grand hôtel de Bamako situé à l’ACI 2000 d’Hamdallaye mais l’équipe s’entraîne au Centre d’entraînement pour sportifs d’élite Ousmane Traoré de Kabala et au terrain de Lafia club de Bamako (LCBA). L’ancien sélectionneur des Aigles du Mali (août 2012-mars 2013) et ses joueurs affrontent les Blancs pour la 4è fois après les confrontations de 2010 et 2013.
«J’ai beaucoup de souvenirs et d’amis ici, ça me fait énormément plaisir de poser les pieds sur le sol malien, avoue le technicien français que nous avons rencontré hier. La dernière fois ça a été un peu difficile parce qu’on était un peu proche de mon départ mais on a su se concentrer sur l’essentiel : le match et le résultat. Cette fois, je reviens avec beaucoup d’ambitions et de plaisirs de retrouver Bamako en étant ici à l’hôtel à 200 m de l’endroit où j’habitais. Ça me rappelle forcément de beaux souvenirs», ajoutera Patrice Carteron.
Pourquoi les Corbeaux ont décidé de venir au Mali une semaine à l’avance ? «Le respect par rapport à l’adversaire et par rapport aux conditions. C’est pour ces raisons que nous avons décidé de venir tôt, répond l’ancien sélectionneur des Aigles. On était à Kinshasa, c’est déjà très loin Lubumbashi.
On a décidé de venir directement ici et préparer le match dans les meilleures conditions et pour que les joueurs puissent s’adapter au climat et puis se donner les moyens de rivaliser avec le Stade malien». Depuis 2010, le TP Mazembé va disputer son 4e match contre le Stade malien. La première fois c’était lors de la Super coupe remportée par l’équipe de Lubumbashi (2-0).
En 2013, les deux équipes se sont retrouvées en demi-finale et le TP Mazembé, dirigé par Patrice Carteron, s’est imposé à aller (2-1 à Bamako) comme au retour (1-0 à Lubumbashi). Ces résultats favorables au TP Mazembé avantagent-ils les Corbeaux ? «Ce serait prétentieux de dire que nous sommes confiants. Nous sommes respectueux.
On a envie de faire un grand match. On se doit d’être performant. C’est l’objectif de cette saison. On est condamné de faire un grand match face au Stade malien si on veut faire un bon résultat», dira Patrice Carteron. Et d’ajouter : «Le passé est une chose, les deux effectifs ont beaucoup évolué. C’est délicat de faire une comparaison par rapport à la dernière demi-finale».
Contrairement à ce que nous écrivions dans notre édition d’hier, il y a 5 joueurs maliens dans l’effectif du TP Mazembé et non 4. Ces joueurs ont pour nom : Cheïbane Traoré, Salif Coulibaly, Adama Traoré, Boubacar Diarra et Ousmane Cissé mais ce dernier n’est pas qualifié pour ces 8ème de finale. «Aujourd’hui les titulaires de l’équipe sont Salif Coulibaly et Boubacar Diarra. Les deux sont les piliers défensifs de l’équipe depuis des mois, indique Patrice Carteron. Adama Traoré lui, est en concurrence aujourd’hui avec Rainford Kalaba, qui n’est autre que le capitaine de l’équipe de Zambie.
Je suis très heureux et fier de lui. Cheibane Traoré a aussi beaucoup de concurrence à son poste. Ousmane Cissé qui est présent avec nous n’est pas sur la liste CAF, précise le technicien français. On a trois autres joueurs maliens en prêt au Don Bosco : le gardien Ibrahima Mounkoro qui est entrain de faire une saison fantastique, Lassana Diarra aujourd’hui meilleur buteur du championnat et Alou Bagayoko qui fait également une très bonne saison avec l’équipe actuellement en tête du Play off. Les joueurs maliens vont très bien et ils se sont bien adaptés là-bas».
Né le 5 juin 1995, Adama Traoré est sélectionnable pour la Coupe du monde U20 en Nouvelle-Zélande et Patrice Carteron pense que le joueur peut apporter un plus aux Aiglons. «C’est notre joker de luxe. Au TP Mazembé, la concurrence est rude avec Roger Assalé, international ivoirien, Salomon Asante, international ghanéen, et Rainford Kalaba, capitaine de la Zambie.
Dans n’importe quelle équipe il serrait titulaire, assure Patrice Carteron. A chaque fois qu’il a l’occasion de jouer que ce soit en tant que titulaire ou joker, il est toujours très performant. Je suis très heureux de sa prestation. Je vois mal le Mali se passer d’un tel atout pour la prochaine Coupe du monde».
Quel est l’objectif des Corbeaux cette année ? «Quand vous êtes entraîneur du TP Mazembé, le minimum c’est de gagner le championnat et la Champion’s league, martèle le technicien français. C’est comme ça. Notre public ne comprend pas autre chose que ça et le Chairman (président du club, ndlr) est très ambitieux», insistera Patrice Carteron.

L. M. DIABY

source : L Essor

Côte d’Ivoire : Imbroglio autour des primes des Eléphants

Face à la persistance d’une rumeur faisant état du non-versement des primes de la CAN 2015 à certains membres de la délégation ivoirienne présents en Guinée Equatoriale, le ministère des Sport monte au créneau.*
gardien but ivoirien Copa Barry joueur football elephant

Le ministère des Sports ivoirien hausse le ton. Face à une rumeur intempestive relayée par une partie des tabloïds locaux au sujet du non-versement de certaines primes des Eléphants vainqueurs de la CAN 2015, l’instance a tenu à réagir dans un communiqué.

Depuis quelques semaines, certains médias se font l’écho d’une information selon laquelle des primes des Eléphants séniors, vainqueurs de la Coupe d’Afrique des nations 2015 n’auraient pas été payées. Par courrier N°354 du 17 mars 2015, le ministre de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs a saisi la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) aux fins de vérifier l’information et partant, obtenir d’elle la liste des concernés et les montants dus“, a notamment fait savoir l’organe du gouvernement, avant de conclure : “A ce jour, cette requête est restée sans suite au point qu’il conviendrait de s’interroger sur les motivations réelles des instigateurs de ces rumeurs.

Faute d’avoir eu des noms de joueurs ou membres du staff d’Hervé Renard qui n’auraient pas perçu leurs primes, le ministère entend désormais “poursuivre devant les juridictions compétentes les auteurs de ces allégations tendant à porter atteinte à son honorabilité et à jeter le discrédit sur son département.

Pour rappel, après le titre de champion d’Afrique décroché à la CAN 2015, chaque joueur de la sélection ivoirienne a reçu du président Alassane Ouattara l’équivalent de 90 000 euros. Somme répartie comme suit : une maison d’une valeur de 46 000 euros et le reste remis en espèce à chaque Eléphant. De son côté, le sélectionneur Hervé Renard a reçu 114 000 euros, alors que son staff technique a obtenu 460 000 euros à se partager.

Source: afrik

Kolon rattrape par ses casseroles

Ce document, daté du 12 décembre 2013, administre la preuve, selon laquelle le président de la Fédération Malienne de Football et son vice-président s’en sont mis plein la besace. Des billets d’avion, Bamako-Paris-Bamako, ont été facturés à 8,6 millions CFA ; alors que leur prix réel sur le marché n’excède pas 1,26 million CFA. Plus grave encore, ces billets ont été vendus à la FEMAFOOT par l’Agence « Azur Voyage-SARL », dont le patron n’est autre que le vice –président de cette même FEMAFOOT.

femafoot federeation malienne football

Rappelez-vous, dans notre dernière édition, nous annoncions à la une du palmipède : « détournements de fonds à la FEMAFOOT : les preuves qui accablent !».

Et comme au Canard déchaîné, nous ne sommes pas du genre à jeter le manche après la cognée, nous avons décidé, cette semaine, de publier la preuve de ce détournement, opéré  à la faveur d’une surfacturation qui ne dit pas son nom.

Sur cette facture, trois billets d’avion ont été facturés à des prix qui donnent le tournis, par l’agence « Azur voyage » de Boukary Sidibé, dit « Kolon », vice-président de la FEMAFOOT. Destiné à Boubacar Diarra, président de la FEMAFOOT, le premier billet Bamako-Paris-Bamako a été facturé à 4.024.100 CFA ; le  second, attribué à Boukary Sidibé lui-même à 3.223.500 CFA et le troisième, appartenant à un certain Ousmane Thièrno Diallo à 1.369.500 CFA. Soit un total de 8.617.100 CFA.

Or, sur le marché le prix du billet Bamako-Paris-Bamako n’excède pas 410.000 CFA. Soit 1.260.000 CFA pour les trois billets d’avion. Alors question : où est donc passé le reste, c’est-à-dire les 7. 357.100 CFA ? Bien malien, qui pourrait le dire.

Cette entorse à l’orthodoxie financière n’est pas le seul fait reproché au président de la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT) et à son vice-président. Loin s’en faut. De source bien informée, ils seraient à l’origine du découvert de 300 millions CFA, contracté à la Bank Of Africa (BOA) par la FEMAFOOT. Et cela, sans que les autres membres de la « Fédé » soient informés de la destination de cette manne financière.  Autres détournements, autres lieux : la villa censée être occupée par l’ex-sélectionneur des Aigles, Henri Kasperzack. Louée à 750.000 CFA par mois, cette villa n’aurait jamais été occupée par l’ex-sélectionneur national.  Mais plutôt, par Boukary Sidibé, dit «  Kolon » qui, toujours selon nos informations, en aurait fait un lieu de villégiature. S’y ajoutent les sulfureux dossiers, liés à l’éclairage et au gazonnage de certains terrains de football. Dossiers sur lesquels nous reviendrons dans nos prochaines éditions.  Du coup, des voix s’élèvent pour demander des comptes au président de la Fédération Malienne de Football et à son vice-président. Qui se murent dans un silence assourdissant.  Un audit, en bonne et due forme,  s’impose afin de voir clair dans cette affaire. Qui prend, au fil des jours, l’allure d’une véritable « affaire d’Etat ».

Nous y reviendrons !

 

Oumar Babi

Source: Canard Déchainé

Le salaire de Giresse : 13 ou 16 millions CFA par mois ?

Le salaire du nouveau sélectionneur des Aigles, Alain Giresse, fait l’objet de mystère. Un épais mystère. Personne, ou presque, ne semble connaître son salaire mensuel. Même la presse, dite sportive, semble avoir perdu son latin. Certains annoncent, sans être convaincus, 13 millions CFA par mois. D’autres, 16 millions CFA. Soit le double de ce qu’il touchait, quand il dirigeait les Lions du Sénégal.

alain giresse entraineur coach sélectionneur nationale aigle mali

Pourquoi donc une telle complaisance, vis-à-vis de celui qui avait abandonné l’équipe nationale du Mali pour celle du Sénégal sans avoir, au préalable, annoncé sa démission ? Cache-t-elle une magouille, comme du temps de Kasperzack ?

Le salaire officiel d’Henri Kasperzack, ex-sélectionneur des Aigles, serait de 16 millions CFA par mois. Alors que, officieusement, il toucherait 10 millionsCFA. La différence, c’est-à-dire 6 millions CFA, serait partagée entre les « intouchables » de la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT)

Alors question : le salaire de Giresse a-t-il été  revu à la hausse pour la même raison ?

Décidément, plus rien n’étonne à la FEMAFOOT !

Oumar Babi

Source: Canard Déchainé

Éliminatoire CAN «Gabon 2017» Les Aigles doivent assumer leur leadership dans le groupe C

Le tirage des groupes de la Can Orange 2017 a eu lieu le 8 avril dernier au Caire en Egypte. Quelques minutes avant, la 31ème phase finale de cette compétition avait été attribuée au Gabon aux dépens de l’Algérie et du Ghana également candidats à cette organisation. Pour franchir le cap des éliminatoires, le Mali doit finir premier du groupe C qu’il partage avec la Guinée-Equatoriale, le Bénin et le Soudan du Sud. Un tirage jugé clément par les chroniqueurs sportifs.

equipe national football mali aigles seydou keita

Effectué le 8 avril au Caire (Egypte), le tirage au sort de la 31ème phase finale de la Can «Gabon 2017» a placé le Mali dans le groupe C avec la Guinée Equatoriale (pays hôte de la dernière édition), le Bénin et le Soudan du Sud. Un tirage que les observateurs trouvent peu compliqué pour le Mali. Même s’il n’y a plus de petits poucets dans les éliminatoires. Pour se qualifier, les Aigles doivent finir à la première place de ce groupe C, dans le pire des cas, être l’un des deux meilleurs deuxièmes de cette phase éliminatoire.

Sans nourrir de complexe de supériorité, les responsables techniques de l’Equipe nationale senior du Mali, les Aigles, se disent confiants. «C’est un groupe qui nous permet d’éviter l’Egypte ou l’Afrique du Sud, mais qu’il faudra prendre au sérieux face à des équipes qui ne sont pas citées comme les meilleures d’Afrique», a confié à la presse le nouveau sélectionneur du Mali, Alain Giresse.

Satisfait ? «Oui, bien sûr, car on aurait pu se retrouver à la place du Congo. On aurait pu tomber aussi dans le groupe G qui me paraît (avec l’Egypte et le Nigéria) très ouvert. Mais, pour respecter tous les adversaires, je crois que ce groupe C est très homogène et on aura fort à faire», pense pour sa part Mohamed Magassouba, Directeur technique national (DTN) de la Femafoot. Il ajoute : «C’est sûr qu’on a évité le plus difficile, mais on se retrouve dans un groupe correct avec un habitué, un illustre inconnu et un récent demi-finaliste. Rien ne doit être négligé».

Pour le technicien français, Giresse, «un match se joue sur le terrain et c’est ce qui compte. Avec la Fédération, nous allons mettre en place un programme qui nous permette de préparer l’équipe dans les meilleures conditions».

L’encadrement technique des Aigles du Mali est aussi conscient que la logistique sera évidemment très importante. «Les déplacements et les hébergements devront être traités de façon très professionnelle», espère Alain Giresse, présentement en Europe pour prendre des contacts avec des joueurs susceptibles d’intégrer le groupe en gestation pour ces éliminatoires de la Can 2017.

Le président de la Femafoot, Boubacar Baba Diarra, s’est engagé sur les médias à créer les conditions idoines pour non seulement permettre à la sélection nationale de son pays de se qualifier, mais aussi de réaliser une bonne phase finale dans deux ans au Gabon.

Il faut rappeler qu’à l’issue de cette phase éliminatoire, les premiers des 13 groupes seront qualifiés pour la phase finale de «Gabon 2017» ainsi que les deux «meilleurs deuxièmes» des éliminatoires.

Moussa BOLLY

Source: Le Reporter

Cyclisme, Grand prix Pr Dioncounda Traoré : N’TJIBALA REMPORTE L’EDITION INAUGURALE

La première édition du Grand Prix Pr Dioncounda Traoré s’est déroulée samedi dernier sur le boulevard de l’Indépendance. La course était présidée par le président de la Fédération malienne de cyclisme (FMC), Amadou Togola en présence du parrain, Pr Dioncounda Traoré. Cette première édition du Grand Prix Dioncounda Traoré a mis aux prises les cyclistes issus de 12 clubs : l’équipe de Kignan, N’Tjibala A et B, Koumatoun A et B, Bamako A, B et C, l’équipe mixte Bamako Kignan A et B et Niena B et C.

cyclisme course velo trophe prix dioncounda traore ancien president malien
Les coureurs se sont affrontés sur une distance de 10 km, soit 5 tours du boulevard de l’Indépendance. C’est l’équipe du club N’Tjibala qui a dominé les débats avec un temps record de 15’15’’17, franchissant la ligne d’arrivée devant Bamako A (15’17’’97) et l’équipe mixte Bamako Kignan A (15’34’’73). N’Tjibala devient ainsi la première équipe à inscrire son nom au palmarès de cette course lancée par la Fédération malienne de cyclisme pour rendre hommage au Pr Dioncounda Traoré, ancien président de la République par intérim.
Pour le premier responsable du cyclisme malien, Dionconda Traoré «a tout donné au Mali et c’est pour lui rendre hommage que la Fédération malienne de cyclisme a décidé de lancer ce Grand prix». L’un des temps forts du Grand prix a été la course contre la montre Une épreuve remportée par le club N’Tjibala A dont l’équipe était composée de coureurs rompus à ce genre d’exercice : Bréhima Diarra meilleur rouleur et capitaine de l’équipe, Birama Coulibaly meilleur grimpeur, Salia Diarra et Issiaka Coulibaly. N’Tjibala a réalisé un chrono de 15’15’’75 contre 15’17’’97 et 15’34’’73, respectivement pour Bamako A et l’équipe mixte Bamako Kignan A. Le vainqueur a reçu une enveloppe de 200.000Fcfa contre 100. 000Fcfa pour le deuxième et 75. 000Fcfa pour le troisième.

Seïbou S. KAMISSOKO

source : L Essor

Championnat national : LE DJOLIBA SE RAPPROCHE DU PELOTON DE TETE

Vainqueurs 2-0 de l’Avenir club en clôture de la 12è journée, les Rouges affichent désormais 20 points au compteur et ne comptent plus que 2 unités de retard sur le troisième du classement, le Réal

Ahcène Aït-Abdelmalek entraineur selectionneur djoliba

La 12è journée du championnat national a pris fin dimanche dernier avec la rencontre entre le Djoliba et l’Avenir club de Tombouctou. Sans surprise, les pensionnaires de Hèrèmakono se sont imposés 2-0 grâce à un doublé de Mohamed N. Cissé (58è, 90è minutes). Mais si les Rouges ont dominé leurs adversaires de la tête et des épaules, il faut aussi admettre que les joueurs de la ville des 333 Saints ont été beaucoup handicapés par l’expulsion prématurée du keeper capitaine Mahamane Baye.
On jouait la 41è minute : suite à un contre rapide des Djolibistes, le gardien de l’Avenir club sort de sa surface et touche le ballon de la main. Sans hésiter, l’arbitre central Aly Sangho sort le carton rouge et expulse le capitaine de Tombouctou. C’est le tournant du match pour les visiteurs dominés dans le jeu, mais qui avaient jusque-là réussi à annihiler les assauts adverses.
Dès le coup d’envoi de la partie, les joueurs de Hérémakono s’étaient lancés à l’assaut du camp adverse et avaient multiplié les alertes dans la surface de Mahamane Baye. Tour à tour, Falaye Sacko (7è et 8è min), Siaka Bagayoko (18è min) et Mohamed N. Cissé (25è min) buteront sur l’arrière-garde de l’Avenir club, manquant de précision dans le dernier geste. Moussa Sissoko (33è min) et Siaka Bagayoko (35è min) n’auront pas plus de réussite face au keeper Mahamane Baye et c’est sur le score nul et vierge que les deux équipes regagneront les vestiaires à la mi-temps. Mais à quatre minutes de la fin de la première période, le gardien de Tombouctou se fera expulser après avoir contrôlé le ballon de la main en dehors de sa surface de réparation (41è min).
Au retour des vestiaires, les Djolibistes continueront leur domination et vont se créer plusieurs occasions qu’ils ne concrétisent pas. Il faudra attendre l’heure de jeu pour voir Mohamed N. Cissé libérer les siens. Suite à un coup franc de Siaka Bagayoko, l’attaquant de Hérémakono saute plus haut que tout le monde et place une tête imparable (58è min, 1-0).
Bien qu’évoluant en infériorité numérique, les visiteurs ne baissent pas les bras. Au contraire, ils tentent le tout pour le tout afin de revenir au score et arracher le nul. Mais à la dernière minute du temps réglementaire, Mohamed N. Cissé (encore lui) porte l’estocade aux Toumbouctiens en inscrivant le deuxième but de son équipe (90è min, 2-0). Grâce à ce succès, le Djoliba grignote quelques places au classement et occupe désormais le 6è rang avec 20 points au compteur contre seulement 6 points pour l’Avenir club lanterne rouge du championnat.
«Ce soir (dimanche, ndlr), les jeunes ont donné tout ce qu’ils avaient dans les tripes pour avoir les trois points. Ils ont été combatifs durant toute la rencontre, je les félicite et les encourage dans ce sens», commentera l’entraîneur du Djoliba, Ivan Minnaert. Pour le technicien de l’Avenir club, cette nouvelle défaite confirme les difficultés de ses joueurs à négocier les matches à l’extérieur et le manque de réalisme devant le but.
«Je suis très déçu, depuis le début de ce championnat, l’équipe n’arrive pas à gagner à l’extérieur, aussi elle pèche toujours dans la finition», analysera Abdramane Touré en promettant de tout mettre en œuvre pour corriger ces lacunes dans un bref délai.
Djènèba BAGAYOKO

Dimanche 12 avril au stade Modibo Keïta
Djoliba-Avenir club : 2-0
Buts de Mohamed N. Cissé (58è, 90è minutes).
Arbitrage d’Aly Sangho assisté de Drissa Niaré et Makan Keïta.
Expulsion de Mahamane Baye de l’Avenir club (41è minutes).
Djoliba : Adama Keïta, Seydou Diallo, Saïdouba N’Diaye, Youssouf Traoré, Hamidou Maïga, Soumaïla Sidibé, Issa Traoré (cap) (Mahamadou Cissé), Moussa Sissoko (Tidiane Koné), Falaye Sacko, Siaka Bagayoko (Ismaïla Diarra) et Mohamed N. Cissé. Entraîneur : Ivan Minnaert.
Avenir club : Mahamane Baye (cap) Mahamane Abdoulaye, Youssouf Diarra, Mahamadou Sanogo, Ousamne Hallé Cissé, Seydou Traoré, Christophe Abouta, Ibrahim Moulaye Ibrahim Camara, Lona Ousmane Dembélé (Moussoudou Ibrahim), Mohamed Baha Kounta. Entraîneur : Abdramane Touré.

TOUS LES RéSULTATS
Djoliba-Avenir club : 2-0
Nianan-AS Sabana : 1-1
CSK-ASOM : 1-0
COB-Mamahira : 1-1
Stade malien-AS Police : 2-1
Onze Créateurs-AS Bakaridjan : 2-2
Réal-USFAS : 3-1
CSD-ASB : 2-0

Jeux africains : LES AIGLES ESPOIRS RESTENT A QUAI

Le football malien ne sera pas présent aux Jeux africains de Brazzaville en novembre prochain. Après la sélection nationale féminine écartée par le Nigeria (1-1 à l’aller puis 8-0 au retour au Nigeria), l’équipe nationale masculine a été éliminée à son tour par le Sénégal, suite au nul 1-1 concédé à M’Bour par les protégés de Cheick Oumar Koné.
Au match aller à Bamako, Abdoulaye Traoré «Abedi» et ses coéquipiers avaient été tenus en échec 2-2 par les Lions espoirs du Sénégal et c’est donc à la faveur des 2 buts marqués à Bamako que les Sénégalais se sont qualifiés.
Dimanche au stade M’Bour, la sélection nationale espoir a ouvert le score (but de Sidi Yaya Traoré à la 15è minute) et mené au tableau d’affichage jusqu’à l’heure de jeu, avant de concéder le nul 1-1 (but de Moussa Koné à la 63è minute) synonyme d’élimination pour notre pays. A l’instar du Mali, le Cameroun, la Côte d’Ivoire ont également été éliminés de la compétition et ne seront pas présents à Brazzaville en novembre.
S. B. T.

Dimanche 12 avril au stade de M’Bour
Sénégal-Mali : 1-1
Buts de Moussa Koné (63è min) pour le Sénégal, Sidi Yaya Traoré (15è min) pour le Mali.
L’équipe du Mali : Germain Berthé (cap), Issiaka Samaké, Souleymane Coulibaly, Mamadou Doumbia, Issa Keïta, Diadié Samassékou, Alou Dieng, Abdoulaye Traoré, Abdoulaye Diarra (Aboubacar Tounkara), Sidy Yaya Traoré, Adramane Traoré (Aly Guindo). Entraîneur : Cheick Oumar Koné.

source : L Essor

Arts martiaux : ACL SOUFFLE SES 22 BOUGIES

 

ju jitsu kung fu karate judo arts martiaux

L’Association des Clubs lung tao (ACL) a fêté son 22è anniversaire samedi dernier. La cérémonie s’est déroulée au centre Chéché Dramé de Niamakoro, en présence de plusieurs grands maîtres d’arts martiaux dont Cheick Coulibaly le père fondateur du Kung fu wushu au Mali, Yacouba Coulibaly le président de l’ACL et le parrain, Konimba Sidibé, ancien député à l’Assemblée nationale. L’un des temps forts de la cérémonie a été la séance de démonstration des combattants de wushu et l’hommage rendu à feu Cheick Koné qui a été arraché à l’affection du monde des arts martiaux en 1998, suite à un accident de voiture. «Cela fait 17 ans, jour pour jour, que disparaissait notre illustre maitre, feu Cheick Koné qui a consacré toute sa vie à la promotion de cette discipline», dira le secrétaire général de l’ACL dans son allocution d’ouverture. Il précisera que le Mali compte aujourd’hui plus de 800 disciples de Kung fu wushu dont une quarantaine de ceintures noires. Depuis plusieurs années, ACL organise régulièrement des compétitions et participe à toutes les activités de la ligue du District et de la fédération, soulignera-t-il, avant de lancer un appel à toutes les bonnes volontés pour aider l’association à se doter d’équipements indispensables à la pratique de la discipline. «Le manque de matériels constitue un handicap pour le développement de la discipline au Mali. Aujourd’hui, nous avons besoin de tapis de combat, de plastrons, de gangs de boxe etc…», plaidera Mamady Kaman Kanté.
Parmi les clubs présents à la cérémonie, on peut citer, entre autres, le Pochi lam club, le Lung tao club junior, le Club shitokan de Me Mamadou Samaké, le Lung tao club 1, 2 et 3, le Club taekwondo de Me Magassa, le Club Dragon rouge et le Chao Ping club de Daoudabougou.
S. TANGARA

source : L Essor

Ligue des sports équestres du District : SOULEYMANE MAKAMBA DOUMBIA AUX COMMANDES

Depuis samedi on connaît le nom du nouveau président de la ligue des sports équestres du District. Il s’agit de Souleymane Makamba Doumbia qui a été élu à la tête de l’instance dirigeante des sports équestres de la capitale à l’issue de l’Assemblée générale élective qui s’est déroulée dans la salle de conférence de la Direction du sport militaire (ex-SNJ).

Champ hippique course chevaux
L’assemblée était présidée par le 3è vice président de la Fédération malienne des sports équestres, Seydou Kida, en présence des représentants du maire du District, Seydou Ousmane Diallo, du Comité national olympique et sportif, colonel Ibrahima Diabaté, de la Direction nationale de la jeunesse et des sports, Demba Dansogo et du directeur du Champ hippique de Bamako, Modibo Bagaga.
Seul candidat au poste de président de la ligue du District, Souleymane Makamba Doumbia a été élu avec 49 voix contre 3 bulletins nuls. Les postes de premier et deuxième vice-présidents sont revenus, respectivement à Cheick Tidiane Keïta et Abdoulaye Doudou Touré, tandis que Zoumana Traoré et Mamoutou Diarra héritent, respectivement des postes de secrétaire général et de commissaire général des courses.
Dans sa première déclaration le nouveau patron de la ligue a d’abord remercié les électeurs pour la confiance placée en lui avant de promettre que sa première mission sera de rassembler tous les acteurs des sports équestres du Mali.
«Je remercie les propriétaires de chevaux, les électeurs, bref tous ceux qui ont voté pour moi aujourd’hui. Ma première mission en tant que premier responsable de la ligue des sports équestres, sera de rassembler tous les acteurs des sports équestres du Mali», dira Souleymane Makamba Doumbia.
«Nous avons traversé une période de crise et il y a encore des séquelles mais tout cela appartient désormais au passé. Il faut réconcilier tous les acteurs des sports équestres», insistera le nouveau patron de la ligue du District qui va devoir démissionner de son poste de premier vice-président de la Fédération malienne des sports équestres pour diriger la ligue. 24 heures après l’Assemblée générale élective de la ligue, le président directeur général de Sylla Transit, Seydou Sylla a organisé une course à l’honneur de la nouvelle équipe dirigée par Souleymane Makamba Doumbia.
Au total, 60 chevaux repartis en trois catégories (les Petits chevaux, les Demi-cracks et les Cracks) ont participé à cette course. Une fois n’est pas coutume, les Petits chevaux ont été repartis en deux groupes.
La première course sera remportée par Boboli Niaré devant Rental et Allah Kabo, tandis que le tiercé gagnant de la deuxième épreuve sera composé d’Alberto, d’Africable et de Bon fils.
Chez les Demi-cracks qui se sont affrontés sur la distance de 2200 mètres, Yaye Jo qui a dominé les débats devant Djénné et Konoba. Quant à la course des Cracks elle a été remportée par Mansour et son jeune jockey, Cheickné Haïdara, tandis que les deuxième et troisième places sont revenues, respectivement à Union et Walegnouma.

B. THIERO

source : L Essor

Giresse règle ses comptes avec le Sénégal: «C’est un football qui se considère au delà de ses véritables résultats »

Dans un entretien accordé à Webfootballclub, Alain Giresse, l’actuel sélectionneur du Mali, est revenu sans langue de bois sur son départ du Sénégal, survenu après l’échec des Lions à la CAN 2015.

alain giresse entraineur coach sélectionneur nationale aigle mali

« Parce que ça devenait une situation trop compliquée. J’étais en fin de contrat, j’ai demandé à ce qu’on me propose quelque chose parce que ce n’était pas terminé, mais ils n’ont pas pris conscience du travail qui a été fait et qui était mis en place », a expliqué Alain Giresse à nos confrères de Webfootballclub.

« C’est mon regret, car il y a une partie de la presse qui retourne l’opinion publique et qui était contre ma manière de travailler malgré les résultats », a ajouté le technicien français, pour qui les Lions de la Teranga ont manqué d’« un petit peu d’expérience, de réussite. Le groupe aurait aussi dû être plus solidaire qu’il ne l’a été. »

Alain Giresse, qui n’a pas tardé à rebondir au Mali, persiste par ailleurs à penser que le football sénégalais se surestime. « C’est un football qui se considère au delà de ses véritables résultats, juge l’ancien international tricolore.

Ont-ils gagné une Coupe d’Afrique des Nations ? Non. Ces dernières années, étaient-ils présents en 2010 ? Non. En 2012 ? Trois défaites. En 2013 ? Absents. A partir de là, vous ne pouvez pas dire que c’est l’un des meilleurs pays d’Afrique. Un grand pays de football est un pays qui a un palmarès. »

Source : Footafrica365

Le footballeur Souleymane Diawara écroué aux Baumettes à Marseille

Le défenseur sénégalais de l’OGC Nice a été placé en garde à vue à Digne-les-Bains, puis écroué aux Baumettes depuis jeudi soir.

Souleymane Diawara a été écroué jeudi à la prison des Baumettes à Marseille (Bouches-du-Rhône), comme l’a révélé le site internet de «La Provence». L’ancien joueur de l’OM, actuellement à l’OGC Nice, avait d’abord été placé en garde à vue à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence).

 L’ancien international de 36 ans a été mis en examen pour «extorsion de fonds et tentative» d’extorsion de fonds, et placé en détention provisoire, jeudi soir, aux Baumettes, dans le cadre d’une enquête menée par un juge d’instruction de Digne (Alpes-de-Haute Provence), a indiqué une source judiciaire. Quatre autres personnes, dont le frère de Souleymane Diawara, ont également été mises en examen pour «extorsion et tentative», et écrouées, selon la même source.


L’objet du litige est un Porsche Cayenne

«C’est une affaire de droit commun qui touche la sphère privée et n’a rien à voir avec le football», a précisé la source se refusant à donner plus de détails. Selon une source proche de l’enquête, Diawara aurait été victime d’une escroquerie et a tenté de se faire justice lui-même, aidé de comparses. L’individu visé qui a subi des «pressions», mais n’a pas été hospitalisé, serait un homme habitant la région de Forcalquier dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Selon cette même source, l’objet du litige est un Porsche Cayenne qui avait été déclaré volé, acheté ensuite par Diawara, pour la somme de 50.000 euros que le joueur a payé en liquide. Le vendeur du véhicule a été entendu par la gendarmerie, a précisé la source proche de l’enquête sans donner plus de précisions. Le parquet de Digne avait ouvert une information judiciaire à la suite d’une plainte en mars.

« Il y a eu zéro violence, a assuré son avocat Me Grégory Bensadoun sur BFMTV. L’individu a tenté de lui fournir une voiture volée. Préoccupé par sa carrière de sportif, Diawara a demandé à des membres de sa famille d’aller avoir une explication. Il n’y a dans ce dossier pas le moindre racket, pas la moindre violence ou la moindre arme ! Il est très affecté et abasourdi parce ce qui s’est passé. La situation est surréaliste. Rien ne justifiait pour l’heure une détention provisoire. »

Diawara à l’OGC Nice depuis 2014

Double champion de France (2009 avec Bordeaux, 2010 avec l’Olympique de Marseille), Souleymane Diawara a déjà été condamné par la justice en 2010. L’ex-international sénégalais avait écopé d’une amende de 4 500 euros pour avoir conduit sans permis. Le 29 septembre 2009, il avait été interpellé et placé en garde à vue pour ce délit. Son permis avait été annulé pour de multiples infractions au code de la route.

Après cinq saisons à l’OM, qui a décidé de ne plus jamais attribuer son numéro 21 pour lui rendre hommage, Diawara avait rejoint l’OGC Nice en 2014. Il a disputé 14 matches de championnat avec le club, actuel 13e de Ligue 1 à sept journées de la fin de la saison. L’entraîneur adjoint du club, Fred Gioria s’est dit «très peiné pour l’homme qui est quelqu’un de très très bien. Nous n’en savons pas plus, cela n’a rien à voir avec le club», a-t-il affirmé. Diawara n’a pas participé aux entraînements de l’OGCN mercredi et jeudi.

Source:  leparisien.fr

“Le foot perd son concept d’équipe”

José Mourinho, le manager de Chelsea, a déclaré que le Ballon d’Or, récompensant chaque année le meilleur joueur, avait un impact négatif sur le football mondial.

Chelsea's manager  Mourinho is seen ahead of their English Premier League soccer match against Crystal Palace at Selhurst Park in London

Il a en effet approuvé les propos du manager d’Arsenal Arsène Wenger, affirmant que le football se concentre trop sur les performances individuelles, perdant le concept d’équipe.

“Il est contre le Ballon d’Or et je pense qu’il a raison”, a dit Mourinho, le manager âgé de 52 ans.

“En ce moment, le foot perd son concept d’équipe pour se concentrer sur l’aspect individuel.”

Mourinho, qui a remporté sept titres de champions dans différents pays et la Champions League à deux reprises, a déclaré au journal Telegraph que c’est une équipe qui permet la victoire et pas des individus.

“Pour moi, le football, c’est un sport collectif. Un joueur est le bienvenu s’il veut améliorer le groupe. Mais il doit travailler pour nous, pas pour lui-même.”

“Quand le meilleur joueur arrive, l’équipe est déjà en place. Ce n’est pas celui qui fait découvrir une équipe, comme Christophe Colomb a fait découvrir l’Amérique. Non, il vient en renfort, pour nous améliorer”, a-t-il ajouté.

Cristiano Ronaldo du Real de Madrid a remporté le Ballon d’Or en 2014, devant le barcelonais Lionel Messi et Manuel Neuer du Bayern de Munich.

Mourinho a aussi révélé qu’il a d’abord était enseignant, travaillant avec des enfants atteint du syndrome de Down et de déficiences mentales, ce qui lui a permis de mesurer l’importance d’établir un esprit d’équipe.

“J’étais techniquement prêt à aider ces enfants” a-t-il dit. “Et j’ai réussi uniquement grâce à la relation que j’ai établi avec eux.”

“Je faisais des petits miracles uniquement grâce à la relation que j’entretenais avec eux : de l’affection, du contact, de l’empathie.”

Aujourd’hui, il utilise cette expérience lorsqu’il coache certains des meilleurs joueurs mondiaux.

Il a déclaré : “Bien sur nous avons besoin de connaissances, de capacités à analyser les choses. Mais le plus important est la relation, l’empathie, pas seulement avec chaque individu mais également entre chaque membre d’une même équipe.”

Source: bbc.co.uk

 

Floyd Mayweather, boxeur américain: Le sportif le plus riche du monde et ses voitures de luxe

Le combat entre Floyd Mayweather et Manny Pacquiao, déjà surnommé « Fight of the Century », n’en finit plus de faire parler. Le 2 mai prochain, les deux boxeurs s’affronteront à Las Vegas dans un duel qui sent la poudre. En attendant, on peut toujours compter sur l’Américain pour faire monter la sauce. « The Money », comme on l’appelle, a voulu montrer son garage qui contient des voitures plus luxueuses les unes que les autres. C’est Bruce « The Driver », le chauffeur personnel de Mayweather, qui s’est chargé de faire la petite visite.

Floyd Mayweather boxeur americain collection voiture

100 millions d’euros gagnés en 2014

Dans la collection, on retrouve notamment la Bugatti Veyron Grand Sport, qui coûte 1,75 million d’euros, deux Bugatti Veyron 16.4 d’une valeur d’1,2 million d’euros chacune et une Ferrari Enzo 2003, estimée à 2,75 millions. Honnête et modeste, dirons-nous. A noter que Mayweather a gagné près de 100 millions d’euros en 2014. Ce qui le place aujourd’hui comme étant le sportif le mieux payé au monde et n’hésite jamais à exposer sa fortune.

 

 

Source: Mutation

Finales des coupes Minimes et Cadets de football, dédiées à Feu Boubacar S Coulibaly et Sory Niang en commune III: L’AS KU et l’AS Girondins enlèvent respectivement les trophées Feu Boubacar S Coulibaly et Sory Niang

Le terrain municipal de la commune III a abrité les finales minimes et cadets de football dédiées respectivement à Feu Boubacar S Coulibaly et à Sory Niang, l’une des figures emblématiques du sport de la commune III. Etaient présents, le président du district III et parrain, Bissi Sangaré, l’ancien président de la fédération malienne de football de 2009 à 2013, Hammadoun Kolado Cissé, le président de la ligue de football de Bamako, Boubacar Monzon Traoré, des parents de Feu Boubacar S Coulibaly et autres invités.

Ainsi en première heure, le public a eu droit à la finale des minimes qui a opposé l’AS  El Farako et l’AS KU. Un tournoi qui a été dédié à la mémoire de Boubacar S Coulibaly décédé l’année dernière et qui était membre du district III.  Et c’est l’AS KU qui s’est adjugé du trophée en disposant son adversaire sur le score de 2 buts 0. Ensuite ce fut le tour de la finale des cadets qui a opposé l’AS Girondins et l’AJSS.  Ce tournoi a été dédié à Sory Niang pour tous ses efforts et actions menées pour le développement du sport en Commune III. Et c’est l’AS Girondins qui est venu à bout de son adversaire par 3 buts 1. Ainsi à la fin, les quatre équipes furent toutes récompensées. Ainsi chez les minimes, l’AS KU en plus du trophée, a empoché la somme de 75.000 FCFA contre 50.000 FCFA pour le vaincu à savoir AS El Farako. Chez les cadets, l’AS Girondins en plus du trophée, a empoché 100.000 FCFA contre 75.000 FCFA pour le vaincu à savoir l’AJSS. Vivement donc la 2e édition !

Source: Mutation

Championnat national ligue 1 Orange: La fameuse 6e journée toujours au cœur de la controverse

Depuis le 10 janvier 2015, le football malien traverse une crise de confiance entre les acteurs. Conséquence directe de cette situation déplorable, six clubs de première division avaient boycotté la 6e journée du championnat national. Et le ministre des sports tente de tout mettre en œuvre pour concilier les deux points de vue des uns et des autres pour mettre fin définitivement à cette affaire délicate.

djoliba stade malien

La question qui taraude les esprits c’est de savoir si la fameuse 6e journée du championnat national ligue 1 Orange sera jouée ou pas. En tout cas pour l’instant personne n’est en mesure de répondre oui ou non à cette question épineuse  et de plus en plus profonde. En attendant une solution définitive de cette controverse, chaque camp continue de camper sur sa position.

Du pain sur la planche

Aujourd’hui il sera difficile de concilier mais pas impossible le point de vue des deux camps tant la crise est devenue très profonde. En effet les responsables des six clubs qui ont boudé la 6e journée exigent la reprogrammation de cette 6e journée pour jouer les 18 matchs restants du championnat. Ce dont les responsables des 10 clubs refusent à leur tour car pour eux la 6e journée a été homologuée. Du coup les six équipes qui ont empoché les trois points sur tapis vert ne sont pas prêtes à céder du tout. «Ces gens avaient décidé volontairement de signer forfait en connaissance de cause et en conséquence ils doivent assumer leur geste jusqu’au bout car le forfait est règlementaire. Pour nous cette 6e journée est déjà consommée » confie un président de club qui a bénéficié de ces trois points sur tapis vert. Bien que le forfait soit réglementaire, Baba Diarra aurait promis au ministre des sports de rejouer cette 6e journée lors d’une rencontre au département alors qu’il n’était pas obligé de le faire du tout. Et c’est sur cette base que le ministre aurait demandé aux responsables des six clubs de jouer les 7e, 8e, 9e, 10e, 11e et 12e journées. Pour les responsables des six clubs, si la fédération ne reprogramme pas la 6e journée, le reste du championnat se jouera sans eux. « Si nous avons accepté de jouer jusqu’à la 12e journée, c’est parce que le ministre des sports nous a garanti que Baba Diarra a promis de reprogrammer cette journée. Nous prenons à témoin l’opinion nationale de ce qui pouvait arriver en cas de non respect de cette promesse de Baba Diarra  car un affrontement sanglant n’est pas à exclure entre les supporters » confie un responsable d’un club. Rappelons qu’une situation similaire s’est produite en 2010 sous l’ère Hammadoun Kolado Cissé lorsque plusieurs clubs avaient décidé de boycotter le championnat national même si le contexte est différent Et malgré la demande du ministre des sports de rejouer cette journée, le président de la fédération a été intransigeant et le championnat est allé à son terme. D’ailleurs bien que le Stade Malien de Bamako ait boycotté cette journée, le club fut sacré champion du Mali cette année là. A noter aussi que le Stade malien de Bamako avait refusé de jouer la super coupe contre le COB en 2011. « Chacun a intérêt à ce que le championnat national puisse aller à son terme car plusieurs échéances attendent nos clubs et nos équipes nationales. Il est temps que les acteurs de football se donnent la main pour faire avancer le football malien. Le reste peut se résoudre autour d’une table même s’il faut aller à une assemblée générale pour situer la responsabilité des uns et des autres » conclu un responsable d’un club.

La fermeté du ministre, attendu

Selon nos informations, les responsables des 10 clubs ont rencontré le comité exécutif de la fédération malienne de football pour leur signifier leur refus de jouer cette 6e journée. « Pour nous il est hors question de disputer cette journée car nous sommes majoritaires et le ministre doit respecter ce fait en disant la vérité aux responsables des six clubs. Pour nous ce débat est clos et nous demandons à la fédération et au ministère des sports d’être fermes car les textes sont clairs là-dessus ». Selon nos informations, un document écrit et signé des responsables des 10 clubs sera transmis au ministre des sports d’ici la fin de la semaine. C’est dire que la réaction du ministre des sports est attendue avec impatience dans les jours à venir par le monde sportif malien. En attendant la 12e journée a débuté hier  avec les rencontres COB-Mamahyra et CSK-ASOM. Cette journée prend fin ce dimanche.   

 

Affaire à suivre…           

Source: Mutation

Vulgarisation du Maracaña : L’UNAFOM engagée pour la création d’une Fédération Nationale de la discipline au Mali

Sous l’impulsion de la Fédération Ivoirienne de Maracaña et Disciplines Associées (FIMADA), l’Union nationale des anciens footballeurs du Mali (UNAFOM) s’engage à vulgariser le Maracaña dans notre pays.

Pour ce faire, une délégation ivoirienne de la discipline  est à Bamako depuis, le mercredi 8 avril pour échanger avec les responsables sportifs et les anciennes gloires du Mali. Cette délégation conduite par le président de la FIMADA, Bleu Charlemagne, a été d’abord reçue en audience dès son arrivée, par le ministre des sports Housseini Amion Guindo. Ce dernier aurait même donné son aval pour la promotion de la discipline dans notre pays. Selon le président de l’UNAFOM, Mamadou Dipa Fanè, Poulô s’est dit prêt à accompagner l’initiative. A cet effet, L’UNAFOM projette de créer une fédération nationale de Maracaña dans un bref délai et participer à la prochaine coupe d’Afrique de la discipline prévue  au mois d’août prochain à Lomé.  C’est pourquoi, elle a déjà mis en place une commission présidée par Birama Traoré dit Allahkaboura pour mener à bien le projet.

Et, d’ores et déjà, cette commission a organisé, hier, au carrefour des jeunes de Bamako,  un atelier de formation pour renforcer les capacités des pratiquants maliens. Ce stage était animé par des experts ivoiriens. Après des cours théoriques sur les 13 lois de jeu du Maracaña, les stagiaires ont pu mettre en application leur connaissance  dans une séance pratique sur le terrain  du carrefour des jeunes de Bamako. C’était sous les yeux vigilants du président de l’UNAFOM, Mamadou Dipa Fané qui a souligné que ce sport est un vecteur de rassemblement  qui permet de renforcer la cohésion sociale et d’éviter plusieurs maladies dues à l’inactivité.

Pour sa part, le président de la FIMADA, Bleu Charlemagne indiquera que le Maracaña est un sport dont la pratique est transversale à tout âge. « Le Maracaña est un jeu d’équipe né au brésil qui se joue par six joueurs sans gardien de but avec des règles particulières alliant la tactique, la technique et l’adresse physique. Et, on peut le jouer à partir de 7 à 77 ans « , a-t-il dit.

Il vivement  souhaité la création d’une fédération de la discipline  au Mali dans un délai de 6 mois avant de remettre des équipements à l’UNAFOM.

Notons que plus de 50 pays à travers le monde ont déjà créé leur fédération. Et en marge de la 4èmeédition de la coupe d’Afrique de la discipline, une Assemblée générale se tiendra le 6 août à Lomé pour créer la Fédération Internationale de Maracaña et disciplines associées.

Source: autre presse

Afrique: CAN 2017 – Un tirage difficile pour la Mauritanie selon le président de la FFRIM

Dans un groupe M composé aussi du Cameroun, de l’Afrique du Sud et de la Gambie, le président de la Fédération mauritanienne de football a conscience que la tâche ne sera pas facile pour son pays, non habitué des grands rendez-vous footballistiques continentaux. Tout en reconnaissant que le tirage est difficile pour la Mauritanie, Yahya Ahmed se veut optimiste. Ce ne sera pas facile, mais…

ffrim federation football mauritanie

« C’est un tirage difficile mais nous avons beaucoup d’espoir. Nous avons bâti une équipe ensemble pour deux ans et nous avons une certaine expérience dans les éliminatoires de CAN. Nous devons explorer nos chances de qualification. Ce n’est pas facile mais nous allons rassembler nos efforts pour l’obtenir. Actuellement, le football mauritanien progresse et nous finirons par nous qualifier un jour », a-t-il confié après le tirage au sort des éliminatoires de la CAN 2017.

La Mauritanie occupe la 120ème place sur le plan mondial dans le dernier classement FIFA.

Source: allafrica.com

Championnat d’Espagne : LE BARÇA ET LE REAL SE RENDENT COUP POUR COUP

Statu quo en tête de la Liga : le Barça (1er, 74 pts) conserve quatre longueurs d’avance sur le Réal (2è, 70 pts) à huit journées de la fin et juste avant d’aborder dans une semaine les quarts de finale de la Ligue des champions, respectivement contre le Paris SG et l’Atletico Madrid. La bonne nouvelle pour les deux grands d’Espagne, c’est qu’ils ont pu compter sur leurs stars pour les tirer de l’ornière : frappe enroulée magique de Messi (33è) et doublé de Luis Suarez (55è, 90+3) côté barcelonais; tête plongeante de Cristiano Ronaldo (67è) et frappe placée de James Rodriguez (73è) pour les Madrilènes.

cristiano ronaldo joueur football real madrid espagne bale isco
Avec une équipe très remaniée au Camp Nou, le leader catalan a longtemps été neutralisé par le 18è de Liga, dont la défense très resserrée lui a posé problème. Dans ce contexte, la lumière est venue de Messi, apparemment bien remis de sa récente inflammation au pied droit. L’Argentin a inscrit son 33è but en Liga d’un amour de frappe enroulée dans le petit filet opposé (33è).
Le Barça peut aussi compter sur Suarez, auteur de neuf buts sur ses dix derniers matches. L’Uruguayen a imité Messi avec une frappe du gauche dans la lucarne (55è), puis il a profité d’une offrande de Pedro pour marquer dans le but vide en fin de rencontre (90+3) .
Enfin, le Barça a aussi affûté son arme fatale du moment, les coups de pied arrêtés, avec un but sur corner de Marc Bartra (75è).
«Peut-être que nous n’avons pas été aussi frais ou adroits que précédemment mais ce n’est pas comme un bouton qu’on peut toujours garder allumé», a analysé Luis Enrique. «C’est un assez bon match, qui nous renforce et nous prépare pour la suite.» De fait, la suite s’annonce étouffante: coup sur coup, les Catalans affronteront Séville (5è) samedi en Liga, Paris mercredi prochain en quart aller de Ligue des champions, puis Valence (4è) et le match retour contre le PSG en C1, avant un derby toujours bouillant contre l’Espanyol Barcelone.
Le mois d’avril s’annonce tout aussi piégeux pour le Real Madrid, qui a frôlé le pire mercredi mais s’en est sorti grâce aux parades d’Iker Casillas et à l’efficacité de Cristiano Ronaldo. Face à son modeste voisin des quartiers sud de Madrid, le Real n’a pas montré la même facilité que lors de sa démonstration offensive dimanche contre Grenade (9-1). Le Rayo, fidèle à son jeu offensif, a attaqué sans complexe et Casillas s’est interposé à plusieurs reprises (14è, 33è, 44è, 71è).
Cristiano Ronaldo a même écopé d’un carton jaune pour simulation dans la surface alors qu’il avait apparemment bien été accroché par un défenseur (51è). Un avertissement en principe synonyme pour «CR7» de suspension lors de la prochaine journée samedi contre Eibar, au même titre que Toni Kroos et James Rodriguez, à moins que le Portugais puisse d’ici là obtenir une annulation de cette sanction. Auteur d’un quintuplé contre Grenade, Ronaldo n’a pas eu la même réussite mercredi mais il a tout de même marqué un but décisif après un débordement de Dani Carvajal (67e), soit son 37e but dans cette Liga, ce qui lui permet de maintenir l’écart avec Messi.
James, préféré à Isco dans l’équipe de départ, a ensuite clos la marque (73e) et le Real s’est accroché à ses espoirs de titre. «Nous avons souffert mais au final nous gagnons, c’est le plus important,» a conclu James au micro de Canal+ Espagne. «Nous venons de faire deux bons matches et nous devons continuer ainsi pour gagner la Liga.»

Classement FIFA : LA CôTE D’IVOIRE SUR LEs TALONS DE L’ALGéRIE

Comme chaque mois, la FIFA a publié hier son classement des sélections. Avec la trêve internationale marquée notamment par les éliminatoires à la Coupe du monde 2018, l’Euro 2016 et une série de matches amicaux, 135 rencontres se sont déroulées, donnant lieu à de nombreux changements au niveau mondial. Principale nouveauté, l’arrivée de la Belgique sur la 3è place du podium, derrière l’Argentine et l’Allemagne toujours leader. Les Diables Rouges profitent de leurs succès lors des éliminatoires à l’Euro pour atteindre le meilleur classement de leur histoire.
En Afrique, le trio de tête reste également inchangé, l’Algérie devançant toujours la Côte d’Ivoire et le Ghana, malgré le recul de trois places mondiales pour les Fennecs qui payent leur revers surprise face au Qatar lors de leur première sortie amicale. S’ils restent toujours en tête de la zone CAF, les Algériens ne comptent plus que 42 points d’avance sur les champions d’Afrique en titre, les Eléphants de Côte d’Ivoire. Idem pour le Ghana, battu par le Sénégal avant de concéder le nul face au Mali, qui voit revenir sur lui la Tunisie (887 points contre 881).
De son côté, le Cap Vert désormais 6è nation continentale, poursuit sa remontée au bénéfice de son succès historique sur le Portugal. De quoi donner lieu à un resserrement des écarts dans le Top 10. Contrairement aux Requins bleus du Cap Vert, les Aigles du Mali ne font plus partie du Top 10 continental puisque notre pays pointe à la 14è place du classement africain et au 56è rang mondial. La sélection nationale vient derrière le Gabon (13è) et devant la Zambie (15è). Le Top 10 africain est composé de l’Algérie (21è mondial), de la Côte d’Ivoire (23è), du Ghana (26è), de la Tunisie (30è), du Sénégal (36è), du Cap Vert (37è), de la Guinée (41è), du Nigeria (45è), du Cameroun (48è) et du Congo (49è).

source : L Essor

Afrique Ally Malle: la perle malienne qui affole toute l’Europe

Ally Malle, objet de toutes les convoitises. Champion d’Afrique U17 avec les Aiglons du Mali en février dernier, le jeune attaquant est désormais courtisé sur le Vieux Continent. D’après nos informations, le Paris Saint-Germain, l’Inter Milan ou encore Levante sont sur le rangs pour enrôler Malle.

Ally Malle joueur footballeur aiglonet mali

Encore très jeune, Malle est actuellement en discussions avec ses représentants pour faire le bon choix pour sa progression. Et les clubs avancent également leurs cartes. «  On veut amener le PSG très haut. (…) On veut surtout le nouveau Messi. On ne cherche pas à recruter Lionel Messi, mais on veut investir dans les très grands talents de demain« , confiait en février dernier Nasser Al Khelaifi, président du PSG.

Ally Malle est un milieu gauche qui allie technicité et qualité de passes. Il a une bonne vision de jeu qui leur permet de trouver ses attaquants dans les meilleures conditions. Après la CAN U17, il sera l’un des éléments à suivre pour les Aiglons lors du Mondial des moins de 17 ans au Chili plus tard cette année.

Source: africatopsports.com

Coupes africaines des clubs : carton plein pour les clubs maliens

Les trois représentants du Mali dans les compétions africaines des clubs ont réussi à franchir le cap des seizièmes de finale. Le Stade malien en Ligue des champions, le Djoliba et les Onze Créateurs (Coupe Caf) sont donc qualifiés en huitièmes de finale et font ainsi un pas important vers les phases de poules desdites compétitions.

equipe football stade malien bamako blanc sotuba tp mazembe

Le Stade malien de Bamako s’est qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions de la Caf. Les Blancs de Bamako (Stade malien) ont battu samedi après-midi (4 avril 2015) au stade Modibo Kéita les Gabonais de Mangasport par 2-1. Les trois buts ont été marqués en première mi-temps.

Et ce sont les visiteurs qui ont ouvert le score dès la 5ème minute par N’Goran Kouassi à la conclusion d’un coup-franc décomposé aux abords des 18 mètres. Les Stadistes ont rétabli la parité par Mamadou Coulibaly à la 19ème minute, avant que Souleymane Traoré alias «Özil» ne double la mise à la 24ème minute.

À l’aller disputé le 14 mars dernier au Gabon, les Blancs s’étaient imposés 3-1 alors qu’ils avaient terminé le match à dix contre onze après l’expulsion d’un des leurs. En huitièmes de finale, les Stadistes de Sotuba seront opposés au Tout-Puissant Mazembé de la R.D. Congo. Un grand duel en perspective, car le club congolais est non seulement entraîné par l’ex-coach des Aigles du Mali, mais aussi dispose en son sein de nombreux joueurs maliens.

Nos deux représentants dans la Coupe de la Confédération (Caf) ont aussi validé leurs tickets pour les huitièmes de finale. Vainqueurs 2-1 à domicile, il y a trois semaines, le Djoliba AC et les Onze Créateurs ont contraint respectivement Petrojet d’Egypte et le Sahel Sporting Club du Niger au nul vierge (0-0).

À l’instar du Stade malien, le Djoliba AC et les Onze Créateurs prouvent ainsi que les clubs maliens savent voyager. Ce qui s’apparente à un signe de maturité tactique. Un précieux atout à conserver pour la suite de la compétition. Surtout que l’on sait qu’au prochain tour, dans deux semaines, le Djoliba affrontera les Ghanéens des Hearts Of Oak tandis que les Onze Créateurs de Niaréla seront opposés aux Ivoiriens de l’ASEC Mimosas. De gros et ambitieux morceaux dans les compétitions africaines de clubs.

 

Moussa BOLLY

Source: Le Reporter

Désignation du pays hôte de la Can 2017 : C’est le Gabon, le Mali dans le groupe C

La Confédération Africaine de football (Caf), a procédé le 8 Avril 2015, à la désignation du pays hôte de la 31e édition de la Can 2017 et tirage au sort des groupes des éliminatoires de la dite Can. Au terme du vote, le Gabon l’a remporté face à l’Algérie et le Ghana. Concernant le tirage au sort des groupes des éliminatoires de la CAN 2017, l’on dénombre treize groupes. Les treize premiers seront qualifiés d’office.

tirage eliminatoire coupe afrique can 2017

«Le premier de chaque groupe sera qualifié pour la phase finale ainsi que les deux meilleurs deuxièmes, à l’exception de la poule dans laquelle va figurer le pays hôte qui n’aura la possibilité de ne qualifier qu’une seule équipe», a écrit la CAF dans son communiqué. Les deux premiers matchs des éliminatoires seront disputés lors deux dates FIFA de juin (8-16). Les Aigles du Mali se trouvent dans le groupe C en compagnie de la Guinée Equatoriale, du Bénin et du Soudan.

Tout le tirage

Groupe A : Tunisie, Togo, Liberia, Djibouti

Groupe B : RD Congo, Angola, Centrafrique, Madagascar

Groupe C : Mali, Guinée équatoriale, Bénin, Soudan du Sud

Groupe D : Burkina Faso, Ouganda, Botswana, Comores

Groupe E : Zambie, Congo, Kenya, Guinée-Bissau

Groupe F : Cap Vert, Maroc, Libye, Sao-Tomé

Groupe G : Nigéria, Egypte, Tanzanie, Tchad

Groupe H : Ghana, Mozambique, Rwanda, Ile Maurice

Groupe I : Côte d’Ivoire, Soudan, Sierra-Léone, Gabon

Groupe J : Algérie, Ethiopie, Lesotho, Seychelles

Groupe K : Sénégal, Niger, Burundi, Namibie

Groupe L : Guinée, Malawi, Zimbabwe, Swaziland

Groupe M : Cameroun, Afrique du Sud, Gambie, Mauritanie

Hadama B. Fofana

Source: rfi.fr

Afrique: CAN 2015 – La CAF s’est enrichie

La Coupe d’Afrique des Nations de football 2015 a eu lieu en Guinée Equatoriale du 17 janvier au 8 février 2015 avec le sacre de la Côte d’Ivoire.

confederation africaine football caf logo

Selon le rapport financier de la CAF, cette compétition a renfloué les caisses de l’instance : «Le point culminant pour l’année se terminant le 30 juin 2014 est que nos capitaux propres ont atteint 96 millions de dollars et, aujourd’hui, après une coupe d’Afrique des Nations fructueuse en Guinée Equatoriale nous dépassons le point de repères symboliques de 100 millions de dollars», a fait savoir 1er vice-président Suketu Patel (également président de la Commission des finances).

Source: allafrica.com

FIFA : La Côte d’Ivoire talonne l’Algérie

A l’issue d’un mois de mars marqué par des matches amicaux en zone CAF, la Côte d’Ivoire a refait une partie de son retard sur l’Algérie, pour ne plus pointer qu’à 42 points des Fennecs dans le dernier classement de la FIFA, publié ce jeudi.

ballon coupe monde bresil adidas

Comme chaque mois, la FIFA a publié ce jeudi son classement des sélections. Avec la trêve internationale marquée notamment par les éliminatoires à la Coupe du monde 2018, l’Euro 2016 et une série de matches amicaux, 135 rencontres se sont déroulées, donnant lieu à de nombreux changements à noter au niveau mondial. Principale nouveauté, l’arrivée de la Belgique sur la 3e place du podium, derrière l’Argentine et l’Allemagne toujours leader. Les Diables Rouges profitent de leurs succès lors des éliminatoires à l’Euro pour atteindre le meilleur classement de leur histoire.

Côté africain, le trio de tête reste également inchangé, l’Algérie devançant toujours la Côte d’Ivoire et le Ghana, malgré le recul de trois places mondiales pour les Fennecs qui payent leur revers surprise face au Qatar lors de leur première sortie amicale. Les hommes de Christian Gourcuff, s’ils restent en tête de la zone CAF, ne comptent plus que 42 points d’avance sur les champions d’Afrique ivoirien. Avantage infime.

Idem pour le Ghana, battu par le Sénégal avant de concéder le nul face au Mali, qui voit revenir sur lui la Tunisie (887 points contre 881). De son côté, le Cap Vert désormais 6e nation continentale, poursuit sa remontée au bénéfice de son succès historique sur le Portugal. De quoi donner lieu à un resserrement des écarts dans le top 10.

- Le top 10 mondial

1. Allemagne
2. Argentine
3. Belgique
4. Colombie
5. Brésil
6. Pays-Bas
7. Portugal
8. Uruguay
9. Suisse
10. Espagne

- Le top 20 africain

1. Algérie (21e)
2. Côte d’Ivoire (23e)
3. Ghana (26e)
4. Tunisie (30e)
5. Sénégal (36e)
6. Cap Vert (37e)
7. Guinée(41e)
8. Nigeria (45e)
9. Cameroun (48e)
10. Congo (49e)
11. Egypte(51e)
12. RD Congo (54e)
13. Gabon (55e)
14. Mali (56e)
15. Zambie (59e)
15. Afrique du Sud (60e)
17. Guinée Equatoriale (61e)
18. Burkina Faso (66e)
19. Ouganda (72e)
20. Rwanda (74e)

Source: afrik

Compétitions africaine : Qualification de nos clubs : Un week-end fructueux

Nos clubs, le Djoliba AC et les Onze Créateurs en coupe CAF, le Stade malien de Bamako en ligue des champions se sont tous qualifiés pour le prochain tour de ces compétitions. Rarement nos clubs ont réalisé de tels résultats positifs et collectifs, et à ce niveau de la compétition. Voilà pourquoi il faut se battre pour maintenir le cap du quota des quatre représentants dans les compétitions africaines. Et cela pour cause.

-Primo, cela donne plus de visibilité à notre football ;

Secundo avec quatre  équipes  engagées  les chances de qualifications sont diversifiées.

Comme c’est le cas aujourd’hui.

A titre de rappel lors des matches aller, le Djoliba et les Onze Créateurs s’étaient imposés à Bamako  par le même score de 2 buts à 1, face respectivement au Petro jet d’Egypte et FC Sahel du Niger. Et le Stade malien de Bamako a réalisé un exploit au Gabon en s’imposant par 3 buts 1 devant le Manga Sports.

Si d’emblée l’analyse de ces trois résultats concluait une qualification quasi assurée des Blancs de Bamako, cependant bon nombre de supporters  étaient pessimistes par rapport à une éventuelle qualification du Djoliba AC et des Onze Créateurs de Niarela. Parce qu’une courte défaite  d’un but 0  au match retour leur éliminait.

Certes les Rouges de Hèrèmakono se trouvaient  en un moment donné dans une zone de turbulence, et que l’équipe de Niarela manque d’expérience sur l’échiquier continental. Mais force est de reconnaitre aussi que le football a ses aléas. C’est-à-dire que tout peut arriver à tout moment. Les matches nuls de 0 but partout enregistré par nos deux clubs en Egypte et au Niger confirment cette assertion.

Pour le cas précis du Djoliba, cette qualification n’est  que le respect d’une tradition d’antan. Pour qui connait les Rouges de Bamako, ils ont toujours relevé le défi dans les situations difficiles, et surtout à l’extérieur. En effet dans les années 1980 la génération des Idrissa Traoré dit Poker, Abdoulaye Koumaré Muller, Bourama Traoré, Ousmane Diallo, Mamadou Doumbia Wolof et autres avaient ce secret dont l’origine résidait dans la complicité qui les liait à leur maître, Karounga Keïta dit Kéké.

Aujourd’hui l’essentiel demeure la qualification, le Djoliba l’a acquise grâce à l’engagement des dirigeants malgré les difficultés que traverse le club ces derniers temps.

En huitième de finale aller les Rouges de Bamako rencontreront le Hearst of Oak d’Accra. C’est le moment pour les dirigeants de faire économie des petits détails, des faux débats et s’intéresser à l’essentiel. Autrement dit requinquer le moral des jeunots, en créant  les meilleures conditions, tout en évitant de leur mettre la pression. L’équipe Ghanéenne est loin d’être une foudre de guerre, surtout cela fait très longtemps qu’elle n’est pas arrivée à ce stade de la compétition.  Ses exploits remontent en 2000 avec le titre de champion d’Afrique, et 2004 quand elle a battu en finale de la coupe CAF son homologue Ashanti Kotoko de Kumasi. Dès lors elle est en perte de vitesse. Nul n’est sans savoir que le football Ghanéen est purement technique, mais l’engagement et la détermination des Rouges pourront faire la différence. Il s’agira  seulement de se mettre à l’abri dès le match aller, et le reste va se gérer dans le temps.

Les Onze Créateurs qui se trouvaient dans la même situation que le Djoliba ont  également gagné le pari. C’est une qualification historique pour l’équipe de Niaréla, novice dans les compétitions Africaines. Elle affrontera l’Asec Mimosa d’Abidjan avec match aller à Bamako. Là aussi la carte est jouable face à une équipe qui est à la recherche d’un second souffle, malgré sa présence sur le plan continental. C’est-à-dire que ce n’est plus l’Asec de la fin des décennies 90 ou l’académie du Français Jean Marc Guirou formait des jeunes talentueux. Pour preuve l’année dernière l’as Réal en coupe CAF,  après un match nul d’un but partout à Bamako, est allé accrocher l’Asec à Abidjan en enregistrant un nul vierge. Puisque tous les matches aller se joueront à Bamako, une fois de plus tout doit être fait pour aborder le match retour dans la sérénité.

Paradoxalement, le troisième match considéré comme une simple formalité (au vue du résultat du match aller), a connu un début difficile. Les Gabonais du Manga Sports ont ouvert le score dès la 5èmeminutes sur coup franc. Logiquement ce but a pris à dépourvu l’équipe de Sotuba. Mais elle finira par se retrouver et renverser la tendance en s’imposant par deux buts à un. Pour le dernier tour pour accéder à la phase de poule de la ligue des champions, le Stade malien affrontera le TP Mazembé de la République Démocratique du Congo.

Les matches aller de nos trois clubs se joueront dans le week end des 17, 18 et 19 avril 2015. Et les matches retour sont prévus deux semaines après.

Il reste quatre matches sous la forme de huitième de finale pour accéder à la phase de poule de la coupe CAF, pour le Djoliba et les Onze Créateurs.

En cas de victoire sur l’ensemble des deux matches contre le TP Mazembé le Stade malien se retrouvera pour la première fois de son histoire  en phase de poule de la ligue des champions. Dans le cas contraire   il sera reversé dans la coupe CAF où il rejoindra nos deux clubs. Mais faudrait-il que ceux-ci se qualifient aussi à l’issue de leurs rencontres face au Hearts of Oak d’Accra et l’Asec d’Abidjan.

Une chose est sûre, pour rentrer dans la cour des grands, il faut battre des grands. Cette vérité absolue ne doit –elle pas être le slogan de nos trois clubs en abordant les différents matches ?

  1. Roger Sissoko

source : L AUBE

AS Rome : Seydou Keita pas encore rétabli

Pas de reprise cette semaine pour Seydou Keita. Alors qu’il était prévu que le malien retrouve les terrains ce dimanche, lors du match de la Serie A face au Torino, les médecins de l’AS Rome ont jugé qu’il est encore tôt pour qu’il fasse le déplacement.

seydou keita joueur footballeur roma

L’ex-milieu de terrain du Barça souffre encore d’une entorse à un genou, contractée lors des huitièmes de finale retour de League Europa contre la Fiorentina le 19 mars.

Il a même raté les deux dates FIFA des Aigles du Mali à cause de cette blessure.

SOURCE : starafrica.com

Le Gabon accueillera le tournoi phare du continent

L’édition 2017 de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) devait initialement se disputer en Libye avant que ce pays, en proie à une guerre civile, ne se désiste. La Libye post-Kadhafi avait auparavant déjà échangé avec l’Afrique du Sud l’organisation des tournois, la première devant à la base organiser celui de 2013 et la seconde celui de 2017.

confederation africaine football caf logo
Depuis l’Afrique du Sud en 2013 (en lieu et place de la Libye donc), la balance penche nettement du côté de la langue de Molière au détriment de celle de Shakespeare : Guinée équatoriale en 2015 (le français y est langue officielle aux côtés de l’espagnol vernaculaire), Gabon (2017), Cameroun (2019), Côte d’Ivoire (2021) et Guinée (2023). La domination de l’Afrique de l’Ouest est donc prégnante avec le retour de la CAN au Gabon, qui avait organisé l’épreuve en 2012 conjointement à la Guinée équatoriale, en recevant des matches à Libreville (notamment la finale) et Franceville.
Pour 2017, sept pays avaient au départ fait acte de candidature : l’Algérie, l’Égypte, le Gabon, le Ghana, le Kenya, le Soudan et le Zimbabwe. La Confédération africaine de football (CAF) avait écarté trois candidatures qui ne remplissaient pas les critères requis (Kenya, Soudan et Zimbabwe), puis l’Égypte s’était retirée. Le Ghana faisait alors figure de favori en raison de la règle tacite de l’alternance entre pays francophones et anglophones, et de la réussite du tournoi qu’il avait organisé en 2008. L’Algérie pouvait compter sur de solides appuis, en la personne notamment du président de sa fédération, Mohamed Raouraoua, membre influent au sein de la CAF. Mais elle pâtissait aussi d’épisodes de violences récurrents dans son football domestique.

Le « Gabon émergent » …
Le comité exécutif, formé du président Issa Hayatou, des vice-présidents Suketu Patel et Almamy Kabele Camara, et de onze autres membres, a donc choisi la sécurité en élisant le Gabon. « Le Gabon organisera la CAN 2017 ! Merci à la CAF pour sa confiance. Un succès pour le Gabon et un immense bonheur pour la jeunesse africaine », a twitté le président gabonais, Ali Bongo. Cette petite nation pétrolière d’environ 1,5 million d’habitants, traversée par l’équateur, est un pays stable dont M. Bongo rêve de faire une référence en termes de grands événements sportifs, à l’image du Qatar. L’organisation du Trophée des champions français en août 2013 (Paris SG-Bordeaux, 2-1) avait été l’un des premiers marqueurs du volet sportif au sein du plan gouvernemental « Gabon émergent ».
Les groupes de qualifications, tirés au sort à la suite de l’annonce du pays hôte, incluent le Maroc, qui s’était désisté en novembre de l’organisation de la CAN 2015, officiellement pour cause d’Ebola. D’abord suspendu par la CAF, il a été réintégré aux qualifications après avoir obtenu gain de cause la semaine dernière auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS). Les éliminatoires seront disputées de la mi-juin 2015 à début septembre 2016 par treize groupes de quatre équipes. Les vainqueurs de groupes et les deux meilleurs deuxièmes iront en phase finale, avec le Gabon de Pierre-Emerick Aubameyang qualifié d’office en tant que pays hôte.
Parmi ces poules, deux très relevées se détachent : le groupe G avec le Nigeria et l’Égypte (outre la Tanzanie et le Tchad), et le groupe M avec le Cameroun et l’Afrique du Sud (outre la Gambie et l’Ile Maurice). La Côte d’Ivoire est versée dans le groupe I avec le Soudan, la Sierra Leone et le Gabon. Les matches contre ce dernier ne seront pas comptabilisés.
(Source : AFP)

La composition des groupes

Groupe A
Tunisie
Togo
Liberia
Djibouti

Groupe B
RDCongo
Angola
Centrafrique
Madagascar

Groupe C
Mali
Guinée équatoriale
Benin
Soudan du Sud

Groupe D
Burkina Faso
Ouganda
Botswana
Comores

Groupe E
Zambie
Congo
Kenya
Guinée-Bissau

Groupe F
Cap Vert
Maroc
Libye
São Tomé

Groupe G
Nigeria
Égypte
Tanzanie
Tchad

Groupe H
Ghana
Mozambique
Rwanda
Mauritanie

Groupe I
Côte d’Ivoire
Soudan
Sierra Leone
Gabon

Groupe J
Algérie
Éthiopie
Lesotho
Seychelles

Groupe K
Sénégal
Niger
Namibie
Burundi

Groupe L
Guinée
Malawi
Zimbabwe
Swaziland

Groupe M
Cameroun
Afrique du Sud
Gambie
Île Maurice

CAN 2017 : le tirage au sort des éliminatoires

C’est officiel depuis quelques minutes, le Gabon accueillera la Coupe d’Afrique des Nations 2017.

tirage eliminatoire coupe afrique can 2017

La Confédération Africaine de Football a également procédé au tirage au sort des éliminatoires pour cette compétition.

Le tirage intégral :

Groupe A : Tunisie, Togo, Liberia, Djibouti

Groupe B : République Démocratique du Congo, Angola, République Centrafricaine, Madagascar

Groupe C : Mali, Guinée Équatoriale, Bénin, Soudan Sud

Groupe D : Burkina Faso, Ouganda, Botswana, Comores

Groupe E : Zambie, Congo, Kenya, Guinée Bissau

Groupe F : Cap-Vert, Maroc, Libye, São Tomé

Groupe G : Nigeria, Égypte, Tanzanie, Tchad

Groupe H : Ghana, Mozambique, Rwanda, Île Maurice

Groupe I : Côte d’Ivoire, Soudan, Sierra Leone, Gabon

Groupe K : Sénégal, Niger, Namibie, Burundi

Groupe L : Guinée, Malawi, Zimbabwe, Swaziland

Groupe M : Cameroun, Afrique du Sud, Gambie, Mauritanie

Source: Footmercato.net