CAN des cadets : ENFIN UNE COURONNE CONTINENTALE POUR LE MALI

Le Mali tient sa première coupe d’Afrique des nations. Hier, les Aiglonnets ont offert à notre pays le premier trophée de son histoire en battant 2-0 l’Afrique du Sud en finale de la 11è édition de la CAN des cadets, Niger 2015. Les deux buts de la sélection nationale cadette ont été marqués par Siaka Bagayoko, suite à un corner (67è min) et Aly Mallé d’une belle frappe enroulée à l’entrée de la surface de la réparation (79è min). La première période avait été quelque peu laborieuse pour les Aiglonnets incapables de poser le jeu face à des Sud-Africains plus agressifs et tactiquement bien en place. Fort heureusement pour la sélection malienne, l’Afrique du Sud ne parviendra pas à concrétiser sa légère domination et c’est le score nul et vierge que les deux équipes regagneront les vestiaires. Au retour des vestiaires, le capitaine Abdoul Karim Danté et ses coéquipiers montreront un tout autre visage. Non seulement ils imposeront leur rythme à la partie, mais en plus, se montreront plus percutants en attaque avec le trio offensif composé de Boubacar Traoré, Aly Mallé et Sidiki Maïga.

joueur footballeur equipe cadets Aiglonnet coupe champion afrique trophee
Dès la 48è minute, Sidiki Maïga sonnera la première alerte avec cette reprise au dessus de la transversale. Peu après l’heure de jeu, Aly Mallé s’illustre à son tour mais le tir enroulé de l’attaquant malien passe à quelques centimètres du poteau du gardien sud-africain (62è min). La troisième tentative sera la bonne pour le Mali. Suite à un corner bien exécuté par Boubacar Traoré, le latéral Siaka Bagayoko surgit dans la défense sud-africaine et place une tête imparable (67è min, 1-0 pour le Mali). Une juste récompense pour les Aiglonnets complètement métamorphosés et qui avaient fait main basse sur la finale face à des Sud-Africains dominés dans tous les compartiments. Cinq minutes seulement après le but de Siaka Bagayoko, le Mali rate le break par Aly Mallé dont le pointu termine sa course dans les gants du gardien de la sélection sud africaine (72è minute).
Sidiki Maïga n’aura pas plus de réussite que son compère de la ligne d’attaque, alors qu’il avait fait le plus difficile en dribblant le keeper adverse (77è minute). Mais le meilleur était à venir pour les Aiglonnets car deux minutes seulement après cette grosse occasion de Sidiki Maïga, Aly Mallé réalise le break pour le Mali. Servi à l’entrée de la surface de réparation par Boubacar Traoré, le jeune attaquant des Black Stars de Badalabougou enroule bien sa frappe qui heurte le poteau gauche du gardien des Bafana Bafana cadets, avant de terminer sa course au fond des filets (79è minute, 2-0 pour le Mali). On en restera là jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre.
Le Mali remporte ainsi le premier trophée continental de son histoire au niveau des sélections nationales et cerise sur le gâteau pour les Aiglonnets, ils terminent avec la meilleure attaque de la CAN (10 buts en 5 matches) et le titre de meilleur buteur du tournoi remporté par Boubacar Traoré (3 réalisations). La troisième place de la compétition est revenue à la Guinée qui a dominé 3-1 le Nigeria dans la petite finale. Dans notre édition de demain, nous reviendrons plus en détails sur ce sacre historique de la sélection nationale avec nos envoyés spéciaux Boubacar Thiero et Djénéba Bagayoko.
S. B. TOUNKARA

source : L Essor

Afrobasket masculin : LES AIGLES DEROULENT (ENCORE) FACE AUX LIONS

Large vainqueur 65-43 à l’aller disputé à Bamako, la sélection nationale, version Sylvain Lautier
a récidivé en allant gagner 50-47 au Sénégal face aux Lions de la Teranga

afrobasket aigle joueur
La sélection nationale senior masculine du Mali participera donc à l’Afrobasket masculin qui se déroulera cette année en Tunisie. Les protégés du coach Sylvain Lautier ont décroché leur billet samedi en allant s’imposer 50-47 au Sénégal face aux Lions de la Teranga. Surclassés à l’aller 65-43, les Sénégalais n’ont pu rien faire au capitaine Mohamed Tangara et ses coéquipiers qui ont encore fait forte impression samedi dernier à Dakar devant le public sénégalais. Cette double victoire permet donc au Mali de valider son ticket pour l’Afrobasket masculin qui se déroulera en Tunisie mais aussi pour les Jeux africains de Brazzaville. Après leur déroute à Bamako, les Sénégalais voulaient à tout prix gagner devant leur public et prendre leur revanche sur les Aigles. Mais c’était compter sans la détermination des protégés de Sylvain Lautier qui ne juraient également que par la victoire pour prouver que le résultat de la manche aller n’était pas un accident de parcours.
Samedi, les Lions ont entamé le match en mettant en place une défense en zone compacte qui leur permettra de prendre rapidement l’avantage au score. Quant aux Maliens, ils se montrent maladroits dans les tirs à distance.
D’autant plus qu’à l’intérieur de la raquette, les Sénégalais sont aussi présents où ils vont gagner plusieurs rebonds offensifs mais aussi défensifs. Ils placent un écart de 4 points avant d’être rapidement rejoints en toute fin du premier quart temps 9-9. Au deuxième quart temps les Maliens se montrent impatients. Ils ne vont pas au bout de leur possession de balle et essayent des tirs forcés.
Et en défense, ils ne sont pas solidaires. Malgré tout, ils vont profiter d’une défense sénégalaise devenue friable pour revenir à quelques points de leurs adversaires 16-20. Les Aigles qui voulaient remporter ce derby ouest africain vont multiplier les shoots pour aller à la pause avec un demi panier de moins à la pause 20-19 pour le Sénégal.
Au retour des vestiaires, Mohamed Tangara et ses partenaires reviendront avec un autre système de jeu qui sera la clé de la rencontre. Les joueurs de Sylvain Lautier vont retrouver leur jeu intérieur et surtout vont pousser les Sénégalais aux fautes afin de bénéficier des lancers-francs. N’ayant plus de solutions face à une équipe malienne exerçant toujours le pressing en zone, les Sénégalais multiplient les pertes de balles (25) et les tirs précipités. Pendant ce troisième quart temps, le capitaine Mohamed Tangara et ses coéquipiers vont marquer 19 points contre seulement 11 points pour le Sénégal et boucleront cette partie avec 8 points d’avance 31-38.
C’était la première fois depuis le début de la rencontre que la sélection nationale s’installe aux commandes. Une fois installée aux commandes, les Aigles ne lâchent plus prise. Boubacar F. Sidibé (14 points, 10 rebonds), Mohamed Tangara (14 points, 13 rebonds) et leurs coéquipiers bouclent le troisième quart temps avec une avance de 8 points (31-38). Avec cette avance malienne les carottes étaient presque cuites pour les Lions car ils étaient maintenant dans l’obligation de remonter un retard de 30 points dans le dernier quart temps pour valider leur ticket. Mission impossible.
Dans le dernier quart temps on pensait à un sursaut d’orgueil des Sénégalais mais c’est le Mali qui continuera sur sa lancée en gardant son avance jusqu’au dernier moment de la partie où les Aigles ont su que la qualification a été acquise. Finalement les Maliens feront des démonstrations sur le plancher bouclant ainsi la partie avec 3 points d’écart (50-47). Il faut dire que les deux derniers quart temps ont été particulièrement difficiles pour les Sénégalais ballottés sur le plancher et qui assisteront impuissants à la démonstration de leur adversaire. Les Ibrahima Cherif Haïdara, Boubacar F. Sidibé et Waly Coulibaly ont gratifié la salle de quelques paniers spectaculaires comme ils savent le faire lorsque l’équipe tourne à plein régime.
A la fin du match le technicien français des Aigles, Sylvain Lautier rendra un vibrant hommage à ses joueurs pour leur belle prestation contre «l’une des meilleures nations de basket d’Afrique».
«Le Sénégal a été huitième de finaliste au dernier Mondial , c’est une grande nation de basket que le Mali vient de battre en aller-retour», soulignera le nouveau sélectionneur des Aigles. «Après un début de match très difficile pour nous, nous avons opté pour une «zone press» qui les a beaucoup gênés et nous avons profité de leurs pertes de balle pour confirmer notre victoire de la manche aller. C’est une belle victoire, et nous sommes tous contents pour la qualification», ajoutera Sylvain Lautier.
D. COULIBALY

source : L Essor

Championnat national :LE MAMAHIRA AU FOND DU GOUFRE

Les journées se suivent et se réssenblent pour le Mamahira. Vendredi dernier au compte de la 8e journée du championat national, les Katois ont été battus par le Réal sur la plus pétite des marges (1-0). Dès le coup d’envoi de la rencontre, les deux équipes décidèrent de mettre le pieds sur la balle.
Le Réal opte pour un jeu court et rapide mais les hommes de Nouhoum Diané butent sur la défense du Mamahira. Ce sont d’ailleurs les visiteurs qui se créeront la première occasion du match. A la réceptin d’un centre venu de la gauche, Moussa F. Coulibaly reprend le cuir qui passe à coté des buts du gardien réaliste, Youssouf Diakité (24è min min). Ce sera la seule occasion nette de la première période sifflée sur le score de 0-0.

cob club olympique bamako football championnat
En seconde période, le Réal décide d’appuyer sur l’accélérateur et tente d’asphyxier son adversaire. Contraint de jouer derrière, le Mamahira procède par des contres. A l’heure de jeu, les Katois sont à deux doigts d’ouvrir le score lorsqu’à la conclusion d’une action rapide, Amadou Diamouténé expédie un bolide qui passe à quelques centimètres du poteau de Youssouf Diakité (60e min).
La réplique du Réal ne se fait pas attendre longtemps. Makan Samabaly s’infiltre dans la surface adverse et offre un caviar à Abdramane Traoré qui trompe Daouda Diakite du plat du pied (61è min, 1-0). Il faudra attendre les dernières minutes du temps réglementaire pour voir le Mamahira réagir avec cette frappe de Bakoroba K. Konaté dévié en corner par le gardien Youssouf Diakité. Score final : 1-0 pour le Réal qui occupe désormais la 5è du classement avec 15 points.
Quant au Mamahira, il reste bloqué à la 12è place avec 7 points. A Koulikoro, le CSD et l’AS Bakaridjan se sont neutralisés (0-0), alors que le Djoliba et le CSK ont chuté face, respectivement à l’AS Police (1-0) et au Nianan (1-0). Grâce à son succès devant le Centre, le Nianan se hisse provisoirement en tête du peloton avec 18 points, devant le COB (17 pts). Les Onze Créateurs occupent le 3è rang avec 16 points.. Le dernier match de cette 8è journée entre le Stade malien et l’AS Avenir de Tombouctou se dispute demain.

Amadou Tolo
Vendredi 27 février au stade Mamadou Konaté
Mamahira-Réal :0-1
Arbitrage de Harouna coulibaly, assisté de Balla diarra et Drissa Niaré.
Mamahira: Daouda Bagayoko, Mohamadou coulibaly, Aly sako, Kariba Sissoko, Lassine Coulibaly, Abdramane Haïdara, Modibo Diarra, (Mohamed Diallo), Amadou Diamouténé, (Cheick Oumar koné), Moussa F. Coulibaly, Bakoroba Konaté, Ousmane Konaté. Entraîneur Issiaka Bagayoko.
Réal : Youssouf Diakité, Salim Bah, Moussa Ballo, Jean paul Oulai, Adama Ballo, Yeboko W. Biss, Mohamed Sangaré, Kodjo Doussé (Ali Guindo), Abdoul Aziz Touré, Makan Samabali, (Moustapha Camara), Abdramane Touré. Entraîneur : Nouhoum Diané

source : L Essor

Ligue des champions d’Afrique : STADE MALIEN, LE COUP DE POIGNARD DE BOUBACAR BANGOURA

Tenus en échec 0-0 à l’aller à Bamako par l’AS Garde nationale du Niger, les Blancs sont allés chercher
la qualification à l’extérieur, obtenant un nouveau nul, mais avec but (1-1)

stade malien equipe football
Le Stade malien s’est donc qualifié pour les seizièmes de finale de la Ligue des champions d’Afrique. Après le nul 0-0 à Bamako à l’aller, les pensionnaires de Sotuba sont allés chercher la qualification au Niger où ils ont obtenu un nouveau match nul, mais cette fois avec but face à l’AS Garde nationale (1-1). C’est donc grâce au but marqué à l’extérieur que les Blancs se qualifient pour les seizièmes de finale et affronteront le vainqueur de la rencontre Manga sport du Gabon-Bantu de Lesotho pour une place au dernier tour des éliminatoires. Après avoir ouvert le score par Boubacar Talatou qui transformait ainsi un penalty (63è min) l’AS Garde nationale du Niger (ASGNN) préservera son avance jusqu’en fin de partie, avant de craquer sous les coups de patte de Boubacar Bangoura «Chokhry». A la réception d’un long centre dans le dos de la défense adverse, l’attaquant stadiste libre de tout marquage, place une tête imparable (81è min, 1-1).
Pour cette manche retour, l’entraîneur stadiste, Kamel Djabour a aligné une équipe remaniée, gardant sur le banc Ismaël Koné, Sadio Kanouté, Oumar Koné qui étaient tous titulaires lors du match aller. Quant à Ousmane Diabaté qui était également titulaire à l’aller, son nom ne figurait même pas sur la liste des 18 joueurs retenus par le technicien de Sotuba. La première occasion du match sera à l’actif des Blancs de Bamako. Servi en profondeur par Moussa Coulibaly, Moctar M. Cissé expédie un puissant tir qui sera capté en deux temps par le keeper de la Garde nationale, Alassane A. Moussa (17è min). Dans la foulée, les militaires nigériens répliqueront par Boubacar Talatou. Suite à une belle action collective, le milieu offensif de l’ASGNN envoie une frappe puissante qui passe à côté. Nullement impressionné par son adversaire, le Stade malien réplique du tac au tac et se crée, coup sur coup quatre occasions nettes de but qui seront lamentablement gâchées par Ibrahim Keïta (24è min), Boubacar Bangoura (35è min), Idrissa Traoré «Essien» (37è min) et Mamadou Coulibaly (44è min).
A la reprise, l’AS Garde nationale domine légèrement la partie et multiplie les assauts devant les buts stadistes. Résultat : peu après l’heure de jeu, les locaux obtiennent un penalty sifflé par l’arbitre ivoirien Sinko Bienvenu pour une faute de main peu évidente. Le vieux briscard, Boubacar Talatou se charge d’exécuter la sentence et tire du bon côté (63è min, 1-0). Le Stade municipal de Niamey explose de joie, mais cette ouverture du score n’entame guère le moral des Blancs. Au contraire, le but de Talatou va galvaniser les Stadistes qui se savaient alors condamnés à marquer pour espérer se qualifier. Les protégés de Kamel Djabour se lancent alors à l’assaut des buts adverses. Après plusieurs tentatives infructueuses, ils concrétisent leur domination à neuf minutes de la fin du temps réglementaire. C’est Boubacar Bangoura qui va libérer les siens en marquant d’une tête splendide au deuxième poteau (81è min, 1-1). Score final : 1-1 qui permet aux Blancs de poursuivre l’aventure. Pour le COB en revanche, la course s’est arrêtée dès les préliminaires. L’autre représentant malien en Ligue des champions a été, en effet, éliminé par Moghreb de Tétouan qui, après avoir perdu 2-0 à Bamako à l’aller, s’est imposé 3-0, samedi au Maroc lors de la manche retour.
Envoyé spécial
B. THIERO
Vendredi 27 février au Stade municipal de Niamey
AS Garde nationale-Stade malien : 1-1
Buts de Boubacar Talatou (63è min s.p) pour l’AS Garde nationale; Boubacar Bangoura (81è min) pour le Stade malien.
Arbitrage de Sinko Bienvenu (Côte d’ivoire) assisté de ses compatriotes Bayené Moussa et Pélako Touré.
AS Garde nationale : Alassane A. Moussa, Koudize Issiakou (cap) (Nomaou Abdoul Aziz), Aoh Suleman Mohamed, Omar Sahadou Yataga, Souley Solamoun Mohamadou, Mohamadou Halidou, Dela Sackou Souleymane, Boubacar Talatou, Oumarou Boubacar (Moussa Yolé Ismael), Abdoulaye Ousmane (Ibrahim Paraiso Moussa), Abdoulaye Ibrahim. Entraineur : Harouna Doulla.
Stade malien : Djigui Diarra, Abdoulaye Sissoko (cap) (Moussa Mariko), Ibrahim Keïta (Mamadou Doumbia), Pierre Dailan, Idrissa Traoré, Mamadou Coulibaly (Ismaël Koné), Moussa Coulibaly, Issaka Samaké, Boubacar Bangoura, Ouroakondo Tanko. Entraineur : Kamel M. Djabour.

source : L Essor

Crise à la FEMAFOOT : LE DOUBLE LANGAGE DE LA FIFA

Le secrétaire général de la Fédération internationale de football association (FIFA), Jérôme Valcke et son adjoint Markus Kattner se sont-ils concertés sur le dossier de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) ? On peut en douter surtout après la lettre adressée la semaine dernière au représentant des ligues et clubs contestataires, Boubacar Monzon Traoré par le deuxième. Alors que le premier avait, le 12 février dernier, dit clairement que la FIFA ne reconnaissait pas «les décisions de la soi-disant assemblée générale organisée par les ligues et clubs contestataires et estimait valable l’assemblée générale tenue sous les auspices de l’actuel président de la FEMAFOOT, Boubacar Baba Diarra», Markus Kattner dit que la FIFA a décidé de ne pas intervenir dans le même dossier.

federation malienne football femafoot
Dans le courrier qu’il a adressé à Boubacar Monzon Traoré, le porte-parole des ligues et clubs contestataires, le secrétaire général-adjoint de la FIFA écrit. «Nous avons bien reçu votre correspondance datée du 18 février 2015 concernant l’Assemblée générale de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) du 10 janvier 2015. Après avoir analysé les informations rapportées dans votre correspondance précitée, nous sommes dans l’obligation de vous informer que cette affaire semble présenter un caractère exclusivement interne qui ne tombe pas sous la compétence des organes de la FIFA. Par conséquent, et au vu de ce qui précède, la FIFA ne peut intervenir dans ce dossier». Markus Kattner ajoute : «Finalement, nous attirons votre attention sur le fait que la FIFA ne communique, en règle générale, qu’à travers ses associations membres. C’est pourquoi nous vous serions reconnaissants de bien vouloir passer par la FEMAFOOT pour toute communication officielle à l’avenir».
Si le contenu des deux courriers envoyés par le secrétaire général de la FIFA et son adjoint sont très clairs, force est d’admettre que les deux responsables de l’instance dirigeante du football mondial tiennent des propos contradictoires. Alors que Jérôme Valcke écrit dans sa correspondance que la FIFA «ne reconnaît pas les résolutions adoptées par les ligues et clubs contestataires et estime valable l’assemblée générale tenue sous les auspices de l’actuel président de la FEMAFOOT», Markus Kattner lui, répond à Boubacar Monzon Traoré qu’après avoir analysé la situation, «la FIFA est dans l’obligation de dire que l’affaire semble présenter un caractère exclusivement interne qui ne tombe pas sous la compétence des organes de l’instance dirigeante du football mondial». Que va-t-il se passer maintenant ? Pour un proche de l’actuel bureau fédéral, le dossier est clos parce que la FIFA a clairement dit aux ligues et clubs contestataires qu’ils doivent désormais passer par la fédération pour «toute communication officielle à l’avenir». Pour notre interlocuteur, cette phrase signifie simplement que la FIFA ne reconnaît que l’actuel bureau fédéral et travaillera désormais dans ce sens.
Dans le camp adverse également, on estime que les propos du secrétaire général-adjoint de la FIFA sont clairs et ne souffrent d’aucune ambiguïté. «La FIFA nous avait dit qu’elle ne reconnaissait pas les résolutions prises par notre assemblée générale, aujourd’hui cette même FIFA fait machine arrière et avoue qu’elle est incompétente pour intervenir dans ce dossier, fait remarquer l’un des protagonistes de l’affaire. Pour nous la vérité n’a pas encore éclaté, mais il ne fait guère de doute qu’elle éclatera un jour», ajoutera-t-il. Mais jusqu’où iront les ligues et clubs contestataires ? Si aucune solution à l’amiable n’est trouvée après le «forfait» de la FIFA (le ministère des Sports et le Comité national olympique et sportif sont à pied d’oeuvre depuis plusieurs mois pour trouver un terrain d’entente entre les deux parties), il ne restera plus qu’une seule voie de recours, le Tribunal arbitral du sport (TAS).
S. B. TOUNKARA

source : L Essor

ILS ONT DIT…

Kamel Djabour, entraîneur du Stade malien : «Je suis très content de la qualification de mes joueurs, ils ont été héroïques ce soir (vendredi, ndlr) face à l’AS Garde nationale du Niger. Nous avons quitté Bamako avec la ferme intention d’obtenir la qualification ici, je félicite les joueurs et j’espère qu’ils continueront sur cette lancée».

stade malien equipe football
Djigui Diarra, gardien du Stade malien : «Nous sommes très contents de cette qualification, ça n’a pas été facile mais on a tenu le coup».
Harouna Doulla, entraîneur de l’AS Garde nationale : «Je félicite mes joueurs qui ont mouillé le maillot, ils ont dominé le match du début jusqu’à la fin. Les Maliens ont profité d’une erreur défensive pour égaliser. On va se préparer pour l’année prochaine, Inch Allah on sera à la hauteur».
Propos recueillis par
Djènèba BAGAYOKO

source : L Essor

CAN des cadets : Le Mali sacré champion d’Afrique après sa victoire sur l’Afrique du Sud (2-0)

Le Mali a remporté la CAN U17 Niger 2015 en prenant le meilleur sur l’Afrique du Sud (2-0) lors de la finale dimanche à Niamey. Siaka Bagayoko a débloqué la situation sur corner et traduit la mainmise des Aiglonnets sur la seconde période après un premier acte assez terne.

Le sélectionneur Baye Bah et ses poulains font entrer le Mali dans l’histoire ! En s’imposant 2-0 en finale de la CAN U17 face à l’Afrique du Sud dimanche au stade Général Seyni Kountché de Niamey, ils permettent aux Aiglonnets de remporter la compétition pour la première fois de leur histoire au terme d’un parcours qui les aura vu terrasser le Cameroun, la Côte d’Ivoire tenante du titre et la Guinée. Avant de poser la dernière pierre de leur triomphe contre les Amajimbos.

A l’issue d’une première période marquée par les approximations de part et d’autre (aucun tir cadré) et les sorties hasardeuses des deux gardiens, le Mali a décidé de prendre les choses en main au retour des vestiaires. A l’image de Sidiki Maiga, qui oblige Mondli Mpoto à réaliser un arrêt sur la première frappe cadrée du match (47e), les Aiglonnets portent le danger sur le but adverse. Mais ils manquent encore de précision dans le dernier geste (49e, 62e).

 

Il faut finalement une tête rageuse du latéral gauche Siaka Bagayoko sur corner pour trouver la faille (1-0, 67e). Un but qui a le mérite de décanter le match, désormais à sens unique en faveur des Maliens. Mais Aly Malle (71e) et Sidiki Maiga s’illustrent encore par leurs ratés (75e, 76e). A force d’essayer, le premier cité finit par concrétiser la mainmise des siens en doublant la mise d’une frappe plein axe juste devant la surface (2-0, 79e). Le but du break.

Il faut attendre les dernières minutes pour assister au réveil sud-africain, bien trop tardif. Mayo croise trop sa frappe (85e) puis se voit refuser un but sur un hors-jeu apparemment inexistant (88e). A la différence de leur précédente confrontation en phase de poules (2-2), les Amajimbos ne parviendront pas à remonter leur handicap de deux buts face aux Aiglonnets.

Le Mali succède donc à la Côte d’Ivoire et se découvre une génération prometteuse. Celle-ci aura encore l’occasion de faire parler d’elle lors du Mondial U17 prévu en octobre au Chili. L’Afrique du Sud, la Guinée, qui a terminé troisième, et le Nigeria représenteront également le continent.

Le onze de départ du Mali : A. Traoré – I. Traoré, Fofana, Dante, S. Bagayoko – Diakité, Sangaré, Koita – Maiga, B. Traoré, Malle.

source : afrik.com

CAN des cadets/Finale : Afrique du Sud et Mali se préparent

L’Afrique du Sud et le Mali joueront la finale de la CAN des moins de 17 ans (U17), ce dimanche à 17h GMT, au stade Seyni Kountché de Niamey (Niger).

footballeur joueurs equipe Aiglonnet cadet

Quoi qu’il arrive, cette compétition connaîtra un nouveau champion car aucune des deux équipes n’a jamais inscrit son nom au palmarès.

L’Afrique du Sud et le Mali se sont rencontrées lors des matchs de poule de la CAN U17, qui se joue au Niger depuis le 15 février. Ils avaient fait match nul, 2-2.

En raison de ce premier duel, Molefi Ntseki, le sélectionneur des cadets sud-africains, parle de “second round” entre les Amajimbos et les Aiglons du Mali.

“Nous avons joué contre le Mali. Nous savons maintenant à quoi nous attendre lors de la finale”, a-t-il dit.

“Nous avons étudié nos forces et nos faiblesses. Mes joueurs sont prêts pour le second round”, a ajouté Ntseki. “Je suis sûr que nous aurons un bon jeu match dimanche”, a-t-il assuré.

Pour se qualifier, les cadets sud-africains ont éliminé les Aiglons du Nigeria, 1-0, en demi-finale.

L’entraîneur du Mali affirme que la finale n’aura rien à avoir avec le match que ses joueurs ont livré avec l’Afrique du Sud lors de la phase des poules.

“Nous attendons maintenant l’Afrique du Sud de pied ferme. Ce sera un tout autre match”, a assuré Baye Ba.

Les Aiglons du Mali ont battu la Guinée, 2-1, en demi-finale.

Les deux finalistes, le Nigeria et la Guinée vont représenter le continent à la Coupe du monde des U17 prévue en octobre prochain au Chili.

Par BBC Afrique

Source: BBC Afrique

La FIFA rend hommage à William McCrum, inventeur méconnu du penalty

Un peu plus de quatre-vingt ans après sa mort, en 1932, l’inventeur du penalty, célèbre pratique-couperet qui peut faire basculer un match de football, va être honoré par la FIFA. La Fédération internationale de football a décidé, samedi 28 février, de financer la restauration de la tombe de William McCrum, un Nord-Irlandais aujourd’hui oublié qui a révolutionné les règles du premier sport mondial.

William McCrum inventeur createur penalty

Son histoire remonte au XIXe siècle, quand la FIFA n’existait pas encore. En 1890, ce gardien de but du Milford Everton FC, effrayé de la violence de plus en plus répandue qui sévit dans sa surface de réparation (jusqu’à parfois causer la mort !), imagine ce coup de pied arrêté pour sanctionner l’équipe fautive. Après avoir imposé son idée au niveau local, « Master Willie » persuade la Fédération irlandaise, dont il est membre, de la soumettre à l’International Football Association Board (IFAB), l’organe garant des règles du football.

124 ans après avoir dit « oui » malgré les réticences et les railleries des Anglais, l’IFAB salue désormais« l’apport de feu William McCrum au football », matérialisé par la quatorzième des dix-sept « lois du jeu » actuellement en vigueur. C’est à ce titre que la FIFA a accepté samedi de financer la restauration de sa tombe dans le petit village nord-irlandais d’Armagh, laissée à l’abandon. Ruiné et rejeté par sa famille, William McCrum était mort sans le sou en 1932, après avoir perdu ses dernières économies dans les casinos.

Beaucoup plus récente, l’adaptation de cette pratique aux tirs aux buts, pour départager deux équipes à l’issue d’un match nul, n’est apparue que dans les années 1970, afin de remplacer le très injuste tirage au sort du vainqueur qui prévalait jusqu’alors.
En savoir plus sur lemonde.fr

Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le

Frédéric Oumar Kanouté : Le généreux ambassadeur de la Caf

Malgré sa retraite, Frédéric Oumar Kanouté est très actif pour contribuer au développement du football au Mali, dont il est l’ambassadeur depuis mars 2014. Et la Confédération africaine de football (Caf) vient aussi de jeter son dévolu sur le «Ballon d’Or» 2007 pour rehausser son image. C’était à l’occasion de la Can «Guinée équatoriale 2015».

frederic oumar kanoute fils footballeur aigles

«Au-dessus de la moyenne pour le footballeur qu’il a été, en-dessous de la moyenne pour le basketteur qu’il aurait pu être. C’est l’histoire d’un petit gars de la banlieue, pas celle dont on parle aujourd’hui» ! Telle est la description que fait de Frédéric Oumar Kanouté sur le site de la Caf (www.cafonline.com) dans un document intitulé «Moi Kanouté». L’ancien international malien s’y raconte, sans réserve, mais avec cette grande pudeur qui l’a toujours caractérisée. À commencer par son enfance dans une banlieue lyonnaise. «Nous n’habitions pas une barre d’immeubles, mais un lieu un peu plus cossu à Sainte-Foy-lès-Lyon. Mes parents n’avaient pas droit à un logement HLM. Leurs salaires réunis, ils dépassaient le seuil pour avoir droit à un logement social», rappelle-t-il.

Avec ses camarades, il passait son temps à jouer au ballon sous le regard bienveillant de ses parents. Sa mère est une Française, professeur de philosophie et son père était un ouvrier malien. Une enfance heureuse dont se souvient l’ancien artificier des Aigles du Mali. «J’étais dans mon élément. J’ai eu la chance de grandir avec les avantages des quartiers populaires, sans en avoir les inconvénients et d’être né dans une famille extraordinaire. On baignait dans tous les milieux», se rappelle Freddy. Avec une maman prof, évidemment que la scolarité était une priorité absolue et Frédéric Oumar ira jusqu’au Bac littéraire. «Il m’a fallu beaucoup de volonté, car à l’âge du Bac, j’avais déjà engagé une carrière de footballeur à l’Olympique lyonnais où j’avais signé ma première licence à 11 ans», souligne celui qui sera plus tard un brillant footballeur. «Donc, j’étais contraint de suivre des cours par correspondance. Il était impossible de concilier les entraînements quotidiens avec les heures de classe», poursuit-il. Difficile aussi d’aller à l’Université pour les mêmes raisons. Ce sera donc le football. Pas simple non plus. Surtout qu’une brusque poussée de croissance avait entraîné quelques problèmes physiques non négligeables pour ce géant de 1,92 m.

Le succès professionnel après le temps des doutes

L’incertitude souvent planait sur cette brillante carrière avec l’irrégularité des performances. Surtout que le talent ne suffit pas toujours. «Il m’est arrivé de douter. J’ai frôlé plusieurs fois le renvoi du club. Contrairement à ce que pensent beaucoup de jeunes, le droit à l’échec n’existe pas. La sélection est très dure. Une mauvaise série et on peut vous montrer la porte du club. Mon talent était reconnu, mais ce n’était pas suffisant», se rappelle Kanouté. La suite, on la connaît, Lyon en pro et West Ham dans le cadre d’un échange avec le regretté Marc-Vivien Foe. «Un garçon d’une grande gentillesse», se rappelle Freddy Kanouté. «Lorsque je suis arrivé à Londres, il s’est occupé de moi, m’a aidé à trouver mes marques dans la capitale», reconnaît le Franco-malien.

Le très pieux attaquant va enchaîner avec Tottenham, avant de signer au FC Séville où il obtiendra la reconnaissance internationale. «Séville me colle à la peau. J’ai 28 ans, je n’ai aucun titre. J’étais milieu offensif et le club me repositionne devant». Malgré un début difficile, le nouvel ambassadeur de la Caf va s’imposer en Andalousie et s’offrir la Coupe de l’Uefa remportée par le FC Séville aux dépens des Anglais de Middlesbrough. «C’est le plus beau souvenir de ma carrière de footballeur. C’était mon premier trophée. J’ai aussitôt pensé à ma mère qui m’avait accompagné la première fois à mon petit club de banlieue», affirme la star.

Pendant cette campagne, Frédéric Oumar a marqué six buts en 11 matches. Dans la foulée, il gagna la Super Coupe de l’Uefa aux dépens du FC  Barcelone, vainqueur de la Ligue des champions par 3-0. Et Kanouté a marqué le second but de son club. La saison suivante, il récidive en Coupe de l’Uefa et inscrit le 3000ème but du club en championnat. À presque trente ans, il laissait «une trace indélébile de son passage de sept années dans le grand club andalou, y disputant près de 300 matches en inscrivant un peu moins de 150 buts». Il est aujourd’hui une légende vivante à Séville.

Le Mali, un choix du cœur

International avec l’équipe de France Espoir, Frédéric Oumar Kanouté va vite se retrouver face à un choix délicat alors qu’il est aux portes de l’équipe de France A : continuer avec la France ou opter pour le Mali qui le sollicite depuis longtemps ? «Bien sûr, pour mon ego, cela aurait été sans doute plus flatteur de porter le maillot de l’équipe de France. Je pourrais dire que j’ai hésité, mais ce serait mentir. Je portais au fond de moi l’envie de revêtir celui du Mali, celui des Aigles, celui du pays de mon père», avoue Frédéric. Il disputa trois phases finales de Can (2004, 2008 et 2010) avec 7 buts à la clé et en 2007, le Glo/Caf Awards du «Meilleur footballeur africain».

Après deux saisons en Chine, Frédéric Oumar Kanouté a mis fin à sa brillante et prestigieuse carrière en 2013. Une réussite qui, au lieu de le rendre inaccessible comme beaucoup, a forgé en lui une foi inébranlable et une très grande humilité rehaussée par une générosité exceptionnelle. En témoignent ses prises de position en faveur de la Palestine et son engagement en faveur des plus jeunes et des plus déshérités. C’est ainsi qu’avant de raccrocher, il créa la «Fondation Kanouté» dont la plus belle réalisation est sans doute le «Centre Sakina» inauguré par le président Amadou Toumani Touré en 2011.

Il s’agit d’un village pour enfants orphelins, à une trentaine de kilomètres de la capitale malienne. La prise en charge va de l’éducation à la santé, en passant par le sport. Sans compter la chaleur d’un foyer. Ils sont aujourd’hui une soixantaine au village. «J’espère pouvoir en accueillir bientôt entre 100 et 150», disait-il récemment dans un entretien avec la presse.  «C’est une idée que j’ai eue au début des années 2000 et qui a vu le jour en 2011. Je l’ai ressentie comme un devoir. J’ai maintenant des projets d’agriculture et d’élevage pour étoffer cette réalisation», souligne la star socialement engagée.

En parallèle, il contribue au développement d’un centre de formation pour les jeunes footballeurs, sur le modèle sport-études. «On  ne doit pas dissocier l’un de l’autre», souligne Oumar Kanouté, qui a également un centre de formation à Dubaï qui accorde la priorité aux jeunes Africains. Il a également créé une société de management sportif pour accompagner les joueurs dans leur carrière sportive. Il n’est pas agent, mais travaille avec des agents, des avocats…

Un cœur en or au service du foot et des démunis

«L’ancien international malien, recordman de buts en sélection nationale, a voué une partie de sa vie aux autres alors qu’il aurait pu, comme beaucoup d’autres, gérer le patrimoine acquis tout au long de sa carrière», souligne un confrère. «À quoi cela sert-il d’avoir de l’argent si vous passez votre vie à le faire fructifier ?», s’interroge Freddy. «J’ai toujours pensé que ce que j’avais gagné, je devais en faire quelque chose d’utile, aider les autres et bien sûr, les plus jeunes. C’est dans mes gênes», répond-il.

Quand la Caf lui a demandé d’être son ambassadeur avec  l’Egyptien Mohamed Aboutreika, deux mois avant la CAN, il n’a pas hésité. «C’est un  honneur d’être un porte-drapeau d’une telle institution au service des plus jeunes, au service d’un  continent qui est le mien et qui me permet de me regarder dans la glace en me disant que ce que je fais n’est pas inutile», déclare le nouvel ambassadeur du foot africain. Il ajoute : «J’ai eu beaucoup de chance dans ma carrière, même s’il n’y a pas eu que des jours de bonheur. Je suis fier que beaucoup reconnaissent en moi un  footballeur qui a toujours fait honneur aux maillots qu’il a portés. Cette époque est terminée». Ainsi, «le temps est venu de me consacrer à ceux qui n’ont pas eu ma chance et essayer de leur offrir la possibilité d’avoir un avenir meilleur que celui qui leur était promis», conclut celui qui est désormais au Panthéon des meilleurs footballeurs d’Afrique, du monde.

Il faut rappeler que depuis mars 2014, Freddy est l’ambassadeur du foot malien. La notification officialisant cette nomination décline sa mission en six principaux points. Ainsi, il va aider à la promotion et à la formation des jeunes joueurs, entraîneurs et staffs techniques ; appuyer les démarches de la Fédération auprès des partenaires ; rechercher des sponsors pour les sélections nationales ; négocier des matches amicaux. L’ancienne gloire doit aussi assister le staff technique pendant les regroupements des joueurs dans le cadre des compétitions internationales ; et appuyer les démarches de la Fédération auprès des joueurs binationaux en vue de leur intégration dans les sélections nationales.

Ainsi, après sa retraite internationale, suite à la désastreuse Can «Angola 2010», Frédéric Oumar Kanouté demeure très actif et déterminé à apporter son expérience et son réseau à l’essor du football malien. Et cela, en toute discrétion. En effet, pour paraphraser un confrère, Freddy ne cherche jamais à se faire remarquer car c’est un grand et humble talent qui «cache sous une grande discrétion un cœur en or» !

Moussa BOLLY

 

(Avec cafonline.com)

Source: Le Reporter

Bolt fait sa rentrée en relais

La star mondiale de l’athlétisme Usain Bolt a disputé sa première course de l’année samedi lors des séries du relais 4 x 100 m des Gibson/McCook Memorial Relays au stade national de Kingston.

usain bolt coureur sportif jamaicain

Le sextuple champion olympique était le dernier relayeur d’une équipe  composée de  Mario Forsythe, Michael Frater et Warren Weir. Ils ont bouclé leur tour de piste avec un chrono de 39 sec 26/100e, soit le  2e temps des séries après le chrono de 38 sec 87/100e réalisé par l’équipe de  l’université technologique de Kingston. “J’ai fait une bonne course, c’était un bon début tôt le matin”, a indiqué  Bolt qui n’avait plus couru en Jamaïque depuis deux ans.

“J’ai hâte de participer à la finale dans la soirée”, a souligné le  détenteur des records du monde des 100, 200 m et relais 4 x 100 m. Bolt devait initialement faire sa rentrée sur 400 m le 14 février lors du  Camperdown Classic à Kingston, mais il avait finalement renoncer à participer à  cette course sans donner de raisons. Les Championnats du monde, qui auront lieu à Pékin du 22 au 30 août, seront  son objectif cette saison. Il n’a disputé que quatre courses en 2014, dont la finale du relais 4 x 100  m des Jeux du Commonwealth à Glasgow.

Source: francetvsport.fr

Le Mali bat le Sénégal et se qualifie à l’Afrobasket 2015

L’équipe nationale du Mali s’est qualifiée à l’Afrobasket 2015, après avoir battu celle du Sénégal (50-47), samedi à Dakar, lors du match retour de la double confrontation entre ces deux pays.

A la mi-temps, le Sénégal, en manque de réussite tout au long de la partie, menait par un point d’écart (20-19).

equipe nationale basket ball dame femme aigles

Les Aigles du Mali avaient annoncé la couleur, lors du match aller remporté à Bamako avec un écart de 22 points.

Quant aux Lions du Sénégal, ils comptent désormais sur une wild card (invitation) de la Fiba-Afrique, pour participer à cette compétition prévue en Tunisie.

AD

Source: aps.sn

Les Aiglons disputent la finale face à l’Afrique du Sud

Le Mali va jouer la finale de la CAN U17 dimanche 1er mars 2015 contre l’Afrique du Sud. Elle a obtenu son billet en s’imposant en demi-finale face à la Guinée sur la marque de 2 buts à 1, jeudi 26 février 2015, au stade Sény Koutché de Niamey au Niger.

football joueur ballon sportif equipe Aiglonnet cadets

La Guinée est éliminée en demi-finale de la 11e édition du Championnat d’Afrique des moins de 17 ans par le Mali. Les Guinéens ont été menés 1-0 en première période, grâce à un but de Sékou Koita à la 25ème minute de jeu. Le cours du jeu assez physique et dominé par les Maliens ne changera pas avant la fin de la première mi-temps.

Du retour des vestiaires, les Guinéens égalisent à la 51ème minute par l’entremise du numéro 17, Aboubacar Koïta. Cette égalisation, qui relançait également le jeu, permettant au Syli cadet de croire encore en ses chances, n’a pas émoussé les ardeurs des poulains du coach Baye Ba.

Deux minutes plus tard, profitant d’une faute commise par un Syli cadet,  Aly Mallé a redonné l’avantage aux Aiglons. Deux buts contre un, ce score restera inchangé jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre centre, l’algérien Moustapha Ghorbal.

Dominatrice sur presque tous les plans, l’équipe malienne a largement mérité sa victoire sur le Syli, qui joue la troisième place contre le Nigéria dimanche, quelques heures avant la finale. Une finale qui opposera donc le Mali à l’Afrique du Sud, 1er mars 2015, à 19 h (à Niamey) soit 18 h en temps universel.

Jacques MANASSÉ

Source: afriquinfos.com

Ministère des sports : Le favoritisme et le clientélisme comme mode de fonctionnement

Au ministère des Sports, seuls les militants de la Codem sont aujourd’hui considérés dans la gestion des affaires. Les autres cadres commencent à grincer des dents en raison de leur exclusion. Ils comptent sur une possible intervention du président IBK pour mettre fin à cette injustice qui n’a que trop durée.

Pour la Coupe du monde 2022, Blatter veut la finale au plus tard le 18 décembre

Quelques jours après que le groupe de travail de la FIFA a préconisé de mettre la finale de la Coupe du monde au 23 décembre, Sepp Blatter a opposé une fin de non-recevoir à l’hypothèse.
michel platini fifa uefa caf football

“Le Mondial 2022 ne durera pas jusqu’au 23 décembre, c’est un non définitif”, a affirmé le patron de la FIFA. Sepp Blatter, qui s’exprimait en marge d’une réunion de l’International Board (IFAB) à Belfast, a ensuite précisé sa pensée.

” Nous devrons nous arrêter le 18 décembre au plus tard”

Cette annonce intervient alors que les Ligues européennes sont vent debout contre les recommandations du groupe de travail de la FIFA. Celui-ci a préconisé d’organiser le tournoi de fin novembre à fin décembre pour éviter les chaleurs étouffantes de l’été et ne pas coïncider avec les JO d’hiver, avec un match d’ouverture le 26 novembre et une finale le 23 décembre.

La décision finale sera prise lors du Comité exécutif de la FIFA, les 19 et 20 mars à Zurich.

Blatter “ne voit pas pourquoi” il y aurait des compensations

La tenue de la finale du Mondial-2022 au plus tard le 18 décembre permettrait de ne pas empiéter sur le Boxing Day (26 décembre), date phare du calendrier de la Premier League en Angleterre.

Interrogé sur l’opposition des clubs européens et la demande de “dédommagements” financiers formulée par Karl-Heinz Rummenigge, patron de l’Association européenne des clubs (ECA), Blatter a répondu: “Je ne vois pas pourquoi ils devraient” toucher des compensations.

C’est un problème dont nous n’avons pas encore discuté en profondeur, a-t-il poursuivi. Mais j’ai été personnellement en contact avec Karl-Heinz Rummenigge avant cette décision pour voir comment une solution pouvait être trouvée”.

Ils ne sont pas contents, mais en ce moment c’est bien de faire du bruit autour de la FIFA et de la Coupe du monde au Qatar. Il y a plus de six ans pour se préparer. Il y aura une solution et tout le monde sera content“, a-t-il conclu.

Source: eurosport.fr

Après avoir débouté les « contestataires » dans sa lettre du 12 février adressée à Yéli Sissoko : La FIFA met désormais les gens qui veulent prendre le football malien en otage dans leurs « petits souliers » et s’en lave finalement les mains

Après la correspondance du 12 février 2015 adressée à Yéli Sissoko, l’un des “contestataires” de l’Assemblée Générale ordinaire de la Fédération Malienne de Football du 10 janvier dernier, la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) vient de réagir à une autre lettre envoyée par les “mêmes contestataires”.

Fémafoot : Les contestateurs contestés par la FIFA !

Accusé par ses détracteurs de mauvaise gestion au sein du bureau de la fédération malienne de football  qu’il dirige, c’est  finalement  le même  Boubacar Baba Diarra qui a eu gain de cause de la part de la FIFA  au détriment de ses détracteurs.

CAN U 17 au Niger : Les Aiglonnets du Mali qualifiés hier pour la finale

L’équipe nationale du Mali s’est imposée (2 buts à 1) hier jeudi contre la Guinée à Niamey et se qualifie pour la finale de la CAN U17, qui l’opposera à l’Afrique du Sud ce dimanche. C’est la deuxième fois que les Aiglonnets atteignent ce niveau après leur place de finaliste en 1997

Afrobasket masculin, Sénégal-Mali : LES AIGLES POUR CONFIRMER, LES LIONS POUR SE RACHETER

Les Aigles du Mali ont quitté Bamako hier soir pour le Sénégal où ils affronteront les Lions de la Teranga demain pour le compte des éliminatoires retour de l’Afrobasket masculin, Tunisie 2015. Au match aller disputé au Palais des sports d’Hamdallaye ACI, la sélection nationale s’était imposée par le score sans appel de 65 à 43. C’est donc avec une avance confortable de 22 points que les poulains de Sylvain Lautier se sont rendus hier au Sénégal et tous les espoirs sont permis pour Mohamed Tangara et ses coéquipiers.

Afrobasket joueur basketteur malien
A défaut de gagner à Dakar, les Aigles tenteront de ne pas perdre avec plus de 22 points d’écart. C’est dire que la sélection nationale peut perdre cette rencontre et se qualifier pour la phase finale.
Jugés à travers leur prestation au match aller, les Aigles ont les moyens de damer le pion aux Lions même dans leur fief au Sénégal. Il suffit aux nôtres de reproduire la copie du match presque parfait qu’ils ont livré au Palais des sports il y a juste une semaine. Il faut avoir un jeu intérieur très fort et exercé un pressing haut afin d’empêcher les Sénégalais de tourner et d’avoir des espaces pour les shoots à distance. Pour nombre d’observateurs, l’affaire semble déjà en poche pour les Aigles mais le sélectionneur national, Sylvain Lautier reste quand même prudent et met en garde ses joueurs contre tout excès de confiance. «Dès le lendemain de notre victoire, on s’est mis au travail car on sait que jouer contre le Sénégal à domicile n’est pas chose aisée. Donc c’est à nous d’être vigilant et surtout de pratiquer notre basket afin de ne pas tomber dans la facilité. Cette équipe du Sénégal a des individualités dans son rang qui sont capables de faire changer la physionomie d’une rencontre à tout moment. J’ai mis mes joueurs en garde contre toute déconcentration», insistera Sylvain Lautier. «Certes nous avons gagné avec 22 points de différence mais cela ne signifie pas forcément qu’on est meilleur à nos adversaires. Il faut oublier la victoire de l’aller et se remettre rapidement au travail.
Nous devons tout mettre en oeuvre pour se qualifier. On a intérêt à redoubler d’efforts afin d’achever le travail effectué à Bamako. Il faut que les jeunes arrivent à produire le même jeu ou faire plus que ce qu’ils ont fait lors de la manche aller», conclura le technicien.
Du côté sénégalais, on garde quelques espoirs malgré la lourde défaite du match aller. «Nous avions en face une bonne équipe du Mali qui était bien en place physiquement et tactiquement. Mais si les Maliens ont réussi à marquer plus de paniers à Bamako qu’est ce qui nous empêchera de faire autant à Dakar ?, avait commenté le sélectionneur sénégalais après la déroute de ses protégés. «Nous avons bien analysé le système de jeu malien, je pense qu’on trouvera une solution au jeu intérieur pratiqué par cette équipe et qui nous a été fatal», avait ajouté le technicien des Lions.

D. COULIBALY

Samedi 28 février au Palais des sports Marius N’Diaye
17h : Sénégal-Mali

source : L Essor

CAN des cadets : LE MALI EN FINALE CONTRE L’AFRIQUE DU SUD

Les Aiglonnets ont validé leur ticket pour le bouquet final en battant 2-1 la Guinée grâce à des réalisations de Sékou Koïta et Aly Mallé. Dans l’autre demi-finale, les Sud-africains ont dominé 1-0 le Nigeria

football joueur ballon sportif equipe Aiglonnet cadets

Et si les Aiglonnets, version Baye Bah, devenait la première sélection nationale de football à remporter une couronne continentale ? Le rêve est désormais permis pour le capitaine Abdoul Karim Danté et ses coéquipiers qui se sont qualifiés hier pour la finale de la 11è édition de la CAN des cadets en battant 2-1 la Guinée en demi-finale. Les deux buts maliens ont été marqués par Sékou Koïta (24è min) et Aly Mallé (52è min), tandis que l’unique réalisation du Sily cadet porte la signature d’Aboubacar Touré (50è min).
Les deux canonniers de la sélection nationale, Boubacar Traoré et Sidiki Maïga n’ont pas marqué hier contre les Guinéens mais cela n’a pas empêché les protégés de Baye Bah de faire trembler les filets adverses à deux reprises, portant ainsi à 8 leur nombre de buts marqués depuis le début du tournoi. La sélection malienne aurait même pu s’imposer par un score plus large si la ligne d’attaque n’avait manqué de réalisme et de justesse technique devant les buts guinéens. Mais pour le capitaine Abdoul Karim Danté et ses coéquipiers l’essentiel était la qualification pour la finale et les nôtres ont donné tout ce qu’ils avaient dans les tripes pour aller chercher la victoire, hier face aux Guinéens.
Après donc 1997 (défaite 1-0 devant l’Egypte), le Mali se hisse pour la deuxième fois de son histoire en finale de la CAN des cadets et affrontera l’Afrique du Sud qui a créé la sensation en écartant le Nigeria dans l’autre demi-finale (1-0). Si les protégés de Baye Bah l’emportent dimanche face aux Bafana Bafana cadets, ils deviendront les premiers footballeurs maliens à remporter une coupe d’Afrique des nations au niveau des sélections nationales.
Désormais le capitaine Abdoul Karim Danté et ses coéquipiers ne sont plus qu’à 90 minutes d’un sacre continental, mais pour réaliser ce rêve et offrir au Mali le premier trophée continental de son histoire au niveau des sélections nationales, il faudra battre l’Afrique du Sud. Des Sud Africains que les Aiglonnets ont déjà affrontés au premier tour et contre lesquels, ils ont concédé leur seul match nul du tournoi (2-2).
Maliens et Sud Africains se connaissent donc bien et le duel entre les deux sélections promet une belle empoignade, dimanche pour le bouquet final de cette 11è édition de la CAN, Niger 2015.
Cela est d’autant plus vrai que les Aiglonnets et les Bafana Bafana cadets ont les deux meilleures attaques du tournoi (8 buts en 4 matches pour chacune des deux sélections) et que les deux finalistes rêvent chacun de remporter leur premier titre continental.
Certes, le parcours des protégés de Baye Bah (3 victoires, 1 nul, contre 2 succès et autant de matches nuls pour l’Afrique du Sud) plaide en faveur du Mali, mais disons-le sans ambages, après avoir écarté le double champion d’Afrique nigérian, l’Afrique du Sud mérite d’être respectée et il faut s’attendre à voir les cadets de la nation arc-en-ciel, jouer à fond leurs chances, dimanche face aux Aiglonnets.

S. B. TOUNKARA

Jeudi 26 février au stade général Seyni Kountché
Mali-Guinée : 2-1
Buts de Sékou Koïta (24è min) et Aly Mallé (52è min) pour le Mali; Aboubacar Touré (50è min) pour la Guinée.
Arbitrage de Mustapha Ghorbal (Algérie) assisté d’Ahmed Hossam (Egypte) et de Soulaimane Amaldine (Comores).
Mali : Alou Traoré, Abdoul Karim Danté (cap), Siaka Bagayoko, Mamadou Sangaré, Ismael Traoré, Sidiki Maïga, Moussa Diakité, Aly Mallé (Dramane Simpara), Boubacar Traoré, Mamadou Fofana, Sekou Koïta (Mohamed Haïdara) (Ousmane Traoré). Entraîneur : Baye Bah.
Guinée : Moussa Camara, Mohamed Mory Kourouma (cap) (Ibrahima Camara), Fodé Camara, Moussa Soumah, Alseny Soumah, Morlaye Sylla (Naby Bangoura), Abdoul Karim Conté, Lassana Touré, Yamodou Touré, Aboubacar Touré, Sam Diallo. Entraîneur : Hamidou Camara.

source : L Essor

Afro-Basket, Match retour Mali-Senegal, demain samedi : Les sénégalais sur leurs pieds de guerre.

Battus proprement à Bamako, la semaine dernière ici à Bamako par 22 points d’écart, les sénégalais sont sur leurs pieds de guerre et entendent combler le retard de la semaine dernière.

Ligue des champions d’Afrique : L’AS KALOUM PREND SES QUARTIERS A HEREMAKONO

Les responsables de l’AS Kaloum ont animé une conférence de presse hier au complexe sportif de Hérémakono. Au cours de cette rencontre, deux grands sujets ont été abordés : le match AS Kaloum-Séwé sport comptant pour les préliminaires retour de la Ligue des champions et le choix du Mali pour abriter la rencontre. D’entrée de jeu, le conseiller du président du club; Ibréhima Sorel Sankhon indiquera que c’est à l’unanimité des membres de son comité directeur que l’AS Kaloum a décidé de disputer tous ses matches de coupe d’Afrique à Bamako. «Pour nous, expliquera-t-il, le choix du Mali est un choix du cœur et de raison. Choix du cœur parce que nous aimons le Mali qui un pays frère de la Guinée, choix de raison en raison de la proximité et des excellentes relations qui existent entre nos deux pays». «Au Mali, insistera Ibréhima Sorel Sankhon, nous sommes chez nous, depuis notre arrivée à Bamako, nous n’avons eu aucun problème. Nous sommes très contents d’être ici, tous nos matches à domicile se disputeront ici à Bamako».

François Zahoui entraîneur ligue champions afrique AS Kaloum terrain football sportif djoliba
Le directeur sportif du club Aly Touré abondera dans le même sens en soulignant l’accueil chaleureux qui a été réservé à la délégation de l’AS Kaloum par les responsables du Djoliba, la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) et les supporters. «Nous avons rencontré la Fédération malienne de football, elle a pris toutes les dispositions pour que la rencontre se déroule dans les meilleures conditions possibles», appuiera Aly Touré en mettant également l’accent sur la mobilisation de la presse sportive malienne. «Tout cela nous conforte dans notre décision d’organiser nos matches de coupe d’Afrique au Mali», résumera Aly Touré. 24h seulement après son arrivée à Bamako, poursuivra-t-il, la délégation a pris contact avec la communauté guinéenne vivant au Mali et l’Union des associations des supporters des Aigles du Mali. «Ces rencontres avaient pour but de mobiliser le plus grand nombre de supporters et nous sommes sûrs que les Maliens viendront massivement au terrain pour nous supporter. Des supporters viendront également de la Guinée», précisera Ibréhima Sorel Sankhon.
Concernant le match proprement dit, Aly Touré dira sans détours que l’AS Kaloum jouera pour la victoire et pas seulement pour la qualification. «Nous avons réalisé une bonne opération en allant gagner 2-1 en Côte d’Ivoire. Nous avons la ferme intention de confirmer ce résultat à Bamako en gagnant cette deuxième manche», martèlera le directeur sportif du club. «Je demande aux supporters de venir dimanche au stade, je leur promet qu’ils ne seront pas déçus», conclura Aly Touré, en présence de Mandala Conté et Moussa Diawara, deux anciens joueurs du Stade malien transférés en 2014 dans le club guinéen.
S. B. TOUNKARA

source : L Essor

CAN U17 : Le Mali en finale !

Le Mali s’est imposé 2-1 contre la Guinée au stade Général Seyni Kountché de Niamey ce jeudi. Les Aiglonnets se qualifient ainsi pour la finale de la CAN U17 où ils retrouveront l’Afrique du Sud (2-2 en phase de groupes), dimanche. Supérieurs au Syli cadet, les Maliens ont logiquement ouvert le score en contre par Sekou Koita (25e).

aiglon aigle mali cadet equipe nationale

Au retour des vestiaires, Aboubacar Touré égalise de la tête sur corner (51e). Mais Aly Malle redonne instantanément un avantage définitif aux jeunes pousses de Baye Bah sur coup-franc direct (53e). A l’issue d’une fin de match insipide, les Aiglonnets atteignent la finale pour la deuxième fois de leur histoire après 1997, lorsqu’ils avaient été battus par l’Egypte.

Par Afrik-Foot

Source: Afrik

CAN cadette : Le Mali à hauteur de souhait

Le Niger abrite le tournoi des de la Coupe d’Afrique des nations moins de 17 ans, à laquelle notre équipe a fait preuve de réalisme. Un exemple pour les autres sportifs toutes catégorie confondues pour placer le Mali haut dans l’estime du monde.

Depuis le début de cette compétition l’équipe malienne a montré un football fantastique qui a donné du plaisir à tous les amoureux du ballon rond. Une démonstration qui a poussé les Maliens à renouveler leur confiance au football en général et en la Fédération malienne de football en particulier.

En trois sorties, le Mali a battu  le Cameroun (3-1), enregistré un match nul (2-2) face à l’Afrique du Sud et clôturé la phase de poule par un succès sur la Côte d’Ivoire. D’où son ticket de qualification pour les demi-finales et la Coupe du monde au Chili. En demi-finale, le Mali rencontre ce jeudi la Guinée qui n’est pas une inconnue après leurs défaites en match amical, mais l’enjeu est différent, cette fois-ci.

Par cette performance, le coach Baye Bah et ses poulains méritent la reconnaissance nationale, les encouragements et le tam-tam de tout le peuple.

Yéhia M. Baby

Stagiaire

 

Source: L’Indicateur du Renouveau

CAN U17, Mali-Guinée : CHAUDES RETROUVAILLES EN PERSPECTIVE ENTRE LES AIGLONNETS ET LE SILY CADET

Avant le coup d’envoi de la CAN, les deux sélections s’étaient affrontées deux fois en amical pour une victoire de chaque côté.

aiglon aigle mali cadet equipe nationale
Cette fois, le contexte change parce qu’il y a le ticket de la finale en jeu

La deuxième demi-finale de la 11è édition de la CAN U17 opposera aujourd’hui au stade général Seny Kountché de Niamey le Mali à la Guinée. Cette rencontre sera la quatrième opposition entre les Aiglonnets et le Sily cadet en phase finale de CAN.
Pour le moment, le Mali mène deux victoires à une et un match nul. Si ces confrontations remontent à quelques années, les deux sélections se sont affrontées en amical il y a juste deux semaines, c’est-à-dire la veille de leur départ au Niger pour la CAN. Lors de ces deux rencontres amicales disputées à Bamako, Maliens et Guinéens se sont partagés la poire en deux : le Mali s’est imposé 3-0 à l’aller, avant de chuter 2-0 72h plus tard lors de la deuxième manche.
Les Aiglonnets et le Sily cadet ne se doutaient pas alors que leur chemin allait se croiser lors de la phase finale de la CAN, mais on peut parier que le technicien malien Baye Bah et son homologue guinéen ont tiré des enseignements de cette double confrontation qu’ils tenteront de mettre à profit pour piéger l’adversaire, aujourd’hui au stade général Seny Kountché.
La clé de cette deuxième demi-finale réside peut-être là : l’entraîneur qui aura tiré le maximum d’enseignements des deux matches de préparation abordera la rencontre avec un avantage certain, même si le dernier mot reviendra aux joueurs eux-mêmes.
L’équipe qui saura se transcender sur le terrain, qui développera plus d’arguments et qui manifestera plus d’envie, a beaucoup de chances de dicter sa loi et de se propulser en finale. Bien sûr, les matches de ce genre se jouent souvent sur de petits détails, mais après s’être affrontés deux fois avant la CAN, on peut penser que Maliens et Guinéens se connaissent désormais suffisamment et que cette demi-finale laisse peu de place au hasard.
Jugées à travers les trois sorties effectuées par les deux pays lors de la phase initiale, les Aiglonnets, aborderont la rencontre avec les faveurs du pronostic. Primo, la sélection cadette n’a concédé aucune défaite en trois matches (deux succès, un nul, contre une victoire, un nul et une défaite pour les Guinéens) et secundo, elle a terminé en tête de son groupe avec 7 points, alors que le Sily cadet n’a totalisé que 4 points.
Mais pour le sélectionneur national, ces statistiques appartiennent désormais au passé et ne comptent pas pour le match d’aujourd’hui. Baye Bah met donc en garde ses joueurs contre tout complexe de supériorité. «C’est avec beaucoup de confiance et de concentration que nous allons aborder cette demi-finale contre la Guinée, dit-il.
Cette phase est très difficile, les jeunes sont conscients de l’enjeu de la rencontre, comme ils savent également que le faux pas est désormais interdit»*. «On connaît un peu l’équipe guinéenne pour l’avoir affrontée deux fois en amical il y a juste un mois. C’est une équipe très technique et très joueuse. Je m’attends à une partie difficile, mais nous sommes confiants et nous miserons d’abord sur nos propres qualités. Inch Allah on va se qualifier», promet Baye Bah.
Pour le technicien malien, l’une des clés de la rencontre sera le mental. «La pression sera très forte, il faudra être fort mentalement pour tenir le choc», dira Baye Bah en précisant que mis à part Ismaël Traoré touché au genou contre l’Afrique du Sud et qui est incertain, tous les autres joueurs sont opérationnels pour le match d’aujourd’hui.

Envoyé spécial
B. THIERO
Aujourd’hui au stade général Seny Kountché
15h : Mali-Guinée

TROIS QUESTIONS AU SéLECTIONNNEUR BAYE BAH

L’Essor : Comment allez-vous aborder ce match contre le Sily cadet ?

Baye Bah : Avec beaucoup de prudence et de sérénité. La phase initiale est terminée, désormais ce sont des matches à élimination directe. Il faut garder la tête sur les épaules. C’est un duel qu’il faut impérativement gagner pour aller en finale. Je pense qu’on peut compter sur les enfants. Ils savent qu’ils ont un coup à jouer et qu’ils sont à la porte de l’histoire».
L’Essor : Selon-vous, quelle peut-être la clé du match pour le Mali ?

Baye Bah : D’abord le mental, l’enjeu est important et il ne fait guère de doute que la pression sera très forte. Il y a aussi les petits détails. L’équipe qui commettra moins d’erreurs a de bonnes chances de l’emporter. Dans tous les cas, l’objectif est désormais clair : c’est la victoire et nous jouerons pour ça.

L’Essor : Que pensez-vous de l’adversaire ?

Baye Bah : C’est une équipe que nous connaissons bien et qui dispose de joueurs talentueux notamment dans les couloirs. A défaut d’imposer notre jeu, il faut empêcher l’adversaire d’exploiter les couloirs. Ensuite, il faut être vigilant derrière parce la moindre erreur peut se payer cash. L’autre consigne, c’est empêcher les Guinéens de marquer les premiers. Contre l’Afrique du Sud, on a commis quelques erreurs en défense qui nous ont coûté deux buts dans le dernier quart d’heure. Fort heureusement, on menait déjà 2-0 au tableau d’affichage. On va donc essayer de marquer le plus vite possible et en même temps limiter les erreurs derrière. Les arguments offensifs développés jusque-là par l’équipe incitent à l’optimisme.

Propos recueillis par
Djènèba BAGAYOKO

LES SUPPORTERS MALIENS, DE L’éNERGIE en REVENDRE

Les supporters maliens ont beaucoup fait parler d’eux lors des trois matches de poules des Aiglonnets. Venue du Mali spécialement pour la CAN, la trentaine d’inconditionnels vient toujours au terrain vêtue aux couleurs nationales (vert-jaune-rouge) et pendant toute la durée du match, chante et danse dans les gradins au rythme divers instruments de musique.
Lors de la première sortie des Aiglonnets contre les Camerounais (3-1), comme face à l’Afrique du Sud ou encore la Côte d’Ivoire, les supporters maliens ont émerveillé le public nigérien entonnant sans discontinuer les chansons à la gloire de la sélection nationale. Présente au Niger, l’ancienne internationale de basket et ancienne capitaine de la sélection nationale féminine, Hamchétou Maïga s’est dit impressionnée par le comportement des supporters maliens qui, soulignera-t-elle, «jouent le rôle de véritable 12è homme des Aiglonnets». «Ils (les supporters, ndlr) sont merveilleux, ça fait longtemps que je n’avais pas vu dans un stade. Je suis très fière d’eux», s’exclamera la championne d’Afrique 2007 après la belle victoire des Aiglonnets contre la Côte d’Ivoire (1-0).
Pour Assan Kanté, le succès contre les cadets ivoiriens restera à jamais gravé dans les anales du football malien. «C’est une victoire historique, les mots me manquent pour exprimer ma joie. Je félicite toute l’équipe et souhaite bonne chance aux enfants pour la suite des événements», dira-t-elle, avant de se fondre dans un groupe de supporters qui chantait et dansait à la sortie du stade. Parmi ces inconditionnels figurait celui que tout le monde appelle «Le Roi du soleil». Grand supporter des sélections nationales et l’un des principaux animateurs de la célèbre troupe de l’Union nationale des associations des supporters des Aigles du Mali (UNASAM), «Le Roi du soleil» renchérira en disant que c’est la première fois pour lui de voir une sélection malienne damer le pion à la Côte d’Ivoire. La joie du grand supporter était normale, mais il faut dire qu’au niveau des catégories d’âge, le Mali a dominé la Côte d’Ivoire à plusieurs reprises.
D. B.

source :  L Essor

Mopti : UN GALA SPECIAL POUR RELANCER LA LUTTE EN 5è REGION

La Fédération malienne de luttes associées  (FMLA) a organisé un grand gala, le samedi 21 février à Mopti. La compétition s’est déroulée sur le terrain scolaire de Gangal en présence du représentant du gouverneur, Alassane   Diallo, le président de la ligue de lutte de Mopti, Amadou Goro et du secrétaire général de la FMLA, Balla Diawara. Organisé par la Fédération malienne de luttes associées,  en collaboration avec la ligue régionale, le gala a mis aux prises les lutteurs de Mopti, Koro et Sikasso repartis en 5 catégories : les 66, 76, 86, -100 et +100 kg.



fédération malienne luttes traditionnelle associées lutte dogon fmla
A l’issue des confrontations, l’écurie de Koro s’est hissée sur la première marche du podium, devant Mopti et Sikasso. Les vainqueurs ont reçu chacun une enveloppe de 25.000 F cfa, contre 20.000 F et 10.000 F, respectivement pour les deuxième et troisième. Les trois écuries participantes ont reçu chacune une enveloppe de 50.000 F cfa.
Dans son allocution de clôture, le secrétaire général de la fédération, Balla Diawara indiquera que ce gala spécial organisé dans la Venise «s’inscrit dans le cadre de la promotion et du développement de la lutte en 5è Région».
Il rappellera que Hamidou Zoromé et Amadou Ongoïba, deux anciens lutteurs issus de la ligue de Mopti ont fait la gloire de l’équipe nationale et figurent parmi les premiers licenciés de la Fédération internationale de luttes associées». Après avoir témoigné sa reconnaissance aux sponsors du gala (le secrétaire général de la FMLA citera, entre autres, Malitel, Togouna Industrie, ANASER, les Boulangeries Kansaye, les Etablissements Soumaila Togo et frères, Bavaria), Balla Diawara invitera les ligues à se préparer pour la 12è édition du championnat national prévue le 28 mars prochain.
Le représentant du gouverneur, Alassane Diallo et le président de la ligue régionale, Amadou Goro ont salué chacun l’organisation d’un gala spécial à Mopti et promis que les lutteurs de la Venise participeront au prochain championnat.
D. COULIBALY
AMAP-Mopti

source : L Essor

La CAN 2023 en Guinée devrait être décalée au mois de juin

La Coupe d’Afrique des nations 2023 en Guinée, devrait se dérouler au mois de juin, a annoncé mercredi Jérôme Valcke, secrétaire générale de la Fifa. Cette décision fait suite à la probable reprogrammation de la Coupe du monde au Qatar en novembre et décembre 2022.

confederation africaine football caf logo

La Coupe d’Afrique des nations 2023, dont l’organisation a été attribuée à la Guinée, devrait se dérouler au mois de juin, et non en janvier-février comme à l’accoutumée, a annoncé mercredi Jérôme Valcke, secrétaire générale de la Fifa. Cette décision aurait été prise pour tenir compte de la très probable reprogrammation de la Coupe du monde au Qatar en novembre et décembre 2022.

« L’Afrique a immédiatement et gentiment accepté de ne pas organiser la Coupe d’Afrique des nations en janvier 2023 », a confié Jérôme Valcke, en marge d’une réunion du comité d’organisation de la Coupe du monde 2022, à Doha. « Elle repoussera le tournoi à juin de façon à éviter que les joueurs africains soient engagés en Coupe du monde puis, deux semaines plus tard, à la CAN », a précisé Jérôme Valcke.

Selon Junior Binyam, porte-parole de la Confédération africaine de football (CAF), cité par l’AFP, l’organisation africaine est « à 100% » en faveur de tout changement du calendrier international lié à l’organisation de la Coupe du monde.

Mardi 24 février, des représentants de la Fifa, des principales ligues professionnelles et des joueurs se sont réunis à Doha pour évoquer l’impossibilité de jouer la Coupe du monde 2022 au Qatar pendant les dates traditionnelles (juin-juillet) en raison des fortes chaleurs qui règnent alors dans l’émirat.

Les mois de novembre et décembre 2022 ont été préconisés par le groupe de travail, en dépit d’un fort rejet de la part des représentants des clubs européens. La décision finale doit être pris les 19 et 20 mars à l’occasion de la réunion du comité exécutif de la Fifa.

La CAN, pour sa part, réunit tous les deux ans les seize meilleures sélections africaines à partir de la mi-janvier durant trois semaines. La CAF a toujours résisté aux pressions des clubs européens appelant à organiser le tournoi tous les quatre ans, au mois de juin.

Les clubs français, espagnols ou anglais ont été durement affectés par les convocations de leurs joueurs lors de la CAN 2015 disputée en Guinée équatoriale. Manchester City a ainsi dû se passer de son milieu de terrain ivoirien Yaya Touré durant cinq semaines.

Le président de la CAF Issa Hayatou a déjà, par le passé, écarté l’éventualité d’organiser le tournoi en juin en raison de la forte chaleur dans le nord du continent africain, de la pluie dans l’ouest et du froid au sud. En Guinée, juin est la saison des pluies avec une moyenne de vingt-trois jours de précipitation dans le mois.

 

Source: RFI (Avec AFP)

CAN u17 : l’Afrique du Sud élimine le Nigéria

L’Afrique du Sud a obtenu son billet pour la finale de la Coupe d’Afrique des Nations des moins de 17 ans en battant le Nigéria (1-0) à Niamey.

supporteur equipe nationale football afrique sud

Après l’élimination de la Côte d’Ivoire, champion en titre, lors de la phase de poules, les Amajimbos réussissent l’exploit d’éliminer le vice champion en titre.

Khanyisa Mayo a inscrit l’unique but de la rencontre en profitant d’une erreur de placement de Saddam Awal à la 27e minute.

L’Afrique du Sud se qualifie pour sa première finale dans la catégorie et attend en finale le vainqueur de la rencontre entre le Mali et la Guinée qui se jouera le jeudi 26 février, 15H GMT.

Burkina Faso : La surprise Gernot Rohr

Gernot Rohr a été désigné nouveau sélectionneur du Burkina Faso dans la nuit de mardi à mercredi. L’ancien sélectionneur du Gabon et du Niger a été préféré au Nigérian Stephen Keshi et au Serbe Milovan Rajevac qui possédaient pourtant un CV plus impressionnant.

Gernot Roh entraineur equipe football nationale bourkina faso

Si la Fédération du Burkina Faso (FBF) avait pris quelques jours de retard pour annoncer la short-list des trois techniciens retenus pour succéder à Paul Put au poste de sélectionneur des Etalons, elle n’a en revanche pas perdu de temps pour désigner l’heureux élu. Attendu “sous trois semaines“, l’identité du nouveau sélectionneur du vice-champion d’Afrique 2013 a été annoncée dans la nuit de mardi à mercredi, au bout d’une semaine seulement. Il s’agit de Gernot Rohr.

Le technicien franco-allemand sera présenté à la presse dans quelques jours une fois son contrat finalisé. En concurrence avec le Nigérian Stephen Keshi, champion d’Afrique 2013, et le Serbe Milovan Rajevac, passé tout près de conduire le Ghana jusqu’en demi-finale de la Coupe du monde 2010, l’ancien entraîneur des Girondins de Bordeaux et de l’OGC Nice ne partait pas favori.

Un objectif : rebondir

A l’issue d’auditions menées avec les trois postulants, c’est pourtant sur lui que s’est porté le choix de la FBF. A 61 ans, l’ancien défenseur compte deux participations à la CAN. La première en 2012 avec le Gabon qu’il a mené en quart de finale à domicile. La seconde en 2013 avec le Niger à qui il a permis de décrocher son premier point en phase finale.

Entre impayés, manque de moyens et échec à la qualification pour la CAN 2015, la fin de la collaboration de Gernot Rohr avec le Mena National a été plus compliquée. Le technicien franco-allemand est donc en quête de rebond. Ça tombe bien, après une CAN décevante marquée par une élimination au premier tour, les Etalons le sont aussi. Un parallèle qui a peut-être convaincu les dirigeants de la FBF.

Source: afrik.com

Conseil National de la Fédération Malienne de Boxe : Le Président Mamadou Sanogo réélu pour un nouveau mandat de 4 ans

Le président de la Fédération Malienne de Boxe, Mamadou Sanogo vient d’être réélu à la tête d’un bureau de 13 membres pour un nouveau mandat de 4 ans. Il a comme 1er vice-président, Sidi Diallo, qui assurait auparavant le poste de Secrétaire général.

Daba Modibo Kéïta, double champion du monde de taekwondo : « Oui, je suis prêt. La médaille olympique demeure une priorité pour moi en 2016″

Le double champion du monde de taekwondo, Daba Modibo Kéita semble être prêt pour la conquête de la médaille d’or aux prochains Jeux Olympiques prévus à Rio, au Brésil, en 2016. Pour cela, cet athlète hors – pair, qui fait la fierté du Mali, a tout simplement besoin d’être dans les meilleures conditions.

Promotion du secteur prive au mali : Pour l’amélioration de la compétitivité

Dans le but de rendre plus compétitive l’économie malienne, les acteurs de la promotion du secteur privé ont procédé au lancement officiel du projet Hub IIT « Intégrer l’Information Technologique du Centre du Secteur Privé de Bamako ». C’était le lundi 16 février au CSP sous la présidence de Me Gaoussou Diarra, Ministre de la Promotion des Investissements et du Secteur Privé.

Mamadou Gaoussou Diarra MINISTRE JEUNESSE SPORTS ACNOA

Après une année de préparation, le projet Hub IIT « Intégrer l’Information Technologique du Centre du Secteur Privé de Bamako », vient d’être réalisé. L’objectif est d’améliorer la compétitivité des micros, petites et moyennes entreprises maliennes (MPME) en favorisant leur accès aux technologies de transformation et aux équipements dans plusieurs filières : les fruits et les légumes, les céréales, le sésame, les produits laitiers, les produits carnés et les produits de cueillette.

Ce projet constitue un ouf de soulagement pour les opérateurs économiques qui sont permanemment confrontés aux problèmes d’accès à l’information économique. Il est, à juste titre le fruit d’une synergie d’actions entre Les différents acteurs de la promotion du secteur privé malien.

En effet, ce projet est financé par l’AFD avec l’appui d’ICCO et mis en œuvre par le CSP à travers une convention signée le 10 février 2015 entre l’association TECH-DEV et l’APEP.

Le montant du financement s’élève à 409.789 Euros soit environ 268.411.795 FCFA. « Le présent projet est une phase pilote qui en cas de réussite prouvée par les évaluations prévues passera à une phase d’essaimage dans toute l’Afrique  d’où un autre enjeu qui ne nous échappe pas », a signalé Mme Gakou Salimata Fofana, présidente de l’APEP.

Quant au Ministre Diarra, cet événement revêt une importance symbolique. Il s’agit de la relance de la promotion économique du secteur privé malien à travers les nouvelles technologies de l’information et de la communication. « Cette innovation contribuera non seulement à la rélance des grands projets d’investissements, mais aussi et surtout, améliorera l’environnement des affaires et rendant plus compétitive l’économie malienne », a affirmé le ministre.

Selon lui, cette initiative s’inscrit en droite ligne de la vision du président de la République, SEM Ibrahim Boubacar Keita, en matière de promotion du secteur privé au Mali.

B. Coulibaly

Source: L’Agora

Réaménagement du bureau du Djoliba AC : Quand Tidiane Niambélé sacrifie tous les proches de Boubacar Baba Diarra

L’information est tombée, lundi après-midi. Le président du Djoliba Athlétic Club de Bamako, Tidiane Médian Niambélé a procédé à un changement au sein du bureau. Selon lui-même, il s’agit de redynamiser les actions du club.

7ème journée du championnat national ligue 1 Orange : Le Stade maintient la pression sur le COB

Suite à la médiation du ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, le championnat national de football ligue 1 Orange a repris ses droits.

CAN U17, CÔTE D’IVOIRE-MALI, 0-1 : Les Aiglonnets s’offrent les demi-finales et le mondial au Chili

Les Aiglonnets ont obtenu leurs tickets de la demi-finale de la CAN et de la phase finale du Mondial en Chili en battant (1-0) les Eléphanteaux de la Côte d’Ivoire, champions d’Afrique en titre. Courte mais précieuse victoire car permettant à Abdoul Karim Danté et ses coéquipiers d’obtenir non seulement le ticket des demi-finales, mais aussi et surtout celui de la Coupe du monde de la catégorie prévue en été prochain au Chili.

footballeur joueurs equipe Aiglonnet cadet

Pour leur dernière sortie dans le groupe B, les Aiglonnets du Mali ont battu les Eléphanteaux de la Côte d’Ivoire par 1-0. Une réalisation de Boubacar Traoré à la 35e minute du jeu.

Les Aiglonnets sont passés à côté de plusieurs occasions d’aggraver le score, surtout en seconde mi-temps. Après le nul (2-2) concédé aux Sud Africains dans les ultimes minutes, on craignait que les jeunes ne craquent dans cette rencontre décisive.

Ils ont tenu, mais la qualification a été acquise au prix d’une grande débauche d’énergie. «Nous avons vécu ces 90 mn avec beaucoup de souffrance. Mais, la fin justifie les moyens. Nous avons certes raté de belles occasions de but, mais nous étions aussi face à une équipe de taille», a déclaré Baye Bah, le sélectionneur des Aiglonnets, après la rencontre.

La sélection nationale cadette a dû utiliser tous ses atouts pour tirer son épingle du jeu. «J’ai une équipe complète qui peut marquer à tout moment, c’est ce qui fait sa force», a précisé le coach.

Pour le capitaine Abdoul Karim Danté, «les erreurs survenues dans le match étaient dues à un manque de compréhension entre nous et c’est ce que nous allons essayer de réparer avant la rencontre contre la Guinée». Il n’a pas manqué de remercier «ceux qui nous ont fait confiance» et de promettre : «nous ferons tout pour ne pas les décevoir».

Le Mali termine cette phase à la tête du groupe B avec 7 points. Notre pays devance l’Afrique du Sud qui a six points, la Côte d’Ivoire (4 points) et le Cameroun (0 point). Champions d’Afrique en titre, les Eléphanteaux de la Côte d’Ivoire finissent 3e du groupe B et sont éliminés dès le premier tour.

Dans le groupe A, ce sont le Nigeria (7 points) et la Guinée-Conakry (4 points) qui ont franchi le premier tour aux dépens de la Zambie et du Niger, pays organisateur, qui ont tous les deux 3 points.

La première demi-finale opposera donc le Nigeria à l’Afrique du Sud le mercredi 25 février 2015. Le Mali disputera sa demi-finale contre la Guinée Conakry le jeudi 26 février 2015.

Un adversaire qui n’est pas inconnu de nos cadets puisque les Guinéens sont passés par Bamako pour préparer la compétition. Et le match amical qui a opposé les deux formations s’était soldé par une large victoire (3-0) des Aiglonnets.

Un succès à oublier maintenant parce que les donnes changent en fonction des enjeux. Les Guinéens vont jouer crânement leur chance. Aux nôtres de ne pas leur laisser l’initiative. Et l’encadrement technique en est visiblement conscient.

«Le match contre la Guinée, en demi-finale, ne sera pas chose facile car les Guinéens auront leur mot à dire», souligne Baye Bah. Mais, rappelle le technicien un moment décrié par les chroniqueurs sportifs, «nous sommes là pour une mission et on l’accomplira, Inch Allah».

Tout est maintenant possible, y compris un sacre continental. Aux Aiglonnets de jouer sans complexe et de croire en leur bonne Etoile dans le ciel de Niamey !

Moussa BOLLY

(Avec Youma Coulibaly, depuis Niamey)

Source: Le Reporter

Encadrés : Une séance de lecture du Saint Coran pour les Aiglonnets

Avant ce match gagné contre la Côte d’Ivoire, la délégation malienne et le Haut conseil des Maliens du Niger ont organisé une séance de lecture du Saint-Coran à Niamey dans la matinée du samedi 21 février 2015.

footballeur joueurs equipe Aiglonnet cadet

Ce recueillement spirituel était une manière de remercier le Tout-Puissant et lui demander son assistance pour le dernier match du groupe contre la Côte d’Ivoire.

«Nous demandons à Dieu de veiller sur nos jeunes afin qu’ils obtiennent facilement le ticket des demi-finales. Nous prions aussi pour le retour de la paix définitive au Mali», a déclaré le chef de la délégation, Colonel Abdrahamane Diarra, au début de la lecture.

Avant, la délégation malienne avait reçu la visite du chef de la diplomatie malienne au Niger, Alhamdou AG IL YENE.  En partance pour Alger où il prend part aux pourparlers inter-maliens sur la crise du Nord, l’ambassadeur du Mali au Niger tenait à s’enquérir des conditions de séjour de ses compatriotes.

En bon «Diatigui» (hôte), M. Alhamdou avait depuis Alger donné des instructions fermes pour que toutes les commodités nécessaires soient offertes à la délégation.

«Revenu à Niamey pour la visite officielle du Premier ministre Modibo Kéita, il était un devoir pour moi de venir vous voir et m’assurer que tout se passe bien pour vous ici… Nous vous suivons de là où nous sommes et nous vous encourageons à continuer de donner le meilleur de vous-mêmes pour mériter de la patrie», a déclaré le visiteur du jour, Alhamdou AG IL YENE.

On peut dire que les prières faites ont été exaucées ! Mais, gageons que les protégés de Baye Bah vont continuer sur cette lancée en mouillant le maillot pour franchir le cap des demi-finales et pourquoi pas se hisser sur la plus haute marche du Podium !

 

Les Aiglonnets réconfortés par des membres du gouvernement

Le 20 février dernier, les Aiglonnets du Mali avaient la visite surprise du ministre des Mines et de celui de l’Emploi de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, respectivement Boubou Cissé et Mahamane Baby.

Tenu en échec (2-2, après avoir mené 2-0) par l’Afrique du Sud la veille, les Aiglonnets ont été surpris de la visite matinale des deux membres du gouvernement à leur hôtel.

À la demande du Premier ministre Modibo Kéita, ils étaient venus remonter le moral et encourager les protégés de Baye Bah très abattus par le nul concédé aux cadets Sud-africains.

Cette visite a confirmé aux joueurs et à l’encadrement technique que tout le Mali est derrière eux. Ce n’est donc pas le moment de baiser les bras face au premier obstacle. Ils sont encore maîtres de leur destin et doivent mouiller le maillot pour atteindre leur objectif du départ.
Message bien capté par le capitaine Abdoul Karim Danté et ses coéquipiers qui promettent de corriger les erreurs commises pendant ce second match.

Pour ce qui est du séjour, le coach Baye dira qu’ils sont dans des conditions adéquates. «Le ministère des Sports et la fédération n’ont vraiment pas failli à leurs missions. À nous maintenant de mouiller le maillot pour faire honneur au drapeau national», a assuré le technicien.

Auparavant, la délégation et les visiteurs du jour avaient chanté l’Hymne national du Mali qui, selon le Colonel Abdrahamane Diarra (chef de la délégation), se fait à l’hôtel tous les matins. Une culture de la citoyenneté qui a été vivement saluée par le ministre en charge de la Construction citoyenne.
Avant de se retirer, les visiteurs ont salué les efforts du chef de la délégation malienne et souhaité bonne chance aux Aiglonnets pour la suite de la compétition.

Rassemblés par Youma Coulibaly

Cellule Com /M-SPORTS

 

Depuis Niamey, au Niger

Source: Le Reporter

[CAN 2023] : La CAF reporterait la CAN 2023 en cas de coupe du Monde 2022 en hiver

La Confédération Africaine de Football a indiqué aujourd’hui qu’elle pourrait être amenée à reporter les épreuves de la Coupe d’Afrique des Nations 2023.

confederation africaine football caf logo

Cette compétition, qui sera disputée en Guinée, pourrait être reportée de quelques mois ou d’une année.

La cause de ce report serait la possibilité de disputer la Coupe du Monde 2022 durant les mois de novembre et décembre.

La Confédération Africaine de Football devrait alors reporter la CAN 2023 à l’été 2023 ou les mois de janvier et février 2024.

Source: tunisie-foot.com

Afrique: CAN U17 / Meilleur buteur, meilleure attaque – Tous les chiffres avant les demi-finales

La CAN U17 sera à l’étape des demi-finales à partir de ce mercredi au Niger. Qualifiés pour le dernier carré, le Nigéria, le Mali, l’Afrique du Sud et la Guinée vont se battre pour les deux places qualificatives pour lafinale. Mais avant, on fait le point à l’issue de la phase de groupes.

footballeur joueurs equipe Aiglonnet cadet

Jusque-là, le spectacle est au rendez-vous dans la CAN U17. Au terme de la phase de poules, 34 buts ont été inscrits au total. 11 après la première journée, 12 buts lors de la deuxième journée puis 12 pour cette 3è journée.

La palme de la meilleur attaque est désormais détenue par l’Afrique du Sud auteure de 7 buts. Le Mali et le Nigéria suivent avec 6 réalisations.

Les Nigérians Kelechi Nwakali et Victor James trustent le classement des meilleurs buteurs avec 3 buts chacun. Tout comme le Malien Boubacar Traoré. Encore en lice, le Sud-africain Nelson Maluleke compte 2 réalisations.

Source: allAfrica.com

Première édition du mémorial Loki Diallo : l’honorable Guédiouma Sanogo en vedette

L’Amical du conseil des jeunes du Ganadougou (ACJG), sous les règlements de l’Union cycliste internationale (UCI), la première édition du Mémorial Loki Diallo, le 27 décembre 2014 à Nièna, cercle de Sikasso, sous le co-parrainage de l’honorable Guédiouma Sanogo, député élu à Sikasso. Une occasion pour l’honorable de magnifier les relations pacifiques séculaires empreintes de cousinage qu’entretiennent les populations Ganas et Sénoufos de la contrée.

honorable Guédiouma sanogo depute sikasso

L’Amical du conseil des jeunes du Ganadougou (ACJG) n’a pas du tout regretté la désignation de l’honorable Guédiouma Sanogo, député élu à Sikasso, comme co-parrain de la première édition du Mémorial Loki Diallo, aux côtés de personnalités aussi éminentes que M. Bakary Togola, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, M. Mohamed Sidibé, M. Kalfa Sanogo, M. Alassane Diallo, M. Tiona Mathieu Koné et Mme Togola Maïmouna Diallo. Tant l’homme a su trouver le discours qui va renforcer la cohabitation des populations de la contrée : les Ganas et les Sénoufos.

En lançant cette première édition à Nièna, l’honorable Sanogo, dans un style qui lui est propre a su magnifier les relations pacifiques séculaires empreintes de cousinage qu’entretiennent les populations de la localité en l’occurrence les Sénoufos et les Ganas.

« L’honneur qui a été fait à ma modeste personne en me désignant co-parrain de la première édition du Mémorial Loki Diallo fera certainement date dans les annales des relations très cordiales, amicales et fraternelles qui ont existé de tous temps entre les populations sénoufo et celles du Ganadougou. En effet, votre heureuse initiative donne tout son sens et tout son contenu au vieil adage qui dit ‘’ Aucun événement organisé par les Ganas ne saurait connaître le succès sans qu’un Sénoufo y soit associé et aucun événement organisé par les Sénoufos ne saurait connaître la réussite sans qu’un Gana y soit associé’’. La palme revient aux Ganas d’avoir traduit dans les faits cet adage avec cet événement de la plus haute importance. Nous vous en sommes infiniment reconnaissants. Soyez assurés que nous Sénoufos vous « rendrons la pareille. En d’autres termes, nous entendons désigner un ressortissant du Ganadougou parrain du prochain événement phare qui sera organisé par le peuple sénoufo de l’ex-Arrondissement de N’Kourala », a expliqué l’honorable Sanogo.

Cette première édition du Mémorial Loki Diallo a été disputée par les cyclistes répartis en deux catégories : les juniors âgés de moins de 18 ans (garçons et filles) et les séniors âgés de 18 ans et plus. Elle s’est déroulée sur une distance de 130 kilomètres pour les séniors (Nièna-Tiola-Tienkoungoba-Nièna une fois, Nièna-Tiola-Kobougoula-Nièna 3 fois) ; 30 kilomètres pour les juniors garçons et 20 kilomètres pour les filles (Nièna-Plaine-Kobougoula-Nièna 3 fois pour les garçons et 2 fois pour les filles). Les vainqueurs des différentes catégories ont chacun bénéficié d’une belle récompense.

« S’agissant de la première édition du Mémorial Loki Diallo, permettez-moi de dire quelques mots au sujet de feu Loki Diallo. Pour les gens de ma génération, Loki Diallo fut et demeure le plus grand coureur cycliste de tous les temps que la région de Sikasso ait connu. Son palmarès est édifiant et est, on ne peut plus, éloquent. Des voies plus autorisées que la mienne vous ont déjà présenté son palmarès. Ce grand sportif dont nous commémorons la mémoire aujourd’hui a donné ses lettres de noblesse au cyclisme au Ganadougou, que dis-je, dans la région de Sikasso et au niveau national. A ce stade de mon propos, je voudrais vous demander de vous lever et d’observer une minute de silence en la mémoire de feu Loki Diallo. Compte tenu du palmarès de Loki Diallo, je voudrais, du haut de cette tribune, lancer un vibrant appel au Ministre des sports et à la Fédération malienne de cyclisme afin que cet événement soit institutionnalisé et organisé dorénavant à une fréquence à déterminer par les différentes parties prenantes. Pourquoi ne pas en faire un événement national voire international à l’instar du Tour de France ? », a souligné l’honorable Sanogo.

Cette première édition avait comme sponsors, Orange-Mali, Egeneb TP, Wassa Mining, BNDA, Kafo Jiginew, Ferme piscicol, Gana Transport, Gnoumani SA de Diadié Bah et les marraines étaient Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la Culture à l’époque ; Mme Togola Maïmouna Diallo, opérateur économique.

L’Honorable Guédiouma Sanogo, faut-il le rappeler, a été élu député en novembre 2013 dans le cercle de Sikasso, Mali. Il était 7e Vice-président dans le bureau sortant de l’Assemblée nationale du Mali. Il est le coordonnateur adjoint du Réseau de la Banque mondiale et du FMI et membre de la Commission affaires étrangères à l’AN du Mali. Il est membre de l’Association internationale des interprètes de conférence (AIIC) dont le siège est à Genève, Suisse. Il est le promoteur de TRANSCOM, une société d’organisation de conférences, d’interprétation et de traduction basée à Bamako. Il est également le promoteur d’une galerie d’art, Sunjata Créations, sise à Bamako.

Source: autre presse

Contrainte de jouer hors de son territoire à cause du virus Ebola : L’AS Kaloum de Guinée fière d’affronter le Sewé Sport d’Abidjan à Bamako ce dimanche en Ligue des Champions

Après la victoire (2 buts à 1) à Abidjan face au Sewé Sport en match aller du premier tour de la Ligue des Champions, l’Association Sportive de Kaloum, champion en titre de la Guinée, a choisi Bamako pour le match retour, prévu ce dimanche 1er mars.

equipe joueur as kaloum

La délégation guinéenne est arrivée, hier lundi aux environs de 8 heures, à Bamako. « Nous sommes très fiers d’être à Bamako parce que nous sommes chez nous. Pour nous, il fallait venir plutôt pour nous préparer dans de meilleures conditions » a confié le Directeur sportif de l’équipe, Aly Touré, à l’aéroport.

‘Association Sportive de Kaloum est l’un des grands clubs de la Guinée Conakry. Elle a remporté plusieurs fois les titres de champion et de la Coupe de Guinée. En tant que champion de la saison (2013 – 2014) le club représente la Guinée en Ligue des Champions où il a déjà battu Sewé Sport (2 buts à 1) lors du match aller à Abidjan.

Comme Horoya Athlétique Club, un autre club guinéen, en Coupe de la Confédération Africaine de Football (CAF) l’AS Kaloum a décidé de jouer son match retour face au Sewé Sport d’Abidjan à Bamako, ce dimanche 1er mars. Ce qui est, une exigence de la Confédération Africaine de Football, à cause de la maladie à virus Ebola.

C’est hier aux environs de 8 heures que l’équipe guinéenne est arrivée à l’Aéroport international Bamako-Sénou, au grand complet. On sentait déjà la joie sur le visage des dirigeants et certains joueurs. De l’aéroport, la délégation a regagné le Complexe sportif de Hèrèmakono où elle passera tout le séjour.

Aux dires du Directeur sportif de l’AS Kaloum, Aly Touré, la présence du club à Bamako vise à mieux préparer cette rencontre capitale contre le Sewé Sport. Il s’agit de faire un bon résultat pour se qualifier au second tour. « Je pense que le Sewé est une bonne équipe. Nous avons disputé la première manche avec beaucoup de sérieux, car le club ivoirien est un habitué de cette compétition. Nous sommes conscients de l’enjeu de ce match retour. Raison pour laquelle, nous voulons nous préparer à Bamako. Cette rencontre va se jouer sur des détails. Nous sommes très confiants pour entamer cette 2ème rencontre dimanche prochain » dira le Directeur sportif du club. Avant de préciser que : « le Mali est un pays frère de la Guinée. C’est le seul pays qui n’a pas fermé ses frontières. Logiquement, Bamako, c’est chez nous. Nous devons rester concentrés sur ce match, car il nous reste 90 mn pour se qualifier ».

Le capitaine de l’AS Kaloum, Adama Ben Banh, ancien joueur de l’Africa Sport d’Abidjan, est très fier d’être à Bamako : « Nous sommes à Bamako pour nous s’adapter au climat et l’environnement. Nous ne sommes pas du tout dépaysés ici. On se sent comme chez nous. Nous allons essayer de donner le meilleur de nous-mêmes. Nous avons aujourd’hui une forte motivation. De toutes les façons, nous avons pris une avance au match aller. Mais, un match de ligue des champions, c’est 180 mn. Nous avons déjà joué 90 mn. J’espère que le Dieu du football sera de notre côté pour la victoire finale ».

Rappelons que l’équipe guinéenne est entraînée par l’ancien sélectionneur des Eléphants de Côte d’Ivoire, François Zahoui. Ce dernier a remplacé l’ancien entraîneur du Stade Malien de Bamako, Pascal Janin. Parti pour deux saisons, le technicien français a été finalement limogé de son poste, après seulement trois mois, pour mauvais résultats. Au sein de l’AS Kaloum, il y a également des Maliens, dont Cheick Oumar Ballo, Madala Konté et Mamadou Kouyaté.

Hier après-midi, l’AS Kaloum a livré un match amical contre le Djoliba AC, au Complexe sportif de Hèrèmakono. La rencontre s’est terminée par un but partout.

Alou B HAIDARA

Source: L’Indépendant