Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Campagne nationale de scolarisation : Une stratégie de sensibilisation en faveur des enfants hors du système scolaire

La rentrée des classes est effective depuis le mardi 1er octobre 2019. Mais selon les dernières estimations du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), plus de 2 millions d’enfants entre 5 à 18 ans en âge scolaire sont toujours hors de notre système scolaire. Les filles, les enfants des ménages les plus vulnérables et pauvres, ceux déplacés et vivant dans les zones affectées par la crise où plus de 900 écoles sont toujours fermées sont plus exposés à l’exclusion scolaire.


En outre, l’Unicef révèle que moins de 10% des enfants déficients visuels et auditifs étaient inscrits dans les établissements scolaires spécialisés durant l’année scolaire 2018-2019. En réponse au taux élevé de cette non scolarisation des enfants, à leur accès aux besoins éducatifs spéciaux, le gouvernement à travers les ministères de l’Éducation nationale, de la Santé et des Affaires sociales, en partenariat avec le Fonds des Nations unies pour l’enfance, a lancé jeudi dernier la Campagne nationale annuelle de scolarisation des enfants sur le thème : « Pour chaque enfant, l’éducation. Ne laisser aucun enfant pour compte ».
Ce lancement a eu lieu à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la jeune fille. La cérémonie était présidée par le secrétaire d’état auprès du ministre de l’Éducation nationale, chargé de la Promotion et de l’Intégration de l’Enseignement bilingue, Moussa Boubacar Bah. C’était à l’Institut national des aveugles du Mali à Faladiè, en présence de plusieurs responsables scolaires, du représentant adjoint de l’Unicef Félix Ackebo et des jeunes scolaires.

Pour remédier au phénomène de la non scolarisation des enfants, 4700 élèves âgés de 12 à 17 ans ont été formés à la collecte de données entre août et septembre 2019 à Bamako et dans toutes les régions du pays. Grâce à l’innovation « Edu Trac », ces « jeunes ambassadeurs » de la rentrée scolaire 2019-2020 ont été outillés pour suivre le retour à l’école de leurs camardes déscolarisés à travers des téléphones portables. Ils entameront aussi une séance de sensibilisation communautaire sur l’importance de l’éducation à travers le pays. Objectif : ne laisser aucun enfant pour compte où encore ne laisser aucun enfant non scolarisé hors de l’école.
Les jeunes scolaires feront aussi le porte-à-porte, sensibiliseront leurs familles, leurs communautés à travers des dialogues communautaires inclusifs, des émissions radiophoniques pour montrer le bon exemple aux enfants non scolarisés et déscolarisés. Ils sont appuyés par leurs aînés Jeunes de la deuxième décennie (JDD) formés eux aussi pour faire un plaidoyer direct pour le retour à l’école de leurs camarades non scolarisés. « Chaque enfant mérite d’être dans une école de qualité qui répond à ses besoins. Chaque enfant mérite aussi de pouvoir rêver, de poursuivre ses rêves, d’avoir le soutien de ses pairs, de sa famille, de sa communauté pour réaliser son plein potentiel. Chaque enfant mérite également, à l’âge adulte, de pouvoir contribuer positivement au développement de sa communauté, son pays, éduquer ses propres enfants », a plaidé le représentant adjoint de l’Unicef Félix Ackebo qui a invité les jeunes ambassadeurs à continuer à être la voix des enfants sans voix.

Dans un communiqué de presse, la représentante de l’Unicef dans notre pays Mme Lucia Elmi a soutenu que l’éducation ne devait jamais être un privilège. Elle est un droit constitutionnel pour chaque fille et garçon. à la veille du trentième anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant, Mme Lucia Elmi, avait précisé que c’était le moment pour l’état et ses partenaires techniques et financiers (PTF) de se réengager pour assurer une éducation inclusive pour chaque enfant au Mali.
Le secrétaire d’état auprès du ministre de l’Éducation nationale, chargé de la Promotion et de l’Intégration de l’Enseignement bilingue rappellera que le droit à l’éducation est consigné dans l’article 17 de la Constitution du 25 février 1992 et dans la Loi d’orientation sur l’éducation.
L’accès de tous les enfants à une éducation de qualité est une priorité du département en charge de l’Éducation. Cette priorité se concrétise par l’adoption récente de la 2è génération du Programme décennal de développement du secteur de l’éducation et de la formation professionnelle (Prodec 2) pour la période 2019-2028, a révélé Moussa Boubacar Bah. Le secrétaire d’état a aussi soutenu que le Prodec 2 cadre avec les Objectifs du développement durable (ODD) à l’horizon 2030, avec l’Agenda 2063 de l’Union africaine (UA) et le Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD 2019-2023).
Le Prodec 2 prend aussi en compte les besoins éducatifs des jeunes enfants et adolescents y compris ceux vivant avec un handicap. Malgré d’énormes efforts déployés par le gouvernement et ses PTF, des défis restent encore à relever, a reconnu le ministre Bah qui a rappelé que les données statistiques de 2016-2017 montrent que plus de 1,7 million d’enfants âgés de 7 à 15 ans en majorité des filles sont déscolarisés et non scolarisés.

Sidi Y. WAGUÉ

Source: L’Essor-Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct