Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Baguineda : l’engrais frelaté détruit les récoltes

Les villages de la commune urbaine de Baguinéda, située à 25 Km de Bamako, sont durement frappés par la famine. En effet, la culture du riz a été désastreuse.

campagne-agricole-champ-office-niger

Les autorités et certains paysans parlent d’une maladie qui a détruit les récoltes, mais pour certains experts en matière d’agriculture, la catastrophe est due à la mauvaise qualité de l’engrais. Les agriculteurs qui ont utilisé les engrais subventionnés sont formels : le désastre est bel et bien dû à la mauvaise qualité des engrais utilisés. De ce fait, à Baguineda, la production agricole a drastiquement chuté. Les producteurs sont d’autant plus inquiets que les cultures de contre saison, notamment le maraichage, sont compromis par le manque d’eau dans les canaux d’irrigation, à cause de la mauvaise pluviométrie. D’autant plus que la plupart des canaux de la zone sont en état de réfection. C’est dire que les paysans de Baguineda sont désemparés, car, ils sont confrontés au paiement de leur redevance eau. C’est pourquoi ils ont lancé de vibrants appels aux autorités, aux PTF et à la société civile, afin que des exonérations leur soient accordées cette année.
En tout cas, les PTF sont conscients du problème des engrais subventionnés de mauvaise qualité dans notre pays. En effet, du 21 au 22 février 2017, au Grand Hôtel de Bamako, s’est tenu un atelier organisé par le Programme Ouest Africain des Engrais (USAID WAFP). Il avait pour thème : les programmes de subvention des engrais en Afrique de l’Ouest: Comment faire un meilleur usage d’un soi-disant « mal nécessaire »? Lors de cet atelier, les participants ont reconnu que des programmes coûteux de subvention des engrais ont été mis en œuvre dans la plupart des pays de la CEDEAO dans le but d’augmenter les productions agricoles. Malheureusement, ces engrais subventionnés, qui sont plus nuisibles que nécessaires, n’ont généralement pas atteint leurs objectifs. Ce qui, du coup, a mis les pauvres agriculteurs dans des situations catastrophiques.

B.D.

Le Canard Déchaîné

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct