Installez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Autorités intérimaires : Les 5 régions ont désormais leurs présidents

La liste des présidents des autorités intérinaires est désormais connu.

colonel hassan fagaga rebelle touareg mnla cma chef autorite interimaire nord mali gao kidal tombouctou liste

La gouvernement malien qui devait trancher en place des groupes armés pour les présidents des régions de Kidal, Taoudéni et Ménaka s’est prononcé.

Sur proposition du gouvernement malien, c’est Hassan Ag Fagaga de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et ancien fidèle compagnon de feu Ibrahim AG Bahanga qui a été désigné président des autorités intérimaires dans la région de Kidal. Pour Gao, c’est Djibrila Maiga de la Plateforme, un fidèle de Me Harouna Toureh qui a été choisi comme président de l’assemblée régionale, il devra imposer sa présidence au vu des mouvements de constestations qui ne vont pas manquer de s’élever contre sa nomination. À Tombouctou, l’assemblée régionale a été confiée au jeune Boubacar Ould Hamadi de la CMA.

La région de Ménaka sera présidée par un jeune du MSA, Abdoul Wahab Ag Ahmed Mohamed et Taoudeni sera dirigé par Hamoudi Sidi Ahmed Aggada de la partie gouvernementale.

Ces différents présidents régionaux devraient entrer en fonction dans les jours qui viennent.

Le ministre de la Décentralisation, Mohamed Ag Erlarf, instalera samedi 17 février, Hassan Ag Fagaga à Kidal, puis dimanche, Abdoul Wahab Ag Ahmed Mohamed a Ménaka. Les présidents des autorités intérimaires de Tombouctou et Taoudéni seront installés les 21 et 22 février prochain.

La mise en place de ses présidents régionaux, résultat de la concertation entre les différentes parties qui sont parvenues à un consensus lors du CSA ministériel qui s’est tenu à Bamako le 10 février dernier, acte le déclenchement du processus d’application de l’Accord qui a accusé beaucoup de retard ces derniers 18 mois. C’est aussi la condition pour mettre en oeuvre la Conférence d’entente nationale qui devrait se tenir à la mi-mars et qui permettra un débat approfondi entre les composantes de la nation malienne.

 

Source: journaldumali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct