Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Aménagement hydro agricole: l’ATI veut passer à la vitesse supérieur

Les travaux de la deuxième session ordinaire du Conseil d’administration de l’Agence d’aménagement des terres et de fourniture de l’eau d’irrigation (ATI) se sont déroulés, hier jeudi, à la DFM du ministère de l’Agriculture sous la présidence du Dr Nango DEMBÉLÉ, ministre de tutelle. Par cette session, il s’agissait pour la direction de l’agence de soumettre à l’examen critique des 9 administrateurs de documents cruciaux qui permettraient à la jeune structure de faire face à ses missions.

nango dembele ministre peche elevage conference

Dame nature a bien doté notre pays en terres cultivables et en eau. Le potentiel en terres cultivables est estimé à 43 700 000 hectares, dont 3 700 000 hectares cultivés et 2 200 000 hectares irrigables. Sur cette énorme masse de terres propices à l’agriculture et à l’élevage, 3,7 millions d’hectares seulement, soit 7 %, sont cultivés. 2,2 millions d’hectares dont 1 800 000 ha dans la seule vallée du fleuve Niger sont aptes à l’irrigation. Les ressources en eau sont autant considérables dans les deux vallées des deux fleuves qui traversent le pays et leurs affluents que dans les différents aquifères où les réserves sont estimées à plus de 2 500 milliards de m3 avec des taux de renouvellement annuels de 60 milliards de m3.
Au regard du potentiel, il ne reste que l’ambition et la volonté pour faire de notre pays le grenier de l’Afrique de l’Ouest. Malgré les efforts considérables déployés par l’État, avec l’appui de ses partenaires, l’aménagement et la mise en valeur de ce potentiel restent limités avec un taux d’irrigation estimé à 18 % de potentiel irrigable, soit 404 163 hectares. Le constat qui se dégage est : la faible capacité de mobilisation des ressources financières nécessaires pour la mise en valeur du potentiel aménageable et un très faible rythme d’aménagement avec une moyenne de 10 000 à 13 000 ha par an.
Pour accélérer le rythme d’aménagement et contribuer à l’augmentation des surfaces aménagées et à l’amélioration de la gestion des périmètres existants, conformément à l’ambition présidentielle, le gouvernement a décidé de la création d’une structure d’aménagement des terres et de fourniture de l’eau d’irrigation dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Initiée par le ministre de l’Agriculture et adoptée par le Conseil des ministres en sa séance du 1er avril 2015, l’Ordonnance n° 2015-016/P-RM du 02 avril 2015 qui porte sur la création de l’Agence d’aménagement des terres et de fourniture de l’eau d’irrigation (ATI) a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale lors de sa séance délibérative du 2 juillet 2015. L’Agence d’Aménagement des Terres et de Fourniture de l’Eau d’Irrigation (ATI), déjà opérationnelle depuis moins d’une année, est un établissement public à caractère industriel et commercial qui est chargé de la mobilisation des ressources financières nécessaires pour la mise en valeur des terres aménageables ; l’appui à la réalisation des infrastructures et équipements de maîtrise de l’eau et des opérations d’aménagements pastoraux et aquacoles appropriées dans les bassins de production ; l’accompagnement des démarches de sécurisation du foncier agricole ; l’appui au processus de délivrance de baux dans les grands bassins d’irrigation ; et enfin, l’accompagnement des producteurs dans la gestion et la maintenance des infrastructures et équipements ruraux réalisés.
Dans son discours d’ouverture des travaux, le ministre de l’Agriculture, Nango DEMBÉLÉ, a informé que l’Agence d’aménagement des terres et de fourniture de l’eau d’irrigation était l’un des engagements majeurs du projet de société du Président Ibrahim Boubacar KEITA, qui a été réaffirmé dans la déclaration de Politique générale du Premier ministre adoptée par l’Assemblée nationale.
Il s’agit, dit-il, d’une Agence considérée comme un des instruments privilégiés pour la promotion et le développement durable de notre Agriculture. Car visant à accélérer le rythme des aménagements et à faciliter l’accès des producteurs aux terres aménager et garantir la disponibilité et la fourniture de l’eau pour la satisfaction des besoins des exploitations agricoles dans les grands bassins de production.
Voilà pourquoi le programme 2014-2018 prévoit l’aménagement de 100 049 ha en maîtrise totale de l’eau et 47.848 ha en maîtrise partielle de l’eau. Le financement de ces aménagements, qui sont programmés dans toutes les régions et le District de Bamako, est assuré par le Gouvernement du Mali, les partenaires techniques et financiers et le secteur privé.
Aussi, ayant comme mission essentielle la réalisation d’aménagement hydro agricole en vue d’accélérer les rythmes d’augmentation des superficies en rapport avec le vaste potentiel aménageable du pays, l’Agence dispose-t-elle en son sein trois grands projets qui sont en état de préparation avancé. Le montant cumulé de ces trois projets s’élève à plus de 154 milliards de FCFA.
En tout état de cause, les administrateurs, au cours de la session, ont planché sur plusieurs documents relatifs aux manuels de procédure et de gestion de l’ATI ainsi que son plan d’investissement quinquennal qui est conçu pour la réalisation de projets prioritaires.

Par Mohamed D. DIAWARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct