Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Amadou Kouffa et l’Etat Islamique : « Creuse un trou pour ton ennemi, mais pas trop profond, on ne sait jamais. »

« Creuse un trou pour ton ennemi, mais pas trop profond, on ne sait jamais ». Voici ce que disent nos frères peuls pour parler des alliances, de la guerre et de la politique. Amadou Kouffa, fondateur et chef du Front de Libération du Macina, vient d’illustrer ce sage proverbe : après avoir abandonné Iyad Ag Ghaly face aux Français, il se rapprocherait de l’Etat Islamique au Grand Sahara d’Abou Walid Sahraoui.

Hamadoun Koufa djihadiste terroriste chef front liberation macina FLM

Les gens qui connaissent bien le Nord avaient été surpris lorsqu’ils avaient appris que le vieil Emir avait du faire face seul aux chars et aux avions des français lors de leur opération « Iroquois ». Amadou Kouffa avait ostensiblement refusé de fournir des combattants à Iyad Ag Ghaly, et celui-ci en était sorti affaibli et isolé, obligé encore une fois de se cacher comme un vaincu pour éviter les bombes.

Mais là, la situation est grave pour le chef d’Ansar Dine : d’après nos amis chez les Peuls, en plus de se détacher de lui, Amadou Kouffa se rapprocherait de l’Etat Islamique, au détriment d’Ansar Dine et d’AQMI.

En effet, Kouffa aurait récemment rencontré près de Nampala Ilassou Djibo, un des chefs peuls de l’Etat Islamique aux ordres de l’Emir Abou Walid Sahraoui, et d’autres terroristes peuls. Ils se seraient mis d’accord sur un djihad commun, destiné à fonder un califat peul sur les ruines de l’empire du Macina. Déjà, les bandes de terroristes peuls à moto sillonnent la région de Mopti et de Ségou en affirmant que jamais plus ils n’obéiront à un étranger, qu’il soit algérien ou blanc.

Kouffa espère ainsi devenir le calife d’un Boko Haram du Macina, avec l’aide des terroristes d’Abou Walid qui deviennent peu à peu plus puissants qu’AQMI et Ansar Dine, avec l’afflux de combattants qui fuient la Libye et l’Irak. Après s’être détaché d’Iyad Ag Ghali et de ses maîtres algériens, Kouffa s’est trouvé un allié à son goût, plus puissant, et aux manigances plus proches des siennes.

On peut se demander ce qu’il va arriver au vieil Emir : son autorité s’écroule, ses fidèles vont voir ailleurs et il continue à se terrer dans le désert.

I. Khalou

 

La rédaction 

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct