Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Affaire des bérets rouges : Le Procureur Tessougué va-t-il défier le capitaine Sanogo ?

L’affaire dite des bérets rouges vient de connaitre un nouveau rebondissement. La chambre d’accusation a  confirmé mardi dernier l’ordonnance du juge d’instruction qui s’opposait à une demande de liberté provisoire des bérets rouges du camp paras de Djicoroni qui avaient tenté un « contrecoup » en avril dernier, et  a dessaisi le magistrat en charge du dossier. Un nouveau tournant dans le dossier à en croire le procureur général près de la cour de Bamako, Daniel Tessougué, qui a juré « dans ce dossier, le droit, et seul le droit sera dit ». Il risque de provoquer la colère des responsables de l’ex-junte qui ne veulent pas entendre parler d’une libération des bérets rouges.

L’affaire dite des bérets rouges qui avaient tenté un « contrecoup » en avril dernier a connu une nouvelle évolution le mardi dernier. Lors d’une audience extraordinaire, la chambre d’accusation a  confirmé l’ordonnance du juge d’instruction qui s’opposait à une demande de liberté provisoire des bérets rouges du camp paras de Djicoroni qui avaient tenté un « contrecoup » en avril dernier, et a décidé aussi de dessaisir le magistrat en charge du dossier. Une décision justifiée par le parquet général par le fait que  depuis quatre mois, l’enquête n’a pas du tout avancé. Il n’y aurait pas eu, par exemple, de confrontation entre auteurs présumés du « contre-coup » d’Etat et leurs complices présumés. Il revient donc au nouveau juge d’instruction, de diligenter et on espère dans un délai de deux à trois semaines statuer sur le sort des inculpés. Cela peut se traduire par une mise en liberté provisoire, une relaxe pure et simple ou une poursuite des enquêtes. Le procureur général près la cour de Bamako,  Daniel Tessougué, jure que le droit des inculpés sera totalement respecté. Connu pour son honnêteté et sa rigueur, il a confié à nos confrères de l’AFP que « dans ce dossier, le droit, et seul le droit sera dit ». Il a déjà rendu visite aux prévenus. Une prise de position qui risque de provoquer la colère des responsables de l’ex-junte qui ne veulent pas entendre parler d’une libération des bérets rouges. Donc affaire à suivre.

Abdoulaye Diakité

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct