Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Affaire de mœurs à l’Assemblée Nationale: Notre point de vue !

Depuis un certain temps, une suspicion de scandale moral retentissant qui a eu pour théâtre le siège de l’Assemblée Nationale du Mali, a fait la Une des journaux et est, en ce moment, au centre des discussions et des controverses les plus passionnées. Quel danger pour la société malienne ? Le soupçon de scandale prenant de l’envergure, les internautes en ont fait une analyse qu’ils ont publiée sur la toile. Depuis, la passion s’empare de tous.

directeur pdg chef patron professeur enseignant secretaire etudiante eleve bureau administration service adultere infidelite prostitution

IMAGE D’ILLUSTRATION

Les statistiques des blogs explosent littéralement : des centaines et des centaines de lecteurs (au moins 1200) par jour, plusieurs dizaines d’internautes en ligne toutes les minutes et en permanence le long de la journée, des milliers de pages lues (au moins 3600) par jour. Tous les compteurs se sont emballés. Ces articles publiés par des journaux, « Le Figaro » du Mali  et « La Sentinelle » ont battu tous les records en visiteurs, en visites et en commentaires de la blogosphère. Témoignant de l’intérêt marqué que les maliens portent au sujet et aux réponses qu’ils aimeraient avoir à leurs interrogations pour comprendre l’impensable ou voir les preuves de ce qui est avancé.

Responsables, irresponsables

Selon notre confrère le journal « la Sentinelle » il existe des scènes de pornographie tournées à l’hémicycle de Bagadadji. Pendant ce temps, une présumée vidéo porno est postée sur les réseaux sociaux et cette scène aurait eu lieu dans un bureau de l’Assemblée Nationale du Mali, une institution de la république  au cœur du quartier de Bagadadji. Une dame, qui se fait photographier et filmer par son mec au cours d’ébats sexuels bien enlevés avec ce dernier. Jusque-là, la plupart des internautes qui ont reçu ces scandaleuses images, se demandent encore ce qui a bien pu se passer dans la tête de ces deux tourtereaux pour offrir des scènes aussi honteuses au monde entier. En effet, que recherchaient-ils en se comportant ainsi? En tout cas, cette affaire vient mettre à nue ces comportements irresponsables de certains cadres d’administrations (publiques ou privées) au Mali, qui n’hésitent souvent pas à transformer leur lieu de travail en de véritables chambres de passe, pour s’offrir des moments d’intenses plaisir avec de jeunes demoiselles aux ambitions indécentes. Voici ce que valent certains de nos hauts cadres!

Lorsqu’on les aperçoit dans nos rues, marchant avec fières allures, enviés par plus d’un, arborant leurs costumes cravates haut de gamme, on n’est loin de s’imaginer à quel point ces gens sont capables de pousser le vice jusqu’à un certain degré de bassesse humaine.

Aujourd’hui, ce qui est désormais connu sous l’appellation d’« affaire pornographie à l’Assemblée », a fini par aller au-delà des colonnes des journaux, pour occuper  l’internet. Et, ce qui est inquiétant, c’est que les acteurs de ce film pornographique ne sont que la partie visible de l’iceberg. En effet, ce qu’ils ont fait n’est que le reflet d’une habitude, dans les bureaux feutrés de nos administrations, dans la très respectable capitale de notre pays. Gardons-nous également, pour des questions de pudeur, de diffuser sur des blogs ces images de la déchéance humaine, ainsi que le film (vidéo), intitulé « bassesse », montrant une séance d’ébats sexuels entre une dame et un homme, dans le bureau de celui-ci.

Acceptez, chers lecteurs, qu’on épargne les détails sur l’identité des deux tourtereaux (disponible sur la toile), c’est notre point de vue qu’ils ont droit, malgré tout, à une certaine dignité. On apprend même que la dame en question, dûment identifiée par ce film, a déjà échoué à une tentative de suicide après l’éclatement de ce scandale.

Pour la petite histoire, l’image pornographique, qui a été largement diffusées sur le net comme étant un bureau de l’Assemblée, serait l’œuvre d’un inconnu qui non seulement avait, de façon récurrente, des relations sexuelles avec une dame dans son bureau, mais prenait le malin plaisir de filmer et de photographier leurs ébats à l’aide de son téléphone portable. Selon des informations qui suscitent toujours des commentaires, l’ordinateur dans lequel étaient stockées ces « images de la honte » a pris un coup, et c’est suite à sa réparation que les techniciens auraient découvert le déconcertant album photos, doublé d’une vidéo érotique court métrage, où les deux individus se défoncent à merveille.

À travers cet article, nous interpellons toute la société malienne sur ces pratiques aussi ignobles qu’immorales qui ont cours dans nos bureaux. Ce qui nous amène à nous demander où va notre société avec une telle déchéance morale.

Jean Pierre James

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct